Caraïbes 1712 - le forum

Forum du jeu Caraïbes 1712
 
CalendrierAccueilFAQCaraïbes 1712MembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherWiki

Partagez | 
 

 Artillerie défendant une colonie réputée "hérissée de canons".

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2605
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Artillerie défendant une colonie réputée "hérissée de canons".   Sam 4 Mai 2013 - 15:42

Le 15 septembre 1635. le capitaine Pierre de Belain, sieur de Desnambuc, prend possession officielle de la Martinique et dès que leurs logements sont achevés, les Français construisent un fortin en palissade à l'embouchure de la rivière baptisée La Roxelane. En quinze jours, l'ouvrage est terminé et celui-ci peut alors être muni de canons : Desnambuc le baptise "Fort Saint-Pierre".
C'est à partir de ce lieu, emplacement de la future ville de Saint-Pierre, et vers le sud, que se développe le peuplement de la Martinique pour atteindre bientôt toute la région située au fond du cul-de-sac qui porte aujourd'hui le nom de Baie des Flamands.

En 1638, Jacques du Parquet, gouverneur de la Martinique, fait construire un fort à l'extrémité de la presqu'île, qui prend le nom de Fort-Royal. C'est un ouvrage modeste fait de terrassements et de palissades en bois. Sa mission est d'interdire l'accès au carénage dont la passe est fermée par une chaîne. Pour cela, deux batteries de quatre pièces sont placées à l'intérieur battant le large vers le sud et l'est. Trois batteries sont à l'extérieur du fort : une de douze pièces tient sous son feu l'entrée du port du carénage, et les deux autres, de quatre pièces chacune, interdisent un débarquement dans la Baie des Flamands.

A partir de 1667, Jean de Baas abandonne l'ancien tracé et fait étendre la fortification à l'ensemble de la presqu'île. Une batterie de treize pièces, dite "Royale", assure un tir rasant par embrasures, en direction du carénage, tandis qu'une autre, de cinq pièces, dite de la "Pointe", est installée à l'extrême sud du fort. Le côté de la Baie des Flamands est battu par deux batteries de cinq pièces disposées au nord de la fortification. La défense de la position est renforcée par trois batteries de quatorze pièces au total, implantées sur les caps et mornes environnants.
C'est dans cette situation que le Fort Royal résiste victorieusement à l'attaque hollandaise de l'amiral de Ruyter.

Dés lors, l'intérêt du fort comme position stratégique est consacrée par l'expérience. Le gouverneur de Blénac y installe, en 1681, le pavillon royal. Désormais, Fort Royal sera la capitale de la Martinique.
A ce moment-là, le commandement des artilleurs en Martinique est assuré bénévolement par un officier devenu colon : Paul de Champaligne de Malherbe.
La plupart des servants sont des colons, jusqu'à la création, en 1747, d'une compagnie de canonniers bombardiers aux Iles du vent.


Nota :
Se sont les colons qui servent les pièces, pas des artilleurs de l'Armée Royale !!!


Au total, cette île "hérissée" de canons comporte 69 pièces.
Dommage, mes documents n'en précisent pas les calibres mais pour avoir séjourné là-bas, aucun canon de cette époque encore visible - et ils sont nombreux - ne dépassait 18 livres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Artillerie défendant une colonie réputée "hérissée de canons".
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Renault YS2 Artillerie
» A propos de 3 députés séquestrés par un libannais.
» artillerie allemande 1940/45
» "Will et Bleu" Artillerie du Cheval de Stuart 1862
» Le matériel de l’armée américaine : l’artillerie de campagne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Caraïbes 1712 - le forum :: La ville haute :: La bibliothèque-
Sauter vers: