Caraïbes 1712 - le forum

Forum du jeu Caraïbes 1712
 
CalendrierAccueilFAQCaraïbes 1712MembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherWiki

Partagez | 
 

 Un naufragé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jean-Firmin Baton.
Gabier
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 26/01/2014

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Un naufragé   Lun 15 Sep 2014 - 5:09

(Suite et fin de Cigare à toi : http://caraibes1712.probb.fr/t1448-cigare-a-toi#26144)

Le soleil était haut, mais les nuages bas... une grisaille rare dans les caraïbes qui annonçait une période de tempête dont on ne sort jamais tout à fait indemne.

Petit Paul, le jeune mousse, aurait préféré être dans une couche bien chaude, à boire une tasse de cacao à l'eau avec beaucoup de cassonade. Ce qu'il redoutais le plus, c'était l'orage. Il n'oublierait jamais comment la foudre avait embrasé le clocher. J'donnerais ma part pour ne pas être dans cette histoire ! Finir en torche humaine, très peu pour moi ! Il était pourtant monté sans un mot au mat de vigie. Il tenait de sa main droite sa bible au dessus de sa tête comme pour montrer à son dieu qu'ici était un humble chrétien, et serrait dans sa main gauche son crucifix de bois noir sur un lien de cuir brun autour de son cou.

Il fronçât les sourcils et cligna plusieurs fois des yeux quand il l'aperçut.

-Un signe ! Hola compagnons! Dieu nous envoie un signe !!! Le buisson ardent, dans notre Nord-Nord-Est !

Le jeune quartier maitre Bob Wallace allait lui hurler de ne point blasphémer alors que tempète menaçait, mais sa mâchoire tomba nette et il eut le sifflet coupé quand il regarda dans la direction indiquée.
Même à la fête de Saint Jean il n'avait vu pareil brasier. La jungle entière brulait sur toute la longueur de la plage que présentait l'horizon. Le soleil était il tombé sur la Isla de Cuba ? Le navire entier s'agitait à présent, et l'on fit quérir l’aumônier avant le capitaine.

Jean-Firmin Baton fut réveillé par son second et il fut bientôt sur le pont, regardant dans la même direction que toutes les âmes vivant sur le navire. Le HMS Seadogs, était le théâtre de la même agitation. Certains priaient à genoux, avant de se relever pour des chants pieux, les bras en croix, la tête vers les nuages.
Il observa la plage à la lunette et fut pris d'un rire rauque et sonore. Incrédule, son second lui prit la lunette pour lorgner à son tour tandis que Jean-Firmin se tapait le genoux de plus belle.

-Mettez le cap sur cette plage et préparez une chaloupe. Armez une escouades et sortez un filet de pèche. Je veux les plus robustes de nos gars pour cette opération.

L'équipage n'en croyait pas leurs oreilles. Le capitaine était devenu fou. Pécher sur une plage en flammes... cela n'avait plus aucun sens. Le ciel lui était tombé sur la tête. Les ordres furent tout de même suivis, et bientôt une chaloupe armée de douze gaillards dont le capitaine fut mise à l'eau avec un filet de pèche à son bord.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jean-Firmin Baton.
Gabier
avatar

Messages : 167
Date d'inscription : 26/01/2014

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Re: Un naufragé   Lun 15 Sep 2014 - 6:18

On entendit le sable frotter le dessous de la barque et elle s’arrêta bientôt nette.

La chaleur était intense et les marins s'aspergèrent le visage d'eau de mer avant de tirer l'embarcation au sec. L'air était comme épais, et le bruit des flammes caquetantes et ronronnantes les obligeaient à crier pour s'entendre.

Ils suivirent le capitaine jusqu'à un homme en guenilles. Ce dernier avait les lèvres en sang, il mâchait un morceau d'une viande inconnue autour de son sabre qui lui servait de broche improvisée. Il les regarda approcher et sourit d'un air qui n'avait rien de saint. Il s'adressa alors à une personne imaginaire à sa droite :

-Dit bonjour à nos invités Arthur. Je t'avais dit qu'ils viendraient si on organisait un beau méchoui. Il suffit de servir à boire et d'allumer le barbecue pour les amis toquent enfin à la porte. Père disait ça tout le temps. Père avait toujours une raison suffisante pour baffrer et picoler en fait...

Le capitaine Baton mis ses poings sur ses hanches et pencha la tête sur le côté :
-Je vois que vous n'avez pas perdu vos vieilles habitudes capitaine. Ni votre sens de l'hospitalité !

Le naufragé prit un air étonné :
-Oh ! Nous avons un capitaine à déjeuner !
S'adressant à quelqu'un d'autre derrière lui :
-Faustine ! ne reste pas plantée là, va chercher l'argenterie !

Le colosse noir lui tapa le bras d'un air amical:
-je vous en prie, c'est moi qui vous invite. Venez donc prendre un verre à mon bord. Vos "compagnons" sont également les bienvenus sur le Black Panther.

-Partir ? Mais, j'ai fait rôtir Pablo pour cette réception privée ! Et vous n'avez pas encore vu les...
Jean-Firmin Baton fit un signe à ses hommes et les marins coupèrent court à la conversation jetant le filet sur le naufragé qui agitait son sabre-broche-à-viande trop près du capitaine Baton.

Ils ne furent pas mécontents de s'éloigner de la fournaise avec leurs prise s'agitant dans la nasse, et de rejoindre le Grand Chebec.

On fit prendre un bain au naufragé qui  fut rasé, et rhabillé. Jean-Firmin détestait les chaines, mais il demanda à ce que l'homme soit attaché sur un fauteuil dans sa cabine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Piotr Curtiss
Gabier
avatar

Messages : 480
Date d'inscription : 09/09/2013
Age : 30

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Re: Un naufragé   Lun 15 Sep 2014 - 8:22

Cela faisait des heures que je me trouvais à bord de ce navire battant pavillon Anglais, prisonnier d'un équipage des plus hétéroclite, anciens esclave pour la majorité, dont des gradés. Des marins espagnols, hollandais, anglais... et tout ce beau monde rien que pour moi, à me bichonner, me frotter le dos, me raser de près... jusqu'à ce que l'on m'offre une cabine et mon propre fauteuil auquel j'étais "très attaché".

Moi qui n'avais rien demandé à personne, je chassais depuis des mois sur cette ile Hispanique après... après quoi ? Un grand trouble m'envahissait chaque fois que je tentais de me remémorer ce qui m'était arrivé avant d'organiser de grandes ripailles sur la plage.
Un port sombre, des tours hautes jusqu'au ciel, des créatures étranges aux langages barbares inconnus, et des armes magiques redoutables. Un grand froid, voilà tout ce que je me rappelais. ça, et le baiser glacé et piquant de la mer qui te pénètre jusque dans tes entrailles.

Et pourtant, j'avais bel et bien vécu et survécu à tout cela.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://antresharks.forumactif.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un naufragé   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un naufragé
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'ile, les naufragés de la terre perdue
» les naufragés de l'amour
» Les Naufragés d'Ythaq - Floch, Arleston
» John STEINBECK - Les naufragés de l'autocar
» Les naufragés du Samina

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Caraïbes 1712 - le forum :: La ville haute :: Par la plume et l'épée... [RP] :: Vos histoires au fil de l'eau-
Sauter vers: