Caraïbes 1712 - le forum

Forum du jeu Caraïbes 1712
 
CalendrierAccueilFAQCaraïbes 1712MembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherWiki

Partagez | 
 

 Brise légère dans la poussière d’un passé fameux…

Aller en bas 
AuteurMessage
Raimund
Gabier
avatar

Messages : 153
Date d'inscription : 09/08/2011
Age : 87
Localisation : Autour du coup de Geert Le Rude

Infos
Nationalité: Hollandais Hollandais

MessageSujet: Brise légère dans la poussière d’un passé fameux…   Ven 27 Juil 2018 - 10:51

Un jour de la fin juin de 1718, Geert, dit le Rude (bien ce sobriquet soit quelque peu surfait), débarque à St. Martin après 6 mois d’errance ne lui ayant point permis de toucher la rive orientale de la mer océane. Mût par la curiosité bien plus que par la nostalgie, l’ancien négociant-général tombé en déchéance, fait un détour par le siège de la Compagnie de St. Martin des Gueux, qu’il se voit bien surpris de pas être devenu taverne ou bordel, ou simple tas de gravats livré à la vermine.

A la nuit tombée, et prenant garde aux regards des insomniaques, il s’y introduit par une fenêtre battant le vent et ornant par sa béance la façade décrépite du modeste bâtiment. Dix huit mois ont passé depuis le désastre de petit Abaco et l’intérieur bien que fort poussiéreux n’en demeure pas moins correctement tenu. Tirant des tiroirs qu’il connaît bien Geert se rend vite compte que bien que de fait la compagnie n’existe plus, le loyer continue d’être ponctuellement payé par Claudio de Sisley , inspecteur aux Sabres et aux Mousquets! Ah Claudio!...Gloire à lui pensa-t-il !...

Puis mettant la main sur la charte de la compagnie, il passa en revue les dossiers concernant chacun de ses signataires, sans s’avouer néanmoins le moindre brin de nostalgie.

Horace ?...disparu sans la moindre nouvelle. Il n’aura même pas connu l’apogée de la Compagnie.

Pol ?..premier évaporé...

Diego ? ..le plus long parcours à la Compagnie, reparti trop tôt pour l’ancien monde, au moins aura-t-il eu la chance ne pas assister au désastre de Petit Abaco..

Peiter ?..parti trop tôt lui aussi, quel dommage ! S’il avait remis son départ ne serait-ce que de quelques semaines, avec un second vaisseaux de 74 le combat de petit Abaco aurait pu tourner à l’avantage de la compagnie…

Ed !?...peste soit sur lui !...l’espion par lequel la compagnie a péri !

Geert jeta son dossier au sol, cracha dessus, maugréant en pires jurons qu’il soit, avant de le brûler purement et résolument, et prenant bien soin de l’éteindre d’un jet d’urine tout aussi résolu..

Jean !? Ah Jean !..toujours en pointe dans les combats. Toujours à la piraterie dit-on. Comment lui en tenir rigueur? Ce serait là grande mesquinerie puisque ce fut en même temps que Geert lui-même avec qui il a partagé son pavillon noir..

Willem !?..Ah Willem..cramponé sans broncher sous la mitraille, son vaisseau démâté bord à bord avec le Raimund trots…48 heure de calvaire et de bravoure… Il aurait fondé sa propre Compagnie dit-on.

...
  ...
     ...

_________________________________________________
Boucanier françois 1634-1714 - D'Cendre ed'Sel - Relique à Bord du Terugkeer Drie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raimund
Gabier
avatar

Messages : 153
Date d'inscription : 09/08/2011
Age : 87
Localisation : Autour du coup de Geert Le Rude

Infos
Nationalité: Hollandais Hollandais

MessageSujet: Re: Brise légère dans la poussière d’un passé fameux…   Ven 27 Juil 2018 - 11:02

Demeurant coi quelque temps, Geert, emporté par un élan de vitalité qu’il n’avait connu depuis longtemps, se saisit d’une mine de plomb, et rédigea une affichette qu'il cloua de fortune sur la porte de la compagnie :

Citation :
Recherche capitaine de valeur,
fiable et bon camarade dans l'heur comme dans le malheur,
fut-il ancien de la compagnie, sous pavillon d'infâmie,
ou batave de cœur ou d’allégeance. Nouvelle charte à négocier.

_________________________________________________
Boucanier françois 1634-1714 - D'Cendre ed'Sel - Relique à Bord du Terugkeer Drie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poudre van Daele
Matelot
avatar

Messages : 108
Date d'inscription : 25/04/2016
Localisation : Belgique, Province de Liège.

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Re: Brise légère dans la poussière d’un passé fameux…   Hier à 19:07

L'été 1718 fut très chaud.
C'est au mois d'Aout que le grand Chebec "De blauwe roos" accosta furtivement sur une île batave.
Après des semaines d'abordages interminables il fallu au capitaine Poudre prendre moussaillons en taverne....
Ce matin là, la capitaine s'arrêta devant la porte en chêne d'une des nombreuses battisses du port; une affichette y était clouée...
   Recherche capitaine de valeur,
   fiable et bon camarade dans l'heur comme dans le malheur,
   fut-il ancien de la compagnie, sous pavillon d'infâmie,
   ou batave de cœur ou d’allégeance. Nouvelle charte à négocier.

L'époque fut dur;...pas facile de gagner sa pitance...certes le "De blauwe roos" avait une excellente renommée....mais rien ne dur dans les mers des Caraïbes....les anciens le savent....les rares qui ne sont pas six pieds sous terre.
Poudre entra, se mis à une table et commanda une bouteille de rhum.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Raimund
Gabier
avatar

Messages : 153
Date d'inscription : 09/08/2011
Age : 87
Localisation : Autour du coup de Geert Le Rude

Infos
Nationalité: Hollandais Hollandais

MessageSujet: Re: Brise légère dans la poussière d’un passé fameux…   Hier à 21:42


Tout occupé à compulser les anciennes cartes et registres poussiéreux de la Compagnie, Geert n’entendit pas entrer la jeune femme, mais n’en fut pas moins interloqué qu’on lui commandât une bouteille de Rhum !

« Tudieux ! s’écria-t-il en faisant volte-face. C’te pas l’Stinkede Kat ici !...ou aut’ taverne de d’ssous l’port !... C’te l’siège de LA Compagnie ! »



Alerté par ce coup de sang de son capitaine, Boudewijn, qui ne se trouve jamais loin de là où Geert se trouve, fit grincer les quatre roulettes de la cagette qui depuis un jour funeste de mars 1715, confère à sa condition de demi-homme quelque succédané de mobilité. Le fait est que Boudwijn apprécie d’autant plus les séjours à terre, qu’en mer à moins d’être aussi vilement que solidement amarré dans la cabine, il s’en voit perclus de contusions par malencontre tant de tangage que de roulis.

Boudewijn donc, dont l’horizon toise à 80cm du plancher des vaches ne manqua pas de se heurter aux hanches du nouveau venu, ne fut pas long à comprendre à qui il avait affaire. La langue sans accent et la mise peu orthodoxe pour son sexe, ne laissait aucun doute sur l’identité de la personne…


« Capitaine van Daele ! …votre renommée vous précède!…(Boudewijn se montre volontiers obséquieux, faute dit-on à son passé de sacristain de St. Eustache). Nul doute que si vous avez eu l’audaced’accoster par devers le nez de notre bien aimé gouverneur, ce n’est pas sans une bonne raison !...autre qu’un simple bouteille de rhum ! »

Sur quoi Boudewijn, écartant la tête réduite du vieux Raimund qui n’en finit pas de sécher à son coup, tira de son haillon son flacon personnel qu’il tendit à la jeune femme..

« ne faites pas attention…le capitaine Rohuud n’est qu’un gueux…aussi rustre qu’idéaliste. Dire que cet homme a un jour commandé le seul vaisseau de ligne sous pavillon des provinces-unies à avoir été capturé par les gens de fortune…quelle misère ! …quelle boucherie !…quelle avanie ! »

Geert le fusilla des yeux avec la même intensité qu’une volée de mousquet ordonnée ce jour fatidique de janvier 1717 au large de petit Abaco, …ce qui n’empêcha pas Boudewijn de poursuivre…

« ..voilà donc qu’après 18 mois d’errance, fut-ce sous pavillon d’infamie, le capitaine Rohuud s’est mis en tête de hisser à nouveau le pavillon de la Compagnie, soit ! Et grâce soit rendue au capitaine de Sisley de l’avoir maintenu à flot tout ce temps, homme honorable s’il en est! Mais le capitaine Rohuud cherche maintenant de nouveaux associés, aussi fous que lui pour se lancer dans cette nouvelle aventure…Folie vous dis-je !..Folie que cela ! ..et cet homme est le pire mécréant que ma déchéance m’a pu faire rencontrer…»


Il fallut pas plus que ce mot de « mécréant » pour que Geert reprenne la barre:

«  P’tain d’brosseur ed’soutanes…ed’briqueur d’bénitier…d’bonimenteur ad’bonnes femmes a c’te l’ciel ed’cul…d’piétineur d’enfants d’bon Dieu sait qui ! » grommela-t-il en abattant sur la caboche de son écrivain de bord une paluche bien appuyée…

Puis se tournant vers le capitaine van Daele, lui tendant l’autre en un geste bien plus affable.


« Rohuud, Geert Rohuud…parfois dit L’Rude, …s’comme on veut qu’on dit .»

_________________________________________________
Boucanier françois 1634-1714 - D'Cendre ed'Sel - Relique à Bord du Terugkeer Drie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Brise légère dans la poussière d’un passé fameux…   

Revenir en haut Aller en bas
 
Brise légère dans la poussière d’un passé fameux…
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Caraïbes 1712 - le forum :: La ville haute :: Par la plume et l'épée... [RP] :: Vos histoires au détour d'un chemin-
Sauter vers: