Caraïbes 1712 - le forum

Forum du jeu Caraïbes 1712
 
CalendrierAccueilFAQCaraïbes 1712MembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherWiki

Partagez | 
 

 Cigare à toi !

Aller en bas 
AuteurMessage
Jean-Firmin Baton.
Gabier
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 26/01/2014

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Cigare à toi !   Lun 26 Mai 2014 - 7:12

Les charpentiers Hollandais d'Aruba battaient la mesure au marteau sur ce qui semblait être un futur moulin à vent.

Lorsqu'il passa à côté du chantier, le capitaine Jean-Firmin Baton semblait mesurer la taille d'un homme normal.

Il arriva devant une battisse devant laquelle couraient en tous sens des valets à lunettes, des nobliaux à perruque et des capitaines burinés.
Il dut se courber pour passer la porte du négociant local, et s'annonça auprès d'un des employés tenant les registres.

L'homme ne releva même pas le nez de son pupitre et opina du chef pour signifier qu'il avait entendu. Sa main droite faisait toujours danser une plume tandis que sa main gauche s'éleva et claqua des doigts.

Un autre employé quitta sa tache et s'adressa au géant à galons.

-Que puis-je pour votre service "capitaine" ?

Le ton du capitaine semblait suspicieux. L'affranchi n'apprécia pas :

-Je cherche des cigares "petit-homme".

-Alors laissez moi vous proposer du tabac de la meilleurs qualité, il a un arôme in...

-Je veux des Havanes. Rien d'autre.

-"Capitaine", vous devez vous douter que nous ne commerçons plus avec les colonies du royaume d'Espagne, je crains fort que...

-"Petit homme", débrouillez vous, je ne veux pas savoir comment, ni pourquoi, fournissez moi ce que je demande et gardez votre camelotes.

Des nez commençaient à se relever furtivement dans le bureau de négoce, et une main se posa sur le bras du géant d'ébène.

-Mon employé vous dit que nous ne pouvons pas vous fournir. Vous vous satisferez de marchandises que la West Indische Company nous fournissent. Si cela ne vous convient pas, je ne vous retient pas.

Le capitaine se retourna, le négociant indiquait du doigt la porte, et était encadré de deux gardes du corps à taches de rousseur, vraissemblablement des jumeaux, main au côté, sur le pommeau d'un sabre.
Il fut raccompagné vers la sortie par ces derniers.

"Chez Pivus", auberge attenante au chantier du moulin, de nombreux capitaines anglais et bataves fêtaient les récentes victoires en mer, tandis que d'autres y tenaient  bureau de recrutement ; plume, livre de bord, coffret de piastres, et pils sur la table. Parmi eux, de nombreux confrères Defenders of the Crown, quelques capitaines Anglais dont son jeune protégé De Vitrac.
Le géant se dirigea vers la porte de la réserve où il avait rendez-vous avec un certain "Hermossa" quand une belle serveuse les yeux ronds lui adressa un signe : horizontal du tranchant de la main sur la gorge.
Le capitaine fit mine de s'assoir à la table la plus proche pour ne pas trahir son mouvement. La serveuse vint y poser un petit parchemin plié sur lequel elle posa une chope. Il la retint par le bras :
-Je ne sais pas lire.

-Oh, toutes mes excuses, ce sera un thé comme d'habitude ?

-ça ira, j'aimerais plutôt "avoir de la compagnie".

-Je vous laisse monter à l'étage, la chambre 13 est disponible.

Lorsqu'il toqua à la porte 13, il perçut des chuchotement et le cliquetis d'un mousquet que l'on arme.

-Hermossa ?

La porte s’entrebâilla, un visage de femme au teint cuivré et encadré de nattes lui apparu.
-La mouette est mélomane...
Il sentit un canon appuyer sur son abdomen.
-... et l'hermine louche.
La pétoire fut rangé et la porte s'ouvrit.
Une paillasse ensanglanté, pilons et des décoctions diverses sur une petite console... deux matelots avec des bandages ; l'un avait le bras en écharpe et l'autre avait un cocart violacé qui s'étendait de l’œil à un bon quart du visage.

Le manchot :
-Le capitaine Hermossa a été fait prisonnier par les autorités. Les parages ne sont plus propices à la contrebande depuis que les Anglais sont arrivés. Les Hollandais fermaient les yeux tant que les gouverneurs touchaient leurs part, mais impossible de soudoyer ces foutus homards !

J-FB:
-Son contact m'a pourtant été confié par un capitaine Anglais.

Le borgne :
-Un ancien camarade de mer d'Hermossa, mais pas un Anglais. Un Ecossais ! Ils étaient tous deux sous le commandement du capitaine De Bayar.

Le manchot cracha par terre :
-Alejandro De Bajar ! Avant que ce coquin de Bowmore ne fomente une mutinerie pour récupérer le commandement.

L'affranchi s'assied sur la paillasse :
-De Bayar ? J'ai déjà entendu ce nom quelque part...

L'indienne :
-Les mailles de l'histoire se forment aux croisements complexes des fils des destins.

J-FB
-ça signifie donc que je ne pourrais pas compter sur Hermossa pour qu'il me fournisse mes cigares ?

Le borgne
-Avec Hermossa prisonnier, aucun autre contrebandier ne s'approchera plus du coin. Et depuis les récentes victoires Anglaises et Hollandaises contres les flottes Françaises et Espagnoles, il est de plus en plus risqué de fournir des marchandises aux pays en guerre.

J-FB
-Je suis prêt à vous armer un navire véloce et discret si vous prenez la relève.

Le manchot éclata de rire puis s'étouffa dans une quinte de toux sanglante
-Même pas en rêve ! Dès que je le peux, je m'embarque en clandestin sur n'importe quel navire et je quitte ce coin maudit !



On frappa à la porte...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Robert Bowmore

avatar

Messages : 1
Date d'inscription : 28/05/2014

MessageSujet: Re: Cigare à toi !   Mer 28 Mai 2014 - 18:00

Lorsque la porte de la chambre 13 s'entrouvrit, je me retrouve face à une sauvage cheveux ébouriffés, épaules nues, simplement enroulée dans une couverture. Derrière elle, l'imposante carrure de Jean-Firmin Bâton, me cachait l'intérieur de la pièce. Si grand qu'au dessus de la tête de l'indienne, je pouvais distinguer dans son entier son visage qui s'éclaira lorsqu'il me reconnut.

Jean-Firmin Bâton :
-Quand on parle du loup! Rangez les pétoires, c'est notre écossais.


Robert Bowmore
-Je dérange ?

Pour toute réponse, ils s’écartèrent pour me laisser entrer et je fus tout de suite pris par l'odeur de plaie suintante dans la pièce.

Je sortis ma flasque pour me donner le courage avant de pénétrer dans la pièce.

Tandis que Jean-Firmin Bâton enfilait sa chemise, je ne put m’empêcher de le comparer à une statue de marbre qu'on aurait enveloppée d'une voile avant de la baptiser sur une place publique.
Il me parla tout en se débattant dans sa chemise qui coinçait visiblement au niveau des côtes flottantes.
-On ne s'attendait pas à ta visite. On a dû improviser pour décourager un garde curieux d'entrer.

L'indienne s'était faufilé derrière un paravent semi transparent pour se rhabiller et deux hommes blessés attablés dans un coin dévoraient la scène de leurs trois yeux brillants.

Je posais ma flasque d'un coup sec sur la table et ils sursautèrent ;
-Je viens d'apprendre que Hermossa est grillé. Mais tu dois déjà être au courant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Firmin Baton.
Gabier
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 26/01/2014

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Re: Cigare à toi !   Lun 15 Sep 2014 - 5:08

La discussion dura jusque tard dans la nuit.

Lorsqu'ils sortirent enfin de cette chambre, la lune était haute et pleine, les étoiles scintillaient comme mille yeux de prédateurs étranges dans une jungle sombre.

Ils se dirigèrent vers les quais en évitant les rondes de nuit.

Lorsque HMS Black Panther et le HMS Seadogs quittèrent le port, le capitaine Baton éprouva un soulagement certain.

L'Union Jack leurs permettrait d'éviter les fouilles à bord, mais pour combien de temps encore ?


Suite en mer :
http://caraibes1712.probb.fr/t1488-un-naufrage#26145
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cigare à toi !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cigare à toi !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Caraïbes 1712 - le forum :: La ville haute :: Par la plume et l'épée... [RP] :: Vos histoires au détour d'un chemin-
Sauter vers: