Caraïbes 1712 - le forum

Forum du jeu Caraïbes 1712
 
CalendrierAccueilFAQCaraïbes 1712MembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherWiki

Partagez | 
 

 Journal de marche de la Compagnie de St. Martin des Gueux

Aller en bas 
AuteurMessage
Raimund
Gabier
avatar

Messages : 165
Date d'inscription : 09/08/2011
Age : 48
Localisation : Autour du cou de Boudewijn

Infos
Nationalité: Hollandais Hollandais

MessageSujet: Journal de marche de la Compagnie de St. Martin des Gueux   Lun 17 Sep 2018 - 17:14

En cette soirée du 30 août de 1718 dans une obscure taverne de Saba où les capitaines de la Compagnie étaient rassemblés, le capitaine Geert (soit-disant dit Le Rude, ce qui reste à prouver) voulant instituer la chose en tradition de la Compagnie, monta sur une table et déclama, tout bouffi de son éphémère charge de Directeur, le discours que Boudewijn lui avait écrit pour l’occasion (lui-même en aurait été bien incapable), non sans malgré lui, y apporter sa touche personnelle:

« Messieurs M’dame les associés qu’forme la chambre ed’direction,

Je, moi, Rohuud en vertu de la charte d’la Compagnie, j’prend charge de « Directeur » de l’expédition au commerce pour Aruba. C’que fait que tous désormais z’êtes à vot’charge personnelle plus qu’associé : Adjunkt, Directeur, Hoftmeester, Verkennermeister, Leiders, Verkenners et Maats.

Nous n’chercch…cher’rrr..ons..pas l’adversité dans cette courte expédition qui s’peut voyage de routine. Mais t’nons nous biens sur nos gardes, cause que l’ennemi s’cache dans le creux d’la vague.

Mais c’surtout l’heure de voire si de c’ramassis d’forbans dévoyés autant qu’d’honorables cap’taine,
c’ramassis d’vieux loup’d’mer pour certain, à d’jeunes fringants pour d’autres, jusqu’en venir d’la barbaresques, ou à en êtr’ femme juchée sur un navire,

C’surtout l’heure de voire si de c’ramassis d’bougres ed’bougresse…

…Ben si c’ramassis y s’mont’ savoir faire belle et forte navigation en escadre à en faire pâlir la moustache du françois tant qu’à frétiller la castagnette de l’espingouin !  

Si c’n’est là qu’ cirque ambulant tout déch’nillé par sac et par ressac, ….ma foi, la Compagnie s’verra l’avenir plié dans d’beaux draps, et n’n’auront qu’à retourner écumer’et échopper à la p’tite semaine chacun d’not’ côté !
Chacun à son poste M’ssieurs M’dame, à sa charge, ses distances, ses ordres et ses rapports ! »

Sur quoi le présentement directeur Rohuud fit rappeler les charges de chacun et les consignes du départ.

_________________________________________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thomas Drake
Mousse
avatar

Messages : 11
Date d'inscription : 12/07/2014

MessageSujet: Re: Journal de marche de la Compagnie de St. Martin des Gueux   Mar 18 Sep 2018 - 23:11

Thomas Drake était certes le dernier associé de la Compagnie à avoir pris sa charge et à avoir embrassé le pavillon batave. Pour autant, il n'aurait jamais pu souffrir de n'être le premier à s'exprimer - et à s'embarrasser plus que de raison - devant l'assemblée. Fraîchement débarqué à Saint Martin, le jeune capitaine n'avait pas chômé pour se refaire une réputation. Non pas qu'il fut jamais renommé, mais il aimait à croire que ses frasques lui avaient valu quelque reconnaissance en quelques endroits reculés des Antilles.  En se donnant une très belle contenance, il avait fait valoir sa cause devant le gouverneur, qui n'avait pas hésité à lui donner sa lettre de course. Désormais associé parmi les braves et les valeureux, Drake désirait être vu et apprécié pour ce qu'il était. A savoir un imbécile heureux qui aimait à se donner corps et âmes pour ses camarades. C'est ainsi qu'il quitta sa condition misérable pour tout naturellement reprendre ses habits nobles.

C'est donc en toute pompe qu'il assistait à l'assemblée, dans une taverne de Saba qu'il n'avait guère eu l'occasion de fréquenter lorsqu'il était un homme vil et corrompu - tout l'inverse du parangon qu'il était devenu pendant la nuit. Enhardi par la convaincante et charismatique charge de Geert dans un mélange entre un hollandais parfait et un anglais approximatif, Thomas se mit debout sur une table brinquebalante à quelques mètres du Directeur. Deux petits employés se précipitèrent pour renter de maîtriser le marche pied improvisé qui chancelait dangereusement.

Et que le Très Haut puisse remercier notre Directeur !

Dans un tonnerre d'applaudissements de sa propre personne, Thomas commença à siffler de plaisir devant Geert dit le Rude. Les chopines s'entrechoquaient désormais sur la table qui promettait une mort rapide. Les employés étaient en sueur et jetaient des regards terrifiés vers les autres clients de l'établissement qui tentaient eux aussi de trouver un moyen de s'illustrer.

Messieurs de la Compagnie, c'est avec un plaisir non dissimulé et une fierté ardente que j'endosse devant vous le rôle que vous me connaissez. Je connais la mer et ses secrets, et je connais le bruit des canons. Je serai un camarade exemplaire. Et voyez ! Voyez le bâtiment qui vous attend dans le port. Il vous protègera de ses bouches et de ses fils. Jusqu'à la mort, je jure de servir la Compagnie et servir la charge qui est la mienne avec probité et force. Je donnerai la totali.. pardon, je donnerai tout... enfin je donnerai ce que je trouve sans coup férir pour le bien commun de notre entreprise. Puissiez vous ne jamais regretter de m'avoir choisi.

Satisfait de sa sortie, Drake se jeta simplement d'un air qui se voulait gracieux sur le sol glissant de la taverne. A peine eut-il touché le sol qu'il emporta un des deux bonhommes, qui venait de hoqueter de surprise en sentant la table lui échapper des doigts, dans sa chute. Dans un terrible fracas, le capitaine se releva et adressa une courbette à son auditoire.

Il était certain d'avoir fait grande impression. Pitre il était assurément, mais bon camarade, et fidèle compagnon. Il en était certain, l'expédition qui s'annonçait allait marquer l'Histoire. Et si pour l'instant certains doutaient de ses qualités, il saurait gagner leur confiance. Par la force de son sabre, il protègerait le bien le plus précieux de la Compagnie. Le Joyau des Mers, le Secret de Saint Martin. Nul ne le savait, mais déjà la Compagnie rugissait. Sentant la gêne qui parcourait doucement l'assemblée - sauf ceux qui étaient trop imbibés pour avoir compris un traître mot - Drake agit comme n'importe quel homme sensé. Il leva la première chope qu'il trouva, et s'écria:

Adjunkt Drake de la Blauwe Eskader pour vous servir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Journal de marche de la Compagnie de St. Martin des Gueux
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Caraïbes 1712 - le forum :: La ville haute :: Par la plume et l'épée... [RP] :: Vos histoires au fil de l'eau-
Sauter vers: