Caraïbes 1712 - le forum

Forum du jeu Caraïbes 1712
 
CalendrierAccueilFAQCaraïbes 1712MembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherWiki

Partagez | 
 

 Relation d'un voyage de marchand PNJ

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Bertrick
Maître de Jeu


Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Sam 5 Jan 2013 - 16:18

- Acheté cent cinq tonneaux de fret divers pour 16200 piastres.


29 Décembre
- Appareillé cap N.E. par grand frais de S.E. mer forte (7). Bâbord amures sous basses voiles & huniers. Etabli les bonnettes hautes & basses.
- Cap Est, allure « au près » sous basses voiles et huniers. Bâbord amures, la côte à une lieue.


30 Décembre
- Vent frais de nord, mer forte. Viré S.E. à la longitude de la pointe San Francisquito.


31 Décembre
- Bonne brise de N.E. mer agitée.
- Position, une lieue de Punta Arénas. Viré Nord pour doubler le cap.


1er Janvier 1713
- Bonne brise de N.E. mer agitée. Cap Est en tirant des bords.
- La côte nord de Margarita à 1 lieue tribord.
- Isla La Tortuga par le travers tribord à moins d’un mille.
- La passe du golfe de Paria en vue par le bossoir tribord.


2 Janvier
- Entré dans le golfe de Paria. Bonne brise de S.E. mer agitée. Progressons toujours en louvoyant.
- Le vent ayant tourné E. impossible d’entrer à Puerto de Espana. Poursuivons jusqu’à San Tomas.


3 Janvier
- Petite brise d’E. mer belle. Avec ce vent contraire persistant nous interdisant de doubler Trinidad par le Sud, décidé de rebrousser chemin pour la contourner & de passer entre Trinidad & Tobago.


4 Janvier
- Vent N.E. Cap S. San Tomas à 2 lieues droit devant.
- Accosté à San Tomas.
- Vendu notre fret avec de bons bénéfices. Le marchand local nous offre pour la teinture de cochenille un prix inférieur à notre dépens. Nous ne lui vendons donc pas cette marchandise .
- Acheté des marchandises :
· 20 tonneaux de bois précieux pour 31540 piastres.
· 20 tonneaux de vin d’Espagne pour 3260 piastres.


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu


Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Sam 5 Jan 2013 - 21:08

L’agent de notre armateur sur place,  nous a remis un courrier de Don Oddball.
Ce dernier fait commandement au capitaine Ponce de Gamboa de se placer, avec son navire, le « Santissima Trinidad » sous les ordres du Vicomte Marco Simoncelli Amiral de la Compagnie Commerciale des Caraïbes.


Ni l’agent de Don Oddball, ni le Gouverneur ni personne dans la colonie n’était en mesure de donner au capitaine Ponce de Gamboa la moindre information sur la personne du Vicomte Marco Simoncelli, pas plus que sur une date et sur le lieu de son arrivée sur ce continent. Le capitaine pris donc la décision d’attendre sur place et de mettre à profit cette escale d’une durée indéterminée pour remettre son navire à neuf.


5 Janvier
Le capitaine Ponce de Gamboa fut mandé « avec la plus extrême célérité »par son Excellence le Gouverneur, en sa demeure.
Son Excellence déjeunait mais reçu le capitaine « sans façon » à sa table. Il avait appris ce jour de la bouche du lieutenant commandant la petite garnison qu’un Portugais, bien connu ici – soit-disant pêcheur mais de fait un contrebandier - avait  fait état à la taverne d’un galion qui, gravement offensé après avoir essuyé du très gros temps dans l’Atlantique, avait trouvé refuge très loin d’ici, dans un havre côtier pour réparer ses avaries, faire provision d’eau & de vivres fraîches.


Ponce de Gamboa s’excusa et pris congés de son Excellence. Il revint à grand pas au navire et demanda à  llinares, son lieutenant, Portugais d’origine, de l’accompagner à la taverne.  Ils se mirent en quête du « pêcheur ». Ils lui offrirent moult flacons de vin & le questionnèrent pour obtenir des informations plus précises. Heureux d’avoir trouvé « un pays » en la personne de Llinares l’homme leur dit tout ce qu’il savait à propos de ce « galion ».


De retour à bord de « Santissima Trinidad », fort de ces informations, bien qu’imprécises & quand même sujettes à caution, le capitaine décida de faire voile au plus tôt pour rechercher le navire du Vicomte Marco Simoncelli.


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vicomte Marco Simoncelli
Mousse
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 27/12/2012

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Mar 8 Jan 2013 - 13:27

Cela fait maintenant plusieurs jours que l'Angélina 3C se refait une beauté bien à l'abri dans cet accueillant petit lagon , l'endroit est discret et regorge de matériaux qui nous serons précieux pour le reste de notre périple , oh si , nous avons bien vu une voile de pèche au large mais d’après nos renseignements .... et si nous sommes bien à l'endroit ou nous croyons être , il y aurait de fortes chances que ces voiles soient en fait des navires contrebandiers Portugais , dans le doute , je préfère jouer la prudence et ne pas risquer ma précieuse cargaison , mieux vaut rallier le port le plus proche et tenter de contacter notre escorte , de plus les charpentiers ont fait du bon boulot et le navire lèvera l'ancre dés le retour de la dernière équipe à terre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vicomte Marco Simoncelli
Mousse
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 27/12/2012

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Mar 8 Jan 2013 - 15:57

La dernière équipe à terre est revenue à bord , eau douce et fruits à volonté
Ils nous ont aussi ramené une ravissante autochtone prénommée Macumba
La nature est hostile mais elle sait faire de ravissantes créatures .... trop ravissantes même !!
Sa beauté me rappelle cette petite chansonnette qu'on nous fredonnait enfant

Oh Macumba, Macumba,
Elle danse tous les soirs
Pour les dockers du port
Qui ne pensent qu'à boire,

Oh Macumba, Macumba,
Elle danse tous les soirs
Pour des marins largués
Qui cherchent la bagarre,
Oh Macumba.


Tout bien réfléchi , je me demande si c'était une si bonne idée de la faire monter à bord
Pour plus de sécurité et dans le but d'éviter une émeute , je vais la garder dans ma cabine ... ma couche est petite mais nous nous serrons
Il faut savoir faire des sacrifices parfois

Mais revenons à nos moutons
L'Angélique 3C remonte la cote toutes voiles au vent
Cette petite sauvageonne est une Arawak , d'aprés mes cartes , cette ethnie est présente sur un secteur englobant Paramaribo et Georgetown
La logique voudrait donc que sous peu , nous ne fassions escale dans l'un de ces deux ports
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Mar 8 Jan 2013 - 16:01

6 Janvier
- Appareillage par petite brise de N.E.  & mer belle.
- Nul à bord, hormis le capitaine, n’a eu connaissance du cap à suivre avant que « Santissima Trinidad » ne soit à plus d’une lieue de la côte.
- Rassemblé l’équipage à l’arrière. Le capitaine informe les hommes de la mission que « Santissima Trinidad » va devoir accomplir.
- Frère Ambrosio, qui finalement n’a pas débarqué comme convenu – au grand dam du capitaine, mais il est conscient que les hommes apprécient sa présence - célèbre une messe. Les hommes retournent à leurs postes après avoir entonné le « Salve Regina ».


7 Janvier
- Doublé les vigies.
- Petite brise d’Est, mer belle. « Au près », en vue de la côte sur tribord.


8 Janvier
- Petite brise S.E. mer belle.
- Nous devons tirer des bords et l’équipage fatigue à effectuer d’incessants changements d’amures.
- Toujours aucun navire en vue le long de la côte.
Au Nord du delta de l’Essequibo, le cri d'une des vigies retentit.


- Voiles en vue droit devant !


- Au S.E. sous notre vent, les perroquets d’un trois mâts, coque encore noyée sous l’horizon.
- Après une couple d'heures, la coque est enfin visible. C’est un gros vaisseau & de la manière dont il porte sa toile - ses vergues ne sont pas parfaitement brassées carrées -  un marchand. Sans doute, est-ce « L’Angélique 3C ».


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vicomte Marco Simoncelli
Mousse
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 27/12/2012

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Mer 9 Jan 2013 - 18:13

Enfin à quai
Ce que je déteste le plus chez ces foutus Anglais ... c'est qu'ils parlent Anglais et celui la .... il avait pas volé son uniforme , un pure souche
La taxe , ça j’avais compris mais pour le reste ... j'entravais pas un mot
Du coup l'Angélique 3C était solidement arrimée et gardée .. par chance au bon endroit , je décidais donc d'aller prospecter vers les Gabares qui étaient à quai de l'autre coté du port
L'une d'entre elles attirait plus particulièrement mon attention
D’après les dires du bougre que nous avions recueilli , Dieu ait son âme car il n'avait pas survécu , le navire d'escorte que nous cherchions était un fier navire de combat
La Gabare battant pavillon Hispanique qui aurait pu correspondre alignait tout peine une poignée de 4 livres
Je dois bien le reconnaitre mais je croisais les doigts pour que ce ... fier navire de combat , ne soit pas notre escorte tant attendue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Jeu 10 Jan 2013 - 11:31

9 Janvier
- Nous avons mouillé au large de Wakenaam Island à l’embouchure de l’Essequibo.
- Une des chaloupes du bord fut mise à l’eau et gréée d’une voile à livarde.  Le second, Llinarès partit  reconnaître les approches de la colonie anglaise pour constater de la présence où non de navires. Quelques bâtiments de commerce s’y trouvaient mais, aucun navire pouvant présenter un quelconque danger.
« Santissima Trinidad » entra donc dans le port.
Bien que l’Angleterre et l’Espagne fussent en guerre, les autorités locales toléraient – moyennant une taxe journalière conséquente - que des navires « marchands » ennemis viennent y accoster.
Pour éviter toute confrontation entre l’équipage et la population locale anglaise où même autochtone, le capitaine Ponce de Gamboa consigna l’équipage à bord et fit placer des sentinelles armées à la coupée.
- Dans la journée, « L’Angélique 3C » entra à son tour.


Les deux capitaines se rencontrèrent sur le quai une couple d’heures après que « L’Angélique 3C » se fut amarrée. Après les présentations d’usages, ils se rendirent dans l’unique auberge de la colonie et s’installèrent dans le patio, à une table un peu à l’écart des autres consommateurs.
D’emblée, le Vicomte se dit fort marri d’avoir découvert que son escorte prévue, la « Santissima Trinidad » n’était qu’une gabare marchande et non point, comme on le lui aurait suggéré – où comme il se l’était imaginé – une gabare lourde.


Ponce de Gamboa en prit ombrage. Cet aristocrate pensait quoi ? Que les Intendants de la « Compagnie Commerciale des Caraïbes » l’avait nommé « Amiral » d’une escadre de la Marine Royale  !
Le capitaine Ponce de Gamboa avait prouvé en moult occasions à Don Oddball, son armateur, qu’avec ses « minables » pièces de quatre livres, il avait su défendre avec assez de brio son navire.
Ce Vicomte Marco Simoncelli – un Génois ! Pour sûr, avec un tel nom. Où pire, Un Vénitien ! Ponce abhorrait ses derniers. Ses aïeux avaient souvent combattu en Méditerranée la marine de cette « République » de Venise  - ce Vicomte donc, n’avait qu’à s’offrir une escorte à la mesure de son importance ! Où de ses moyens ! Non mais !
Bien sûr, Ponce de Gamboa garda pour lui ces remarques. Il savait faire montre de retenue devant l’autorité, mais il présentait une mine assez renfrognée à son vis à vis.


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vicomte Marco Simoncelli
Mousse
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 27/12/2012

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Ven 11 Jan 2013 - 19:56

Je me souviens de ces soirées passées à écouter les récits de marins revenant du nouveau monde
J’étais particulièrement émerveillé par toutes ces histoires de forbans passant leur vie dans la luxure et la violence , la vie d'un homme ici bas ne valait pas plus cher que celle d'un chien , ce que j'aimais le plus c'était les aventures dans ces fameuses tavernes des Caraïbes
Et bien aujourd'hui , j'étais dans l'une d'entre elles
Certes ce n'était pas la plus réputée du secteur
Primo il n'y en avait qu'une ce qui limitait le choix
Secundo , le dernier ravitaillement d'Europe datait de plusieurs mois et les habitants faisaient avec les moyens du bord
Si on occultait les 3 ou 4 cochons qui pataugeaient sous les tables , les poules qu'il fallait balayer d'un revers de main pour pouvoir boire et les pigeons aux lustres qui par d’adroits jets de fientes prenaient malin Plaisir à viser nos gobelets , je dirais que l’établissement correspondait à l'idée que j'en avais
Oh il y avait bien ces plantureuses serveuses , la petite histoire racontait qu'elles étaient venues d'Angleterre par navire pénitentiaire pour repeupler une colonie de Cayenne , apprenant qu'elles étaient toutes prostituées ayant préféré l’exode à la corde , les prétendants au mariage auraient préféré la foret vierge à la vie de couple , prétextant au passage , qu'au moins la foret , elle , elle l'était ... vierge
Depuis ces nymphes d'un autre monde erraient de docks en ports , de tavernes en boxons à la recherche d'un peu d'or et de tendresse
Je ne vous parlerais pas de cette boisson nommée brandwijn en référence à une vieille recette Batave censée être du Brandy car l'envie de fuir pourrait vous prendre
Donc j'étais la , hier encore dans l'un des plus fastueux palais des Doges , aujourd'hui à la cour des miracles Anglaise

J'avais face à moi ce fameux capitaine commandant la noble et fière Santissima Trindad qui allait devenir notre escorte
La discussion était rude , non par les termes de l'accord passé mais plus sur un problème disons .... linguistique
On ne peut pas dire qu'il était Espagnol de sang car on santait bien une touche étrangère à l'accent , sorte de dialecte un peu comme celui de ces marchands Basques que nous avions rossé une fois place Saint Marc
En tout cas l'homme me paraissait digne de confiance , oh il ne ferrait pas des miracles avec cette pauvre Gabare mais ce qui était sûr c'est qu'il était homme d'honneur , le genre d'homme qui ne signe pas un traité , il vous donne juste sa parole et cela vaut tous les engagements du monde

Ce qui nous ramenait à ce point crucial du voyage , le capitaine Ponce de Gamboa semblait connaitre cette côte mieux que quiconque mais même la plus belle fille ne peut donner que ce qu'elle a et face à une menace surarmée ces quelques pièces de 4 livres ne ferraient pas le poids
Par mesure de précaution je ne pouvais m'étendre sur la nature de ma cargaison mais je m’efforçais de lui faire comprendre ... sans le froisser , que l'ajout de quelques Mercenaires ne serrait point un luxe
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francisco el Magnifico
Gabier
avatar

Messages : 152
Date d'inscription : 16/06/2011
Age : 42

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Dim 13 Jan 2013 - 0:26

Francisco et Bertrick faisaient voile vers les ennuis.
Mais les deux capitaines affichaient un sourire radieux.

Il y allait y avoir de l'action. Et comme il était maintenant démontré que Bertie portait bonheur,
l'aventure ne semblait plus si incertaine aux equipages superstitieux et sûrs de leur réussite.

Tout cela commença comme un voyage touristique.
Les deux amis avaient d'abord fait escale à Tobago.

1713 avait été une année bien trop raisonnable.
L'arrivée du Vicomte et de sa précieuse cargaison lançait 1714 en fanfare. La nouvelle était sur toutes les lèvres. Dans la taverne du "Chinchilla  qui fume", les deux loups de mer sanguinaires n'échappaient pas à cette mode :

"-En voilà un qui n'a peur de rien. Cette expédition aurait du être organisée bien plus discrètement. Ces compagnies commerciales vont causer la perte de leurs actionnaires à privilégier les effets de communication aux plus élémentaires principes de prudence. Ils vont mettre leurs économies à l'eau." (note historique du rédacteur : non, en fait, cela attendra la Régence)

"-ouep, le destin de cette expedition semble scellé. Tous les plus redoutables capitaines vont se porter sur le chemin de ce nobliau. Son navire est foutu. Autant recruter un equipage de femmes et embarquer une cargaison de lap... Euh... D'animaux aux longues oreilles."

Bertie frissonna en imaginant une telle possibilité. Enfin, pas pour l'équipage de femmes, ça il saurait s'en accommoder, pourvu qu'elles soient girondes, mais plus pour le reste. Il tira une bouffée sur sa pipe pour faire disparaître les rongeurs, qui bondissaient joyeusement dans son esprit, dans la fumée avant de donner au débat une allure plus prospective :
"-il n'empêche qu'il y a sûrement quelque chose à tirer de cette histoire. Il paraîtrait qu'ils ne seraient pas loin d'ici."

"-tu veux repartir à la chasse au trésor ? Remarque, c'est vrai que tu es en veine en ce moment. Ce serait dommage de ne pas tendre nos filets pour nous emparer de cette manne."

"-Mouais, les piastres, tu sais, ça va ça vient. Il y a peut être mieux à tirer de cette aventure. Si nous laissons passer les opportunités d'entrer dans la légende, nous finirons pendus et anonymes."

"-hoho mon Bertie, l'alcool te donne des accès de romantisme. Le seul moyen de tirer autre chose que des piastres de cette affaire serait de permettre que la caravane passe sans encombres. Et une chose est sure : Leur seul espoir pour cela  serait de rallier ta chance insolente"

"-Ouais ben pas fou l'bestiau : pour m'acheter ils devraient me promettre la lune. Ou mieux, parce que la lune c'est joli mais ça manque de concret. Il leur faudrait me donner, par acte officiel, un titre, à moi, qu'ils méprisent comme brigand des mers. Je t'ai parlé de mes projets de retraite aux Bahamas sur l'île de Little Halls Pond Cay où j'ai établi un comptoir. Eh bien je voudrais, outre un titre de propriété officiel, qui ne changerait pas grand chose, le titre de Gouverneur de cette île"

Francisco s'exclaffa.
Envisager un titre de Gouverneur de "Little Halls Pond Cay", île de 45 acres, était fantaisiste. Envisager une possible retraite de Bertie l'etait bien plus encore.
Mais se reprit aussitôt, car, au final c'était son ami qui avait raison. La gloire était intemporelle. Les piastres bien éphémères entre leurs mains d'aventuriers.
"Eh bien moi je voudrais que l'on me reconnaisse héritier du titre de Baron de mon ancêtre."

"-tu rêves Francisco! Demande plutôt la lune" glissa Bertrick dans une rasade.

Francisco acquiesça et relança la soirée en commandant quelques bouteilles supplémentaires. Mais il n'en oublia pas, pour autant, d'activer ses réseaux pour contacter le Vicomte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Dim 13 Jan 2013 - 11:00

A peine l’idée eut elle franchit ses lèvres que Bertrick la regretta. Et puis non ! Quand Francisco évoqua une baronnie, il sut que son ami avait compris qu’il ne s’agissait là que d’une billevesée.  
Bertrick Gouverneur ! C’est trop drôle ! Où alors pour instaurer cet ancien droit féodal ; le droit de cuissage Ha ha ha ha !

Avec des chaussures à boucles d’argent, faisant des ronds de jambes sur des parquets vernis. Avec des chausses enrubannés aux coutures, des bas blancs en soie, un gilet damassé de fils d’or, une perruque poudrée de douze pouces de haut ?
L’image se fit dans son esprit et son visage afficha un sourire. Sourire assez énigmatique, au point de faire froncer les sourcils à Francisco qui l’observait.
Il chassa l’image grotesque d’un revers de la main.

Devoir régler les conflits entre les marchands où les colons, palabrer sans fin avec des militaires au sujet de la défense de la colonie, obéir aux Princes qui gouvernent depuis la lointaine Europe pour faire la guerre à tel où tel, mais surtout, surtout, être plein d’obséquiosité envers les ecclésiastiques !  
Bertrick pensait qu’au Royaume de France, le vieux Roi Louis XIV, lui qui avait et faisait encore trembler l’Europe, tremblait lui-même devant la puissante Compagnie de Jésus.
Le Pape et ses jésuites avaient, il en était certain, influencé sa gouvernance, dans son Royaume ; la révocation de l’Edit de Nantes – et en dehors ; les guerres contre l’Angleterre antipapiste, contre la Hollande protestante…
Non ! Bertrick voulait la liberté et l’aventure ! Sa nation, c’était le pont du navire qu’il commandait. Son peuple, c’était son équipage. A tors où à raison, lui seul décidait de qui était ami où ennemi, s’il devait combattre où fuir.
Quoiqu’il fut capable, pour un joli minois, un mollet bien fait où pour une silhouette bien tournée, d’aller à l’encontre de ces préceptes. On ne se refait pas ! Ha ha ha !!!
Bertrick reprit le fil de la conversation.
- L'ordre de la jarretière me plairait assez. Où plus haut ...
Plus haut le long de la cuisse j'veux dire !
Mais il est vrai que c'est un ordre de chevalerie Anglais et que le Vicomte navigue pour le compte de l'Espagne. Tant pis ... N'en parlons plus !


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vicomte Marco Simoncelli
Mousse
avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 27/12/2012

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Dim 13 Jan 2013 - 16:01

Pendant ce temps la à Vera Cruz ... enfin plus à l'Est ... beaucoup plus à l'Est

Nous étions sur le point d'appareiller quand le capitaine Ponce de Gamboa m'a tendu un billet , visiblement les murs de la tavernes avaient des oreilles et il valait mieux être discret
Deux noms y étaient griffonnés
J'ai du bloquer deux bonnes minutes à la lecture de ce billet ce qui déclencha un éclat de rire de mon nouveau comparse suivi d'une grande claque dans le dos
-- Eh oui Vicomte , ce sont des Pirates mais j'ai confiance en eux --
Je dois avouer que j'avais envisager le pire mais de la à enrôler des pirates comme escorte , c'était un peu faire rentrer le loup dans la bergerie , mais bon la maxime de la compagnie était AUDACES FORTUNA JUVAT alors pour quoi pas
-- Capitaine Gamboa , j'en me remets à votre connaissance de la faune locale et puis s'ils me trahissent et bien la compagnie mettra leur tête à prix --

Nous nous sommes ensuite enfermé dans ma cabine ou j'ai déplié ma belle et nouvelle carte fraichement acquise à prix d'or
Gamboa m'a indiqué une zone ou les deux forbans avaient pour habitude de roder , la présence de l'Angélique 3c ne ferrait qu'aiguiser leur curiosité et nous ne pourrions point les louper , mais il y avait un petit bémol , peut être un troisième lascar , un Breton ou un Normand Gambao n'était pas très sûr des origine de ce dernier mais d’après lui il faudrait le garder à l'œil car sa cause ne nous était pas forcément acquise

Nous somme retournés sur nos navires respectifs et avons pris la mer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Dim 13 Jan 2013 - 21:45

10Janvier
Appareillage des deux Bâtiments de la « Compagnie Commerciale des Caraïbes ». Vent calme de S.O. tournant S. Mer calme.


11 Janvier
Les deux navires de « L’Escadre » de l’Amiral Vicomte Marco Simoncelli sur le même cap par très légère brise de N.E. & mer à peine ridée. La gabare de Ponce de Gamboa, une lieue plus au large au grand largue bâbord amures.
Les vigies de « Santissima Trinidad » annoncent peu après la méridienne, une voile à l’horizon, à près de quatre lieues au N.E. Une corvette, Pavillon noir à la corne d’artimon, longe la côte sur un cap de rencontre.
Une drissée de signaux prévint succinctement le vaisseau amiral ;
Ennemie en vue !
Ponce de Gamboa fit lofer son navire pour l’amener à moins de vingt brasses (36m)  de « L’Angélique 3C ». Au porte voix, il rendit compte à l’Amiral, pour qui la corvette était encore sous l’horizon, avec plus de détails concernant ce navire. L'Amiral l'informa que trois corvettes de forbans, La Créole, Gitana XII et Noche Caliente, constituaient à présent son complément d'escorte.


12 Janvier
Au matin, Ponce de Gamboa fut attiré sur la dunette par le son du canon. A 2 lieues au Nord se déroulait un combat naval entre deux corvettes et un chebec. Tout trois arborant des pavillons pirates !


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:34, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Francisco el Magnifico
Gabier
avatar

Messages : 152
Date d'inscription : 16/06/2011
Age : 42

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Lun 14 Jan 2013 - 13:51

Alerté d'apercevoir une corvette pirate inconnue surgir d'un bras de rivière occulté par la vegetation auprès de la Créole dans la crique ou Bertrick avait fait relâche, Francisco avait pressé son équipage pour venir, toutes voiles deployées et tous sabords ouverts en renfort de son ami.

Il s'apprêtait à ordonner la mise à feu des bouches à canon et cherchait avec sa longue vue sur quel point du navire importun concentrer les tirs quand il constata, avec un certain soulagement, que l'heure n'était pas aux combats mais plus aux agapes.
"Mais dans quel lieu de perdition ai-je encore mis les pieds ? Voilà réunis sous mes yeux les deux plus jolis-coeurs des caraïbes."

Erwan de Kerloch n'avait peur d'aucune donzelle. Et on la rumeur lui prêtait même une relation amoureuse mouvementée avec Drosera. Il était tout autant téméraire aux commandes de son navire et avait déjà dans ces conditions démontré à Francisco qu'il était un ami fidèle.

Une grande fête fut organisée sur une plage la soirée et se prolongea tardivement au bénéfice de la pleine lune.
Bertrick semblait avoir adopté Erwan et lui fit même goûter de la panse de brebis farcie. Il mît heureusement les vomissements qui s'en suivirent sur le compte de l'alcool, ce qui évita de clore les festivités par un duel.

Le lendemain de fête fût difficile.
Mais Francisco reprit au plus tôt le large, jusqu'à apercevoir, glissant sur la ligne d'horizon, au Sud Est, le vaisseau marchand du Vicomte, mais aussi, plus au Nord un inquiétant Chebec au pavillon rouge et noir orné d'un crâne.

Il positionna Gitana en embuscade et s'assoupit.

Le réveil fut violent et révéla combien la rencontre de la veille allait s'avérer providentielle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwan
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2028
Date d'inscription : 05/06/2011

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Lun 14 Jan 2013 - 18:55

Monsieur Carrick, faites porté la toile…

Oui, capitaine… des gabiers dans les hunes…
le maître siffla les ordres au sifflet de manière aiguë.

Monsieur Valdès… si capitàn… faite préparer les canons… si capitàn, entendit-on juste avant que l’espagnol ne s’engouffre dans les batteries basses…

Diantre, Francisco, toujours à attirer les bastonnades… il balaya l’horizon de sa longue vue… hésitant un instant à la vue de la gabarre esseulée qui ferait bien meilleure proie sans doute mais l’amitié envers le vieux compagnon d’arme fut plus fort que l’appât du gain et c’est sur La Sierra que les premières bordées furent lâchées.
Le combat dura plusieurs heures, restant indécis, le Chebec résistant vaillamment au carnage des canons et des abordages. Soudain, depuis son gaillard, Erwan aperçu le capitaine de la Sierra…


Lui !!! S’exclama-t-ilCaramba… je te ferai ravaler ton insolence, coquinIl manœuvra Noche Caliente bord à bord et au son d’a l’abordaaaaaaaaaaaaaaagel’équipage, capitaine en tête, se jeta sur le pont du Chebec avec tant de rage et de détermination que la messe fut dite en quelques minutes.
Sitôt fait, le pavillon fut amené, le coffre transférer à bord, les cales inspectés en vain et le bordé ouvert à la hache sous la ligne de flottaison.


Voile à Tribord… oune vi’seau cap’tain… cria la vigie…

Couper les bouts, matelots…

Au loin le capitaine El Rouskoff tirait sur ces rames… Cela t’apprendra à estre plus courtois la prochaine fois que tu t’adresse à quelqu’un, sacrebleu…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Mar 15 Jan 2013 - 11:12

Le capitaine Ponce de Gamboa lança la « Santissima Trinidad » - un terme fort étant donné la vitesse dont la gabare était capable, mais il souhaitait montrer au Vicomte sa détermination à remplir sa mission même avec une gabare armée de douze malheureuses pétoire de 4 livres – bref ! Il entra dans la mêlée et tira deux bordées à mitraille sur le pont du chebec. Toutes deux touchèrent. La troisième corvette surgit d’une crique proche et entra à son tour dans le combat. Après une douzaine de bordées de la part des corvettes, le chebec fut abordé par « La Créole ». Il parvint à repousser l’assaut. Sur l’autre bord, « Noche Caliente » l’aborda à son tour. Cette fois, le chebec fut vaincu, pillé & envoyé par le fond.


13 Janvier
L’escadre fit route O.N.O. en direction de la colonie de San Tomas.
Quelques lieues à l’Est, deux vaisseaux de 74 et 50 canons, battant même pavillon que le chebec, venaient lui prêter main forte, mais un peu tard.
Ils ne parvinrent pas à rattraper – où ne le tentèrent pas - la flotte du Vicomte Marco Simoncelli. avant qu’elle n’entre dans le port de San Tomas. Les trois capitaines forbans y recrutèrent pour compléter leurs équipages.


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Mer 16 Jan 2013 - 20:00

15 Janvier
- Nous avons refait nos approvisionnement en poudre, vivres et eau douce.
- Chez le négociant, la teinture de cochenille et le vin d’Espagne sont à un prix inférieur à notre dépens. Il a refusé le bois précieux , abondance locale. Nous n’avons  donc pas conclu d’affaire. (Il est vrai que c’est ici même que ces marchandises avaient été chargé juste avant que nous soyons affrété par la « Compagnie Commerciale des Caraïbes »)
- Déhalé la gabare dans la rade.


16 Janvier
- Une des corvettes de notre escorte, « La Créole » du capitaine Bertrick, est venue mouiller à nos côtés.
- Aucune nouvelle, et donc information, du Vicomte Marco Simoncelli.
- Le capitaine de la corvette a demandé à monter à mon bord et j’acceptais, curieux de mieux  connaître cet homme. On le disait plein de faconde et de jactance mais aussi vert-galant, chanceux, aimé de son équipage, grand buveur, et redoutable capitaine de flibuste.
Lorsqu’il monta à bord de la « Santissima Trinidad » l’équipage se pressait sur le pont pour apercevoir ce capitaine Pirate, renommé et craint.


- Capitaine Ponce de Gamboa. Soyez le bienvenu à mon bord capitaine …?
- Bertrick ! Pour tous, je suis le capitaine Bertrick simplement.
- Va pour capitaine Bertrick ! Allons dans la grand-chambre pour nous entretenir un peu plus discrètement.

Un peu plus tard, devant un verre d’excellent vin d’Espagne.


- Avez vous des nouvelles où des ordres de votre Amiral le Vicomte Marco Simoncelli ?
- Que non point ! Croyez bien que ça me désole  car je pense que la rumeur sur « L’Angélique 3C » attire par ici beaucoup de navire qui en veulent à sa cargaison.
- Je pense que l’Amiral a dû se rendre dans les terres où le gouverneur possèderait une plantation à une couple de journées de cheval.
- Vous croyez ?
- Diantre oui ! Sinon comment expliquer cette disparition et ce silence ? Je suis exaspéré par cette perte de temps qui permet à la nasse, que vos ennemis ne peuvent manquer d’avoir tendue, de se resserrer.
- Je ne sais, capitaine Bertrick. Je ne sais.

- J’ai demandé à vous voir pour vous faire part de mon intention de lever l’ancre avant que les mailles du filet soient trop étroites pour passer au travers. Je me propose de sortir avec la marée en fin de jour pour aller au Nord et je vous invite à faire de même. Je vous escorterai jusqu’à Grenada. Ensuite chacun pour soi bien entendu.
- J’ai quelques scrupules car, si vous êtes libre de pouvoir mettre fin à l’entreprise vous liant au Vicomte –  entreprise qui, je crois savoir, vous a déjà été fort profitable avec la prise du chebec – il n’en va pas de même pour moi qui devra rendre des comptes tant à l’Amiral et à la Compagnie Commerciale des Caraïbes qu’à Don Oddball le propriétaire de la « Santissima Trinidad ».

On frappa à la porte de la cabine.


- Oui, entrez !
- Désolé de vous déranger capitaine. Il y a un chebec au large. J’ai pensé que vous et votre invité voudriez le savoir de suite.
- Vous en avez bien fait. Allez ! Mon brave. Capitaine Bertrick, je pense que ce chebec remet en cause votre intention. Allons voir.

Quatre lieues à l’Est, un chebec, pavillon rouge et noir frappé d’un crâne, croisait devant le port.


- Voilà qui résout mon dilemme capitaine Bertrick. Je vais mettre mon navire à l’abri des batteries de défense du port.
- Je vous comprend capitaine de Gamboa. Je vais également remonter mes câbles. En l’absence des autres corvettes, la partie est quelque peu risquée et, sans nouvelle de votre Amiral, le jeu n’en vaut pour moi, pas la chandelle.

Après un dernier verre et quelques civilités, le capitaine Bertrick rejoignit son bord.


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Dim 20 Jan 2013 - 14:51

- Peu après, « Santissima Trinidad » releva ses ancres et entra dans le port. La corvette s’établit sous petite voilure et s’éloigna en longeant la côte.


17 Janvier
- Toujours aucune nouvelle du Vicomte.
- Si le capitaine Bertrick a raison concernant un déplacement jusqu’à la plantation du gouverneur, l’Amiral traite vraiment ses subordonnés par dessus la jambe. Un vrai aristocrate imbu de son rang !
- Petite brise de S.O mer calme. Un peu avant la nuit, nous avons appareillé. Un chebec des « Hermanos de la Costa » croise toujours à 3 lieues au N.E. Un vaisseau de 116 canons l’a rejoint.
- Pris la route Ouest par le Golfe de Paria où, pour l’avoir souvent emprunté, je savais qu’il y aurait des vents portants. Route que j’avais conseillé à l‘Amiral Marco Simoncelli  avant qu’il ne « disparaisse ».


18 Janvier
- Sud du Cap Icacos, petite brise de S.E. mer belle.
- Doublé les vigies avant le jour.
- Je crains qu’un navire ne soit dans le Golfe de Paria. Fréquemment, Puerto de Espana est inaccessible à des navires ne pouvant remonter le lit du vent. Une présence hostile dans le golfe serait fâcheuse car nous ne pourrions nous abriter dans ce port.
Virer lof pour lof pour reprendre la passe vers l’Est non plus. Les vents y sont perpétuellement contraires – nous avions dû y renoncer il y a peu – et le chebec doit toujours être devant la sortie Est.
- Aucun navire en vue au lever du jour mais le Cap Icacos sur tribord nous cache une bonne partie du golfe.
- Nous avons doublé le cap. Le golfe est libre mais le vent est établi N.E. et va nous obliger à louvoyer pour en sortir.


19 Janvier
- Petite brise d’E. mer belle. Cap N.E.
- A la sortie du Golfe de Paria, nous découvrons un chebec Pirate sur bâbord juste derrière La Isleta..
- Lofé en grand cap S.O. pour nous mettre hors de vue.
- A notre seconde tentative, le chebec est toujours présent. Il y a même un vaisseau pour le soutenir. Je décidai de mettre « Santissima Trinidad » hors de vue du golfe pour le cas où le chebec y entrerait. Je me dirigeai au Sud du Cap Icacos.


20 Janvier
-Au matin, bonne brise d’Est mer agitée. Nous refaisons une tentative pour sortir du golfe. Le chebec et le vaisseau sont toujours présent mais le vent tourne N.E. et nous pouvons enfin entrer à  Puerto de Espana.


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Mer 23 Jan 2013 - 14:55

- Nous avons vendu nos vingt tonneaux de bois précieux avec un bénéfice de quatre milles huit cents piastres !


21 Janvier
- Acheté cent cinq tonneaux de fret divers.
· 29 tonneaux d’armes à feu
· 20 canons de 4 livres
· 5 tonneaux de minerai d’or
· 31 tonneaux de chanvre
· 20 tonneaux de viande boucanée.
- Des pêcheurs nous rapportent que la croisière Pirate stationnant devant la passe de Chacachacare s’est éloigné.
- Fort de cette information, nous appareillons.


22 Janvier
- Doublé la passe de Chacachacare. Les pêcheurs ne nous ont pas trompé Seul le vaisseau est en vue, à 4 lieues à l’Ouest par notre travers bâbord.
- Bonne brise d’Est & mer agitée, sous voilures aisées.
- Fait doubler les vigies avant l’aurore.
- Au jour, la mer est libre de toute présence fâcheuse. Envoyé les perroquets.
- Grenada en vue 4 lieues N.N.E.
- Brise de S. mer agitée. Cap N.E. grand largue, bâbord amures avec bonnettes hautes & basses.
- Le temps se durcit grand vent frais d’Est mer forte.
- Un grand chebec en vue, pavillon Pirate sur une drisse d’antenne d’artimon.
- Plus rapide et maniable, il approche vite malgré nos manœuvres désespérées. Il parvient rapidement à se mettre bord à bord et avant que nous puissions faire feu, lance ses grappins et nous aborde. Que faire, il sont plus de deux cents à bord de la « Médusa » ?
- Nous avons résisté avec une grande pugnacité, mais en vain. Les pirates sont maître de « Santissima Trinidad ».
-Nous avons envoyé seize forbans « ad patres ». C’est une bien maigre consolation sachant que tout mes hommes ont péri.
- Le capitaine de la « Médusa », un certain Anatole Fronsignac a pillé une grande partie de la cargaison, canons de 4 livres, minerai d’or et armes à feu, ne délaissant que la viande boucanée et le chanvre. Il a ensuite placé cinquante cinq de ses hommes comme équipage de prise sur « Santissima Trinidad » et m’a abandonné à bord d’un petit canot sans eau ni vivres prétextant que Grenada était à quelques lieues.
(J’apprendrai plus tard à Santa Lucia, que la gabare a bien été terrie puis vendu).


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Ven 25 Jan 2013 - 21:43

Fin Janvier 1713
Ponce de Gamboa se rendit au chantier naval du Senor Domingez. Ce dernier l’invita à l’accompagner à bord de l’« Isabella » pour l’inspection validant les travaux d’aménagement et de réparations.
C’était une pinque, trois mâts donc, grées à phare carré.  Prise quelques mois plus tôt aux hollandais, elle avait été acheté par l’armateur Don Oddball et venait d’être remise à neuf  aux chantiers  Domingez.
Jaugeant 320 tonneaux, percée de douze sabords pour des pièces de 6 livres, elle était conçue pour embarquer jusqu’à 55 hommes d’équipage.
Un bien beau navire et Ponce de Gamboa avait l’expérience pour en juger. Lui resterait à voir son comportement à la mer.


Dans les jours qui suivirent, Ponce fit imprimer des affichettes qu’il fit placarder un peu partout en ville et sur le port.

Le capitaine Ponce de Gamboa commandant la pinque « Isabella » cherche de braves marins pour embarquer à son bord.
La nourriture, 2 repas par jour, y sera copieuse et de bonne qualité, un boujaron de vin d’Espagne sera distribué à chaque quart.
Le navire est aménagé pour qu’il soit confortable aux hommes d’équipage.
Une prime de cinq piastres sera versée et un banquet offert par le capitaine, la veille de l’appareillage.
Les parts seront payées au retour. Elles seront conséquentes étant donné la valeur de la cargaison.

Le capitaine se tiendra chaque après midi dans l’arrière cour  de la taverne «  Au renard borgne » pour enrôler les volontaires.
Ne tardez pas, le capitaine ponce de Gamboa est expérimenté et jouit d’une bonne réputation. Il ne dispose que de cinquante cinq postes à pourvoir.


A mesure que des matelots venaient s’enrôler, Le capitaine les occupait à embarquer tout se qui était nécessaire à la bonne marche et à la défense du navire. L’équipage était presque au complet lorsque vint le moment de charger sa cargaison. Plus de 270 tonneaux de fret divers. Le bruit couru bien vite qu’il y en aurait pour plus de cent milles piastres !


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Dim 27 Jan 2013 - 22:19

Ponce de Gamboa n’eut aucun peine à recruter un équipage. Son charisme, sa réputation de capitaine expérimenté, ainsi  que les récits qui circulaient, dans les ports auprès des marins et parmi les négociants, sur ses belles réussites contre les attaques ennemies, y jouèrent de manière non négligeable.


Le banquet d’appareillage eut lieu « Au renard borgne » avec les épouses pour les hommes mariés. Le capitaine jugeait cela préférable car la prime d’embarquement était remise aux femmes plutôt que immédiatement dilapidée dans les tripots et les bouges des bas fonds par leurs maris ivrognes et volages.


Le lendemain matin, l’Isabella fut déhalée dans la rade sous les ordres de Ramon Guiterez, le maître d’équipage. Le pavillon bleu de partance fut hissé en tête de mât. La chaloupe dut exécuter quelques va et vient entre les quais et la pinque pour amener les retardataires – les hommes mariés pour la plupart  – mais aucune « désertion » ne fut à déplorer.
Le capitaine fut un des derniers à monter à bord après qu’il eut fait ses civilités auprès des notables locaux – au vrai, les « civilités » avaient été pour une fort belle Señorita – mais ce fut le prétexte qu’invoqua le capitaine auprès de Guiterez, son maître d’équipage.
En quittant la belle, Ponce se rendit dans l’église la plus proche du port pour y brûler un cierge à la Madone. Il implora sa bénédiction à l’entreprise.


L’Isabella remonta ses câbles au petit jour. Elle s’établit au vent arrière par grand frais de S.E. & mer forte.
A peine sortit, la vigie met l’équipage en émoi.


- Navire en vue !
Le long de la côte, à une lieue croise un vaisseau de guerre.
De la dunette, le capitaine l’observe longuement  …


- C’est un navire du Roi ! Un 80 canons !
L’équipage sourit, apaisé.


Alors que la côte s’estompe sur bâbord arrière, nouvelle alerte.


- Voiles à l’horizon !
- Dans quelle direction ?
- Nord Ouest ! Coque à peine visible mais c’est un grand navire, cap Ouest !

Un temps qui paru interminable aux hommes, pendant lequel le capitaine observa l’inconnu au loin.
Un vaisseau de guerre, plus formidable encore que celui aperçu le matin, droit devant, juste sur la ligne d’horizon. Il navigue cap Ouest et le vent de S.O. ne lui permet pas de voir immédiatement son pavillon.
Là-bas, une brusque saute de vent, une légère abattée du vaisseau et son pavillon fut visible. Un pirate !


- Monsieur Guiterez ! C’est un pirate. En haut le monde !  A virer sur tribord !
L’Isabella prit de la gîte en lofant et s’établit sur son nouveau cap ; plein Nord.
Ponce garda sa longue vue braquée sur le vaisseau tout le temps que celui-ci resta en vue. Aucune modification de sa route, pas le moindre changement dans le réglage de ses voiles. Là-bas, il n’y avait pas de vigies, où elles ne regardaient pas sur l’arrière. Il fut bientôt derrière l’horizon.


Le vaisseau du Roi réapparu sur bâbord arrière dans la matinée. Il faisait  force de voile pour se porter à la hauteur de la pinque. L’Isabella brassa son grand hunier à contre et se laissa approcher.
« Si il respecte le pavillon qu’il arbore – pourquoi en serait-il autrement ? – voilà une puissante escorte qui arrive fort à propos» pensa le capitaine Ponce.


- Holà du bateau ! qui êtes vous ?
Ponce saisit son porte-voix.


- Pinque marchande Isabella ! Capitaine Ponce de Gamboa !
- Capitaine Ponce de Gamboa, venez à mon bord.



Le vaisseau avait mis en panne.  Les deux navires étaient à moins d’une encablure. Guinder des poulies en bout de vergue, soulever une des chaloupes de son chantier, la mettre à l’eau, prendrait du temps.
Ponce se rendit dans sa cabine, revêtit de son plus beau pourpoint – il en émanait encore les effluves parfumées de la belle Señorita  - et coiffa son meilleur chapeau.
La traversée fut courte mais un paquet de mer déferla dans la chaloupe. C’est donc à peu près trempé, ayant quelque peu perdu de sa superbe, que le capitaine  gravit le flanc du vaisseau.


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Mer 30 Jan 2013 - 10:50

L’Officier qui commandait, reçu fort aimablement Ponce. Bien que n’ayant pas la même destination, il accepta  volontiers de naviguer aux côtés de  l’Isabella, pour un temps tout au moins.
Il sembla à Ponce de Gamboa que son interlocuteur ne dévierait pas de ses propres projets.Tant que la pinque serait à ses côtés, il s’opposerait  à une attaque  - parce que il y trouverait quelque intérêt – mais sans plus, surtout, pas de modifier son cap.  


 Vent frais de S.E. mer forte l’Archipiélago Los Roques gisant par tribord à une lieue.
Cap N.O. par vent frais de l’arrière.


- Voile par le bossoir bâbord !
- Qu’est ce que c’est ?
- Voiles latines … Deux mâts ! Un chebec à … quatre lieues Capitaine !

Le cri de la vigie ne fit pas perdre à l’équipage son équanimité, la présence rassurante du vaisseau du Roi, un mille sur l’arrière, n’y était pas étrangère.
Ponce observa tout à loisir l’inconnu. Encore un pirate ! Ces eaux semblaient en être infestées.


- En haut le monde ! A virer cap N. E. !
l’ordre de virer pour placer l’inconnu sous l’horizon, fut exécuté avec calme et précision.


Grand largue, bâbord amures par jolie brise de S.E. & mer agitée. Position : latitude 14°0 N. Quand à la longitude* ... Ponce de Gamboa dut se borner a en faire une estimation en tenant compte de la dérive de l'Isabella, des courants et des sondes connues. Pour ces dernières, à  plusieurs lieues de la côte, il était maintenant bien trop au large pour qu’elles fussent indiquées sur ses cartes.


A la nuit tombante, nous virâmes cap N.O. par jolie brise d’E. & mer peu agitée. Le vaisseau fut perdu de vue avec l’obscurité.


* Le calcul de la longitude fut très longtemps le problème récurant et crucial des navigateurs. Au point que la Hollande offrit une prime de 500 000 gulders à qui trouverait une méthode assez simple et applicable en mer (autrement que par des calculs forts complexes et des observations astronomiques très précises, comme les lunes de Jupiter par exemple qui impliquait aussi de posséder une excellente lunette d'approche).
Il faudra attendre l'ère napoléonienne pour que les chronomètres soient moins rares et à des prix un peu plus abordables ... aux capitaines les mieux nantis !
D'autant qu'il en fallait deux pour ceux naviguant isolément (pour des raisons de précision - pouvoir faire une moyenne - où en cas d'arrêt de l'un d'eux).


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Mer 6 Fév 2013 - 10:42

Au lever du jour, la vigie signala le vaisseau, quelques lieues sur bâbord arrière. Il se porta à notre hauteur dans la journée.
Bonne brise d’Est, mer agitée. Cap au Nord. D’après l’estime de notre position nous devrions entrer dans les sondes de Hispaniola sans doute demain si les vents sont favorables.


Accosté à Santo Domingo à la méridienne.
Vendu 130 tonneaux de fret, cuir de Havane, rhum & fruits confits avec quelques bénéfices.
Acheté 100 tonneaux de fret ( Eau de vie – Epices – Verroterie).
Offert 28 piastres aux bonnes œuvres du monastère San Rosario.


Avons appareillé quelques heures avant la nuit par grand frais & mer forte. Au matin, le vent s’est assagit, mais la mer reste forte.
Cap Sud Ouest.
Punta Jaragua, en vue à 2 lieues par tribord avant.
Allure grand largue.
Petite brise d’E. mer belle. Nous avons établi perroquets et bonnettes hautes & basses.
Cap Ouest, au vent arrière.


Île à vache en vue par tribord avant à 4 lieues. Fait doubler les vigies, cette île est connu pour servir de havre aux forbans.


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Dim 10 Fév 2013 - 10:58

Le Cap Tiburon visible par le travers tribord à deux lieues. Le vent, bonne brise de Nord Est gonfle huniers et basses voiles de l’Isabella qui roule fortement, grand largue sur une mer agitée cap Ouest, bâbord amures.


Isla Navassa par tribord avant, le capitaine appelle l’équipage pour virer cap Nord Ouest. L’île passe lentement devant la proue puis sur bâbord avant et glisse dans la journée par le travers et sur l’arrière.
La carte signale des haut fonds & des récifs. Le capitaine fait carguer les huniers, il double les vigies et envoi des hommes à l’avant pour sonder.
L’Isabella franchit la zone dangereuse sans problème. Les huniers sont à nouveau bordés.


La côte Sud de Cuba barre tout l’horizon sur l’avant. Du gaillard arrière, on distingue la silhouette menaçante du Castillo El Morro défendant l’entrée de Bahia de Santiago. Quand le pavillon du fort fut parfaitement visible, Ponce fait amener le sien puis le renvoie en l’appuyant d’un coup de canon sous le vent pour saluer. Le fort répond au salut et l’Isabella entre dans le chenal. Elle double Punta Gorda et vire à tribord pour entrer au port.


Dès que les manœuvres d’accostage furent effectuées et la planche de coupée mise en place, Ponce de Gamboa se rendit au bureau de négoce.
Il vendit le chargement de trésors indigènes avec un bon bénéfice, l’eau de vie et la verroterie furent vendu également.
Le lendemain, l’équipage chargea 30 tonneaux d’outils et 15 tonneaux  en lingots d’or.


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Lun 11 Fév 2013 - 18:12

- Chargée, approvisionnée en vivres fraîches et en eau douce, la pinque est déhalée dans la baie en aval de Punta Gorda.
- Nous mettons sous voile peu avant la nuit, cap Sud Ouest puis Sud.
- Doublé les remparts du Castillo el  Morro, cap Ouest par grand frais de S.E. mer forte.
- Au matin, le temps n’a pas changé. Nous longeons la côte.
- Cabo Cruz en vue par tribord avant.
- Après avoir doublé Cabo Cruz, lofé cap Nord Ouest tribord amures par grand frais de N.E. mer forte.


- Fort coup de vent de N.E. mer grosse. Nous ne gardons qu’un foc établi au tiers et la ourse à trois ris.
- Mouiller une ancre flottante pour ne pas dériver et être jeté à la côte - invisible mais bien présente - à une lieues sur tribord. La nuit qui arrive va être, pour tous à bord, longue & harassante.


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Mer 13 Fév 2013 - 10:37

- Les éléments se sont un peu calmés en fin de nuit passant à coup de vent d’E. mer très forte.
- Nous avons remonté l’ancre flottante et établi la misaine à deux ris.
- Bien que la visibilité soit encore réduite, nous avons doublé les vigies à approche du Laberinto de las Doce Leguas d’où des navires ennemis peuvent surgir pour nous attaquer.
- Nous avons fait escale à Villa de la Santissima Trinidad.
- Vendu le sel, les chevaux et les outils.
- Acheté 26 tonneaux de minerai d’argent.
-Nous avons déhalé Isabella dans la baie.


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Ven 15 Fév 2013 - 18:41

Grand frais d’Est, mer forte. Au grand largue, bâbord amures, cap S.W. sous basses voiles & huniers arisés.
La tempête à repris de la vigueur et nous oblige à rester à sec de toile en vue du port.


Profité d’une légère accalmie du vent pour mettre sous voile et faire route cap S.W. Le capitaine avait hâte de quitter le port et les eaux cubaines et cette tempête le retardait dangereusement.


L’agent, sur place, de Don Oddball lui avait profondément déplu. C’était un gros homme suant, aux yeux globuleux et larmoyants mais ce n’est pas l’aspect physique du personnage qui avait courroucé le capitaine, non ! L’homme buvait et par dessus tout, c’était un incorrigible bavard.
Ponce n’en voulait pour preuve, qu’à l’instant d’embarquer dans son canot pour rejoindre l’Isabella dans la baie, il avait entendu une conversation entre quelques portefaix sur le quai


- Tiens voilà le capitaine de la pinque qui rejoint son bord. Y vont lever l’ancre … pas perdu de temps !
- Avec une mer pareille ?
- Oui-da compagnon ! Y vont à Palacio puis à Santa Catalina qu’on m’a dit.
- S’ils y parviennent ! J’voudrai pas être de ce voyage ! Ils vont longer les îles Caïman où les pirates ont un repère .... .et il y en a même un autre près de Santa Catalina.
- Que Dieu les protège !
- Amen !



Seul l’agent de Don Oddball avait pu divulguer ces informations dans les tavernes. Le chien !
Ponce de Gamboa n’en avait pas même informé l’équipage !


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2617
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   Mer 20 Fév 2013 - 20:40

Cap S.W. Coup de vent de Sud mer très forte. Au près, tribord amure, petit hunier et perroquet de fougue arisés, misaine et ourse.
Ponce estima avoir, dans la nuit, doublé l’île principale de Caïman Islands, repère de pirate.


Au lever du jour, l’île était effectivement visible par l’arrière bâbord à trois lieues. Aucune voile menaçante n’était en vue. L’état de la mer ainsi que la force et la direction du vent restaient les mêmes.


Au cours de la matinée, le vent passe Grand frais de S.E. refusant S. La mer est forte.
Dans la nuit, bonne brise d’Est mer agitée. Tribord amure au grand largue sous basses voiles & huniers.


En vue de isla de Guanaja. Le repaire pirate sur l’île de Roatan est tout proche à l’Ouest, nous doublons les vigies, vérifions la poudre et ouvrons les coffres d’armes.


Nous avons dû tirer des bords pour remonter la brise de terre et entrer à Palacio.
Nous avons vendu la totalité de notre cargaison avec d’importants bénéfices.
Dès qu’on eut chargé en cale le chanvre, les 30 canons de 6 & les 20 de 9 livres que nous avons acheté, nous avons déhalé la pinque dans la baie pour pouvoir mettre à la voile dès le petit jour.


Légère brise de Nord mer belle. Nous remontons nos câbles et faisons cap N.E. pour nous dégager des terres.


Voiles en vue par tribord avant !


A trois lieues dans l’Est, quatre navires, 2 frégates, 1 corvette et un chebec. Ponce les observa attentivement.


- Madre de Dios ! L’escadre hollandaise !


Dernière édition par Bertrick le Jeu 20 Juin 2013 - 13:44, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Relation d'un voyage de marchand PNJ   

Revenir en haut Aller en bas
 
Relation d'un voyage de marchand PNJ
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Relation d'un voyage de marchand PNJ
» Offre voyage-prive.com séjour à -55% dès le 22/06
» Voyage en autocar pour Disneyland Paris
» Publicités pour le voyage inaugural
» [Larsen, Reif] L'extravagant voyage du jeune et prodigieux T.S. Spivet

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Caraïbes 1712 - le forum :: La ville haute :: Par la plume et l'épée... [RP] :: Vos histoires au fil de l'eau-
Sauter vers: