Caraïbes 1712 - le forum

Forum du jeu Caraïbes 1712
 
CalendrierAccueilFAQCaraïbes 1712MembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherWiki

Partagez | 
 

 La Grande Tenaille

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
lafayette_acheron
Mousse
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 29/09/2013
Age : 30
Localisation : Savoie, France

Infos
Nationalité: Français Français

MessageSujet: La Grande Tenaille   Jeu 7 Nov 2013 - 18:47

Fronsac, moussaillon de première classe, nouait ferment les cordages du grand mât de l'Achéron. Revenu des bas fonds de Grenada au matin, en compagnie du reste de l'équipage il entendit le capitaine Lafayette ordonner le branle-bas de combat de son chébec.

Un éclaireur avait repéré à seulement trois lieux du port, une chaloupe Hollandaise faisant cap à l'Est. L'occasion était trop belle pour être manqué pensa t-il, tel l'agneau se jetant dans la gueule du loup. Sans doute ébranlée par une mer déchainée, la chaloupe semblait vouloir se rapprocher dangereusement du port français.

Le Capitaine français harangua une dernière fois son équipage avant d'ordonner la manoeuvre pour quitter le port. Tel un prédateur il ordonna de cesser tout mouvement et d'attendre. Son instinct lui donnait raison et la chaloupe commis l'erreur fatale. Elle progressa une fois de plus en direction du port.

Lafayette sauta sur l'occasion pour ordonner l'interception du navire hollandais. Le vent dans le dos il arriva rapidement a positionner son chébec à portée de tir.

La première volée des 18 canons visa le gréement pour démater. Elle faucha quelques matelots sur le pont adverse; les boulets enchainés faisant office de guillotine.

La seconde volée préparait l'abordage. Les 18 canons furent chargés à la mitrailles et le pont en était la cible.


- "Lancez les grappins" cria le capitaine, "ne leur laissez aucune chance de fuite"

En quelques minutes, l'Achéron s'était mis en position d'abordage. Plus de cent soldats entrainés et expérimentés contre un équipage désorganisé de matelots affolés.... l'issue était inévitable.

- "A l'abordage" s'égosilla Lafayette "Et pas de quartiers, je ne veux aucun survivant excepté leur capitaine"

L'abordage fut violent et 38 Hollandais périrent sur le pont. La prise était bonne, presque 13000 piastres récoltées dans cette assaut et autant pour la vente prochaine du navire.


- "Cap à l'Est moussaillons, nous retournons à quai pour fêter notre prise" conclu l'officier francais, fier de son équipage.

- " Voiles en vue Capitaine" hurla Fronsac du haut du grand mât.

- " De quoi s'agit-il Fronsac?"

- " Voiles Anglaises Capitaine, en grand nombre à l'est du port de Grenada"

- " Nombreuses dis tu?"

- "Brigantins, chébec, corvettes ... oui capitaine une véritable flotte entre Grenada et Tobago je dirais...."


Le capitaine Lafayette, heureux de cette découverte fit hausser le rythme et rentra au port rapidement.
Il s'installa a son bureau donnant congé pour la nuit a son équipage.

Il écrivit plusieurs missives pour rallier des confrères en provenance du nord et des alliés espagnols venant du sud. Il Intitula ces missives "la grande tenaille".

Ambitieux Lafayette avait recu en réponse la confirmation de la mise en action de son plan, il voulait coincer cette flotte et la couler.

Il entra plus tard à la taverne du port et s'exclama:

"Qui veut couler les anglais qui nous narguent au large ?"

Il attendait alors la réaction des capitaines présents...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lafayette_acheron
Mousse
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 29/09/2013
Age : 30
Localisation : Savoie, France

Infos
Nationalité: Français Français

MessageSujet: Re: La Grande Tenaille   Ven 8 Nov 2013 - 21:22

Peu convaincus, les capitaines présents à la taverne ce soir la ne bougèrent pas d'un pouce.

Frustré, Lafayette sorti en jurant qu'il prouverait à tout le monde que ce regroupement de british en ce lieu était une aubaine à ne pas laisser passer.

"Larguez les amarres" lanca t'il a son équipage en arrivant sur le quai du port, "Nous partons chasser l'anglais et montrer à ces pleutres accoudés au bar qu'il n'y a qu'a se bouger le train pour imposer les couleurs du Roy de france et gagner quelques piastres."

Rapidement l'équipage se mis à l'ouvrage et attendit les ordres. Le capitaine sorti sa longue vue et la dirigea plein EST. Il apercu de nouveau les pavillons anglais qui flottaient à l'horizon.

Lafayette se tourna vers son second et et lui ordonna de mettre cap à l'est pour. Trois lieux séparaient l'Achéron d'une chaloupe anglaise.

"Allons canarder ces anglais" chuchota le capitaine a son second

"Mais Capitaine, nous risquons gros, les corvettes pourraient nous tomber dessus ?!" répondi le subalterne à son officier

"C'est pour cela lieutenant que nous ne perdrons pas de temps à ouvrir les sabords. Approcher nous par le flanc tribord, lancer les grappins et l'assaut immédiatement."

"Mais capitaine, nous allons perdre beaucoup d'homme sans quelques volées de mitraille sur le pont ennemi"

"Faites selon mes ordres, les honneurs se méritent, lieutenant" s'exclama le capitaine français.

Le second s'executa apres une journée de navigation, il fit passer le chébec sur le flanc tribord de la chaloupe anglaise et fit lancer les grappins.

L'effet de surprise était total, les corvettes et le lougre anglais étaient juste hors de portée. Trop tard pour réagir, Lafayette lanca l'assaut sur le pont anglais.


"Pour Lafayette, Hip Hip, Hourraaaa!!!" s'écrièrent les soldats du chébec après cet abordage violent mais victorieux. 25000 piastres furent saisies dans les coffrent de la chaloupe et 15 matelots menés par le second avaient pour mission de retourner au port et vendre la prise.

A son retour au port il retrouva ses hommes et empaucha 14000 piastres supplémentaires.


Il retourna à la taverne du port et lanca une piastre au sol marquée du sceau anglais. Tous les regards se tournèrent alors vers le capitaine Lafayette qui jeta d'un regard perçant:

"il suffit d'y croire messieurs, les anglais sont en force et cela constitue leur faiblesse. Leurs coffres sont plein de piastres. Allez vous enfin vous remuer les tripes?"

Lafayette se retira dans ses quartiers à bord du chébec attendant les renforts du nord pour poursuivre les assauts contre les anglais au nord de tobago.


Dernière édition par lafayette_acheron le Dim 17 Nov 2013 - 23:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lafayette_acheron
Mousse
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 29/09/2013
Age : 30
Localisation : Savoie, France

Infos
Nationalité: Français Français

MessageSujet: Re: La Grande Tenaille   Sam 9 Nov 2013 - 19:07

Lafayette consultait les registres du gouverneur. Il étudiait les capitaines anglais et leurs navires respectifs.

Lougre, chébec, corvette de 6 et corvette de 6 légère, brigantin même, et la première chaloupe anglaise coulée dans cette opération .... des Queen Anne's Privateers sans nul doute. Tous ici, croisant a quelques miles au nord de Grenada.

Toute la confrérie rassemblée il faudra être prudent à l'avenir pensa se bougre de capitaine.

"Ses rangs comptes de bons navires et il faudra peut être investir dans un navire plus puissant pour faire face à ces britishs." murmura t'il.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lafayette_acheron
Mousse
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 29/09/2013
Age : 30
Localisation : Savoie, France

Infos
Nationalité: Français Français

MessageSujet: Re: La Grande Tenaille   Lun 18 Nov 2013 - 0:47

La poursuite des Britishs se poursuivi au nord, en direction de Barbuda, une colonie déjà visitée auparavant par le capitaine Lafayette, lorsqu'il n'était encore qu'un jeune lieutenant.

Le Capitaine suivait de loin les voiles ennemies et ruminait sa déception de n'avoir réussi à fédérer plus de navires dans cette traque jusque la fructueuse. Cet échec personnel semblait l'affecter dans son orgueil et l'équipage au complet craignait qu'il ne les mène à une mort certaine dans un combat sans issu.

Seul contre tout une flotte bien armée, comment pourrait-il vaincre se disaient-ils?

Ne sortant de sa cabine que pour donner les changements de cap à son second, Lafayette fit amarrer son Chébec à Saint Christophe. Il fit passer à son équipage une journée au repos avant d'entreprendre la reconnaissance du secteur.

Dans ces eaux parsemées de ports anglais et hollandais, la coalition franco-espagnole était bien mal représentée. Lafayette se souciait peu de savoir qu'aucun navire allié ne viendrait en aide dans ce secteur.
Après une nuit de navigation autour des ports anglais, Lafayette avait reconnu avec certitude la troupe de British au complet.

Les corvettes et autres navires des Queen Anne's Privateers étaient à quai, réparti sur les ports de Nevis, Barbuda et Antigua. La loyauté et le moral de l'équipage baissaient inexorablement pensant que le capitaine allait les lancer dans un assaut fatal.

Depuis le port de Saint Christophe, Lafayette apperçu les voiles d'une Corvette de 6 manoeuvrant à une lieu de la dans le port voisin de Nevis.

-Branle-bas de combat moussaillons, Hurla t-il sur pont, Affalez les voiles et sortez nous de ce port, nous allons à la chasse aux rosbeefs!

- Mais capitaine, nous serons seul à portée de 4 corvettes... rétorqua le second, le regard effrayé,

- Obéissez lieutenant, la gloire ne s'acquière pas avec le temps, elle se gagne avec la foi!

Stupéfait, le second pensa alors que la folie s'emparait de Lafayette, mais trop pleutre pour s'opposer à cette ordre il s'executa et fit manoeuvrer le navire à portée Du HSM Sea Vixen.

Deux volée furent tirées par l'Achéron sur son ennemi. Elle touchèrent le gréement et l'équipage sur le pont. La Corvette visiblement prise par surprise n'eu le temps de riposter.

- Faites nous revenir à Saint Christophe! ordonna Lafayette à son second surpris!

- Croyez vous que j'allais sacrifier tout l'équipage pour assouvir une folie personnelle? assenna t-il de nouveau à son subordonné visiblement soulagé.

- Nous avons chauffé ces anglais, ils seront à point à la prochaine escarmouche croyez moi!Aujourd'hui nous venons de prouver que nous avions le courage des héros et l'honneur de porter les couleurs du Roy de France jusqu'aux fenêtres du gouverneur de Nevis.

Retournant à Saint Christophe et tout juste avant d'entrer dans le port on entendit un mousse crier:

- Voile en vue, les Anglais nous attaquent! Sauve qui peut!

Le Capitaine regarda en direction de la poupe du navire et aperçu 3 Corvettes anglaises sur le point de faire feu:

- A terre !! Cria t'il, les anglais vont tirer!

- Capitaine qu'allons nous faire, nous n'avons pas le temps d'entrer au port?demanda le second, le teint pâle.

- Nous allons nous défendre et attendre la première occasion pour filer à l'anglaise.

Le Capitaine réalisa toute la gravité de la situation. Trois navires étaient sur le point de les marteler de boulets et le temps manquait pour regagner le port et se mettre à l'abris.

Lafayette pensa alors que la fin était arrivée et que son nom serait porté au Roy de France comme un héro des Caraibes ayant fièrement défendu le pavillon Français. Il compris que la seule chance pour sauver son navire était d'encaisser sans broncher tous les coups ennemis, jusqu'à se qu'ils aient besoin de manoeuvrer pour aborder.


19 volées de boulets et mitrailles martelèrent l'Achéron. Les voiles tombaient en lambeaux et le pont était recouvert d'éclats de bois imprégnés du sang des marins déchiquetés par les éclats métalliques. Les unes apres les autres, les attaques anglaises broyaient l'équipage qui fut réduit rapidement.

Les gémissements des blessés se fondaient dans le vacarme incessant des coups de canons ennemis.

- Capitaines nous allons tous mourir, que pouvons nous faire? implora le second à son supérieur.

- Tenez le pont encore, nous devons nous préparer à l'abordage! Faites armer les derniers survivants prêts à couper les grappins! Nous avons une chance et une seule de nous en sortir. Ne la ratons pas!

Se glissant sur le sol ensanglanté, le second trouva le maitre d'équipage qui regroupa une dizaine d'hommes encore valides avec les sabres à la main.

C'est le Duke of Edinburgh qui lanca les grappins, alors que les Corvettes King George et Long Live the King avaient cessées de tirer.

- Coupez les Grappins et éloignez nous de ces navires! hurla le second, appliquant le plan du capitaine.

Le bruit sec des sabres coupant les cordages était comme une libération pour les survivants de ce carnage. L'Achéron profitait de cette accalmie pour fausser compagnie et rentrer tant bien que mal au port de Saint Christophe.

127 morts, un gréement en lambeaux, un pont détruit et un moral au plus bas, voila ce qu'il restait du chébec français.

Cette escarmouche aurait pu tourner encore plus mal mais Lafayette avait su saisir la seule chance de sauver son navire de ce mauvais pas.
Sans mots et sans foi, l'équipage brisé évacuait les corps des moins chanceux. Le médecin de bord faisait alors son office de "boucher".

Lafayette intitula le journal de bord ce jour ci : "La Boucherie de Saint-Christophe"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lafayette_acheron
Mousse
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 29/09/2013
Age : 30
Localisation : Savoie, France

Infos
Nationalité: Français Français

MessageSujet: Re: La Grande Tenaille   Sam 23 Nov 2013 - 13:27

Journal de Bord de l'Achéron:

Voici 5 jours jours que nous avons échappé à l'assaut des troupes anglaises. J'ai reformé un équipage complet sur le pont de mon chébec, soit 200 marins.

Apres un repos bien mérité, j'ai ordonné à l'équipage de reprendre la mer pour aborder la Barque Hollandaise Freyja. La prise à redonné le moral aux troupes. Cela fut un baptème du feu pour la bleusaille.

J'ai consulté les archives à Saint Christophe et le constat est satisfaisant. Les Queen Anne's Privateers ne comptent plus que trois capitaines alors qu'à notre départ de Tobago ils étaient neuf.

Je vais informer le roi de cette situation et poursuivre la traque de ces diables de britishs. La méfiance est de mise en ces eaux. Deux d'entre eux auraient trahis la couronne et leurs alliés en envoyant par le fond un Hollandais. Ils sont devenus pirates.

Offrant 4000 piastres de récompense à celui qui retrouverait et coulerait ces traitres, le capitaine Karel Weylandt fit appel à nos services.

J'engage la poursuite des hostilités pour envoyer par le fond ce qu'il reste des Queen Anne's Privateers.

Lafayette
L'an 1712
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
lafayette_acheron
Mousse
avatar

Messages : 70
Date d'inscription : 29/09/2013
Age : 30
Localisation : Savoie, France

Infos
Nationalité: Français Français

MessageSujet: Re: La Grande Tenaille   Lun 25 Nov 2013 - 21:28

- Capitaine Voile en vue par le Sud !!!! hurla un moussaillon pouilleux

- Quel Pavillon mon brave? rétorqua Lafayette

- Anglais Capitaine, une frégate marchande à vue de moustache

- Hissez la Grand Voile matelots, levez l'ancre et tous à vos postes de combat! Nous partons en chasse au rosbeef!


Depuis des jours Lafayette attendait cette opportunité. Dernier représentant important des Queen Anne's Privateers, La Frégate marchande du capitaine Joffrey Abercabe représentait la victoire sur cette confrérie anglaise.

Lafayette guettait sa proie depuis des jours. Tel un fauve préparant lentement son attaque fougueuse et violente, il attendit patiemment pendant 3 jours durant la sortie du port de Nevis de cette frégate marchande pour lui tomber dessus.

Naviguant par le Sud-ouest pour 2 nautiques, le Capitaine français fit tracer une route d'interception à son navire. Toutes voiles dehors, le Grand Chébec filait un bon 3 nautiques à l'heure grace au vent favorable.

Après 4 heures de traque le corsaire francais atteint sa proie le palpitant battant son plein!

- Moussaillons, nous faisons ce que nous devons pour la gloire du Roy de France en ces eaux! Et bon sang nous le faisons surtout pour remplir nos coffres de piastres et rentrer baiser les pucelles et boire du bon vin. Aujourd'hui nous ne tirerons pas de volées sur le pont anglais! Vous ferais l'abordage le coeur vaillant et nous prendrons leur navire au péril de nos vies! harangua le capitaine déchainé qui se tourna vers son second:

- Faites lancer les grappins et pas de pitié. Prenez tout, et surtout leurs vies! lança t-il en dégainant son sabre.

Approchant par l'arrière, le Grand Chébec francais déborda la frégate par son flanc tribord. Le capitaine anglais fit esquiver la première tentative qui avorta. Lafayette ordonna de passer sur le flanc babord, et grace à son navire plus rapide il pu réussir sa seconde tentative.

- A l'abordage!
Hurla le capitaine qui se lança en avant de ces hommes sur le pont anglais

- Suivez le capitaine moussaillons, Pour la france, et pour le Roy! Rétorqua son second qui lui emboita le pas.

La première vague se fit rapidement décimée par les marins retranchés derrière les éléments du pont supérieur

- Seconde vague à l'assaut! Hurla le capitaine, blessé dans cette première escarmouche mais toujours vivant.


Après un combat sanglant, les membres d'équipage de l'Achéron récupérèrent leur capitaine ensanglanté. La victoire était retentissante. 34 soldats avait perdus la vie pour décimer les 80 membres d'équipage du navire anglais.

Un groupe de marins resta sur le bord anglais pour ramener le navire au premier port et vendre la prise. Dans les cales, la frégate regorgeait de marchandises destinées au commerce. Les piastres allaient couler à flots, la prise était bonne.

- La traque est terminée matelots, la gloire est sur nous aujourd'hui profitez en, nous rentrons au port boire ce bon vin et déflorer les pucelles!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Grande Tenaille   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Grande Tenaille
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Grande Tenaille
» Qui a la plus grande energie spirituelle?
» La grande énigme du Club des Cinq
» Coucher de soleil à la grande motte avec vagues et vent
» Michael Jackson,la plus grande manipulation...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Caraïbes 1712 - le forum :: La ville haute :: Par la plume et l'épée... [RP] :: Vos histoires au fil de l'eau-
Sauter vers: