Caraïbes 1712 - le forum

Forum du jeu Caraïbes 1712
 
CalendrierAccueilFAQCaraïbes 1712MembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherWiki

Partagez | 
 

 Les Aventures du fantastique Mr. Fox

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Jeremy Fox
Gabier


Messages : 1421
Date d'inscription : 31/08/2013

Infos
Nationalité: Hollandais Hollandais

MessageSujet: Re: Les Aventures du fantastique Mr. Fox   Dim 28 Déc 2014 - 19:13

« On pourrait déjà sortir les canots non ? » Demanda le commandant en second. « On abandonne le navire et on pagaie aussi vite que possible... loin, très loin ! Comme ça nous avons une petite chance de... »
« Tu vas te taire oui ? » l’interrompit l’amiral Fox. « Passe-moi la longue vue, que je voie à qui nous avons affaire cette fois ! »

Fox ajusta la longue vue de sorte de distinguer le plus précisément possible le navire de tête.

« Le plus avancé est un chebec ! » dit-il à son second.
« Je distingue même le nom sous la proue : Zé...phyr ».

Fox baissa la longue vue et se tourna vers son second.

« Zéphyr... Zéphyr... Mais ! C’est le navire du capitaine Faya ça !! »

Après une courte réflexion, les trois navires anglais poursuivirent N-O vers les anciens capitaines anglais, nouvellement pirates... Et puis tant qu’à faire, il était préférable d’aller vers la flotte pirate la moins nombreuse.
Ils arrivèrent quelques heures plus tard à hauteur de la flotte du Phantom Squadron.


« Pourquoi pensez-vous que le Phantom Squadron a hissé le Jolly Roger capitaine ? » demanda le commandant en second.
« Je n’en sais rien, mais nous allons aller le leur demander, ce sera plus simple » répondit Fox.
« Vous ne craignez pas d’être mal reçu et qu’ils tournent leurs canons vers nos navires ? Après tout, il s’agit de pirates à présent ! »
« Mais non ! Ce sont des farceurs ! Tu vas voir qu’ils vont nous accueillir à bras ouverts ! »

« Bam ! »

Un tir de semonce retenti... Le boulet termina sa course dans l’eau, juste devant l’ ~ HMS Argo ~.

« Je n’aime pas leur farces capitaine ! » commenta le commandant en second.
« Ne t’inquiète pas » répondit Fox. « C’est juste la façon du cpt. Faya d’accueillir ses camarades »
« *%@ !! l’animal ! » songea Fox... « Il a bien faillit érafler notre coque ! »

Arrivé à hauteur du Zéphyr, Fox se montra bien en vue sur le pont et agita un drapeau blanc.
Le capitaine Faya salua de la main l’amiral Fox, celui-là même qui l’avait accueilli dans la Caraïbe à son arrivée, allant personnellement l’extirper de Tobago où il était pris en étau par deux flottes ennemies. Ensuite, ils avaient longuement navigué et combattu côté à côté, et Fox avait aidé plusieurs capitaines du Phantom Squadron à acquérir au plus vite suffisamment d’expérience pour faire face aux différentes menaces présentes dans la Caraïbe. Il était évident que le Phantom Squandron n’allait pas entamer sa nouvelle carrière en pointant ses canons vers le sein qui l’avait nourri, mais Fox sentait toutefois que quelque chose avait changé.

Les capitaines des différents navires se rassemblèrent sur le chebec du cpt. Faya pour s’entretenir et clarifier la situation des uns et des autres.

Le cpt. Faya fut franc et direct : Le Phantom Squadron ne souhaitait plus d’alliance officielle, ni avec la Hollande, ni avec l’Angleterre, dont il reniaient à présent le Roi Georges. Ils n’en avaient pas particulièrement après les défenseurs de la Couronne d’Angleterre, mais plutôt contre le système en général, les lois en application, les vœux de servitude, etc. Tout ça était désormais balayé de la main et ils ne souhaitaient à présent plus qu’obéir à leur propre instinct et aux valeurs morales qu’ils s’étaient eux-mêmes fixées. En gros, ils serviraient dorénavant uniquement leurs propres intérêts.


« A présent, vous êtes au courant du nouveau cap que nous comptons donner à notre carrière. Mais si nous nous sommes refusés à ouvrir le feu sur vos navires cette fois-ci, soyez dorénavant averti qu’il pourrait en être autrement lors de notre prochaine rencontre ».

Et le capitaine Faya n’avait pas l’air de rigoler...

« Voilà ce que nous allons faire : Nous sommes passés pirates il y a un peu plus de 24h. C’est donc exactement le temps que nous vous encadrerons. Si le combat s’engage d’ici-là, nous le mènerons avec vous. Dans le cas contraire... bonne chance à vous. »

Fox, Nathan et Angus réfléchirent... la dizaine de pirates devaient appartenir à la confrérie Marchombres. Ils ne seraient pas surplace avant une plusieurs heures, ce qui donnaient juste le temps de se positionner pour les recevoir. Le combat promettait d’être équilibré, avec 9 navires vs 10. Après tous, ils avaient donc encore toutes leurs chances...

Les heures suivantes furent consacrées à positionner la flotte de manière à recevoir du mieux possible les navires pirates marchombres. Malheureusement, le vent restait de face, rendant la manoeuvre lente et difficile, et finalement, ils durent renoncer à obtenir le vent favorable espéré. La flotte ennemie, elle, s’était rapprochée mais se tenait à distance respectable. Le temps passait et la tension commençait à se faire sentir...

Coup de théâtre quelques heures plus tard... la flotte marchombre se remis en mouvement, manoeuvra, et fit demi-tour, refusant tout combat !
Les capitaines de la petite coalition improvisée restaient perplexe devant le retrait de la flotte ennemie qui n’était à présent déjà plus en vue... Fox pensait comprendre : Les Marchombres s’étaient réjouis d’un combat facile et gagné d’avance à 10 contre 3. La flotte anglaise n’avait strictement aucune chance de franchir le blocus, ni nul part où se retirer. C’était du pain béni... sauf que la présence propice du Phantom Squadron avait tout changé. Ils n’avaient pas prévu de mener un « réel combat » et l’idée de subir des pertes les avait fait renoncer. C’était la seule explication.
Mais bien qu’ils avaient disparus, Fox savait qu’il ne fallait pas s’y fier, et atteindre Kingston restait encore un défi de taille, surtout sans escorte.

Bientôt, le Phantom Squadron commença à se retirer à son tour, comme il l’avait promis 24h auparavant. Leurs six capitaines avaient rempli leur part du contrat et prenaient cette fois un nouveau cap... pour de bon.

Ne pouvant rester éternellement sur place, les 3 navires anglais se remirent en mouvement, se décalant vers l’est...
Le lendemain matin, le scénario que l’amiral Fox avait craint se révélait exact : la flotte Marchombre n’avait fait que feindre son abandon. Et à présent que les 3 navires britanniques étaient de nouveau esseulés, ils pouvaient reprendre leur plan d’attaque.
24h d’espoir... c’est en fin de compte tout ce que Fox, Angus et Nathan avaient obtenu.


« Ne devrait-on pas informer le cpt. Faya du retour des Marchombres, amiral ? » demanda le commandant en second.
« Pas question. Tu l’as entendu comme moi : « A l’avenir, il vaudra mieux éviter de nous croiser ». Le Phantom Squadron, mieux vaut donc ne plus y penser... c’est de l’histoire ancienne ! D’ailleurs, l’histoire l’a toujours montré : les amis d’un jour sont parfois les ennemis du lendemain. A présent, advienne que pourra ! ».

A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy Fox
Gabier


Messages : 1421
Date d'inscription : 31/08/2013

Infos
Nationalité: Hollandais Hollandais

MessageSujet: Re: Les Aventures du fantastique Mr. Fox   Lun 29 Déc 2014 - 11:20

Rapidement, les 10 navires pirates encerclèrent les 3 navires anglais qui se tenaient côte à côte.

Sur le pont de sa frégate, Angus vidait une bouteille de rhum en attendant son heure...


« Z’allez voir qu’ils vont commencer par mon beau bateau ! Ensuite ce s’ra vot’tour amiral ! Puis c’lui d’Nathan ! On va y passer tous, mais on va essayer d’leur en faire voir avant d’rendre les armes ! »

Angus avait vu juste... Bientôt, les navires pirates fondirent sur la frégate de 8 livres et commencèrent à l’arroser copieusement.
Le HMS Pen Duick ne fut pas en reste et répondit du tac au tac, arrosant à son tour 2 navires pirates assez sérieusement.

L’ ~ HMS Argo ~ tenta par trois fois de s’approcher des navires pirates, mais ceux-ci évitaient bien les manoeuvres de l’amiral et quelques moments plus tard Fox ne put qu’assister impuissant à l’abordage du HMS Pen Duick, la frégate du cpt. Phillips.





Les capitaines Huntington et Fox se remirent alors lentement en marche, mais les vents restaient contraires, rendant leur progression vers le port beaucoup trop lente. Sans cela, rejoindre le port eu été possible, mais la chance n’était décidément pas du côté anglais. De plus, un onzième pirate avait fait son apparition. Pas à dire... ils avaient mis le paquet !

Plutôt que de lutter contre le vent, l’ ~ HMS Argo ~ décida de retenir les assaillants le plus longtemps possible afin de permettre au Vanguard de rejoindre le port de Kingston.
Pour cela, il fallu d’abord convaincre le cpt. Huntington de poursuivre seul vers Kingston. Ce ne fut pas chose aisée car Nathan était bien décidé à lutter aux côtés de son amiral jusqu’au bout. Mais la mort dans l’âme, il accepta finalement de poursuivre vers le port.





Fox aurait préféré couler un navire ennemi ou l’autre, mais cette idée était à oublier car il fallait se focaliser uniquement sur les équipages pour donner une chance au Vanguard.
En effet, se concentrer sur 2 ou 3 navires pour les envoyer par le fond avant de succomber inévitablement sous le nombre, aurait pour conséquence de laisser beaucoup trop de navires ennemis en pleine possession de leur moyens pour harceler ensuite le Vanguard du cpt. Huntington. La seule solution était donc de ne laisser aucun navire intact. Chacun d’eux devait absolument recevoir son quota de dégâts...

Bientôt, les 11 navires encerclèrent le vaisseau de l’amiral Fox...




A suivre...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy Fox
Gabier
avatar

Messages : 1421
Date d'inscription : 31/08/2013

Infos
Nationalité: Hollandais Hollandais

MessageSujet: Re: Les Aventures du fantastique Mr. Fox   Lun 29 Déc 2014 - 16:59

« Capitaine, par pitié ! Proposez-leur 100 piastres par personne ! » suggéra le maître d’équipage. « Ils accepteront peut-être de nous laisser sain et sauf ! »

« Bonne idée, mais malheureusement c’est impossible... je n’ai pas cette somme » répondit l’amiral. « Je suis parti sans le moindre sou de St Eustatieus. »

« C’est malin ça ! » répondit le marin.
« Ouais ! L’amiral est tellement pauvre que ce sont les pigeons qui lui jettent du pain ! » dit un autre marin sous les rires des matelots.


« C’est bientôt fini vos âneries ? » demanda Fox « Au lieu de rigoler messieurs, préparez-vous !  L’ ~ HMS Argo ~ va sans doute livrer son dernier combat ! Nous lutterons à 1VS11 toute la nuit, comme la chèvre de Mr Seguin ! »




« C’est quoi cette histoire de chèvre ? » demanda un marin.
« Après les ânes, voilà qu'il nous parle de chèvres à présent ? »

« Ce n’est rien... on n’a pas l’temps les gars ! » dit Jeremy Fox.

« Si ! On veut savoir capitaine ! » répondit un autre marin
« Ouais ! Et puis c’est maintenant ou jamais ! » lança un autre.

« Bon bon... soit ! » leur dit Jeremy Fox.
« Hum hmm ! » Fox s’éclaircit la voix...

« M. Seguin n'avait jamais eu de bonheur avec ses chèvres. Il les perdait toutes de la même façon : Un beau matin, elles cassaient leur corde, s'en allaient dans la montagne, et là-haut le loup les mangeait. »

« C’est une histoire triste ça, capitaine! »
« Chuut ! Laisse-le continuer voyons ! »

« Après avoir perdu six chèvres de la même manière, il en acheta une septième...
Ah ! qu'elle était jolie la petite ‘Blanquette’ de M. Seguin. Qu'elle était jolie avec ses yeux doux, sa barbiche de sous-officier, ses sabots noirs et luisants, ses cornes zébrées et ses longs poils blancs qui lui faisaient une houppelande ! et puis docile, caressante, se laissant traire sans bouger, sans mettre son pied dans l'écuelle ; Un amour de petite chèvre. Mêê ! Mêê ! Mêê ! »

« Mais qu’est-ce qu’il nous raconte là ? »
« L’Amiral est fou ! Voilà qu’il bêle comme une chèvre à présent ! »
« Donnez-lui un chou ! Ca le fera peut-être taire ! »

« Un peu de silence voyons messieurs ! Je vous raconte une belle histoire ! »
Fox reprit :

« Une nuit, Blanquette s’échappa à son tour. C'est qu'elle n'avait peur de rien la Blanquette ! »

« Un peu comme vous capitaine! »
« Merci mon ami », dit Fox fièrement ! « En effet, je n’ai peur de rien ! »
« Non, capitaine, vous m’avez mal compris : Je veux dire « Blanquette s’échappa à son tour... » un peu comme v... heu... »

Fox fronçait les sourcils en dévisageant le marin qui se croyait comique... Les marins rigolaient de plus belle...
Fox reprit à nouveau son histoire :


« Blanchette gambada jusqu’au soir, mais la nuit venue, elle entendit : « Houuu ! Houuu ! C’était le loup ! »

A ce moment, la vigie cria :
« Houu houu capitaine ! Ils approchent ! »

« C’est surement les loups ! », s’écria un marin.
« Ils vont nous manger tout cru ! » dit un autre...
« Dites capitaine, elle fini bien votre histoire ? »

« Heu... Blanchette se  retourna et vit dans l'ombre deux oreilles courtes toutes droites, avec des yeux qui reluisaient et... »

« Capitaine ! Ce n’est plus le moment de raconter des histoires ! Moi je vois des voiles partout et des canons reluisants ! » dit la vigie.

Fox pris sa longue vue pour analyser la situation, et durant un moment, il ne sut trop s’il voyait la chèvre de Mr Seguin qui lui souriait, ou le loup, ou les pirates...


   

« Terminez votre histoire capitaine ! » Dirent les marins en cœur !
« Oui, car c’est sans doute la dernière ! »

« Heu... » Fox tenta de se ressaisir... :
« Blanquette se sentit perdue... Et puis le monstre s'avança, et entra dans la danse. »

« BOOOM ! »


Fox et les marins se sentaient perdus. Les monstres entraient dans la danse... Le 1er coup de canon venait de retentir et secoua le V64 de plein fouet.

« Mais Blanchette décida de ne pas se laisser faire, et de livrer bataille ! »

« Ahhhh ! » s’exclamèrent les marins en coeur !
« A vos sabords les gars ! Feu à volonté ! »

« Baaam ! » Le vaisseau de 64 canons envoya à son tour ses bordées meurtrières...

« Ah ! la brave chevrette ! Comme elle y allait de bon coeur ! A de multiples reprises, elle força le loup à reculer pour reprendre haleine » cria l’amiral Fox dans le brouhaha de la bataille.

...Et à de multiples reprises, le vaisseau de 64 canons força les loups pirates à reculer pour soigner leurs blessés et évacuer leurs morts par dessus bord.

Fox continuait son récit :
« Longtemps, la petite chèvre regarda dans le ciel et se dit : pourvu que je tienne jusqu'à l'aube ! »

« Pourvu qu’on tienne jusqu’au lever du jour capitaine ! » dit un marin.

« Baaam ! Baaam ! » Les coups redoublèrent... les marins tombaient les uns après les autres... peu entendraient la fin de l’histoire.



« Blanchette redoubla de coups de cornes, le loup de coups de dents ! Alors qu’elle faiblissait, le loup se jetta sur Blanchette... mais elle parvint à le repousser ! »




« Les loups... heu... les pirates lancent leurs grappins capitaine ! »

...Et par deux fois, l’ ~ HMS Argo ~ parvint à repousser l’ennemi...mais au 3ème abordage, les marins, à bout de souffle telle la petite chèvre de Mr Seguin,  n’avaient plus la force de lutter et s’effondrèrent...


A suivre...

_________________________________________________

- les plus grandes oreilles des caraïbes.

- membre de l’équipe d’admins et actif dans le développement des idées d’amélioration à mettre en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy Fox
Gabier
avatar

Messages : 1421
Date d'inscription : 31/08/2013

Infos
Nationalité: Hollandais Hollandais

MessageSujet: Re: Les Aventures du fantastique Mr. Fox   Dim 4 Jan 2015 - 15:30

Il fallait voir le bon côté des choses : L’idée de mitrailler les différents équipages adverses avaient rendu l’ensemble de la flotte pirate inopérationnelle, à défaut d’avoir coulé des navires. Angus et Fox avaient en effet considérablement réduit les équipages de neuf d’entre eux, et la flotte pirate se devait donc de rentrer à quai recruter et s’écarter de Kingston. Comme Fox l’avait imaginé, elle sembla prendre la direction du sud-ouest et du port de San Andres, certes plus éloigné que les îles Caïmans, mais la possibilité pour eux de s’y faire « cueillir » par le Phantom Squadron était écartée...

Cette stratégie coûtait cher mais permettait au cpt. Huntington d’entrevoir la suite du voyage plus sereinement.

Ce fut donc en canot que l’amiral Fox rejoint le port de Kingston. Fort heureusement, l’ambiance y était excellente :





Arrivé au port, l’amiral Fox affréta une frégate de 9 livres à Kingston, pour terminer le périple aux côtés du « rear-admiral » Huntington, non plus cette fois en tant que participant, mais en tant qu’escorteur officiel.

Le « vice-admiral » Sir Phillips devait lui renoncer à poursuivre, soit-disant en raison d’une blessure encourue durant l’affrontement contre la flotte des Marchombres. On pouvait cependant compter sur lui pour se consoler à quai avec une caisse de rhum en attendant de pouvoir reprendre la mer...




Les cpt. Captasus et Pistol Pete étaient eux revenus en arrière.
Leur arrivée à Kingston avait été trop tardive pour sauver leur amiral, mais ils effectueraient cette fois le reste du voyage en compagnie du Vanguard du cpt. Nathan Huntington, le classement final n’étant plus un objectif pour eux depuis longtemps.





Lorsque les britanniques se remirent en route,ils furent également rejoints par 2 renforts supplémentaires ; les cpt. Edward Newgate et Wolfen.
Plusieurs jours passèrent et alors qu’ils avaient déjà parcourus la moitié du chemin qui séparait Kingston d’Aruba, ils furent informés que les Marchombres venaient d’attaquer l’escorte hollandaise du cpt. van Alkmaar. Fox l’avait pourtant tenu informé de la présence pirate devant Kingston. L’avenir ne s’annonçait pas rose pour le dernier concurrent hollandais.

Un peu plus tard, Aendrick van Alkmaar annonçait 11 navires dans son sillage : 7 grands chebecs, 3 corvettes de 6 livres et 1 Chebec.

A présent qu’ils connaissaient la situation, les Anglais ne pouvaient décemment plus continuer vers Aruba et se devaient de faire demi-tour... quel genre d’alliés auraient donc fermé les yeux à la réception de ce message ?

Rejoints par quelques navires hollandais, les six Anglais (Huntington, Captasus, Pete, Wolfen, Edward et Fox) remirent donc le cap sur Kingston pour faire front contre les onze pirates.

Le lendemain, le temps se gâta, la mer devint mauvaise et la progression de plus en plus difficile.




Aendrick annonça alors avoir distancé ses poursuivants. Il était difficile de penser que seule la visibilité réduite due à la tempête avait permis au capitaine batave de semer 11 navires. Certes, la mer était de plus en plus furieuse d’heure en heure, rendant la navigation très périlleuse pour les navires de petit gabarit, mais les Marchombres n'étaient ni les premiers venus, ni du genre à laisser échapper leurs proies... Fox en savait quelque chose et il ne pensait pas que les dangers d'une mer déchainée étaient la seule raison pour laquelle les pirates avaient cessé la poursuite, permettant à Aendrick de s'extirper d'une situation sérieusement compromise et de rejoindre Kingston.  

La menace pirate semblait pourtant belle et bien écartée, et ce fut donc une large flotte de navires anglo-hollandais qui prit la direction d’Aruba pour poursuivre le Carabbean Trophy.

La suite et fin de la course serait-elle une formalité ou semée de nouvelles embuches pour les derniers participants ? Ceci était une autre histoire...




A suivre...

_________________________________________________

- les plus grandes oreilles des caraïbes.

- membre de l’équipe d’admins et actif dans le développement des idées d’amélioration à mettre en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy Fox
Gabier
avatar

Messages : 1421
Date d'inscription : 31/08/2013

Infos
Nationalité: Hollandais Hollandais

MessageSujet: Re: Les Aventures du fantastique Mr. Fox   Ven 23 Jan 2015 - 19:09

Partis en reconnaissance, les capitaines Captasus, Pistol Pete, John Cole et Jeremy Fox arrivèrent les premiers à Bonaire et observèrent les alentours. Une flotte française se tenait à l’est du port et se précipita dans les archipels à la vue des navires anglais.

« Ils sont bien cachés tout de même ! On les confondrait presqu’avec les arbres ! » constata l’amiral Fox en les observant avec sa longue vue.



« Ne les regardez pas ! Faisons comme si nous ne les avions pas vu » sifflota l’amiral. « Nous allons passer le long des archipels et lorsque nous les aurons dépassés nous virerons alors de bord avec un vent favorable pour les prendre à revers ! »

« Héhé... quel fin stratège notre amiral ! » s’émerveilla un matelot.
« Oui, il est futé ! » renchérit un autre. « On voit qu’il est intelligent ! »

« Messieurs... » commença Fox... « L’intelligence n’est pas une propriété biologique comme la taille du cerveau, mais une abstraction fondée sur des jugements de valeur au sujet du comportement d’un organisme, en plus d’être ce que j’appellerais l’ensemble des fonctions mentales ayant pour objet la connaissance conceptuelle et rationnelle ».

« Qu’est-ce qu’il raconte ? Quelqu’un à compris ? » demanda un marin interloqué.

« L’ensemble des facultés mentales permettant de comprendre les choses et les faits, de découvrir les relations entre eux et d’aboutir... heu... à la connaissance conceptuelle et rationnelle, par opposition à la sensation et à l’intuition, qui... heu... me permets de percevoir bien des subtilités et m’octroie une aptitude certaine à comprendre et à m’adapter à des situations nouvelles. Mon intelligence peut ainsi être conçue comme la faculté d’adaptation de... »

« Heu capitaine... » l’interrompit le commandant en second. « Il est temps de nous mettre en mouvement si nous voulons surprendre la flotte française avant le couché du soleil. »
« Très juste moussaillon ! » le félicita l’amiral. « Je vois que vous disposez également d’un esprit laissant suggérer la mise en pratique de moyens d’action en fonction des circonstances ».
« Merci ! Mais à quoi servirait l'intelligence si l’imbécilité n'existait pas, n’est-ce pas capitaine ? »


Le débat allait bon train lorsque les navires anglais se mirent en route au nord des archipels. Malheureusement une avarie cloua le cpt. Pistol Pete sur place... ce coup du sort allait déclencher les hostilités plus tôt que prévu...
Voyant un navire en difficulté, les Français sortirent des archipels pour l’arraisonner. Ni une ni deux, les 3 Anglais restant, eux, se jetèrent dans les archipels pour punir un Français qui s’y était attardé.
Peu de temps s’était écoulé et déjà les 2 flottes comptaient un navire de moins.
Les heures qui suivirent virent les navires tenter de regagner leurs positions. Les Français faisaient mouvement vers les archipels, et les Anglais vers les ports hollandais où le reste de leur flotte arrivait au compte goutte...

Il fallut attendre quelques jours supplémentaires pour enfin voir Anglais et Hollandais réunis au port de Bonaire... en face, les 10 navires français étaient toujours aussi bien cachés dans les archipels à l’est du port. Mais leur patience en disait long sur leur intentions :
« Vous ne passerez pas ! »



A suivre...

_________________________________________________

- les plus grandes oreilles des caraïbes.

- membre de l’équipe d’admins et actif dans le développement des idées d’amélioration à mettre en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy Fox
Gabier
avatar

Messages : 1421
Date d'inscription : 31/08/2013

Infos
Nationalité: Hollandais Hollandais

MessageSujet: Re: Les Aventures du fantastique Mr. Fox   Mar 27 Jan 2015 - 19:50

A quai, les capitaines hollandais semblaient vouloir temporiser...
Les heures passaient... las d’attendre, cinq navires anglais se décidèrent à tenter une sortie. Le vaisseau de 74 canons du cpt. Huntington ouvrit la marche cap sud-est dans l’intention de longer la côte. A ses côtés, les cpt. Cole, Wolfen, Captasus et l’amiral Fox s’étaient donné pour mission de tenir l’ennemi en respect le plus longtemps possible afin de permettre au « Vanguard » de rallier Tobago, port d’arrivée du Caribbean Trophy.

La flotte française ne se précipitât pas. Au contraire, elle avança en parallèle de la flotte anglaise. Plus nombreuse, elle comptait continuer à se montrer patiente et saisir l’occasion lorsque leur ennemi se serait suffisamment éloigné du port.


Dans le même temps, un capitaine anglais venait de recevoir plusieurs missives hollandaises intrigantes. Celles-ci indiquaient que leur but premier seraient de permettre au vaisseau de 74 canons hollandais de doubler son homonyme anglais afin de remporter le Caribbean Trophy. La flotte française, elle, pourrait être combattue ultérieurement. Et à lire certaines réponses bataves, cela en était presqu’à se demander si cela ne ferait pas leurs affaires si la flotte française s’en prenait aux Anglais...

Mais Fox ne croyait pas un mot de tout cela. Quelqu’un avait sans nul doute dû imiter les signatures des capitaines hollandais dans le but de déstabiliser la flotte anglaise. Sinon, pourquoi un anglais était-il destinataire de ces missives d’un goût douteux ?

Néanmoins, la flotte anglaise avait déjà bien progressé, et la pression commençait à s’accentuer.
Sur le qui-vive, Fox scrutait l’horizon prêt à réagir à la moindre tentative d’approche ennemie. Il aperçu un grand chebec hollandais dans son nord-ouest, navigant à proximité d’une corvette de 6 française... les deux navires maintenaient le même cap.




Un peu de temps passa et cependant rien ne se passa. (à part le temps).
Il était impératif d'en avoir le cœur net et le cpt. batave en vue au N-O fut contacté pour s’enquérir de ses intentions. Sa réponse, évasive et confuse, ne faisait que confirmer les missives précédentes... les bataves ne feraient que passer, sans se soucier ni de la flotte ennemie, ni de leurs alliés anglais.
Peu de temps après, la corvette de 6 française avança en direction de l’est, ignorant totalement le navire hollandais dans son nord, celui-ci étant pourtant presqu’à portée de canons...

Nous étions ce soir-là le 24 décembre 1714, et, déstabilisés par cette farce dont ils étaient les dindons, les Anglais tentèrent malgré tout une attaque audacieuse sur le grand chebec du cpt. Arthur qui s’était avancé dans un rôle d’appât.

Malheureusement, les équipages anglais ne l’entendaient pas de cette oreille !




Le risque de contre-attaque étaient grand, et sans l’appui des alliés, l’éventualité d’un combat en nette infériorité numérique ne les emballaient guère... les capitaines captasus, Wolfen, Cole et Fox avaient toutes les peines du monde à convaincre leurs équipages et sur certains navires, on n’étaient pas loin de la mutinerie !


L’attaque eu finalement lieu malgré l’ambiance exécrable au sein des équipages...

C’est ainsi, qu’alors que le grand chebec du cpt. Arthur avait pourtant reçu 9 bordées, que les marins du cpt. Wolfen refusèrent de mener l’assaut, de peur sans doute de se voir ensuite trop déforcés pour contenir les possibles contre-attaques adverses. Le cpt. Cole tenta à son tour de s’approcher du Français, mais ses marins firent également la sourde oreille.
Sur ces entrefaites, la corvette de 6 française du capitaine Ducruet entrait en action... L’amiral Fox réussit à l’approcher dans la foulée... malheureusement ses marins refusèrent d’ouvrir le feu !
les Anglais tergiversaient et voyaient leurs chances de succès s’amenuiser de minutes en minutes...



(N.D.A. :Les approches et tirs impossibles à réaliser des cpt. Cole et Fox étaient dus à un ‘bug’ déjà maintes fois signalés.)


Les marins reprochaient à leurs capitaines d’avoir à nouveau été envoyé au casse-pipe, dans une bataille qu’ils ne pouvaient remporter. Et alors que les cpt. Captasus, Cole, Wolfen et Fox tentait désespérément de reprendre le contrôle de leurs équipages, le gros de la flotte française passa à l’action... ne laissant aucune chance aux navires des cpt. Captasus et Wolfen.

En déroute, les cpt. Cole et Fox ne pouvaient plus rien espérer. S'extirper de cette situation calamiteuse devenait leur nouvel objectif, afin de donner une chance de repli au « Vanguard » du cpt. Huntington, forcé de rebrousser chemin vers Bonaire, à son grand désarroi.

Les Anglais avaient été roulés dans la farine et Nathan Huntington ne remporterait pas le Caribbean Trophy.
Les Français n’allaient pourtant pas savourer leur victoire bien longtemps...


Cette nuit-là, Fox rêva qu’il se faisait rouler dans la farine...



A suivre...

_________________________________________________

- les plus grandes oreilles des caraïbes.

- membre de l’équipe d’admins et actif dans le développement des idées d’amélioration à mettre en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy Fox
Gabier
avatar

Messages : 1421
Date d'inscription : 31/08/2013

Infos
Nationalité: Hollandais Hollandais

MessageSujet: Re: Les Aventures du fantastique Mr. Fox   Sam 31 Jan 2015 - 21:43

Fox se réveilla en sueur après cet horrible cauchemar !
Allongé dans son lit, Fox semblait particulièrement concentré. Probablement se remémorait-il les derniers événements ? Il semblait en tout cas élaborer un plan d’action pour les heures à venir...





Le trio Huntigton - Cole - Fox se mis rapidement hors de portée en reculant vers Bonaire. Ensuite, les événements se précipitèrent quelque peu : Libéré de toute contrainte de temps pour achever le Caribbean Trophy aux côtés du cpt. Huntington - dernier concurrent, la flotte anglaise était désireuse d’une revanche rapide. Cole et Fox piquèrent plein nord pour rattraper les 3 capitaines de la South Sea Company qui venaient de reprendre leur route indépendamment des FDLC. Après une poursuite de presque 48h, deux d’entres-eux furent rattrapés et leurs navires confisqués, ainsi que le maigre coffre de leurs capitaines.

Dans le même temps, le reste de la flotte française se dirigeait imprudemment vers l’ouest, et Cole et Fox regagnèrent Bonaire juste à temps pour assister à l’arraisonnement d’une corvette de 6 livres des œuvres du cpt. Edward, assisté de la nouvelle frégate de 12 livres du Commodore Wolfen.
Les combats se poursuivirent jusqu’à l’ouest d’Aruba, où, côté anglais, le vaisseau de 80 canons du cpt. Rooke allait se faire surprendre et succomber à son tour devant le regain de fougue français.

Cette prise de choix avait néanmoins coûté beaucoup d’énergie et de marins aux Français... Alors que l’Angleterre s’apprêtait à contre-attaquer une nouvelle fois, l’horizon se noircit soudainement : Une coalition pirate arrivait depuis l’ouest. Plus de 15 pavillons noirs furent identifiés. C’en était trop pour deux nations convalescentes, fatiguées par plusieurs jours de combat. Au large d’Aruba, la flotte anglaise se contenta d’observer sagement le déferlement de la « vague noire » sur des navires français dont certains flottaient encore à peine.

En recul près de Curaçao, un autre œil attentif semblait davantage s’occuper des mouvements anglais. Le cpt. Junker, Surintendant général de la Division Recrutement à l'Ecole navale hollandaise... Il est vrai que ces derniers temps, bien peu de nouveaux capitaines débarquaient en provenance du vieux continent. Junker, en chômage technique, devait s’ennuyer comme un rat mort pour ‘admirer’ les navires de la Couronne britannique plutôt que de profiter du spectacle opposants Français et pirates.

Les navires anglais au large du port d’Aruba restèrent côté à côte, occupés à réparer quelques avaries sans gravité, mais les regards tournés vers la horde pirate.
Peut-être était-il temps d’enfin boucler la boucle, et d’en finir une bonne fois pour toute avec l’aventure du Caribbean Trophy... une nouvelle délégation anglaise composée de 5 navires quitta donc  Aruba et reprit la mer en direction de l’est. Bizarrement, l’amiral Junker se plaça dans le sillage des Anglais et les suivit jusqu’à ce qu’ils aient définitivement perdu de vue les Antilles néerlandaises.


« Ce que c’est que la notoriété tout de même ! » dit un marin.
« Pour sûr ! » répondit un autre. « Les occasions de voir passer les navires de sa Majesté sont rares, et certains comme ce brave cpt. Junker sont prêts à modifier leur cap pour nous admirer quelques heures de plus ! Ce doit être un grand fan pour nous suivre ainsi ! »

Après avoir magnifiquement joué leur rôle de trouble-fête, les Français s’étaient relachés dans leur organisation, subissant de lourdes pertes contre la « marée noire » pirate.
Le reste du trajet allait s’apparenter à une formalité bien monotone. Mais la « promenade des Anglais » allaient toutefois être égayée par quelques Français égarés. Deux d’entre eux étaient à nouveau caché dans les archipels. Côté anglais, on commençait à plutôt bien les connaître, et tel fut pris qui croyait prendre... John Cole se chargea d’aborder le navire du cpt. Defrance, tandis que le cpt. Arthur échappa de peu aux cpt. Wolfen et Fox.





Enfin, à l’approche de Tobago, le cpt. Malouin, lui aussi dans un archipel, allait se faire surprendre et se voir offrir un canot.
Après presque deux mois et demi de voyage, l’aventure s’achevait enfin pour le « Vanguard » de Nathan Huntington. Cette deuxième place obtenue était aussi la dernière de sa catégorie de navire. On ne pouvait donc bien sûr pas parler de victoire, mais au moins, l’honneur était sauf.

Il allait être temps de tirer les conclusions de tout ceci...


A suivre...

_________________________________________________

- les plus grandes oreilles des caraïbes.

- membre de l’équipe d’admins et actif dans le développement des idées d’amélioration à mettre en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy Fox
Gabier
avatar

Messages : 1421
Date d'inscription : 31/08/2013

Infos
Nationalité: Hollandais Hollandais

MessageSujet: Re: Les Aventures du fantastique Mr. Fox   Dim 1 Fév 2015 - 18:54

Fox et son commandant en second, appuyé sur le bastingage, regardaient l’horizon : De l’eau à perte de vue...
Bien que l’océan était depuis longtemps devenu leur paysage coutumier, ils ne s’en lassaient jamais. Et durant toutes ces semaines consacrées à boucler un parcours interminable et semé d’embuches, les occasions de profiter du roulis devant la proue du navire avaient été bien rares.



« Amiral ? » demanda le commandant en second. « Comment expliquez-vous que nous ayons trouvé tant d’embuches sur notre parcours, alors que d’autres concurrents sont passés sans entourloupe aucune ?
D’abord le blocus pirate devant Kingston :  plusieurs navires, au moins cinq d’entre eux, étaient pourtant référencés sur la listes des participants au Caribbean Trophy.  Mais nous les avons retrouvé sur notre route. Ca ressemblait beaucoup  à un coup de p... ça amiral. »

« Un coup de pirate ? » questionna Fox.

« Heu... oui amiral ! Un coup de pirate ! Ensuite, le blocus français lors de l’ultime étape ? Encore nous... pourquoi ? Quelle malchance ! Hein amiral ? »

Fox paraissait songeur... Quelques instants plus tard, le regard toujours fixé sur l’horizon, il tâcha d’apporter un élément de réponse à son second :

« La chance n’a rien à voir là-dedans mon ami... Les pirates n'ont fait qu'agir en tant que pirates. C’était machiavéliquement orchestré de leur part et je suis sans doute le seul responsable de la perte de l'HMS Argo. Ils connaissaient notre itinéraire et en ont profité pour nous surprendre, chose impensable à l’accoutumée. Idem pour la flotte française : Intercepter une flotte anglaise était une véritable aubaine qui ne s’était encore que trop rarement présentée à eux ! »

« Et la petite roublardise hollandaise pour nous doubler dans la dernière étape ? Comment expliquez-vous ça ? »

« La jalousie, mon ami ! Lorsqu’une nation évolue dans l’ombre de son allié, les occasions de se mettre en évidence sont parfois difficiles à saisir ! Il ne faut pas leur en vouloir ! L’opportunité s’est présentée à eux d’inscrire leur nom devant le nôtre, et ils l’ont saisie, voilà tout ! »

« Quand on domine la Caraïbe de la tête et des épaules comme l’Angleterre, on appelle ça la rançon du succès ! » termina l’amiral Fox.

« Ah bon ? » questionna le commandant en second. « Depuis quand sommes-nous dominateur à ce point amiral ? »

« Oh, depuis déjà longtemps ! » répondit Fox. « Depuis que je suis l’amiral à la tête de l’amirauté britannique dans la Caraïbe, tout est parfaitement sous contrôle ! »

«  Je n’avais pas remarqué amiral. Probablement parce que je ne fréquente pas suffisamment les tavernes ! Vous devez y être très populaire, à n'en pas douter ! »

« Heu... oui ! J’y suis effectivement très respecté, et on y chante d’ailleurs parfois mes louanges ! »

« Vous êtes vraiment fantastique, Mr. Fox ! »



The End

_________________________________________________

- les plus grandes oreilles des caraïbes.

- membre de l’équipe d’admins et actif dans le développement des idées d’amélioration à mettre en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy Fox
Gabier
avatar

Messages : 1421
Date d'inscription : 31/08/2013

Infos
Nationalité: Hollandais Hollandais

MessageSujet: Re: Les Aventures du fantastique Mr. Fox   Dim 5 Juil 2015 - 13:03

Prochainement, ne ratez pas le 9ème récit d'aventure de Jeremy Fox :
~Caracara Plancus ~



_________________________________________________

- les plus grandes oreilles des caraïbes.

- membre de l’équipe d’admins et actif dans le développement des idées d’amélioration à mettre en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy Fox
Gabier
avatar

Messages : 1421
Date d'inscription : 31/08/2013

Infos
Nationalité: Hollandais Hollandais

MessageSujet: Re: Les Aventures du fantastique Mr. Fox   Lun 6 Juil 2015 - 12:27

« Aie aie ouille ! »

19 mai 1715... A bord du canot de sauvetage qui le ramenait vers Grand Bahamas, Fox se débattait contre un volatile féroce. Un de ces rapaces toujours à l’affut d’une proie meurtrie à achever.
Meurtri, Fox l’était en effet. Mais surtout dans son amour propre. Il venait de subir un revers qu’il n’était pas prêt d’oublier de si tôt, des œuvres de trois lascars, pirates de surcroit.
L’attaque avait été foudroyante, prenant l’équipage complètement au dépourvu. Trois navires pirates avaient surgit d’entre les archipels et, bien plus rapides, avaient fondu comme l’éclair sur l’HMS Lionheart, sa frégate de 9 livres. Fox s’était pourtant démené sur le pont, sa rapière fendant l’air de toutes parts, mais avait dû lacher prise lorsqu’un affreux, arrivé dans son dos, lui avait appuyé son mousquet entre les omoplates...

Deux des navires étaient commandés par des pirates indépendants, n’appartenant donc à aucune confrérie. Le troisième était lui commandé par le cpt. Silverbeard des Phantom Squadron. L’équipage de se dernier s’était rendu maître du navire de l'amiral Fox. Tels des fantômes, ses marins avaient semé la panique à bord du navire et précipité les Anglais par dessus bord.




Silverbeard, ancien allié hollandais, avait pourtant combattu aux côtés de Fox peu de temps auparavant. Il semblait avoir rapidement tourné la page et n’avait pas fait dans les sentiments ! Pas à dire, il s’agissait désormais bel et bien d’un vrai pirate ! Son second, un grand escogriffe bâti comme un mastodonte, avait attrapé Fox et l’avait balancé par dessus bord rejoindre ses officiers qui l’attendaient dans le canot !

Comble de malchance, le canot s’était déjà mis en mouvement et Fox avait atterri dans l’eau...



« Merde ! Voilà déjà l’amiral ! » avait murmuré l’un des officiers.
« Que fait-on ? » Avait demandé un autre.
« Bon nageur comme il est, il est fichu de regagner le port à la nage, et de nous faire passer ensuite en cour martiale pour ne pas l'avoir attendu ! »
« Ouais, c’est pas de chance ! A 2 minutes prêts, nous aurions déjà été loin et aurions pu feindre de ne pas le voir ! »

« Ahhh mes bon amis ! » s’exclama Fox en se hissant à bord du canot. « Quelle joie de vous retrouver sains et saufs ! »
« Joie partagée capitaine ! » répondit le commandant en second en toussant.
« Tu parles... » murmura le maître pilote. « Pour une fois qu’on avait une chance de se débarrasser de l’amiral... »

« Cap sur Grand Bahamas ! » Commanda Fox.
« Bien capitaine ! », dit le commandant en second. « A babord toutes ! »
« A tribord imbécile ! » contredit le maître pilote.
« A babord ! »
« A tribord ! »
« Allons allons messieurs ! » interrompit Fox.  « Vous n’allez pas recommencer ? Nous ne devons pas être loin de la côte, et n’avons qu’à suivre le mouvement des oiseaux ! Voyez comme ils sont beaux !  Pitits pitis ! Montrez-nous le chemin mes amis ! Pitis pitis ! »

« L’amiral est toujours aussi dingo » soupira le maître d’équipage.

« Mes amis, le bonheur est un oiseau qui se pose sur la paume de la main. Pour le garder il ne faut pas essayer de le saisir. »
« Mais qu’est-ce qu’il raconte ?? »
« Humble comme un agneau, diligente comme une abeille, belle comme un oiseau de paradis, fidèle comme une tourterelle. Qu’y-t-il de plus beau qu’un oiseau libre qui vole vers le soleil ? »
« Le trajet va être long... » soupira le commandant en second.
« En voilà un qui s’approche ! » s’écria Fox. « Qu’il est mignon l’oisillon ! »

« Yiiik Yiiik! »  



« Mais mais... il...il fonce sur moi !! » dit Fox soudainement terrorisé.
« Aie aie ouille ! » Fox s'était recroquevillé en avant, les mains sur la tête pour se protéger des serfs du rapace.

« Hahaha ! C’est un oiseau de malheur ça, capitaine ! » rigolèrent les officiers.
« Rahhh ! Aidez-moi bon sang ! » implora Fox.

Le maître charpentier se saisi d’une rame et la fit tournoyer au dessus de la tête de l’amiral afin d’effrayer et d’éloigner l’oiseau.

« Bougez pas capitaine ! » cria-t-il. « J’en fais mon affaire ! »
« Il est parti ? » demanda alors Fox en se relevant.
« Bong ! »
« Waaaaille ! »
« Excusez-moi capitaine ! Je vous avais pourtant dit de ne pas bouger ! »
« Zut ! Il n’est pas tombé à l’eau... »
« Plait-il ? » demanda Fox en se massant le crâne.
« Heu... l’oiseau capitaine ! L’oiseau s’est envolé ! Quelle chance capitaine ! »
« Ah, oui! l’oiseau ! Mes amis, La malchance est un oiseau déplaisant et il faut l'empêcher de se percher sur soi... »
« Bravo capitaine ! Il ne s’est pas perché sur vous ! »
« Oui, une fameuse chance ! » répondit Fox !

« Caracara Plancus ! » s’écria-t-il soudain.
« J’ai dû tapé trop fort ! » dit le maître charpentier. « Le voilà bon à enfermer ! »
« Oui, l’amiral cherche un plan cul à présent ! Soyez sur vos garde, car la côte est encore loin ! » dit le maître d’équipage.
« Un plan cul ? » répondit le maître charpentier. « S’il m’approche, je lui en remets un bon coup sur le crâne pour calmer ses ardeurs ! »
« L’oiseau ! » reprit Fox. C’était un oiseau de la famille des Caracara Plancus ! »
« Caracara Plancus ?!? Qu’est-ce que c’est que cet oiseau de mauvais augure ? » demanda le commandant en second.
“Il ne faut jamais juger un oiseau par le bruit qu'il fait avant de se poser. Quelle que soit sa taille, le caracara plancus, lorsqu'il veut prendre sa proie, plane et cesse de battre de l'aile. »
« Vous en savez des choses capitaine ! »
« Oui, c’est pour ça que je suis capitaine ! » répondit Fox fièrement, le sang dégoulinant légèrement depuis son cuir chevelu.

Le petit groupe finit par accoster dans une petite crique non loin de Grand Bahamas. D’une part parce que Fox y possédait un magot d’importance, et d’autre part parce que pour une fois, il préférait arriver discrètement plutôt que de faire une entrée remarquée en canot de sauvetage.

« On vous accompagne chez l’armateur capitaine ? Il va nous falloir réaffrêter un navire et vous avez certainement déjà une idée ? »

A suivre...

_________________________________________________

- les plus grandes oreilles des caraïbes.

- membre de l’équipe d’admins et actif dans le développement des idées d’amélioration à mettre en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy Fox
Gabier
avatar

Messages : 1421
Date d'inscription : 31/08/2013

Infos
Nationalité: Hollandais Hollandais

MessageSujet: Re: Les Aventures du fantastique Mr. Fox   Mar 7 Juil 2015 - 12:49

« Tiens, l’amiral Fox ! »
L’armateur ne s’attendait pas à accueillir un client de telle importance.

« Mazette ! Que vous est-il donc arrivé ? Votre cuir chevelu est tout ensanglanté ! Vous vous êtes crêpé le chignon avec madame ? Un plan cul qui a mal tourné sans doute ? Hahaha !»

Fox resta impassible.
« J’aurais besoin d’un navire véloce, mais pas trop chétif. Puissance de feu raisonnable, capacité d’équipage convena... »
« Ok ok » interrompit l’armateur. « N’en dites pas plus ! J’ai ce qu’il vous faut en stock. Il peut être prêt d’ici 2 jours. Mais avant que j’aille vous le préparer, dites-moi donc comment nous allons le baptiser, votre terreur des mers ? »
« Tient oui » songea Fox. « ‘Terreur des mers’, c’est une chic idée qui m'irait parfaitement ! »

« Vous devriez aller prendre un bon bain amiral » dit le maître pilote en le regardant. « Vous avez l’air de vous être fait scalper par cet oiseau. Comment s’appelait-il déjà ? »
« Caracara Plancus ! » s’exclama Fox de mauvaise humeur. « Et je n'ai plus envie d'en parler ! »
« Où en étions-nous ? » dit-il en se retournant vers l’armateur. « Tiens ? Il s’en va déjà ? C’est malin ça, je n’ai pas eu le temps de lui donner le nom à graver sur la proue du navire. »
...
« Encore un original cet amiral » songea l’armateur en s’éloignant. « Caracara Plancus... Tsss ! A-t-on déjà vu pareil nom de bateau sur les mers ? »

A suivre...

_________________________________________________

- les plus grandes oreilles des caraïbes.

- membre de l’équipe d’admins et actif dans le développement des idées d’amélioration à mettre en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy Fox
Gabier
avatar

Messages : 1421
Date d'inscription : 31/08/2013

Infos
Nationalité: Hollandais Hollandais

MessageSujet: Re: Les Aventures du fantastique Mr. Fox   Sam 11 Juil 2015 - 11:48

Fox eu les pires difficultés à recruter un équipage pour le ~ Caracara Plancus ~. Le nom du navire était sur toutes les lèvres et n’inspirait pas les marins.
Au final, il fut obligé de se rendre à l’académie navale et de désigner des volontaires parmi de jeunes bleus n’ayant jamais navigués.
Les jours suivants, le Caracara Plancus, frégate de 8 livres, fit ses premières sorties en mer.
Les hommes n’était pas rassurés, comme en témoignait une discussion entre 2 marins :


« Qu’est-ce que c’est que cette nouvelle stratégie foireuse de l’amiral ? Il essaye d’attirer les navires en leur faisant miroiter un plan cul ou quoi ?
« Ca doit être ça ! Et je ne donne pas cher de notre sort le jour de notre prochaine défaite ! »
« Tu crois qu’il faudra serrer les fesses ? Parce qu’avec mes hémorroïdes, ça fait déjà un peu mal et je... »

Soudain, un volatile vint interrompre leur conversation.
A sa patte, un petit message était enroulé.


« Tu peux être sûr que les ennuis commencent ! » dit l’un des marins en déroulant le message.



Depuis quelques semaines, une période d’amnistie avait été offerte aux pirates. Objectif : Faire entendre raison aux plus raisonnables d’entre-eux, en leur offrant la possibilité de se ranger aux côtés d’une nation de leur choix, pour laquelle ils adopteraient et défendraient les idées et valeurs.
Plusieurs avaient été séduits par le discours, mais pour les plus radicaux, le temps était venu de subir le courroux des nationalistes et de payer au prix fort leur entêtement.

Les nations avaient chacune délégué un ambassadeur depuis l’Europe. Dee ces casses-couilles qui, bien qu’ayant davantage d’expérience en politique qu’en navigation ou combat naval, croyaient leur présence indispensable dans la Caraïbe, là où ils pourraient rencontrer personnellement les principaux acteurs et, si on leur en laissait l’occasion, n’hésiteraient sans doute pas à s’octroyer les victoires à venir.
Fox se serait bien passer de la présence de cet arriviste... cependant, il lui fit parvenir une missive « pompeuse » pour le rassurer concernant la motivation des Defenders of the Crown à jouer les 1ers rôles dans la « chasse aux pirates ».




La missive suivante ne se fit pas attendre. Gascouille demandait aux « Defenders » de le rejoindre à Cockburn Town.

Cockburn Town... l'endroit n'avait jamais réussi aux Defenders of the Crown, à tel point que la ville avait été rebaptisée "Cockburn la maudite" ou encore "la bite brûlée" par les capitaines de la confrérie. C'est dire si Fox n'était pas pressé d'y retourner. L'idée le faisait grimacer, mais avait-il le choix ?

A suivre...

_________________________________________________

- les plus grandes oreilles des caraïbes.

- membre de l’équipe d’admins et actif dans le développement des idées d’amélioration à mettre en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy Fox
Gabier
avatar

Messages : 1421
Date d'inscription : 31/08/2013

Infos
Nationalité: Hollandais Hollandais

MessageSujet: Re: Les Aventures du fantastique Mr. Fox   Sam 11 Juil 2015 - 13:12

Quelques jours passèrent. Les Defenders of the Crown se rassemblaient avant d’entamer leur court trajet depuis les Bahamas jusqu’à Cockburn Town.
Le peu d’enthousiasme des marins se faisait sentir à bord du navire.


« Le fait-il exprès l’amiral ? D’abord le nom du navire qui ne peut que donner des mauvaises idées à l’ennemi, ensuite mettre le cap sur Cockburn, la « bite brûlée », seule zone des Caraïbes où il a toujours été vaincu ! »
« Ouais... je crains que son plan cul nous attire la bite brûlée dans le c... »

« Caca, caca ! » cria soudain la vigie, une des nouvelles recrues que l’amiral Fox avait désigné volontaire de force pour compléter son équipage.
« Caca, pipi ! » répéta la vigie en hurlant.



« Qu’est-ce que c’est que ce vacarme ? » demanda Fox en montant sur le pont.
« C’est la nouvelle vigie capitaine » lui répondit le commandant en second. « Je crois qu’il a un besoin pressant.
« Descendez voyons ! » lui cria Fox.

« Caca... pipi... »
« Oui bon ça va.... On a compris ! Ce sont des choses qui arrivent mon ami ! Descendez et nous allons vous remplacer quelques instant ! »
« Nonoon ! C’esst c’esst papas ça !! Cacapipitaitaine ! »
« Je crois que vous avez enrôlé un bègue, capitaine ! » commenta le commandant en second en souriant.
« En effet... c’est ballot ! Va falloir s’y faire ! »

« Les pipis ! Les rara ! »
« Quoi ? des rats ? Où voit-il des rats en mer, ce bigleux ? »
« Nonoon ! Les pipi... les rara... les piraaates ! »
« Ahhh ! Bon ! J’ai cru que vous voyiez des rats, mais nous voilà rassurés, ce ne sont que des pirates ! »
« Qua qua, qua qua ! »
« Quoi encore ? » demanda Fox.
« Quaquatre navires, cacapitaine ! » cria la vigie.
« Quatre navires pirates ? Bigre ! Chacun à son poste ! » commanda Fox.

Les archipels, très nombreux dans les environs, permirent cependant aux pirates de se placer hors de vue et de s’y dissimiler.

Sir Gascouille multipliait les missives ces derniers jours, visiblement très impatient d’obtenir des nouvelles et de rejoindre la confrérie de l’amiral.
Pour calmer son impatience, Fox décida de lui faire part des dernières nouvelles...


A suisuivre...

_________________________________________________

- les plus grandes oreilles des caraïbes.

- membre de l’équipe d’admins et actif dans le développement des idées d’amélioration à mettre en place.


Dernière édition par Jeremy Fox le Sam 11 Juil 2015 - 18:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy Fox
Gabier
avatar

Messages : 1421
Date d'inscription : 31/08/2013

Infos
Nationalité: Hollandais Hollandais

MessageSujet: Re: Les Aventures du fantastique Mr. Fox   Sam 11 Juil 2015 - 18:01

07 juin :
Les pirates repérés, puis disparus, et avec une vigie qui commençait tout doucement à lui taper sur les nerfs, Fox était au four et au moulin.
Il parcourait le pont dans tous les sens et scrutait lui-même l’horizon à la recherche d’un quelconque pavillon noir.


« Caca !Caca ! » cria à nouveau la vigie.
« Il commence à m’énerver celui-là » s’exaspéra Fox. « Qu’y a-t-il encore ? » demanda-t-il à la vigie.
« Pépé ! Pépé ! Caca ! »

« Mon amiral, la vigie se permet de vous appeler pépé ! Faut-il le faire descendre et le fouetter pour son insolence ? » questionna le maître d’équipage.

« Pépé...peperroquet ! Caca... cacaotès ! » cria la vigie.
« Cacaotes ? Où vois-tu un cacaotès ? »

« Floc ! »

« Juste au dessus de votre tête », rigolèrent les marins ! « On vous l’a dit amiral ! sur ce navire, il ne vous arrivera rien de bon ! »
« Je finirai par le croire » répondit Fox.

« Cacapitaine ! On dirait bien qu’un cacaotès a fait caca sur votre cacaftière ! » rigola le maître d’équipage.
Les marins s’esclaffèrent....
« Cacatastrophe ! Ha.Ha.Ha ! »

« C’est bientôt fini oui ? » s’énerva Fox.
« Attrapez-moi plutôt ce cacaotès... euh, ce perroquet,  et voyons s’il ne transporte pas un message. »
Un des marins voulu s'en approcher mais l’oiseau lui donna un coup de bec et se posa sur un des mâts.
« Sâle bête ! » s’écria-t-il ! « Allez le chercher vous même, amiral ! Vous n’avez pas votre pareil pour amadouer ces bestioles ! »

Mais dès qu'il vit l'amiral, le volatile fonça sur lui.



« Attention ! » lui cria le marin qui venait de se faire becter. « Il est aussi agressif qu’un caracara plancus ! »
Fox manqua de trébucher quand l'oiseau se posa sur son épaule. Depuis sa mésaventure avec le caracara plancus, on le sentait nettement moins à l’aise avec les volatiles.



Fox eu l’impression que la missive, non signée, avait été rédigée par un pirate et que le sort de deux ambassadeurs était désormais entre ses mains.
On aurait pu se demander comment pareille nouvelle était arrivée jusqu’aux grandes oreilles de l’amiral Fox, mais là n’était point la question. Fox avait toujours attiré les oiseaux de passage... ce devait être un don inné.


« Ca commence bien ! » songea-t-il. « A peine arrivé dans la Caraïbe que ce Sir Gascouille se fait déjà repérer ! Il aurait mieux fait de rester le bureaucrate qu’il a toujours été plutôt que de venir jouer les héros sur les mers ! A chacun son boulot bon sang ! »

L’idée de ne pas avertir Gascouille traversa l’esprit de l’amiral... son aventure tournerait court et il serait hors du jeu de quille lors des futurs combats. Fox craignait en effet que par la présence maladroite de l’ambassadeur, bleu des mers, sa flotte ne subissent des pertes fâcheuse.
Néanmoins, il ne pu se résoudre à l’abandonner à son sort et décida de le mettre en garde.



A suivre...

_________________________________________________

- les plus grandes oreilles des caraïbes.

- membre de l’équipe d’admins et actif dans le développement des idées d’amélioration à mettre en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy Fox
Gabier
avatar

Messages : 1421
Date d'inscription : 31/08/2013

Infos
Nationalité: Hollandais Hollandais

MessageSujet: Re: Les Aventures du fantastique Mr. Fox   Sam 18 Juil 2015 - 11:58

15 juin :
Les Defenders of the Crown s’était finalement mis en marche vers Cockburn Town à la rencontre de l’ambassadeur Gascoigne et de son homologue hollandais.
Fox avait donc été informé que ces deux zigotos avaient rapidement été repérés, et ne comprenait pas comment on avait pu leur confier le commandement de deux vaisseaux de ligne, au vu de leur inexpérience.
L’ambassadeur espagnol n’avait guère fait mieux, puisque Fox avait appris son itinéraire. Il faisait également route vers le secteur de Cockburn, accompagné d’une solide escorte espagnole.
Restait l’ambassadeur français, dont Fox n’avait étrangement reçu aucune information. Celui-là semblait être plus discret que ses trois confrères...


L’alliance momentanée entre les nations réjouissait l’amiral. Il s’agissait là d’un grand pas en avant dans l’établissement d’une paix durable entre les nations, dont le seul ennemi commun resterait la piraterie.
Malheureusement, et parce que rien ne se passe jamais comme prévu, la déception tomba le matin du 15 juin, de la main du ‘grand connétable’ Sire Gauvin de Courtelande :

Citation :
« Les souverains d'Europe n'ont pas réussit à se mettre d'accord sur les termes d'une alliance de circonstance entre nations pour bouter les pirates hors des Caraïbes comme je l'espérais. »
La déception était grande. C’était bien la peine de faire miroiter une période de paix si les politiques n’étaient pas capables de ranger leur ego de côté dans l’intérêt général !
Citation :
« je vous encourage tout de même à faire cette trêve entre nations le temps de la chasse, même si celle ci n'a rien d'officiel. »

Tout ça c’était bien beau, mais comment pouvait-on savoir qui allait respecter une trêve qui, de l’aveu même du connétable, n’en était pas une ?

La missive suivante informait l’amiral de deux faits d’importance :
Le premier confirmait l’échec de la trêve : la France et la Hollande luttaient avec acharnement au N-O des petites Antilles.
Le deuxième annonçait la possible arrivée de la Hermandad del Calamar aux Bahamas, secteur où se trouvaient déjà l’Angleterre.


A suivre...

_________________________________________________

- les plus grandes oreilles des caraïbes.

- membre de l’équipe d’admins et actif dans le développement des idées d’amélioration à mettre en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy Fox
Gabier
avatar

Messages : 1421
Date d'inscription : 31/08/2013

Infos
Nationalité: Hollandais Hollandais

MessageSujet: Re: Les Aventures du fantastique Mr. Fox   Mer 12 Aoû 2015 - 16:38

22 juin :
Les raisons de l’échec de la trêve entre les nations pouvaient en partie s’expliquer par les combats entre Français et Hollandais. Quoiqu’il en soit, les pirates avaient dû se frotter les mains en apprenant la nouvelle.
Restait à connaître les intentions des Espagnols se dirigeant vers les Bahamas... avec un peu de chance ils étaient, eux, disposés à honorer la trêve, tout comme l’Angleterre.
Fox comptait sur Sir Gascoigne pour contacter son homologue espagnol.


La réponse fut la suivante :



Dans le même temps, et après plusieurs jours de cache-cache, la flotte pirate présente aux Bahamas fut débusquée dans les archipels au sud d’Eleuthera.
Les cpt. Godefroy, Bertrick, Aelig Legof et Drosera furent abordés par les capitaines des Défenseurs de la Couronne. Désormais en net infériorité et désorganisés par la perte de plusieurs navires, les autres pavillons noirs toujours à flot ne pouvaient que se replier. Ils venaient de payer un bien lourd tribut.
L’Angleterre avait honoré la demande du connétable en marquant avec fracas le début de la « chasse aux pirates ».
Le moment ne pouvait être mieux choisi pour contacter la Hermandad del Calamar, comme conseillé par Sir Gascoigne.
Dans sa missive, l’amiral commençait par brièvement les féliciter de prendre part à la chasse aux pirates. Un peu de flatterie et de diplomatie ne pouvait faire de mal. La suite annonçait le travail déjà effectué dans la zone Bahamas et invitait à se répartir géographiquement. En effet, il n’était pas utile de se concentrer davantage sur une zone déjà sous contrôle. Fox montrait donc son intérêt et sa volonté à trouver un terrain d’entente avec la Hermandad del Calamar en sondant ses intentions.

Aucune réponse ne vint... Nothing ! Nada ! Pour les Defenders, l’affront était aussi dur à avaler qu’inquiétant, car la Hermandad del Calamar était composée d’anciens pirates repentis durant la récente période d’amnistie.

A suivre...

_________________________________________________

- les plus grandes oreilles des caraïbes.

- membre de l’équipe d’admins et actif dans le développement des idées d’amélioration à mettre en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy Fox
Gabier
avatar

Messages : 1421
Date d'inscription : 31/08/2013

Infos
Nationalité: Hollandais Hollandais

MessageSujet: Re: Les Aventures du fantastique Mr. Fox   Mer 12 Aoû 2015 - 17:41

26 juin :
Le navire de Sir Gascoigne rejoignait enfin la flotte des Defenders of the Crow. Il arrivait après les débats, mais Fox ne doutait pas que cela ne l’empêcherait pas de s’octroyer le mérite de la déroute des pirates.
L’amiral et l’ambassadeur devaient se retrouver à bord du Caracara Plancus pour déjeuner et discuter stratégie. A vrai dire, Fox n’en avait aucune envie. Jusqu’ici, l’ambassadeur lui avait paru être un parfait inutile et l’idée de boire le thé avec ce bureaucrate ne le réjouissait guère.

Dans sa cabine, Fox mettait un peu d’ordre avant l’arrivée de l’ambassadeur.




« Tient ? Ma bouteille de rhum ! » L'amiral observa la bouteille avec envie, mais était-ce bien le moment ?



« Ce Gascoigne est bien capable de me la siffler » songeât Fox en attrapant la bouteille. Ni une ni deux, il ouvrit sa bouteille et la porta à ses lèvres. « Fameux ! » s'exclama-t-il. « Glou... glou... si l'andouille s’imagine que je vais lui servir autre chose que du thé, il se fourre le doigt dans le c... »
« Toc toc »
« En.. hic ! Endrez ! » cria Fox.

L’ambassadeur Gascoigne poussa la porte avec assurance et entra prestement. Ses vêtements étaient luxueux et il portait une longue perruque marquant son statut social. Il s'agissait-là d'un phénomène de mode assez récent en provenance de la Cour française de Louis XIII.



« Prrrt ! » Pouffa Fox la main sur la bouche. « Rhho le look de ce rond-de-cuir ! »
« Amiral Fox, je présume ? » demanda Gascoigne.
« Lui-même ! Et vous devez être l’ambassadeur Gascouill... euh... Gascoigne, je présume ? » répondit Fox, la bouteille toujours à la main.

L’ambassadeur fronça les sourcis.

« Mais vous avez bu ma parole ? »
« Oui, héhé ! C’est toujours ça que vous n’aurez pas ! »
« Que je... ?!? Quoi ? »
« Euh... je veux dire, c’est toujours ça que les pirates n’auront pas, au cas où ils prendraient possession du "Plancus" ! »
« Ah oui... Drôle de nom mais fameux navire ! Félicitations amiral ! Ce plancus, ce doit être une ruse pour distraire l’ennemi, je suppose ? »

Les deux hommes s'attablèrent pour discuter.

« Même pas ! C’est ce fichu armateur qui n’a rien compris du tout. Un parfait imbécile ! Comme vous !... euh... Je veux dire, comme vous... pouvez le deviner ! Mais tout ça c’est d’la faute à cet oiseau vorace et scalpeur ! Figurez-vous qu’il m’a presque dévoré le crâne, M’sieur l’emmerd... euh l’ambassadeur ».

« Mais qu’est-ce que vous racontez-là ? Vous n’êtes pas dans votre état normal ! »
« C’est comme j’vous l’dit mon pote ! Un coup il vole bien haut, un coup Yiik ! Yiiik ! il fond sur vous et vous boufferait les yeux s’il le pouvait ! C’est à ce moment-là que paf ! J’ai pris un bon coup d’rame sur la caboche... euh... le cailloux... Bref, ça m’a fait drôlement mal au crâne ! »
« Mais... vous avez perdu la tête, ma parole ! »
« Presque ! C’était moins une ! »

« Oui euh... bon ! Changeons de sujet, voulez-vous. En parlant de moins une... Avouez que j’arrive juste à temps ! » déclara l’ambassadeur Gascoigne. « Vous n’avez plus rien à craindre maintenant que je suis là ! ».
« Ha.Ha... Quel con ! Euh... je veux dire, Oui ! Quel con...traste, Sir ! » s’exclama Fox. « Quel contraste avec la situation avant votre arrivée ! A n’en pas douter, vous les avez mis en fuite !
« Oui, il n’y a plus un chat dans ce secteur, dirait-on. La vue de mon navire a certainement dû leur donner la frousse. » enchérit Sir Gascoigne.

« Ca doit être ça... » murmura Fox. « En plus il s’imagine qu’il sert à quelque chose, ce débi... »
« Hein ? » questionna Gascoigne. « Qu'est-ce que vous bredouillez ? J'ai du mal à vous comprendre. »
« Euh... Débi...nés ! Je disais : Ils se sont débinés, Sir ! Quand ils vous ont vu ! Bravo ! »
« Comme vous dites, amiral ! Mais j’aurais pourtant aimé avoir l’occasion de faire entendre mes 56 canons ! »
« Tocard... Heu... Trop tard, Sir ! Vous êtes malheureusement arrivé trop tard pour porter l’estocade. »
« Précisément ! » repris l’ambassadeur Gascoigne. « Mais j’ai hâte de rattraper le temps perdu, et je compte bien me lancer à la poursuite des pirates dès mon retour à bord. j’ai l’intention d’explorer jusqu'à Andross, puis j'irais peut être du côté de Florida Key. A ce propos, j'apprécierais d'avoir une solide escorte, mais vous êtes libres de suivre ou pas ».

« Ha! Là, tu rêves mon ami ! »
« Comment vous permettez-vous ? » répondit l’ambassadeur en cognant du poing sur la table.
« Heu... je veux dire : haaa... j’en rêve, Sir ! Je suis sûr que la plupart d’entre nous ont beaucoup à apprendre de vous ».
« Alors, c’est entendu ! » repris l’ambassadeur. « J’ouvrirai la route, et vous prendrez mon sillage ! Amiral, nous allons faire de grandes choses ensemble ! »

« Il faudra trouver une excuse pour le laisser filer tout seul vers ses rêves de victoires... » songeât Fox.

Et pour les Espagnols ? Avez-vous obtenu une réponse ? »
« Rien du tout ! Ils se sont mouchés avec ma missive ! »
« Bah... on ne pourra pas vous reprocher d’avoir essayé ! Mais au moins vous savez à quoi vous en tenir et s’ils arrivent sur zone, vous saurez quoi faire ! »

« Toc toc toc ! »
« Entrez ! » cria Fox.

C’était le cuistot...

« J’apporte le diner, amiral ! »
« Super ! » s’exclama l’ambassadeur. « J’ai très faim ! Qu’est-ce qu’on mange ? »
« Vous allez vous régaler Sir ! C’est du calamar frit ! »



A suivre...

_________________________________________________

- les plus grandes oreilles des caraïbes.

- membre de l’équipe d’admins et actif dans le développement des idées d’amélioration à mettre en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy Fox
Gabier
avatar

Messages : 1421
Date d'inscription : 31/08/2013

Infos
Nationalité: Hollandais Hollandais

MessageSujet: Re: Les Aventures du fantastique Mr. Fox   Sam 15 Aoû 2015 - 13:37

Sir Gascoigne était donc parti vers Andross et son destin. Fox n’avait nul envie de suivre l’ambassadeur. Pourquoi se traîner derrière un ambassadeur qui n’avait pas été fichu d’appuyer la demande de collaboration envoyée par l’amiral à une confrérie espagnole ? Dans la plupart de ses missives, l’ambassadeur ne faisait référence qu’à des batailles navales et non aux enjeux diplomatiques sur la table des négociations internationales depuis plusieurs semaines. S’il y avait mis un peu plus de beaume au coeur, l’entente internationale aurait peut-être été officialisée. Mais cette constatation valait également pour les trois autres ambassadeurs, bien trop discrets dans leur mission diplomatique. Fox se demandait d’ailleurs si des capitaines d’influence n’auraient pas fait mieux que ces ambassadeurs d’opérette...

Les pirates avaient filé en direction de Florida Key et le vaisseau de Sir Gascoigne n’avait que peu de chances de les rattraper. Fox décida donc que Sir Gascoigne n’avait nul besoin d’escorte pour vadrouiller dans les eaux d’Andross, désormais désertées, et pris la peine de l’informer que les Defenders of the Crown allaient refaire les tour des Bahamas avant d’éventuellement le rejoindre. Seul son homologue Von Brugen, l’ambassadeur hollandais, l’accompagnerait donc.

Le lendemain, Sir Gascoigne annonçait pourtant fièrement avoir coulé un navire. Un « exploit » dont Fox ne partageait pas l’enthousiasme. L’acte semblait indigne et bien cruel envers un capitaine pirate déjà meurtri et qui ne représentait plus une menace immédiate. Mais visiblement, l’ambassadeur voulait du sang et avait soif de batailles.


1er juillet
La flotte anglaise, dispersée et patrouillant à travers les Bahamas repéra la confrérie espagnole de la Hermandad del Calamar au sud-est. John Cole, l’avant garde de la flotte, annonça d’abord deux grands chébecs, puis une frégate de 8 livres améliorée suivie d’une frégate de 9 livres et d’une de 12 livres. Esseulé, il fit demi-tour aussitôt car les navires espagnols faisaient voile vers les Bahamas.

Ce fut également le jour que choisi l’ambassadeur pour se mettre tout seul en difficulté...




Fox n’avait malheureusement pas le temps de se préoccuper de l’ambassadeur, d’autant plus que John Cole n’annonçait pas de bonnes nouvelles :



Alors que les navires anglais tâchaient de rejoindre le sud-est des Bahamas au plus vite, l’ambassadeur Gascoigne semblait vivre pleinement ses aventures et ses rêves de batailles navales :



Une autre missive arriva sur le pont du « Caracara Plancus » en provenance de Sir Philips, le vice amiral de la confrérie.



« Ouf ! » Songeât Fox. « Angus nous annonce certainement son arrivée prochaine ! Son navire ne sera pas de trop pour contrer la flotte espagnole. »



« Un Plan cul !?! » s’écria Fox en chiffonnant la missive.

A suivre...

_________________________________________________

- les plus grandes oreilles des caraïbes.

- membre de l’équipe d’admins et actif dans le développement des idées d’amélioration à mettre en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy Fox
Gabier
avatar

Messages : 1421
Date d'inscription : 31/08/2013

Infos
Nationalité: Hollandais Hollandais

MessageSujet: Re: Les Aventures du fantastique Mr. Fox   Sam 15 Aoû 2015 - 20:44

5 juillet
Pendant qu’Angus se la coulait douce à Cockburn Town et que les Defenders of the Crown se regroupaient, l’ambassadeur Gascoigne commençait à paniquer :




Se préparant à livrer bataille de l’autre côté des Bahamas, les Defenders of the Crown ne pouvaient que suivre de loin les péripéties de l’ambassadeur, qui annonçait dans sa missive suivante revenir vers Nassau en catastrophe, une horde de pirates à ses fesses.


Idéalement placé au large d'un îlot, le cpt. Auditore signala qu'un grand chebec espagnol venait de sortir du brouillard et piquait en direction de l’ouest, droit sur le navire du cpt. Captasus dont il n’était plus qu’à une seule encablure.
Il fallait agir vite... les Anglais choisirent de passer les premiers à l’offensive, de nuit.
Les cpt. Auditore et Wolfen contournèrent chacun  l’archipel et prirent le grand chebec espagnol à revers tandit que Captasus lachait une première série de boulets ramés dans le grément du navire espagnol, désormais pris en tenaille.
L’issue du combat ne faisait aucun doute. Les trois Anglais se rendirent maître du navire espagnol du cpt. Torres.

Au lever du jour, le 2ème grand chebec espagnol barré par le cpt. Kawatores fut abordé par le vaisseau du cpt. John Cole.
La journée noire allait se poursuivre pour la Hermandad del Calamar, avec également la perte de la frégate de 12 livre du cpt. Pintu. Et le lendemain, un dernier coup de massue voyait la capture de la frégate de 8 livres du cpt. Le Poulpe.


Par ces temps de négociations diplomatiques aussi floues qu’inachevées, plusieurs capitaines espagnols maudirent les Anglais d’avoir soi-disant rompu un accord de trêve.

L’amiral Fox, qui ne possédait aucun document faisant office de trêve officielle et n’avait reçu nulle réponse à sa demande de collaboration, ne savait quel crédit accorder à ses accusations de trahison. Une seule certitude : l’Angleterre avait répondu présent à la demande du grand connétable de stopper la piraterie dans son élan, et avait bel et bien tenté le dialogue avec l’Espagne. L’ambassadeur Gascoigne, avec qui il avait diné quelques jours plus tôt, lui avait personnellement confirmé que les négociations internationales avaient échoué.

Fox souhaitait néanmoins tirer cette histoire au clair dès que l’ambassadeur Gascoigne serait de retour. Il était plus que temps que les ambassadeurs prennent et assument les responsabilités de ce fiasco.

Gascoigne ne devait plus être loin, et de fait, son vaisseau de 56 canons fut aperçu le lendemain matin. A un détail près cependant... le drapeau flottant en haut du grand mât avait changé...




A suivre...

_________________________________________________

- les plus grandes oreilles des caraïbes.

- membre de l’équipe d’admins et actif dans le développement des idées d’amélioration à mettre en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy Fox
Gabier
avatar

Messages : 1421
Date d'inscription : 31/08/2013

Infos
Nationalité: Hollandais Hollandais

MessageSujet: Re: Les Aventures du fantastique Mr. Fox   Ven 19 Fév 2016 - 4:12

De longs mois s’étaient écoulés. Fox se remémorait les événements de 1715 :

En milieu d’année 1715, une période d’amnistie avait été offerte aux pirates. La piraterie vivait alors des heures difficiles et plutôt que de finir pendus, certains pirates avaient donc saisi cette opportunité unique de se mettre au service d’une nation et de retrouver une certaine légitimité.
Pour d’autres, la question ne se posait pas et le choix était définitif : anciens déserteurs des nations européennes, leurs actions en mer resteraient toujours sans l’aval d’une nation souveraine. Ils ne renonceraient pas au Joly Roger.

La période d’amnistie terminée, aucun quartier n’allait plus être offert au noyau dur des « sans foi ni loi ». Ainsi, pour coordonner et sceller le sort des derniers pirates, quatre gouverneurs, un de chaque nation, avaient été délégués dans la Caraïbe. Mission principale : négocier une entente internationale qui viendrait à bout des derniers renégats pirates.

Malgré tous leurs efforts et la meilleure volonté du monde, les quatre ambassadeurs allaient cependant échouer dans cette tâche bien trop délicate...



Les corsaires avaient eux aussi une certaine part de responsabilité dans cet échec : Orgueil, vanité, fierté, mais aussi manque de charisme et de sens diplomatique. Il avait été bien plus facile de faire la sourde oreille plutôt que de faire preuve de bon sens.
De fait, dès que les flottes ennemies s’étaient croisées, seul le son des canons s’était fait entendre: Bataves contre Français d’un côté, Anglais contre Espagnols d’un autre côté... l’accord espéré semblait bien loin.

Les gouverneurs avaient également commis l’imprudence de s’aventurer en mer. Une erreur qui allait notamment coûter très cher à l’ambassadeur anglais, dont le vaisseau allait en effet tomber aux mains d’une flotte pirate réorganisée après avoir pourtant subit de très lourdes pertes face à la flotte anglaise. Cette capture de choix constituait là une fantastique revanche pour les « sans foi ni loi ».
Une rumeur terrifiante allait rapidement se répandre : Sir Gascoigne avait été exécuté dans d’atroces conditions.
Cette fausse rumeur avait fait frémir toute à la Caraïbe et avait rappelé à tous de quoi était capable ces forbans. Quelques jours plus tard, il n’en avait été que plus facile pour eux de négocier la remise en liberté de l’ambassadeur contre quelques solides navires.

Les mois avaient ensuite passé... Les mêmes combats se répétaient régulièrement entre les flottes nationalistes mais une certaine dominance à l'accent britannique s’était affirmée. En ce début d’année 1716, la flotte anglaise faisait plus que jamais office d’épouvantail. Pour Fox, le temps semblait venu de tourner la page et de clore le chapitre.

Le soir du 16 janvier, Fox logeait dans la demeure du gouverneur de Nevis, l'un des principaux ports anglais des petites Antilles où se trouvait également l'ambassadeur Gascoigne. Il prit sa plume une dernière fois, et rédigea :



Sans regret, il remis la missive à un valet du gouverneur.
« Allez porter ceci à l'ambassadeur, je vous prie ».

A suivre...

_________________________________________________

- les plus grandes oreilles des caraïbes.

- membre de l’équipe d’admins et actif dans le développement des idées d’amélioration à mettre en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy Fox
Gabier
avatar

Messages : 1421
Date d'inscription : 31/08/2013

Infos
Nationalité: Hollandais Hollandais

MessageSujet: Re: Les Aventures du fantastique Mr. Fox   Ven 4 Mar 2016 - 8:57

Le lendemain matin, le 17 janvier, un valet de chambre frappa très tôt à la porte du cpt. Fox.
« Le gouverneur et l’ambassadeur désirent vous voir au plus vite, Sir. »

Fox s’y attendait un peu. La nouvelle n’avait pas dû leur plaire et ils allaient certainement tenter de le retenir. Quelques minutes plus tard, Fox entra dans le bureau du gouverneur.


« Ah ! Cpt. Fox ! Installez-vous je vous prie. Nous avons appris la grande nouvelle et aimerions en discuter avec vous sans attendre ».

« Je suis vraiment navré que nous devions en discuter de si bonne heure, messieurs. Pour tout vous avouer, je n’en ai pas dormi de la nuit, n’arrivant pas à me faire à cette idée. Vous devez être bien déçu !  ».

« Déçu ? Vous voulez rire ? C’est un grand jour pour l’Angleterre, au contraire ! Pour tout vous dire, Fox, nous n’avons pas dormi de la nuit non plus, tellement nous étions ravis et excités à cette idée ! »

« Ah bon ? » s’étonna Fox, un peu vexé.

« Oui. Nous y voyons-là une opportunité formidable pour votre confrérie ! »

« Certes, mais cela va nécessiter une certaine réorganisation ».

« Justement ! » approuva l’ambassadeur Gascoigne. « Comment entrevoyez-vous les choses, Fox ? Quelle suite allez-vous donner à tout cela ? Je sûr que vous y avez déjà songé, n’est-ce pas ? »

« Et bien, je crois que je pourrais embarquer à bord d’un senault ou d’une corvette marchande, au sein d’un petit convoi marchand... ».

« Un senault ?!? Un convoi marchand ?!? Ha ! Ha ! Ha ! Sacré Fox ! Toujours le mot pour rire ! » s’esclaffèrent le gouverneur et l’ambassadeur.

Fox n’était pas sûr de bien comprendre ce qui amusait tant le gouverneur et l’ambassadeur.

« Revenons-en à nos moutons, Fox. Vous étiez donc également au courant depuis hier soir ? » demanda l’ambassadeur.

« Heu... forcément, puisque la décision m’appartient entièrement. »

« Ca alors ! Quel cachotier vous faites, Fox ! » s’exclama Gascoigne. « Vous avez donc manigancé tout cela avec le Grand Connétable, avant qu’il ne me force la main pour finaliser les derniers détails ? »
« Vous êtes vraiment formidable, M. Fox ! » renchérit le gouverneur. « Vous avez eu là une idée de génie ! La mise sur place de votre flotte de guerre va permettre de distribuer de nouveaux objectifs, primes à la clé ! » ajouta-t-il en dépliant quelques documents sur la table. « Vous n’avez sans doute pas encore vu le décret officiel ; Sir Gascoigne l’a signé cette nuit ».

« Flotte de guerre ??... » songea Fox en attrapant les documents que lui présentait le gouverneur. « Pas étonnant que je ne comprenais rien à leurs remarques ».








NDLA : plus de détails sur les flottes de guerre ici : http://caraibes1712.probb.fr/t1836-naissance-d-une-flotte-de-guerre-rp#31642

« Voilà qui est extrêmement intéressant et qui pourrait motiver nos ennemis à se réorganiser pour mettre un terme à notre mainmise actuelle sur la Caraïbe ! » réfléchi Fox.


« Avec tout ça, Fox, je n’ai pas pris le temps d’ouvrir votre missive d’hier soir » dit l’ambassadeur Gascoigne en la sortant du tiroir.

Fox se précipita en avant et d’un geste vif, attrapa le rouleau de parchemin des mains de l’ambassadeur.
« Il s’agit des plans de l’organisation de notre flotte de guerre, Sir. Mais je me souviens avoir omis quelques détails. Si vous le permettez, je mettrai cela au net avant de vous le soumettre à nouveau. »

« Je vous reconnais bien là, Fox ! Toujours à la recherche de la perfection ! Entendu donc ! Ensuite, vous reprendrez  la mer. Nous attendons avec impatience les prochains faits d’arme de votre navire ! »

« Comptez sur moi Sir ! Sachez qu’avec mon Plancus, le rapport entre le désir de bien faire et le plaisir d’y parvenir est toujours très proche ».

« Avec votre plan cul ? Que voulez-vous dire, Fox ? »

« Messieurs, je suis à présent parfaitement habitué au Plancus ! » repris Fox. « Même au cœur des combats, de la proue à la poupe, balancée par le tangage, lorsque l’étreinte suave fait vibrer les sens des marins et... »

« Fox ! » interrompit le gouverneur, « Vos histoires de plans cul ne regardent que vous, mais je crois que vous avez mieux à faire ! »

« Heu... il doit y avoir un malentendu messieurs. Mais vous pouvez comptez sur moi : Avec le Plancus, je ferai de mon mieux comme toujours pour y aller à fond et en profondeur, jusqu’à ce que ça fasse mal. »

« Assez de détails, Fox ! » cria le gouverneur. « Vous pouvez disposer. »

Un peu perplexe, Fox se leva et parti vérifier l’état du ~ Caracara Plancus ~, son navire depuis de nombreux mois...

A suivre...

_________________________________________________

- les plus grandes oreilles des caraïbes.

- membre de l’équipe d’admins et actif dans le développement des idées d’amélioration à mettre en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy Fox
Gabier
avatar

Messages : 1421
Date d'inscription : 31/08/2013

Infos
Nationalité: Hollandais Hollandais

MessageSujet: Re: Les Aventures du fantastique Mr. Fox   Ven 23 Sep 2016 - 16:25



Pang ! Pang ! Pang !

3 coups de marteaux retentirent dans la salle. Le calme gagna l’assistance et le juge pris la parole :
“Faites entrer l’accusé!”
La porte du tribunal s’ouvrit... L’amiral Fox, entouré de 4 gardes, fit son apparition. Fox était déjà résigné, mais ne laissait transparaître aucune émotion particulière. Il rejoint sa chaise en scrutant l’assistance du regard : Il s’y trouvait quelques badauds ainsi que des représentants de la haute société, toujours intéressée par ce genre de spectacle, mais aussi quelques capitaines qu’il connaissait bien pour avoir souvent vogué à leurs côtés.
"Accusé, assoyez-vous !" ordonna le juge Oliver Bolton.

Une main ferme poussa Fox sur sa chaise...

A suivre...

_________________________________________________

- les plus grandes oreilles des caraïbes.

- membre de l’équipe d’admins et actif dans le développement des idées d’amélioration à mettre en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy Fox
Gabier
avatar

Messages : 1421
Date d'inscription : 31/08/2013

Infos
Nationalité: Hollandais Hollandais

MessageSujet: Re: Les Aventures du fantastique Mr. Fox   Lun 26 Sep 2016 - 20:31

« Capitaine Fox, vous êtes accusé d’avoir, à trois occasions au moins, manqué à vos obligations d’Amiral ! »
« Elle est bien bonne... » murmura Fox.

Depuis quelques temps, Fox s’était mis en tête que la Caraïbe était sous contrôle et consacrait désormais la plupart de son temps à l’une de ses activité favorite : la pêche.


Cela tombait bien, il était las des batailles, et les rares combats de ces derniers mois ayant impliqué sa confrérie ne l’avait guère emballés. A tel point qu’il avait commis « l’irréparable » - du moins aux yeux de l’amirauté - en demandant aux capitaines de sa confrérie de faire preuve de clémence envers des ennemis de la couronne. Par 3 fois au moins, après qu’un navire ennemi ait été réduit à l’état d’épave flottante, Fox s’était opposé à son abordage, arguant que la démonstration de force s’était révélée bien suffisante.
Mais en réalité, Fox craignait surtout qu’en apprenant l’abordage de leurs représentants, la coalition franco-espagnole n’organise des représailles. La tranquillité de l’amiral en serait troublée et il serait dans l’obligation d’abandonner ses parties de pêche pour repartir au combat.


Le juge poursuivit :
« Capitaine Fox, reconnaissez-vous les paroles suivantes qui nous ont été rapportées : «Exercez vos canonniers si vous voulez, faites quelques trous, mais laissez-le flotter !» Ou encore : «N’utilisez surtout pas tous vos canons, vous risqueriez de le couler» »?

Personne n’avait osé contredire l’amiral, mais sa soudaine « bonté » n’avait pour autant pas été bien accueillie par tous. Un capitaine sous son commandement avait d’ailleurs fait la sourde oreille et abordé sans ménagement un ennemi français. Dans son état, ce navire aurait pourtant mis plusieurs jours à rejoindre la côte toute proche.

« Capitaine Fox, vos manquements mettent en péril la suprématie de la Navi dans la Caraïbe ! »

A suivre...

_________________________________________________

- les plus grandes oreilles des caraïbes.

- membre de l’équipe d’admins et actif dans le développement des idées d’amélioration à mettre en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy Fox
Gabier
avatar

Messages : 1421
Date d'inscription : 31/08/2013

Infos
Nationalité: Hollandais Hollandais

MessageSujet: Re: Les Aventures du fantastique Mr. Fox   Ven 30 Sep 2016 - 13:41

« M. le Juge, cela fait pourtant des mois que tout navire ennemi se présentant sur ma route est « neutralisé ». N’est-ce pas là le principal ? » demanda Fox.
« Non capitaine Fox ! Ce n’est pas le principal ! » hurla le juge Bolton.

« La Navy ne peut tolérer dans ses rangs un amiral aussi débonnaire que vous ! »

Le procès tournait court car la situation de l’amiral était peu défendable. Ainsi, quelques minutes plus tard, le jury se retira déjà pour délibérer.
L’heure de la retraite semblait avoir sonné pour Fox. Il aurait toutefois souhaité une toute autre sortie... Pas nécessairement une sortie en grandes pompes, car les cérémonies et les décorations ne l’intéressaient que bien peu, mais des remerciements pour son dévouement tout au long de ses années n’auraient pas été de trop. Fox ne pouvait se faire à l’idée de tirer sa révérence la queue entre les jambes.

Après un temps de délibération qui lui paru interminable, le jury revint dans la salle et remit son verdict au juge Bolton. Celui-ci remit ses lunettes en place et lu... :


A suivre...

_________________________________________________

- les plus grandes oreilles des caraïbes.

- membre de l’équipe d’admins et actif dans le développement des idées d’amélioration à mettre en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy Fox
Gabier
avatar

Messages : 1421
Date d'inscription : 31/08/2013

Infos
Nationalité: Hollandais Hollandais

MessageSujet: Re: Les Aventures du fantastique Mr. Fox   Ven 30 Sep 2016 - 16:56

« Eu égard aux quelques services rendus par l’accusé... »
« Quelques ? Comment ça quelques ? » interrompit Fox. « Innombrables, vous voulez dire ?»,
« Silence ! » cria le juge Bolton.
« ...Eu égard aux quelques services rendus par l’accusé depuis 1712, nous, membres du jury, avons toutefois reconnu l’accusé coupable des faits qui lui ont été reprochés. »

« Non mais quel scandale ! » s’écria Fox.

Pang ! Pang ! Pang !

Le juge tapa trois nouveaux coups de marteaux.

« Capitaine Fox, la suite habituelle à donner à cette affaire vous verrait comparaître en cour martiale. Cependant, je vais vous offrir une chance d’éviter cette issue. »
« Vous êtes bien bon » remercia Fox.

« Afin de démontrer que vous êtes toujours digne de la confiance que la Couronne avait jadis placée en vous, je vous condamne à opérer une mission spéciale pour l’Amirauté.»
« C’est comme si c’était fait ! » répondit Fox, sûr de lui.

« Capitaine Fox, vous quittez séance tenante Nevis et les capitaines de votre confrérie et mettez le cap sur La Carbonara, port nouvellement anglais. »
« La... La Carbonara ? » s’écria Fox. «Mais... c’est à des semaines de navigation ! C’est une farce ? ».
« Silence ! » hurla à nouveu le juge Bolton. « C’est une excellente opportunité pour vous de démontrer votre aptitude à naviguer sur de longue distance en solitaire. Mais ce n’est pas tout : Vous y réapprovisionnerez la milice en armes légères. »
« Et ces armes légères... où vais-je les trouver ? Elles sont en pénuries dans tous les ports des Antilles »
« Vous vous débrouillerez pour en trouver en chemin ! Armes à feu, armes blanches, boulets, poudre à canon... vous livrerez un petit assortiment. N’oubliez pas une bonne bouteille de cognac pour le gouverneur et du bon tabac. Il en est très friand. »
« Mais... je vais naviguer les cales pleines avec tout ce fourbi ! »
« Probablement ! » répondit le juge Bolton. « Mais ce n’est pas tout : Je vous ordonne également de démontrer votre valeur au combat, et de vous saisir d’au minimum un navire ennemi en cours de route ».
« Tout... tout seul ? »
« Oui, tout seul ! »
« Mais... c’est dangereux, tout seul ! Peut-être que si je demandais au capitaine Edward de m’accompagner avec son vaisseaux de 116 canons... »
« Suffit ! » cria le juge à coup de marteau répétés. « Je récapitule : Vous quitterez Nevis dès demain à l’aube, direction La Carbonara. En chemin, vous vous fournirez en armes légères, cognac et tabac. Vous vous saisirez d’un navire ennemi... »
« Mais ils me fuient tous !! Ils ont peur rien qu’à la vue de mon navire! Je n'y peux rien, je suis une vraie terreur dans toute la Caraïbe!»

« Débrouillez-vous ! Vous avez jusqu’au 15 novembre ! En cas de succès, les accusations seront levées. »
« Et... en cas d’échec ? » questionna Fox, inquiet.
« En cas d’échec - et pour autant que vous soyez toujours vivant - vous quitterez officiellement votre confrérie et irez vous faire pendre ailleurs ! »
« Mais si cela tourne mal en chemin pour le Caracara Plancus, ais-je le droit d’arriver en canot ? »
« A la nage si ça vous chante, pour autant que vous meniez votre mission à bien ! »

Pang ! Pang ! Pang !
« La séance est levée ! »

« Et voilà ! Le gouverneur sera content ! » songea le juge Bolton en se levant de sa chaise. « Tout c'est déroulé selon son désir. Le voilà débarrassé de Fox pour un bon moment... ça lui apprendra à se taper sa fille ! » ricana le juge.

« Ce juge m’envoie au casse-pipe ! » songea Fox en sortant du tribunal. « Si j’échoue dans cette mission, il aura de mes nouvelles... ainsi que les membres du jury qui ont osé me déclarer coupable ! Je reviendrai et mettrai la ville à sac, quitte à arborer pavillon noir... ils l’auront cherché ! »

A suivre...

_________________________________________________

- les plus grandes oreilles des caraïbes.

- membre de l’équipe d’admins et actif dans le développement des idées d’amélioration à mettre en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy Fox
Gabier
avatar

Messages : 1421
Date d'inscription : 31/08/2013

Infos
Nationalité: Hollandais Hollandais

MessageSujet: Re: Les Aventures du fantastique Mr. Fox   Sam 1 Oct 2016 - 18:35

Fox s’était donc mis en route le lendemain matin à la première heure.
Nevis - La Carbonara en solitaire, ça faisait une sacrée trotte et cette mission ressemblait davantage à un prétexte pour se débarrasser de l’amiral Fox. A ce stade, il ne doutait toutefois pas de ses chances de réussite et refusait d’envisager l’échec.

Dans sa cabine, Fox ouvrit le tiroir de son bureau pour en sortir sa carte. Il lui fallait bien sûr tracer l’itinéraire le plus approprié.



« Ah zut ! Ce n’est pas celle-ci ! Ca c’est celle que mon petit neveu m’a envoyée depuis Londres le mois dernier. Bon, où est-elle ? Ah, la voilà !»



« Mais... !! Où est cette putain de carte ?!!? Ahhh, la voilà ! »



A suivre...

_________________________________________________

- les plus grandes oreilles des caraïbes.

- membre de l’équipe d’admins et actif dans le développement des idées d’amélioration à mettre en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jeremy Fox
Gabier
avatar

Messages : 1421
Date d'inscription : 31/08/2013

Infos
Nationalité: Hollandais Hollandais

MessageSujet: Re: Les Aventures du fantastique Mr. Fox   Dim 2 Oct 2016 - 16:08

N’ayant pas trouvé d’armes légères aux Antilles, Fox mis le cap sur Cockburn Town, sa première étape. En chemin, il ne croisa que quelques marchands placides (du moins tant qu’il ne s’approcha pas trop près de leurs cargaisons).
Sitôt arrivé à quai, il rendit visite aux marchands du coin. Malheureusement aucun ne possédait d’armes légères non plus. Celles-ci semblaient en pénurie dans tous les ports anglais de la Caraïbe. Fox y trouva cependant le cognac et le tabac qu’il devait remettre au gouverneur de La Carbonara.

Il hésita à rendre visite au gouverneur, mais renonça rapidement à cette vieille habitude. Il n’avait toujours pas digéré le tour de cochon que l’Amirauté britannique lui jouait et craignait de s’emporter maladroitement. Il reparti donc aussitôt pour les Bahamas, Nassau plus précisément. Il y trouva de la poudre à canon et en acheta 25 caisses bien remplie.
Sans s’attarder, Fox repris à nouveau la mer. Replié dans sa cabine, il continuait de maudire l’Angleterre. Ses marins ne le voyaient que fort peu ces derniers temps.

Peu après avoir quitté les Bahamas, l’apparition d’un navire pirate, à l’est de Florida Key, ramena Fox à la réalité.


A suivre...

_________________________________________________

- les plus grandes oreilles des caraïbes.

- membre de l’équipe d’admins et actif dans le développement des idées d’amélioration à mettre en place.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Aventures du fantastique Mr. Fox   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Aventures du fantastique Mr. Fox
Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Caraïbes 1712 - le forum :: La ville haute :: Par la plume et l'épée... [RP] :: Vos histoires au détour d'un chemin-
Sauter vers: