Caraïbes 1712 - le forum

Forum du jeu Caraïbes 1712
 
CalendrierAccueilFAQCaraïbes 1712MembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherWiki

Partagez | 
 

 Opération Mer Propre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vincenzo Doria
Quartier maître
avatar

Messages : 930
Date d'inscription : 09/01/2012
Age : 36
Localisation : A l'Ouest

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Opération Mer Propre   Ven 14 Fév 2014 - 13:35

Assis dans sa cabine, le capitaine Doria prit la plume, et commença d'écrire:

20 janvier:

Voilà trois semaines qu'avait débuté "l'Opération Mer Propre". Une trêve avait été signée momentanément dans la région par les nations pour éradiquer la menace florissante pirate. En effet, les Marchombres et l'Ordre du Chaos, avaient eu assez d'audace pour attaquer les Hollandais au large de leurs ports du sud.
Cette sacrée paire de gonades, bien accrochée, leur avait valu un franc succès dans leur entreprise face à une flotte hollandaise à moitié abandonnée dans les rades, mais surtout le courroux du gouverneur de Curaçao, qui n'avait pas plus apprécié l'établissement d'une colonie républicaine pirate et des idées subversives qui allaient avec, sous l'impulsion du Cercle de Libertalia.

Les primes offertes étaient mirobolantes. 100000 piastres par pirate abordé ou coulé....50000 de plus pour un membre des Libertalia, 100000 de plus pour un Marchombre ou un ODC. Largement de quoi motiver les corsaires à devenir plus téméraire, mettre leurs propres inimitiés de côté, et s'organiser pour faire face.


Les tous premiers combats avaient eu lieu au sud de l'ile à Vaches. Surpris par cette annonce, les pirates avaient choisit un repli immédiat vers leurs bases pour se ravitailler. La corvette de 6 du capitaine Sombrecoeur, qui s'était un peu trop empressée de les suivre, avait obligé les Marchombres à faire volte face pour l'éliminer promptement.
Le bal était ouvert.
S'en était suivit l'attente.....les pirates avaient oui dire que quatre amiraux, chacun aux commandes d'un redoutable vaisseaux de ligne 54 ou 60 canons, avaient lancé le regroupement des forces adverses, qui prit quelque temps. Leur traversée vers le nord s'était montrée relativement lente.
Pendent ce temps, les Marchombres enchaînaient deux victoires de plus, sur la barque longue de Jule Grandpied puis surtout sur le chebec de Lerouge, tous deux abordés par Hugues de Nozeroy. Le malheureux Lerouge insistant pour faire de l'espionnage de leur flotte en pleine mer, il lui avait été offert un second canot quelques jours plus tard.

Les pirates avaient gagné le premier round.

27 janvier:

La réplique du monstre nationaliste n'allait pas tardé. Leur énorme flotte, composée de plus de 30 batiments, s'était enfin mise en branle, lentement mais surement vers le nord.
Face à eux, l'Ordre du Chaos, mené par le provocateur Anatole Fronsignac. Ces pirates, au nombre de quatre, n'avaient pas froid aux yeux en faisant face seuls contre l'adversité en pleine mer, sans aucun renfort.
"Je veux qu'ils nous prennent pour des fous", avait prononcé Fronsignac à l'aube des combats. Le capitaine n'avait pas mâché ses mots, et joué l'offensive sans hésitation.
L'ODC avait choisit d'attaquer juste avant la nuit. Des abordages éclair très brutaux furent lancés sur les senauts armé en course de Luis de Resquens, et Guillen de Alfaro, corsaires de la Fraternidad.
Malgré le succès de leurs attaques, les pirates n'eurent pas le temps de virer lof pour lof pour regagner leurs positions à la faveur de la nuit.
Attendus comme la peste par la flotte nationaliste, ils subirent la plus implacable des répliques.....
Deux vaisseaux ainsi que des navires légers de la coalition commencèrent leurs macabres harcèlements. Les boulets se mirent à pleuvoir sur les ponts, chacun voulant sa part du festin.
La frégate de 12 du capitaine Willem Hartog aborda le grand chebec de Miguel Garcia, le grand chebec d' Anna Neeltje Van Assen acheva le grand chebec de Giorès le Rouquin.....enfin, la corvette de 6 de Rodolph Van Der Noob donna le coup de grâce au chebec d'Anatole Fronsignac.

Une première bataille, où les pirates avaient fait preuve d'un grand courage, voire même de témérité et qui mériterait sans conteste d'être salué...venait de se terminer par une retentissante victoire qui donnait du baume au coeur à la coalition.

4 février:

Tandis que les membres de l'Ordre du Chaos se repliaient droit vers Mona, Les Marchombres remontaient en masse vers la Tortue, où les membres du cercle de Libertalia venaient d'arriver.
Quelques jours incertains sur la destination de la coalition, Vincenzo Doria ne manqua pas de les provoquer par missive. L'énorme flotte ayant stoppé sa progression à quelques encablures au sud de Mona, les pirates attendirent, puis n'ayant plus de nouvelles, choisirent de contourner Hispaniola par le nord en mettant le cap à l'est de la Tortue pour venir à leur rencontre.

Le capitaine Victorix, dans son senaut armé à la course, qui jouait les éclaireurs au sud est de Cockburn Town, fut victime d'un abordage très violent de Vincenzo Doria, qui ne lui laissa pas l'ombre d'une chance.
Les Marchombres et Libertalia apprenant que la coalition avait mis cap à l'ouest, pile en plein contournement de l'Ile à Vaches, ils décidèrent de faire volte face vers l'ouest, et rejoindre quelques camarades pirates indépendants dans le détroit entre Cuba et Hispaniola pour faire face.
La vue d'une telle flotte ne leur fit pas peur dans un premier temps.
Seuls les premiers batiments en tête de pont étaient visibles, mais ils étaient loin de se douter qu'une multitude se trouvait en embuscade juste derrière.
Ethel Torres, corsaire espagnol, téméraire s'approcha d'un peu trop près du petit regroupement pirate de quelques navires seulement, et se retrouva rapidement prise à partie dans son senaut armé à la course. Aidé par Andrea Potter, ce fut Piotr Curtiss qui l'arraisonna finalement, après avoir joué les éclaireurs téméraires avec Jeremiah Breeg dans les criques à l'est de Santiago de Cuba.

9 février:

Mais une fois n'est pas coutume, la machine de guerre nationaliste se mit en branle cap nord est, la frégate de Nathan Huntington en tête. Les pirates, jusqu'ici plus ou moins insouciants, mesurèrent l'urgence de la situation. Jusqu'ici sans commandement central, ils n'avaient pas l'ombre d'une chance à 1 contre 3 ou 4 de donner bonne mesure. Ça sentait la boucherie, pour ne pas dire le sapin!
Maigre satisfaction, ils avaient réussit à attirer l'ennemi vers leur terrain de prédilcetion fait de hauts fond,s de criques, et d'archipels, pour leur y mener la vie dure.
Après tout étant les chassés, c'était de bonne guerre.
Mais les pirates indépendants allaient payer une fois de plus leur témérité. Luis Espatula et Balther Moonchild, qui stationnaient auprès des falaises cubaines, se jetèrent comme des lions sur le grand chebec d'Anna Neeltje Van Assen. Il ne s'en fallut que de très peu qu'ils réussissent leur coup, une douzaine de survivants sauvant la mise de la capitaine battave.
La punition fut immédiate....les pirates avaient pourtant été prévenu par leurs comparses qui prenaient déjà la fuite vers le nord ouest. On attaquait pas de front une flotte en surnombre et en formation d'attaque. La curée fut sans pitié...et la frégate de 12 de Willem Hartog se distinga une nouvelle fois en abordant le chebec de Luis Espatula, la frégate de 12 de Nathan Huntington réglant son compte à la corvette de 6 de Balther Moonchild.
Chez les pirates, c'était la déroute en désordre du côté des Marchombres et des Libertalia, alors que l'Ordre du Chaos, remonté de Mona, tardait à sortir de la rade de la Tortue pour leur préter main forte.
La coalition avait gagné une nouvelle bataille, le chebec de Jeremy Fox la parachevant personnellement sur la corvette de 6 de Jeremiah Breeg, qui avait trop trainé à l'arrière des lignes pirates.

14 février:

Dans le camp des pirates, plus souvent habitué à la victoire qu'à pareilles défaites cinglantes, le moral était au plus bas. Sonné par la fuite et de dénouements, Vincenzo Doria choisit de prendre les choses en main, et sonna le rassemblement au large d'Eleuthera.
Il fallait absolument réagir, et reprendre les bonnes habitudes des Sharks, en navigant de manière disciplinée et regroupée comme l'ennemi. Des membres des Marchombres, de Libertalia, et de l'ODC avaient répondu à l'appel.
Doria tenta alors un coup de poker, en menant la flotte bonne d'une dizaine de navires vers l'est des Bahammas...en la faisant longer ni vu ni connu les iles cap vers le sud est.
Le but était de surprendre la coalition, si possible à revers avec vent d'est dans le dos...coalition qui les chercherait probablement vers les archipels d'Andross et Eleuthera.


Après deux jours de navigation, Doria repéra l'ennemi au sud d'une falaise.
Un chebec hollandais, qui n'avait pas froid au yeux, venait de le repérer en premier. Dans les heures qui suivirent, un second chebec hollandais, et une frégate de 12 passèrent sur cette position, mais se replièrent vers le sud, alarmés par la flotte pirate arrivant toujours plus nombreuse non loin de là. Un grand chebec français détala également aussi loin que possible....
Le plan était simple, la corvette de 6 de Vincenzo Doria mènerait l'attaque sur le chebec, qui se révéla au final être celui de Jan De Lieffe. Le martelant par surprise au point du jour et de toute part, le terrain était bien préparé pour l'intervention immédiate de la corvette de 6 de Piotr Curtiss, qui lui donna le coup de grâce non sans avoir essuyé lui même des pertes après s'être vu repoussé une première fois lors de l'assaut. L'attaque n'avait pas duré plus de 20 minutes.....et sa soudaineté provoqua la fuite d'une corvette de 6 battave au sud, qui quitta derechef sa flotte au sud.

Alerté par les combats au nord de sa position, le chebec d'Epke Van Eversten fit demi tour pour se mêler au combat, et tenta d’arraisonner la corvette de Curtiss, mais c'était sans compter la grande habileté de ses hommes à la manœuvre. Constatant qu'il n'arriverait pas à mettre la main dessus, le chebec tenta de se dégager à son tour mais échoua dans la manoeuvre.
Quelques minutes plus tard, le grand chebec de Walter Rosenberg fondait sur lui, suivit comme son ombre par la corvette de 6 de Hugues de Nozeroy. Dans un tonnerre de sabords, les deux Marchombres décimèrent littéralement l'équipage du hollandais. Mais ce fut finalement le grand chebec du capitaine Godefroy qui paracheva leur oeuvre, s'offrant une revanche personnelle de choix.
Au petit matin, le reste de la flotte pirate avait rejoint la position. Le chebec de Drosera et le grand chebec de Berni de Breton engagèrent la frégate de 12 hollandaise au sud, mais cette dernière prit la poudre d'escampette, suivit par une corvette de 6 anglaise, deux lougres, et un grand chebec hollandais.

Cette fois la bataille avait été gagnée par les pirates. Les membres de la coalition allaient probablement reformer une flotte vers le sud est, la suite promettait d'être palpitante!


Reposant sa plume, le capitaine plia la missive, cacheta le tout et héla son subalterne.

"J'aurais ptet du jouer la carte de la propagande....mais saluons plutôt la bravoure des uns et des autres. Envoies donc ça à la feuille de Chioume, Carlos..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Opération Mer Propre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Opération Mer Propre
» Opération Monastir Ville Propre
» Opération BLACK OPS
» Le rire est le propre de l’homme ???
» [Santé] Opération des yeux au laser

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Caraïbes 1712 - le forum :: La ville haute :: Par la plume et l'épée... [RP] :: Vos histoires au fil de l'eau-
Sauter vers: