Caraïbes 1712 - le forum

Forum du jeu Caraïbes 1712
 
CalendrierAccueilFAQCaraïbes 1712MembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherWiki

Partagez | 
 

 Histoires autour d'un feu de camp

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Piotr Curtiss
Gabier
avatar

Messages : 480
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 31

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Histoires autour d'un feu de camp   Ven 13 Déc 2013 - 17:21

Les flammes léchaient les étoiles et autour d'elles étaient amassés une assemblée de marins. L'un d'eux chantaient un air paillard accompagné d'un instrument à corde fait dans une coquille de tortue, suivi d'un violoniste et d'un tambourin.
L'ambiance sur la plage était festive, on avait lâché l'ancre dans une crique et fait glisser les chaloupes sans bruit vers la plage sous le ciel scintillant.
C'était toujours la joie quand ce cinglé de capitaine laissait les gars seuls, et ils en profitaient pour s'encanailler sereinement.
Leurs seul souci à cet instant, c'était de savoir si ils auraient assez de rhum pour s'éclater le ciboulot.
Plus tard, ils regretteraient les nouvelles recrues, comme à chaque fois que de bons compagnons de mer tombés au combat sont remplacés par des blanc becs.
Mais pour l'heure, c'était le moment de se lâcher le temps que l'autre malade était absent, c'était le moment de se vanter, de raconter ses mensonges de mer, de faire vivre les rumeurs...
Et ce soir, c'était au vieux "Edd' grande gueule" d'en raconter une bonne. Une histoire d'escroquerie, de tourne casaque et de malentendant...

-Tout à commencé alors qu'on se ramassait la tempête près des côtes de Rico l'putois...
Les autres marins se mirent à rire, sauf un jeune mousse :
-Je l'ai pas celle-là. Pourquoi que vous riez ?
Un des pirate lui tapa sur l'épaule :
-Edd' Grande gueule a ses propres dénominations géographique. Mais le lieu n'a pas grande importance, écoute donc voir ce qu'il a a nous raconter. Je suis sur que tu vas te pisser dessus de rire.
Le narrateur poursuivis son récit sans se soucier de la digression du mousse.
-... et v'là ti pas que le capitaine se prend une truc dans la yeule ! En pleine mer ! Ouais mon gars ! On a d'abord cru à une pierre que la tempète aurait emporté depuis les côtes. J'vous raconte pas dans l'état qu'ça l'avait mis l'cinglé. Déjà que d'ordinaire on a du mal à l'suivre, mais là, j'ai commencé à me demander si j'aurais pas préféré me taper 5 jours de tempêtes supplémentaires plutôt que 5 les minutes suivantes à ses côtés.
-Les pierre ça vole pas ! Tu mens Edd'
-Un peu qu'ça vole les pierre ! Suffit qu'il y ait assez de vent c'est tout ! Et pi' j'suis pas un minteux blanc bec ! écoute donc voir. T'as presque raison pour le coup, car c'était pas une pierre...
-Ah ! Et c'était quoi ? Un ange peut être ?
-T'es pas loin! Avec des plumes tout pareil qu'un ange, mais plus petit, et gris comme une pierre : un pigeon ! Il s'est ramassé un pigeon en pleine tempête le capitaine !

Rires dans l'assemblé. Les musiciens commencèrent une improvisation.

Quand il pleut des pigeons
Et des lames meurtrières
Prend donc un rhum derrière !
Et n'reste pas sur le pont !

-Mais d’où qu'il venait ce pigeon ?
-C'est ce qu'on appelle prendre la nouvelle en face ! Un drôle de loustic avait envoyé une missive par pigeon au capitaine en pleine tempête. Il y en a qui ne doutent de rien !
-Une nouvelle urgente ?
-Urgente ? Non ! Pas tant que ça. Une missive anonyme. Soit disant des informations sur les positions d'un capitaine Espagnol et sa flotte qui serait parti en guerre contre une autre nation, des Anglais ou des Hollandais, j'm'en souviens plus. Mais toujours est il que le capitaine a arraché avec la patte du pigeon avec la missive. Il l'a même gobé ! Et l'info dans la missive avec !

Edd' se tapa la cuisse et tendit une demi noix de coco au blanc bec qui y versa du rhum.
-Ah ! Avec tout ça, j'avais l'gosier à sec. La missive était dans un sale état. Le gars demandait des piastres contre linfo et donnait rendez-vous à notre capitaine à San Juan pour lui passer le plan de route et se faire payer ses informations...
-San Juan ? Mais...
-La ferme blanc bec ! Quand les types de 280 livres disent certaines choses, ceux de 130 livres les écoutent ! Ho et puis passe moi ce tonnelet ça ira plus vite !

à suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antresharks.forumactif.org/
Piotr Curtiss
Gabier
avatar

Messages : 480
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 31

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Re: Histoires autour d'un feu de camp   Mer 25 Déc 2013 - 18:31

Sur cette exclamation, le marin poursuivit son histoire.

-Alors voilà, le capitaine nous demande de poursuivre la route vers St Thomas, et fait appeler le cuisinier. Il demande si il reste des batatas du dernier pillage et demande qu'on lui serve le pigeon dans l'heure. Et tenez vous bien, il a fait dresser une table sur le pont toujours en pleine tempête avec nappe et tout l'tintouin, comme une vrai tablée de lord, rien que ça gamin ! Et il a graillé son pigeon avec des couverts en argent qu'on avait comme qui dirait "ramassé" dans le fond d'une cale Anglaise.

Le gamin ne démentait plus des propos encadrés par deux arguments d'environ 40 centimètres de pourtour. Il osa néanmoins une question :
-C'était avant que le capitaine n'ait cette "réunion" avec les Sharks au Godet d'argent ?

-C'est ça espèce de banane ! Not' capitaine avait passé du temps à bavasser avec cette espinguouine qui s'habille toujours de rouge, le bellâtre latino qui cause aux filles comme un prêtre vaudou envoute des cadavres, et l'autre là... comment qu'il s'appelle déjà ?...

-Walter... ?

-Walter... Walter... Walter... Walter Rosenmachin !

Il cracha par terre.

-Ils ont tous quatre sorti une missive et comparé. Le gars leurs avait tous écrit et leurs avait demandé à chacun de l'attendre seul au large de San Juan !

Rire général dans l'assemblé.

-Attendez, c'est pas fini ! Ils ont répondu grâce à un des quatre pigeons  encore vivant qu'ils attendaient c't'homme à Saint Thomas. Ils l'ont pas vu venir, alors ils ont fini par envoyer une bourse en peau de chèvre puante contenant 5 piastres au gars pour ses renseignements avec le dernier pigeon.

Il fallu quelques minutes avant que les gars se calment, et le gamin dû répéter plusieurs fois sa question pour qu'elle soient entendue par Edd' Grande gueule :

-Le dernier ? Mais t'avais pas parlé de quatre pigeons ? Si Piotr en a bouffé un et qu'ils ont envoyé une missive avec le deuxième, il devrait en rester un non ?

-Et depuis quand qu'tu sais compter jusque quatre toi ? On t'as récupéré sur un rafiot pécheur de daurade, et avant t'étais rien d'autre qu'un fils de cul-terreux. Tu vas pas m'apprendre à compter ! Parole, c'est toujours moi qui distribue les rations de rhums et les parts de butins aux non gradés, est-ce que l'un d'entre vous a déjà eu à se plaindre du partage quand Edd' s'en occupe ?

Silence dans l'assemblé, un des hommes se racla la gorge, puis les musiciens entonnèrent une chanson pour relancer l'ambiance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antresharks.forumactif.org/
 
Histoires autour d'un feu de camp
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» HISTOIRES DE SEINS de collectif
» Histoires d'eau, autour de l'O
» le serveur, le curé et autres histoires de Cheyenne
» Livre - Drôles de gaulois autour d'Astérix
» rando autour d annonay

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Caraïbes 1712 - le forum :: La ville haute :: Par la plume et l'épée... [RP] :: Vos histoires au détour d'un chemin-
Sauter vers: