Caraïbes 1712 - le forum

Forum du jeu Caraïbes 1712
 
CalendrierAccueilFAQCaraïbes 1712MembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherWiki

Partagez | 
 

 Deus Veult

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Juan de Tordesillas
Mousse
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 01/10/2013

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Deus Veult   Mar 15 Oct 2013 - 15:54

En ce début de matinée à bord du Deus, l’équipage dort encore à part les hommes de quart. Le capitaine de Bayard, lui ne dors plus depuis bien longtemps. Il passe des nuits entière à lire des ouvrages et à écrire lui aussi de nombreux ouvrages qu’il compte expédier au Gouverneur afin qu’il puisse lui donner son aval et les envoyer à l’académie des sciences de Madrid pour y être publiés.

Plongé dans sa lecture des précis de fabrication des nouveaux modèles de boulet, le second, Juan Mora frappa à la porte de la cabine du capitaine. Celui-ci, n’entendit frapper à la porte qu’au deuxième coups. Il marqua la page de son livre et dit

« Entrée par Dieu »

Le second entra, retira son couvre chef et s’inclina

« Excellence, nous venons de passer le cap, la vigie me signale que nous sommes en eaux peu profondes. Dois je faire tirer des bouts afin de nous en éloigner ? »

Alejandro leva les yeux

« Peu profonde hein, voilà qui est bien, faites passer le mot que nous allons d’après cette carte marine droit sur un banc de sable qui est visible. Peut être celui-ci est il apparant ? faites vérifier. Informez moi de l’état des vivres égalements et faites moi montez un sac de marchandise que nous devons vendre afin que je puisse vérifier la qualité du produit »

Juan partit sur le pont et prit sa lorgniette, il examina les alentours et vit une île et non un banc de sable apparent ! Il se dit que le capitaine devait avoir une bien vieille carte, qu’il lui faudrait changer ça au plus vite. Il fit appeler le quartier maître et lui dit de préparer une chaloupe pour aller voir cette île. En effet les réserves d’eaux potables étaient au plus bas et il fallait faire relâche afin que l’équipage se repose et que l’on refasse le plein du navire.

Juan alla en informer le capitaine, qui se rendit sur la dunette du navire. Il ordonna la mise à l’eau de chaloupes et qu’une partie de l’équipage aille avec des tonneaux chercher de l’eau et des provisions. Le capitaine quand à lui ne voyant pas le second lui apporter un sac, alla dans les câles et prit un sac, assez petit à vrai dire et monta sur le pont. Il l’ouvrit et constata que la marchandise était de tres bonne qualité ...

Alejandro était soucieux, voilà plusieurs fois qu’on lui a signalé des pirates, mais par chance pour le moment il ne les avait pas vu arriver ... L’équipage était tout de même en état d’alerte maximum durant qu’une partie des hommes était parti chercher des vivres.

De longues heures passèrent , la brise était bonne et rafraichissait l’air. Et puis tout d’un coup Alejandro entendit

« Voiles par tribord arrière »

Se précipitant avec sa lorgniette, Alejandro observa le navire. Il s’agissait d’un corsaire portant la marque du Gouverneur qui était à la recherche du Deus et de son capitaine pour lui remettre un pli.

Deux autres heures passèrent avant de pouvoir recevoir le pli du Gouverneur. Alejandro le parcouru avec attention ... puis congédia les membres du navire du Gouverneur qui s’en retourna vers le port espagnol le plus proche. Alejandro, se dirigea dans sa cabine et prit une carte, un sextant et calcula une route. Puis ayant fini de noter les évènements de la journée sur le journal de bord, il alla sur la dunette et dit

« Faites tirez un coup de canon pour que le reste de l’équipage rentre au plus vite »

Ce ne se fit pas attendre, 30 minutes plus tard les chaloupes étaient là. Le capitaine passablement énervé ordonna de virer la cargaison des soutes, d’y placer les nouvelles et d’aller babord avant en montrant le cap au timonier.

L’équipage un peu surpris s’executa. Plus tard dans la soirée, Juan rejoint le capitaine dans sa cabine. Il lui demanda

« Monseigneur, ou allons nous ? »

Le capitaine ne dit rien, il alla se mettre devant la fenetre du gaillard arrière et dit simplement ces mots

« Je le tiens »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Deus Veult
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Caraïbes 1712 - le forum :: La ville haute :: Par la plume et l'épée... [RP] :: Le débarcadère depuis le vieux continent-
Sauter vers: