Caraïbes 1712 - le forum

Forum du jeu Caraïbes 1712
 
CalendrierAccueilFAQCaraïbes 1712MembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherWiki

Partagez | 
 

 Relation d'un voyage de marchand PNJ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Mer 5 Sep 2012 - 9:36

Relation de traversée du capitaine Ponce de Gamboa au propriétaire de la chaloupe Stella Matutina.


Caracas le 5 Septembre de l’An de Grâce 1712


Don Oddball,


Prêt à appareiller de Martinique avec 22 tonneaux de marchandises diverses pour les vendre à Santa Marta, nous levâmes l’ancre par brise légère & mer agitée à destination de Caracas comme vous nous l’aviez commandé juste avant notre départ.
Après avoir mis cap au Sud nous avons doublé Santa Lucia gisant par bâbord à quatre lieues puis Grenada. Aux atterrages de Marguerita , nous avons viré cap à l’Ouest vers notre destination.


Le 3 Septembre, 1 lieue à l'Est de Isla los Roques, nous avons été attaqué par un cotre corsaire Anglais.
Il a tiré sur nous 3 bordées de chaînes tuant 12 hommes & offensant notre gréement. J’ai fais riposter par 2 fois sans grands résultats. Nous avons pu nous écarter & fuir cap S.O. J’ai fais faire quelques réparations.


Le 4 Septembre, par mer agitée et brise de S.O., le corsaire nous a rejoins & envoyé 2 bordées qui nous ont effleuré tuant 1 hommes & occasionnant quelques dégâts. J’ai commandé de répliquer & nous avons tiré 3 bordées le touchant 2 fois dont une de plein fouet. Nous sommes parvenus à nous éloigner.
Juste avant la nuit, le corsaire s’est à nouveau approché. Un lougre, Anglais lui aussi, lui est venu en renfort.
Durant la nuit nous avons essuyé leurs tirs. Pas moins de 9 bordées, peu efficaces grâce à l’obscurité, endommageant néanmoins nos voiles, nos mâts & nous tuant 7 hommes.
Nous sommes parvenus à la seconde tentative à nous éloigner et à fuir cap S.O.
Seul le lougre nous a donné la chasse. J’ai fais effectuer des réparations dans le gréement car nous étions fort ralenti.


Le 5 Septembre, nous avons pu entrer à Caracas, port de destination.


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
chrislenormand
Mousse
avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 30/03/2012
Age : 48
Localisation : Basse Normandie

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Mer 5 Sep 2012 - 17:48

Les premières sorties de la "Belle-Brume" ,PNJ , ont été fort agité.Des capitaines de renom ont essayé de prendre par force cette chaloupe Française sans connaitre le moral d'acier de son équipage ainsi que le savoir faire de son navigateur.

Parole de capitaine, que l'ont se le disent autour d'un verre de Rhum, les PNJ ne seront pas si facile à "aborder".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Lun 10 Sep 2012 - 12:32

Après un premier voyage mouvementé entre Martinique & Caracas au cours duquel nous fûmes attaqué par deux corsaires de la perfide Albion, nous dûmes, dès notre arrivée à La Guaira, réparer nos voiles et épisser où changer quelques haubans, étais & galhaubans. Il nous fallu aussi recruter des hommes en remplacement des dix neuf qui avaient été occis par les tirs Anglais. Nous n’en trouvâmes à enrôler que dix sept sur le port.  
L’agent de Don Oddball nous trouva acheteur pour la cargaison avec quelques bénéfices. Sauf pour ce qui concerne le tabac. Par son entremise, nous achetâmes diverses marchandises dont un lot de trésors indigènes.
L’agent de Don Oddball nous fit commandement de nous rendre à San Tomas pour vendre nos marchandises.
Nous appareillâmes de nuit avec la brise de terre. Dès que nous fûmes dégagé de l’abri de la terre, nous reçûmes le vent du large et établîmes notre cap plein E. Nous reconnûmes Isla la Tortuga à L’ O.N-O de Cumana. Nous profitâmes de l’obscurité pour faire route entre Cumana et  Marguerita que nous doublâmes au petit jour. Le vent se fit contraire et nous dûmes louvoyer pour progresser à l’Est. Heureusement, nous ne fîmes aucune mauvaise rencontre et aucun navire ne sortit des ports pour nous donner la chasse.
Au S.O. de Puerto de Espana sur l’île de Trinidad, le vent tomba tout à fait, juste comme nous tentions de doubler le cap au S.O.. Le navire n’avait pas assez d’aire pour gouverner et les courants nous jetèrent à la côte.




Intense labeur pour tous durant la journée suivante !
Transférer la cargaison et les canons sur tribord. Lorsque « Stella Matutina » eut une importante gîte et que son flanc bâbord fut largement hors d’eau, le charpentier et ses aides purent œuvrer à aveugler la voie d’eau. Deux bordés avaient été arraché sur près d’un yard juste sous le gaillard arrière.
Les autres marins de l’équipage déposèrent sur le pont gréements et vergues hautes pour éviter que tout ne passent par dessus bord.
Lorsque le charpentier eut réparer au mieux avec les moyens dont nous disposions, il fallu à nouveau arrimer les marchandises de la cale, remettre les canons en batterie, guinder vergues, étais et galhaubans. Par bonheur, la mer était vide de toute présence importune.
Nous reprîmes notre route et entrâmes sans encombre à San Tomas deux jours plus tard.


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Lun 17 Sep 2012 - 12:35

L’agent de Don Oddball nous conseilla de garder le lot de trésors indigènes pour les revendre à notre prochaine escale où, espérait-il, le marché pour ces articles serait plus rentable. Nous devons nous rendre dans l’île Française de Guadeloupe. Nous ne pûmes tout vendre ici à San Tomas. Nous complétâmes notre cargaison après avoir fait réparer le navire au chantier naval de cette colonie.


Lorsque le chargement fut à fond de cale, nous appareillâmes par jolie brise d’Ouest et mer peu agitée (force 4). Nous fîmes cap plein Nord, bâbord amures par vent de travers. La mer forcit et devint agitée (force 5) au Sud de Tobago.


Le capitaine allait sans cesse de la chambre de veille pour étudier ses cartes à la dunette où il observait la force et la direction du vent car il allait devoir bientôt choisir sa route, l’Est où l’Ouest des îles au vent.


C’est la route Est qui s’imposa alors que la mer se durcit encore (force 6).
Nous parvînmmes à Guadeloupe sans coup férir.


Notre escale suivante était San Juan de Porto Rico. Nous avons croisé un dogre français et aperçu un chebec et un vaisseau loin à notre N.E.
Le lendemain, un 64 canons a fait route sur nous et nous avons fuit en contournant l’île de Viequès par l’Ouest. Nous entrâmes à San Juan à l’abri des canons du Castillo del Moro.


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Mer 19 Sep 2012 - 10:55

Nous vendîmes notre cargaison et achetâmes pour douze milles piastres de marchandises. Cette fois, nos cales étaient pleines. Notre agent sur place nous demanda de nous rendre à Santo Domingo pour y vendre notre fret.
Nous levâmes l’ancre au petit matin par grand frais de Sud Est, mer forte (force 7). Nous mîmes le cap plein Ouest sous  huniers  et basses voiles arisés dès que nous fûmes dégagés de la brise de terre. Nous aperçûmes Bahia Aguadilla gisant à une lieue sur bâbord et virâmes cap au Sud. Nous entrions dans une zone dangereuse du fait de l’existence d’un repaire Pirate par tribord avant à quelques lieues. Nous avons fait de l’Ouest jusqu’aux côtes de Santo Domingo puis nous avons viré cap Sud Ouest et nous sommes mis à l’abri pour la nuit derrière Isla Saona.
Le lendemain, nous entrâmes dans le port de Santo Domingo.
Hormis le chanvre et l’indigo que nous avons gardé en cale car l’offre était inférieure au dépens, les autres marchandises ont été négocié à un bon prix.
Nous avons acheté 46 tonneaux de marchandises diverses.
Notre cargaison comprend donc (en tonneaux de 2000 livres « avoir du poids »)
- 1 tonneau de lingots d’argent
- 10 tonneaux de chanvre
- 10 tonneaux de verroteries
- 10 tonneaux de suif
- 10 tonneaux d’outils
- 10 tonneaux de brai
- 5 tonneaux de lingots de fer
- 10 tonneaux d’indigo
le tout estimé à une valeur de 17300 piastres.


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Sam 22 Sep 2012 - 16:23

Dans la journée, après que nous eussions arrimé les marchandises en cale, j’invitai l’agent de Don Oddball dans la grand–chambre pour que je signe le manifeste de transport et qu’il puisse boire un peu de vin et se restaurer.
Il me transmit oralement le commandement de Don Oddball sur notre destination pour vendre la cargaison.. José, le mousse du bord, apportait justement le vin, un pâté et un salmigondis comme amuses bouche.


Au soir, comme presque tout l ‘équipage hormis quelques hommes de garde, José descendit « faire une virée » à terre avant l’appareillage prévu le lendemain au premières heures du jour.
Depuis le midi, un homme se trouvait sur le môle, rêvassant, fumant une longue pipe en terre où simplement somnolant, vautré sur un amoncellement de sacs de jute vides.
Quand l’équipage de « Stella Matutina » débarqua, il scruta les hommes qui passaient tout près. Il se leva et emboîta le pas au mousse.


- Proie facile » se dit-il.


Il entra dans une taverne à la suite du mousse et se plaça à ses côtés.


- Salut à toi jeune gabier. Permet que je t’offre un boujaron de rhum.


- Oh merci ! Mais je ne suis pas encore gabier, seulement mousse.


- Qu’à cela ne tienne, ça ne saurait tarder car tu m’a l’air dégourdi et déjà solidement bâti. Tiens bois ! Un gabier doit savoir boire plus qu’un simple terrien et être encore capable de courir sur une vergue.


- Et bien quand à ça …


- T’inquiète pas, ça viendra vite. Tavernier la même chose ! Au fait, je t’ai aperçu cet après midi sur la « Stella Matutina ». Vous avez terminé le chargement ?


- Oui m’sieur et on lève …


- M’appelle pas M’sieur. Mon nom c’est Pedro.


- Oui m’s .. Pedro. On met sous voile demain matin.


- Oh ! Tien Je t’offre encore une tournée. J’ai touché ma prime de débarquement ce matin. Vous allez faire un long voyage ?


- Et bien personne ne sait … à part le capitaine Ponce de Gamboa et moi ! répondit José en se redressant fièrement


- Ah ha ! Dans le secret des grand ! Tiens ça s’arrose. Bois donc.


- Ne le répète à personne Pedro mon ami. Nous allons à Santa Lucia. fit José à voix basse en retenant un renvoi.




Appareillage au matin grand frais de S.E. mer forte (7). Le mousse vomissait ses tripes par dessus la lisse sous le vent.
Jeté l’ancre à Isla Catalina au N.O. de Isla Saona protégé  du coup de vent d’E. par Punta Cana pointe extrême S. de Saint Domingue.
Cap N.E. pour doubler Mona puis E. jusqu’à la pointe N.O. de Porto Rico.
Fort coup de vent de S.E. mer grosse (force 9) Nous restons à la cape presque à sec de toile et une ancre flottante. Sommes à une lieue Nord de la côte.
Le vent à tourné dans la nuit mais souffle toujours aussi fort. Fais descendre les canons en cale et avons fait route avec trois ris pris dans les basses voiles. Le mousse est monté dans la mâture et s’est écrasé sur le pont. Le capitaine, furieux, a fait, sans cérémonie, balancer par dessus bord le corps disloqué du jeune imbécile. Réparer les dégâts causés par la tempête.


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Lun 24 Sep 2012 - 9:58

Le vent faiblit, la tempête se calme, force 8. Un dogre Anglais en vue, Isla de Culebra gisant à 2 lieues au S. Nous avons remis les canons en batterie.
A quatre lieues N.N-E. de Saint Thomas, le dogre Anglais s’est approché de nous malgré l’état de la mer à nouveau grosse, de force 9.
Le corsaire a ouvert le feu à huit reprises avec de la mitraille nous touchant six fois. Nous avons eu douze tués et notre gréement à été offensé. Notre poudre étant mouillée, nous n’avons pu riposter. Nous sommes parvenu à nous écarter et avons effectuer quelques réparations.


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Mar 25 Sep 2012 - 8:33

Le dogre Anglais s’est à nouveau approché et nous à envoyé neuf bordées dont six nous ont touché et deux effleuré. Treize des nôtres ont été tué. Nous sommes parvenus à nous écarter à nouveau et avons effectué des réparations dans le gréement mais il ne reste que vingt deux membres d'équipage ce qui est insuffisant. Le gros temps se lève à nouveau ce qui ne nous conviens pas du tout pour sécher notre poudre.


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cyrille de rougemont
Mousse
avatar

Messages : 19
Date d'inscription : 01/07/2011
Age : 46
Localisation : Páty, Hongrie

Infos
Nationalité: Hollandais Hollandais

MessageSujet: Extrait du journal de bord de la Pannonie   Mer 26 Sep 2012 - 4:36

Depuis notre arrivée en ces mers, le destin nous avait que peu souri...
En effet, nos navires successifs avaient déja par trois fois été abordés sans que nous puissions réellement nous défendre. Bref, notre lettre de marque anglaise n'avait pu encore etre honorée.
Par chance, nous avions eu au moins la joie de retrouver nos anciens compagnons, Gradlon Silverbeard et Viktorix, devenus tous deux aussi capitaines anglais.
Bref, le moral est bas...

Depuis trois jours, la chance semble enfin nous sourire. Une chaloupe chargée jusqu'aux ponts, si j'en crois sa ligne de flottaison, qui plus est battant pavillon espagnol, nous fait face. A plusieurs reprises, nous nous en sommes apprchés pour canoner le pont a coup de mitrailles, espérant ainsi en réduire son équipage. San sque nous ne sachions pourquoi, la chaloupe ne réplique pas...Si notre chance se continue encore en cette sainte journée, nous pourrons certainement l'aborder avant la tombée du soir et ainsi, nous l'espérons, nous refaire une petite santé financiere grace a sa cargaison.

Il faudrait aussi que cette stanée tempete se calme enfin, les hommes commencent a craindre les Dieux de la mer....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Mer 26 Sep 2012 - 13:46

Maudit coup de vent !
Maudits Anglais !
Nous ne sommes plus que 17 à bord. Très insuffisant !
Déjà pour manœuvrer par un tel temps avec les lignes de vie tendues de l’avant à l’arrière mais en plus, ayant à subir les bordées de mitraille des « Godons » alors que notre poudre est mouillée et que nous ne pouvons riposter.
C’est la fin, pas de doute.
Nous ne pourrons que défendre chèrement notre peau quand les hérétiques nous aborderont. Que Dieu les damne !


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Sam 29 Sep 2012 - 11:01

Le capitaine Ponce de Gamboa, après la perte de la Stella Matutina,  parvint à rejoindre la colonie française de Saint Croix à bord d’un canot en compagnie de cinq survivants.
L’agent de Don Oddball lui confia le commandement d’un petit senau, le «  San Cristobal », Jaugeant 80 tonneaux, pouvant porter un équipage de trente hommes & armé de quatre canons de 4 livres.

Avec la cassette que lui remis l’agent de son armateur, Ponce de Gamboa fit l’acquisition de quarante six tonneaux de marchandises diverses pour une valeur de près de vingt milles piastres avec entre autres, des armes & un lot de bijoux.

Ne sachant si la prise de la Stella Matutina était une simple « fortune de guerre » où si c’était le résultat des indiscrétions du mousse, l’agent de Don Oddball communiqua à Ponce de Gamboa  le lieu où devait être livré la cargaison après que tout deux se fussent assurés que nulle oreille indiscrète ne traîna à portée.

Le « San Cristobal » appareilla le vingt huitième jour de Septembre de l’An de Grâce 1712 par fort coup de vent d’Est & mer de force 8.
Nous naviguâmes « au près serré », tirant parfois des bords, cap N.N.E. du fait de la présence d’un senau Pirate croisant non loin au Sud.  
Avec cette mer démontée, notre petit bâtiment, brigantine & misaine à deux ris, se trouvait souvent caché aux vues des forbans lorsque nous étions dans le creux de la vague. Nous gardâmes ce cap jusqu’au Nord de l’archipel des Îles Vierges.
La mer est repassée force 9 après la méridienne. Malgré la tempête, fort coup de vent de Sud, mer grosse & après avoir rentré les canons, nous fîmes du N.E. pendant une lieue puis de l’E. afin de nous tenir assez au large des îles hollandaises gisant au Sud. Nous perdîmes trois hommes & le navire subit des dommages que nous dûmes réparer.


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:23, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Lun 1 Oct 2012 - 12:03

La mer s’améliore quelque peu bien qu’encore très forte. Nous avons remonté nos canons sur leurs affûts & mis le cap à l’E.S.E.
Après avoir doublé quelques possessions anglaises gisant sur tribord nous virons cap au Sud.


Une tempête d’Est avec très grosse mer de force 10 s’est levée.
Très dure période  pour l’équipage terré dans l’entrepont obscur, les panneaux d’écoutilles et les clair-voies ayant été aveuglé par des prélarts. Dormir de brefs moments transit et apeuré, entre deux ordres renvoyant tout le monde sur le pont, où tenter de le faire avec des vêtements détrempés et l’eau qui ruisselle de toute part. Ligne de vie sur le pont, tendue de l’avant à l’arrière. Repas froids bien sûr, les fourneaux de la coquerie sont noyés. Fromage, biscuits de mer où blé d’Inde délayé dans de l’eau.
Le capitaine quand à lui dispose de sa réserve personnelle, salmigondis, pâtés, jambons et saucisses séchés, confitures, vins fins et alcools. Les hommes ne montent sur le pont et dans le gréement que pour modifier le réglage du peu de voilure établie où pour la changer quand le vent l’arrache et emporte tout. Le jour aussi sombre que la nuit. Le vent qui hurle au point qu’il faille hurler pour se parler. Les vagues énormes qui balayent et submergent le pont que les dalots ne parviennent pas à évacuer. Un petit enfer de planches légères  perdu au milieu d'un maelström de "Fin des Temps".


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Dim 25 Nov 2012 - 10:55

Santissima Trinidad
Type : Gabare
Affectation : Commerce interlope
Jauge : 250 Tonneaux
Armement : 12 pièces de 4 livres
Equipage : 55 hommes
Propriétaire : Don Oddball
Port d’armement : San Tomas
Capitaine : Ponce de Gamboa
Maître d’équipage : Ignacio Llinares


                                      Journal de Bord


20 Novembre 1712
- Achat pour 28000 piastres d’une gabare. Reprise de la barque longue « Dona Inès » 5000 piastres.
- Pris livraison au chantier naval de la gabare.
- Baptême de la « Santissima Trinidad » par la marraine Donna Mercedes, épouse du Gouverneur & célébré par Frère Antonio, Supérieur du monastère San Pablo.
- Porté au rôle d’équipage les noms des 40 marins en provenance de la barque longue « Dona Inès ».
- Achat de 12 canons de 4 livres (4680 piastres).
- Embarquement vivres, poudre & boulets.
- Achat de marchandises diverses pour une somme de 9720 piastres.
· 20 tonneaux de bois de charpente (1480 piastres).
· 20 tonneaux d’épices (6240 piastres).
· 50 tonneaux de maïs (2000 piastres).
- Chargement du fret.
- Inscrit sur le rôle de l’équipage 10 marins volontaires.


21 Novembre
- Inscrit sur le rôle de l’équipage 5 marins volontaires.
- Messe de bénédiction dîtes par Frère Eduardo de l’ordre mineur des Récollets.
- Banquet d’appareillage offert par l’armateur Don Oddball à l’équipage.
- Quartier libre à terre pour l’équipage.
- Visa des connaissements, Lettre patente, Journal de bord & Rôle d’équipage par le Lieutenant Felipe y Torquemoro,  commandant la Lieutenance du port.
- Visite de courtoisie Don Alejandro de Balajor, Gouverneur de la colonie.
- Déhâlé dans la rade & hissé pavillon de partance.
- Embarquement des barriques d’eau douce.


22 Novembre
- Levé l’ancre. Très légère brise N.E. mer ridée. Cap N.O. sous huniers & perroquets bâbord amures.
- Nous embouquons le Delta del Orinoco.


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Dim 25 Nov 2012 - 16:36

- Le vent s’établit Très légère brise d’E. Mer ridée.
- Viré O. à la tombée de la nuit, cap sur le Golfe du Paria.
- Au vent arrière. Etabli brigantine, civadière & perroquet d’artimon arisé.  Ferlés huniers & les autres voiles de perroquets.
- Doublé les vigies pour la nuit.
- Cap N.O. pour doublé le cap Icacos.
- Cap N.E Petite brise d’Est.
- Le vent contraire interdit l’accès de la baie. Jeté l’ancre à 1 lieue de Puerto de Espana en attendant un changement de direction du vent.


23 Novembre
- Le vent à tourné S.E. & nous avons pu virer notre ancre & entrer à Puerto de Espana.


24 Novembre
- Achat de marchandises.
· 20 tonneaux de chanvres (1720 piastres).
Rien vendu, les prix de nos marchandises n’offrant aucun bénéfice.
- Appareillage cap O. tribord amures, grand largue, par petite brise de S.E. & mer ridée.
- Viré cap N. bâbord amures , grand largue, à l’entrée de la passe de Chacachacare.
- Cap N. par très légère brise d’E. mer ridée. Tribord amures sous misaine, brigantine & huniers pour la nuit.


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Mar 27 Nov 2012 - 11:28

25 Novembre
- Au lever du jour,  nous sommes sorti de la passe de Chacachare. Etat du vent  & de la mer sans changement depuis la veille. Les Grenadines visibles sur l’horizon droit devant.
- Un petit bâtiment anglais en vue à 3 lieues N.N-E. cap S.E.
- Etabli les perroquets & les bonnettes au vent hautes & basses.
- Le navire Anglais, une barque longue, a lofé S.O sur un cap d’interception. Navire de commerce peut-être mais suite à sa dernière manœuvre, plutôt un flibustier.
- Fait battre le branle-bas mais en raison de sa taille modeste, nous conservons notre cap.
- L’Anglais s’est approché à portée de tir & a ouvert le feu à sept reprises.
- Avons été touché  cinq fois & déplorons quinze tués. Gréement quelque peu offensé.
- Avons riposté à quatre reprises - deux bordées l’ont touché tuant un peu de son monde – puis nous sommes parvenus à nous mettre hors de portée & à nous éloigner bien qu’il fut plus manœuvrant.


26 Novembre
- Cap N. Le corsaire n’a pas cherché à revenir à portée. Sans doute a-t-il été fort marri de notre vigoureuse riposte & jugé que nous étions une proie de trop forte taille pour lui.
- Jeté l’ancre à Saint Georges sur l’île française de Grenade pour recruter quelques hommes.
- Le corsaire anglais que nous avons malmené vient aussi d’entrer dans le port. Maudits français qui donnent asile à nos ennemis qui sont, par ailleurs, aussi les leurs !
- Vendu notre chanvre (1860 piastres) avec 7 piastres de bénéfice au tonneau.
- Porté au Rôle d’équipage 11 marins volontaires.


27 Novembre
- Achat de marchandises diverses pour une somme de 2710 piastres.
*10 tonneaux de blé (480 piastres)
*10 tonneaux de bœuf (980 piastres)
*10 tonneaux de fruits (530 piastres)
*10 tonneaux de fruits confits ( 720 piastres)
- Préparatifs accélérés d’appareillage. La présence au N.O. d’un vaisseau de 80 canons Espagnol dissuadera certainement le flibustier Anglais de nous donner la chasse.


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Mer 28 Nov 2012 - 18:29

- Deux fortes frégates Anglaises de 40 canons au moins, viennent d’entrer dans le port. Que Dieu soit loué de notre célérité aux préparatifs d’appareillage & de la présence au large du vaisseau du Roy. Nul doute que la nouvelle de notre escale en ce lieu ait été colporté.
- Quittons Grenada cap N. par légère brise de N.E. & mer belle.
- Allure « au près ». Établi basses voiles, huniers et bonnettes sous le vent.
- Le vent tourne N. Tiré des bords pour remonter & nous mettre sous la protection du vaisseau.
- Effectué les réparations des dommages subit dans notre gréement par la mitraille anglaise. Le chantier naval de Saint Georges demandait 372 piastres pour ce faire.


28 Novembre
- Le flibustier anglais est sorti. Même cap que nous. Il nous a dépassé durant la nuit. Il est en vue droit devant, 2 lieues N.
- Le vaisseau espagnol poursuit sa route, ignorant cet ennemi de son Roy ! Il lofe S.E. & entre dans l’archipel des Îles Vierges.
- Cap N.E. Légère brise d’E. mer calme. Le flibustier anglais à 2 lieues O.
- Santa Lucia en vue 3 lieues E.Q N.E.
- Entrée dans la rade de Santa Lucia & mouillé devant la Pointe Séraphine.
- Nous avons à bord deux des onze marins embarqués à Grenada qui sont malades & présentent des symptômes inquiétant. Le médecin du bord craint que ce ne soit la peste ! Que Dieu nous garde !
- Hissé Pavillon Jaune de quarantaine.
- Nous devons subir l’inspection d’un docteur en médecine du lazaret.
- Grâce à Dieu, il ne s’agit pas de la peste ! Les hommes sont atteint du Vomito Négro & devront être débarqués.
- Nous avons obtenu l’autorisation d’amener le Pavillon Jaune et d’entrer dans le port.


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Ven 30 Nov 2012 - 21:12

29 Novembre
- Vendu : (en tonneau de deux milles livres)
· 10 tonneaux de Blé.
· 10 tonneaux de Fruits.
· 10 tonneaux de Fruits confits.
 Pour un bénéfice de 110 piastres.
- Appareillage. Cap Ouest. Légère brise d’E. mer calme. Au vent arrière sous brigantine, perroquet de
 fougue sur l’artimon, perroquet au grand mât. Petit hunier et misaine avec leurs bonnettes sur le mât de
 misaine & civadière sur le beaupré.  


30 Novembre
- Le corsaire Anglais, en vue à une lieue par tribord avant.
- Fait battre le branle-bas.
- Le vaisseau du Roy sort de l’archipel des Îles vièrges. Il fait cap N.O.vers nous & l’Anglais.
- Le corsaire s’est approché, il semble vouloir nous attaquer.
- Le vaisseau vire N.E. cap sur l’île Martinique. A quoi sert-il donc ? Ce n'est pas un capitaine de vaisseau digne de son pavillon, tout juste un pilleur d'épave.
- L’Anglais s’est approché et a ouvert le feu. Quel impudent !
- Nous avons essuyé une bordée à mitraille ….. dans les sabords ?
Trois servants ont été cependant tués mais bien sûr, nous n’avons perdu aucune de nos pièces.
Sa seconde bordée, à mitraille encore, nous a effleuré. Six autres ont suivi et, si l’une nous a raté, l'une d'elle, nous a touché de plein fouet.
- Nous avons perdu 20 hommes et notre gréement a été quelque peu offensé.
- Nous avons riposté bien entendu. Une bordée à mitraille qui lui a tué du monde . Ensuite nous lui en avons envoyé deux dans la carène avec des boulets, Une, ne l’a qu’à peine effleuré mais la seconde l’a touché. Enfin, nous avons tiré aux ramés dans son gréement et l’avons cette fois, touché de plein fouet. Nous sommes alors parvenu à nous éloigner et avons fait quelques épissures dans nos drisses et nos haubans.


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Sam 1 Déc 2012 - 16:39

1er Décembre
Jolie brise d’E. mer peu agitée.
Au réveil, juste avant l’aube, l’équipage n’est pas encore tout à fait remis des fatigues de la veille. Pour des marins de commerce, le combat a été rude & leurs dix huit compagnons tués, pèsent sur leur moral.
Le capitaine est, quand à lui, satisfait de la manière dont tous se sont comportés au feu.
Se pose maintenant un dilemme :
Poursuivre le voyage, avec un équipage insuffisant !
Où retourner au port tout proche pour recruter quelques hommes.
La première option le tente mais …. En cas de mauvaise rencontre ?
D’autant que l’Anglais est encore là, tout près. Bien sur, son navire a été durement touché et son équipage amoindri. Il lui faudra quelque temps pour réparer. Se rendre dans la colonie française toute proche, c’est lui permettre de faire de même. Quand « Santissima Trinidad » sortira, il sera de nouveau là.
Continuer, c’est prendre de l’avance sur ces maudits « Godons ». Avec les risques pour la suite du voyage.
Etre un capitaine, « Seul Maître après Dieu », c’est devoir prendre ce genre de décision.
Ponce se rendit dans la grand chambre arrière. Il fouina dans les rouleaux de cartes suspendus aux barrots dans un filet. Il en sortit une, l’étala sur la table et posa sur chaque coin un objet à portée de main. Il prit un flacon de Grappa, s’en servit un  gobelet, but une lampée et se pencha sur la carte.
Il réapparu sur la dunette bien plus tard.


- Llinares ! Cap N.E. Faîtes nous entrer dans le port français. Ancrez nous dans l’avant port. Je ne veux pas y traîner. Juste le temps de recruter quelques hommes.
- A vos ordres Capitan !



Quelques heures plus tard, la Gabare était à l’ancre et mettait son canot à la mer.


- Llinares ! Trouvez des hommes mais qu’importe si le compte n’y est pas. Au contraire, Don Oddball sera satisfait d’avoir moins de parts à distribuer à l’arrivée. Il m’en sera gré pourvu que le navire & le fret arrivent à destination. Bien que « Don d’Espagne » notre armateur est aussi pingre qu’un écossais !


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Dim 2 Déc 2012 - 20:55

Ignacio Llinares, le Maître d’équipage, ne teint pas compte des recommandations de son capitaine. Il revint à bord de la gabare avec dix huit nouvelles recrues. Il pensait quand à lui que plus l’équipage serait conséquent, mieux il pourrait s’opposer à un abordage. C’est qu’il tenait à la vie lui.
Dès qu’il fut revenu à bord, le canot fut remonté & déposé sur son chantier. Sans s’attarder à refaire les provisions d’eau potable & de vivres fraîches, l’ancre fut remontée & la gabare reprit la mer.
Ponce de Gamboa avait assisté à l’entrée dans le port du corsaire Anglais. Il n’avait pas réparé les avaries que lui avaient infligées les bordées de la « Santissima Trinidad ».
Il jubila de contentement, il avait pris la bonne décision.
Il indiqua à son Maître d’équipage le cap à suivre puis se rendit dans la grande cabine.  Il jeta son chapeau sur un coffre, s’empara d’un flacon de xérès, emplit un verre de cristal ciselé et à petites lampées, dégusta l’élixir. Après quoi, il s’attabla devant une langouste achetée le matin à un pêcheur qui rentrait au port quand la gabare y était ancrée.


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Dim 9 Déc 2012 - 13:26

3 Décembre
- Vent calme de S.E. Mer calme. Allure « Grand largue » tribord amures, toutes voiles dehors.. La côte de la Dominique défile à deux lieues sur bâbord, à peine visible dans la pâle clarté lunaire.
- Doublées les vigies au lever du jour, par précaution aux abords de la côte, dans des eaux (normalement) très fréquentées. Rien en vue,  La « Santissima Trinidad » semble être débarrassée du flibustier anglais.


- Même cap. Très légère brise d’E. mer à peine ridée. Marie Galante visible à deux lieues sur bâbord, glisse lentement vers l’arrière.


4 Décembre
- Légère brise d’E. Mer belle. Toujours sur le même cap, bâbord amures. Le capitaine, sur la dunette côté « au vent » (comme il est de coutume) observe fréquemment à bâbord les îles anglaises qui se profilent à trois lieues environ.
- Viré au vent arrière après avoir doublé l’île de La Barbade.


5 Décembre
Allure grand largue, bâbord amures par jolie brise d’E. mer peu agitée.
Une frégate Pirate aperçue dans la rade de Cocoa beach, gisant 4 lieues S. Elle est un peu plus tard entrée dans le port.


6 Décembre
- Jolie brise d’E. mer peu agitée. Nous sommes entrés à Gustavia.
- Vendu des marchandises pour 8760 piastres :
· 10 tonneaux de bœufs
· 20 tonneaux de bois de charpente
· 20 tonneaux d’épices
- Acheté pour 13675 piastres de fret
· 25 tonneaux de brai (6700 piastres)
· 25 tonneaux de cordage (2700 piastres )
· 25 tonneaux de toile (2000 piastres)
· 25 tonneaux de pierres de taille (2275 piastres)


7 Décembre
Sorti de Gustavia de nuit, cap N.O. par jolie brise de S.E. & mer agitée.
Vent forcissant dans la nuit à bonne brise de N.E.
A l’aube, au N. de Mosquito Island, le vent & la mer se durcissent, passant vent frais d’E. mer forte. Arisés les huniers. Vérifié l’arrimage de la cargaison.


8 Décembre
Vent frais d’Est, mer forte.
Au vent arrière sous l’ourse d’artimon, misaine, petit hunier et perroquet de fougue.
Saint Thomas, repaire de Pirates notoire, à 3 lieues S.E.
Notre prochaine escale San Juan en vue à 4 lieues dans le S.O.
L’état de la mer se dégrade. Coup de vent de S.E. mer très forte.
Carguée la misaine, pris un ris dans le petit hunier et le perroquet de fougue.
San Juan à 2 lieues droit devant. Mis à la cap pour la nuit.


9 Décembre
Entré dans le port de San Juan.
Vendu du fret pour 14175 piastres
· 25 tonneaux de brai
· 25 tonneaux de cordage
· 25 tonneaux de toile
· 25 tonneaux de pierres de taille
Bénéfice : 500 piastres.


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Ven 14 Déc 2012 - 13:14

- Offert 53 piastres aux bonnes œuvres du monastère de San Juan.
- Aucun fret intéressant à charger, nous partirons avec seulement nos cinquante tonneaux de maïs.


10 Décembre
Appareillage peu après le lever du jour par grand frais de S.E.. mer forte. Cap E.
Doublé Punta Las Cabezas puis Punta Puerca.
Lofé S.O. dans le chenal entre la côte S. d’Hispaniola et l’île Vieques.
Après une légère amélioration, les éléments se déchaînent, passant à fort coup de vent de S.E. mer grosse.
Il est désormais impossible de naviguer sans endommager le gréement où la carène de « Santissima Trinidad », perdre des hommes voire même que des canons passent par dessus bord où traversent le pont en défonçant tout sur leur passage.
Ferlé partout & jeté l’ancre sous le vent de Vieques.




11 Décembre
Le mauvais temps perdure, nous restons à sec de toile. Par chance, les fonds sont de bonnes tenues & l’ancre ne dérape pas.
En fin de nuit, la tempête se calme un peu. Elle devient grand frais de N.E. mer forte. Relevé notre ancre et fait S.O. sous basses voiles et huniers arisés.


12 Décembre
Grand frais de Sud, mer forte.
Cap S.O. allure « au près » sous basses voiles & huniers. La côte est à présent noyée sous l’horizon. Aucune voile en vue.
Latitude 17°0 N. Longitude estimée 67°0 W. Grand frais d’E. Mer forte.
« Grand largue » tribord amures. Basses voiles avec bonnettes au vent, huniers et perroquet d’artimon.
Coup de vent de S.E. Mer très forte. Amené les bonnettes et arisés huniers et perroquet d’artimon.


13 Décembre
Pas de changement de temps ni de direction du vent. Nous poursuivons notre route, cap S.O. & conservons les mêmes réglages de voilure.
Vent frais tournant d’E. à S.O.  obligeant à de fréquents réglages de voilure. Mer forte.
Cap S.O. avec des virements O. pour profiter au mieux de la brise.


14 Décembre
Vent frais de N.E. Mer forte. Au vent arrière cap S.O. Ourse, grand hunier, misaine. Bonnettes de grand voile et de petit hunier.
Un canot de sauvetage à la dérive en vue par le travers bâbord. Six hommes à bord, semble t-il, inanimés … où mort.
Nous ne nous déroutons pas, peut-être le vomito négro où le typhus à leur bord.
Dieu nous garde !
S’ils sont vivants, ce seront des bouches inutiles à nourrir et je suis redevable de tout dépens à l’armateur Don Oddball qui comme je l’ai déjà écrit, est plus pingre qu’un écossais où qu’un juif.


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:29, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Ven 21 Déc 2012 - 11:29

- Position estimée 14° N. 71 W. Aruba au S.S-E. Un chebec Pirate croise devant le port. Nous avons lofé cap Ouest pour nous mettre hors de vue.


15 Décembre
- Grand frais de S.E. Mer forte.
- Cap S.O. par vent de travers, tribord amures sous huniers & basses voiles.
- Rien en vue.
- Cap S.O. à la tombée de la nuit.
- En vue de Punta Gallinas, viré cap O.


16 Décembre
- Bonne brise de N.E.. Mer agitée. Cap O. Grand largue, bâbord amures.
- La côte & l’embouchure de Rio hacha à 4 lieues S. Aucune voile en vue.


17 Décembre
- Santa Marta en vue au S.O.
- Petite brise de N. mer belle. Deux lieues N. de Santa Marta, viré S.O.


18 Décembre
- Jolie brise de N.E. virant N. à l’entrée de Cartagena mer peu agitée.
- Accosté à Cartagena où aucun autre navire n’est présent.
- Vendu nos 40 tonneaux de maïs pour 1680 piastres (bénéfice 80 piastres).
- Acheté diverses marchandises pour une valeur totale de 18730 piastres.
· 5 tonneaux de bois précieux
· 20 tonneaux de chanvre
· 20 tonneaux de cordages
· 10 tonneaux d’écorce de quinquina
· 10 tonneaux de teinture de cochenille
· 10 tonneaux de tabac
Chargement du fret.
L’équipage est fort agité & inquiet. En ville, plusieurs hommes ont entendu un prédicateur annoncer la fin du Monde pour le 21 Décembre. L’Inquisition a appréhendé ce fou qui appuyait ses affirmations sur l’interprétation qu’il faisait d’un soit disant calendrier Maya, hérétique donc. Il n’empêche, il ne sera pas aisé de faire respecter la discipline jusqu’à cette échéance.
Cadenassé la soute à alcool ainsi que la Sainte Barbe.
Distribué discrètement des pistolets aux officiers.
Entreposer toutes les armes, de la poudre & des balles dans ma cabine.


19 Décembre
- La planche de coupée fut tirée bien après le lever du jour, les aussières rentrées. Doucement,  sous l’œil avisé de marins depuis les quais et celui bien moins avisé de quelques notables, de leurs épouses et d’une escouade de soldats, la gabare s’éloigna du quai sous l’effort conjugué de quelques hommes qui l’en écartaient avec des espars & des gaffes.  
- Déhâlé jusqu’à Isla Manzanillo puis, cap S.S-E par jolie brise de N.E. sous ourse, civadière, huniers et perroquets. Descendu  le goulet par vent de travers & jeté l’ancre entre Isla el Chivo & Isla Diablo.
- Jolie brise de N.E. Remonté nos câbles & fait route sous huniers bâbord amures cap N.O.
- Après nous être dégagé des terres, viré plein N. bâbord amures toutes voiles dehors par jolie brise d’E. & mer peu agitée.
- Avec la nuit, le temps se gâte ; vent frais de N. mer forte. Viré cap N.E. Ferlé les perroquets et pris un ris dans les huniers.


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Ven 28 Déc 2012 - 8:32

20 Décembre
- Cap N.E.
- Vent frais de N.E. mer forte. Une information émanant d’un navire croisé au large de Santa Marta fait état d’un grand nombre de corsaires hollandais devant Kingston. notre destination est Santiago de Cuba ce qui nous oblige à passer près de La Jamaïque.
- Décidons de faire route vers les ports de l’ Est.
- 3 Lieues N.O. de Santa Marta .
- Cap N.E. Devant tirer des bords pour remonter au vent, nous approchons à quelques milles de la côte à l’embouchure du Rio Magdalena entre la petite ville de Barranquilla et Isla de Salamanca..


21 Décembre
- Bonne brise de N. mer agitée. L’équipage s’était calmé car de fin du Monde, point. Mais un des hommes de l’équipage a de nouveau semé le trouble en affirmant que cela pouvait avoir lieu tout au long de ce jour, jusqu’à minuit donc.


22 Décembre
- Rien de fâcheux ne s’est  produit avant minuit. Aucun homme d’équipage ne dormit avant d’avoir entendu le double tintement de la cloche, annonçant le quart.
- Le capitaine fit, au cours du quart du matin, remettre en place poudre & armes. L’homme ayant semé le trouble la veille, devint la risée – emprunte d’un grand et secret soulagement - de ses compagnons.
- Jolie brise d’E. mer peu agitée. La crique San José gisant à 3 lieues S.S-E. Endroit très dangereux où un navire peut s’y être embusqué. Doublé les vigies et fait préparer les canons.


23 Décembre
- Jolie brise de S.E. mer peu agitée. Cap E. au près serré.
- Toujours en vue de la crique San José. Aucun navire n’y  était embusqué.
- Cap E. puis lofé N. quand l’île de Aruba fut visible sur l’horizon. Colonie hollandaise, donc ennemie, jugé prudent de s’en tenir à l’écart.


24 Décembre
- Légère brise d’E. mer belle. Position estimée avant le lever du jour ; 14° 0 N. Aruba gisant 4 lieues S.
- Cap E. où S.E. lorsque le vent refuse.


25 Décembre
- Gréer la chapelle pour célébrer la messe de la Nativité. Nous avions accepté de prendre à bord un frère de l’Ordre mineur des Récollets qui souhaitait se rendre à San Tomas. Pour prix de son passage, il fut convenu qu’il devait célébrer cette messe. C’était un moine ventripotent et sale que le capitaine n’acceptait qu’à contre-cœur à sa table mais l’équipage fut satisfait de son office.
- Curaçao & Bonaire en vue 4 lieues S.
- Petite brise de S.E. virant E. mer belle. Cap S.S-E.


26 Décembre
- Cap S.E. Nous avons doublé Bonaire durant la nuit.
- Entré dans l’archipliago Los Roques .


27 Décembre
- Cap S. pour faire escale à Puerto de la Guaira à Caracas où nous devrions pouvoir entrer dans la soirée.
- Accosté à La Guaira.


28 Décembre
Vendu notre fret (sauf la teinture de cochenille). Le tabac a été cédé à prix coûtant. Bois précieux, cordages, chanvre et écorce de quinquina ont généré quelques bénéfices intéressants.


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Sam 5 Jan 2013 - 16:18

- Acheté cent cinq tonneaux de fret divers pour 16200 piastres.


29 Décembre
- Appareillé cap N.E. par grand frais de S.E. mer forte (7). Bâbord amures sous basses voiles & huniers. Etabli les bonnettes hautes & basses.
- Cap Est, allure « au près » sous basses voiles et huniers. Bâbord amures, la côte à une lieue.


30 Décembre
- Vent frais de nord, mer forte. Viré S.E. à la longitude de la pointe San Francisquito.


31 Décembre
- Bonne brise de N.E. mer agitée.
- Position, une lieue de Punta Arénas. Viré Nord pour doubler le cap.


1er Janvier 1713
- Bonne brise de N.E. mer agitée. Cap Est en tirant des bords.
- La côte nord de Margarita à 1 lieue tribord.
- Isla La Tortuga par le travers tribord à moins d’un mille.
- La passe du golfe de Paria en vue par le bossoir tribord.


2 Janvier
- Entré dans le golfe de Paria. Bonne brise de S.E. mer agitée. Progressons toujours en louvoyant.
- Le vent ayant tourné E. impossible d’entrer à Puerto de Espana. Poursuivons jusqu’à San Tomas.


3 Janvier
- Petite brise d’E. mer belle. Avec ce vent contraire persistant nous interdisant de doubler Trinidad par le Sud, décidé de rebrousser chemin pour la contourner & de passer entre Trinidad & Tobago.


4 Janvier
- Vent N.E. Cap S. San Tomas à 2 lieues droit devant.
- Accosté à San Tomas.
- Vendu notre fret avec de bons bénéfices. Le marchand local nous offre pour la teinture de cochenille un prix inférieur à notre dépens. Nous ne lui vendons donc pas cette marchandise .
- Acheté des marchandises :
· 20 tonneaux de bois précieux pour 31540 piastres.
· 20 tonneaux de vin d’Espagne pour 3260 piastres.


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Sam 5 Jan 2013 - 21:08

L’agent de notre armateur sur place,  nous a remis un courrier de Don Oddball.
Ce dernier fait commandement au capitaine Ponce de Gamboa de se placer, avec son navire, le « Santissima Trinidad » sous les ordres du Vicomte Marco Simoncelli Amiral de la Compagnie Commerciale des Caraïbes.


Ni l’agent de Don Oddball, ni le Gouverneur ni personne dans la colonie n’était en mesure de donner au capitaine Ponce de Gamboa la moindre information sur la personne du Vicomte Marco Simoncelli, pas plus que sur une date et sur le lieu de son arrivée sur ce continent. Le capitaine pris donc la décision d’attendre sur place et de mettre à profit cette escale d’une durée indéterminée pour remettre son navire à neuf.


5 Janvier
Le capitaine Ponce de Gamboa fut mandé « avec la plus extrême célérité »par son Excellence le Gouverneur, en sa demeure.
Son Excellence déjeunait mais reçu le capitaine « sans façon » à sa table. Il avait appris ce jour de la bouche du lieutenant commandant la petite garnison qu’un Portugais, bien connu ici – soit-disant pêcheur mais de fait un contrebandier - avait  fait état à la taverne d’un galion qui, gravement offensé après avoir essuyé du très gros temps dans l’Atlantique, avait trouvé refuge très loin d’ici, dans un havre côtier pour réparer ses avaries, faire provision d’eau & de vivres fraîches.


Ponce de Gamboa s’excusa et pris congés de son Excellence. Il revint à grand pas au navire et demanda à  llinares, son lieutenant, Portugais d’origine, de l’accompagner à la taverne.  Ils se mirent en quête du « pêcheur ». Ils lui offrirent moult flacons de vin & le questionnèrent pour obtenir des informations plus précises. Heureux d’avoir trouvé « un pays » en la personne de Llinares l’homme leur dit tout ce qu’il savait à propos de ce « galion ».


De retour à bord de « Santissima Trinidad », fort de ces informations, bien qu’imprécises & quand même sujettes à caution, le capitaine décida de faire voile au plus tôt pour rechercher le navire du Vicomte Marco Simoncelli.


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   

Revenir en haut Aller en bas
 
Relation d'un voyage de marchand PNJ
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Relation d'un voyage de marchand PNJ
» Offre voyage-prive.com séjour à -55% dès le 22/06
» Voyage en autocar pour Disneyland Paris
» Publicités pour le voyage inaugural
» [Larsen, Reif] L'extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Caraïbes 1712 - le forum :: La ville haute :: Par la plume et l'épée... [RP] :: Vos histoires au fil de l'eau-
Sauter vers: