Caraïbes 1712 - le forum

Forum du jeu Caraïbes 1712
 
CalendrierAccueilFAQCaraïbes 1712MembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherWiki

Partagez | 
 

 Aux Valseuses

Aller en bas 
AuteurMessage
Thijssen



Messages : 3
Date d'inscription : 07/09/2013

MessageSujet: Aux Valseuses   Dim 15 Sep 2013 - 0:50

L'endroit aurait pu être qualifié de délabré à une autre époque. Aujourd'hui, la moisissure a envahi les coins et commencé à ronger les poutres. L'eau de pluie s'infiltre depuis des fissures dans la toiture tandis que les rats se sont depuis longtemps établis dans les trous qui parcourent les murs, à intervalles réguliers, comme s'il ne s'agissait pas tant de bois que de gruyère.

-"Trou à rats."

L'homme qui vient de pénétrer les lieux et de prononcer ces quelques paroles, pour lui-même, dément avec les habitués des lieux. Élancé, il est fraîchement rasé et porte un bouc bien entretenu. Ses cheveux sombres dépassent légèrement de son tricorne. Ses habits, trempés par le déluge, trahissent une certaine richesse qui lui attire les regards des attablés. À sa ceinture, une rapière et deux pistolets sont partiellement cachés par un sac en bandoulière.

Parcourant rapidement la place des yeux, tentant de s'habituer à l'humidité étouffante, il murmure quelque chose puis trouve une table à part, n'ayant pas l'air trop rongée par le vice ambiant.

Le tavernier du tripot, un ancien soldat borgne et auquel il manque plusieurs doigts, le rejoint alors, toussotant, essuyant nonchalamment une chope avec un drap sale.


-"C'tu prend, rico?"

L'accent coupé au couteau de cet espagnol n'aide rien à la compréhension du client, visiblement étranger à la région. Celui-ci, l'air incertain, hasarde:

-"Rhum?"

Le tavernier hoche de la tête, affichant sourire malsain, avant de retourner sur ses pas. Il donne quelques coups contre un mur du fond, puis retourne son attention à nouveau vers familiers des Valseuses, n'accordant plus la moindre importance à l'hollandais attablé plus loin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincenzo Doria
Quartier maître
avatar

Messages : 930
Date d'inscription : 09/01/2012
Age : 37
Localisation : A l'Ouest

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Aux Valseuses   Dim 15 Sep 2013 - 11:51

Un forban fait son entrée aux Valseuses, et s'essuie bruyamment les grolles sur la paillasse à l'entrée. Souriant au hollandais, il reste appuyé contre le seuil, la main coincée dans sa ceinture, non loin de la garde de sa cuillère à pot. Se levant brusquement de la table à côté de Thijssen, un gros malabar vient se planter debout juste derrière lui, bientôt imité par un vieux manchot grisonnant, et un jeune rouquin crasseux à moitié édenté.

Dans la taverne, le brouhaha a cessé, on entendrait presque les rats faire bombance dans la charpente. Mais c'est la pluie tropicale diluvienne qui fait rage dehors qui couvre le tout, goutant ça et là sur le plancher.
Le vieux manchot ne peut s’empêcher de rire en voyant le hollandais désemparé, et lui lance d'un ton moqueur:


"Alors joli camelot, on a les foies là? Tu l'avais pas vu v'nir celle là? Là tu t'dis mais qu'est ce que j'fous là hein?....
J's'rai toi moi, j'rest'rai assis l'séant bien planté là où il est, pas'que les héros royalistes, c'est not' plat d'résistance, pas vrai les gars?!"

"Ouais...hahahahaha!"

"Il suffit Jaco!"

Instantanément, les rires se figent, et les gredins font place à leur patron....
Avec ses cheveux châtains mi longs qui lui tombent sur les épaules, une moustache et petit bouc bien taillés, des yeux noisette malicieux encadrant un visage aux traits harmonieux....il a l'air d'un joli damoiseau à première vue, dans la fleur de l'age.
Et soigné avec ça, coiffé d'un superbe chapeau bleu à plumes blanches assortit à une veste sur mesure, d'où sortent des manches bouffantes en dentelle aux poignets.
Un harnais de cuir lui traverse le torse, au bout duquel pend un sabre d'officier ouvragé. Nulle trace apparente d'une pistole.


"C'était juste pour rire un peu cap'tain. Avouez qu'y faut êt' con pour se j'ter dans la gueule du loup nan?"

"Si ce bon capitaine Thijssen est parmi nous, c'est pas pour des prunes banane, c'est pour faire affaire. Allez t'es gentil, vas jouer aux billes derrière...."

L'assemblée rit elle de bon cœur à la blague du capitaine? Ou forcée pour faire bonne mesure devant lui par crainte de représailles? La question pouvait se poser à l'intonation...


"Pardonnez moi mon brave, j'en oublie presque les bonnes manières. C'est pas parc'qu'on est pirate, qu'on jase volontiers l'argomuche, qu'y faut pas mettre les p'tits plats dans les grands quand on a d'la visite. Vincenzo Doria, capitaine du Rest In Peace, à la tête des Sharks...enchanté..."

Le rouquin tira une chaise pour son capitaine, qui s'y assis tranquillement. Le taulier accourut pour leur verser un rhum chacun, et s'en fut aussi vite qu'il était venu.


"Hum..j'ai presque faillit attendre...les bonnes manières hein...m'enfin, on est pas là pour ça. Alors? J'imagine que vous avez lu not' petite affichette, et que vous vous êt' dit, tiens y a d'la maille à s'faire avec ces zosiaux là. Pas du pays, mais hardi le p'tit...ça me plait ça. Mais ptet un peu trop, gaffe ça pourrait t'perdre.
Alors les gars z'en pensez quoi? On lui laisse un dernier verre, ou bien on le laisse causer pour voir c'qu'on peut en tirer?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thijssen



Messages : 3
Date d'inscription : 07/09/2013

MessageSujet: Re: Aux Valseuses   Lun 16 Sep 2013 - 18:57

L'Hollandais est inconfortable. Ce n'est pas tant la chaise ou l'espacement pour les jambes que les hommes de main qui le flanquent à gauche comme à droite qui le mettent dans cet état. Ses vêtements ont beau être amples, il ruisselle et l'humidité y est pour peu. Trop absorbé par ses papiers, il n'a pas eu le temps de voir débarquer le trio de malabars avant que ceux-ci ne soient pratiquement sur lui. Résultat: les pistolets sont sagement toujours à sa ceinture au lieu d'être dans ses mains. Et des pistolets de ceinture, c'est utile seulement si ton ennemi se trouve sous toi.

Il cherche ses repères mais n'en trouve pas et se dit que s'il doit mourir, la meilleure option est de vider son rhum, ce qu'il fait sans attendre que son interlocuteur, le pirate Doria, ne le fasse lui-même.

Cela semble lui redonner un peu de vigueur, assez du moins pour hasarder quelques mots.


-"On ne devient pas riches en butant ses relations d'affaires."

Doria semble hésiter puis fait signe à ses hommes de le laisser parler. Thijssen, saisissant ce qui allait peut-être se révéler sa seule opportunité de se tirer de ce bourbier, en profite, volubile, quelque peu maladroit.

-"Bon, j'ai une cargaison, vous voyez, enfin tu vois, quelque chose qui doit se rendre auprès d'un groupe. Des armes, mais je ne peux pas y être mêlé. Et la prime est bonne. Des hauts placés veulent que ces armes se rendent et ils sont prêts à mettre beaucoup.

Alors j'ai pensé que, vu votre réputation, on pourrait faire affaire."

L'Hollandais s'essuie le visage d'un revers de la manche, attendant la réponse du forban.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincenzo Doria
Quartier maître
avatar

Messages : 930
Date d'inscription : 09/01/2012
Age : 37
Localisation : A l'Ouest

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Aux Valseuses   Mer 18 Sep 2013 - 15:24

Un sourire carnassier illumine peu à peu le visage de Doria, à mesure qu'il voit le hollandais se liquéfier. Finalement, ce dernier part d'un grand rire, et se retourne:

"Tout doux les loulous, vous voyez pas que vous effrayez notre camelot?"

Vidant son galopin d'une traite, le pirate tire sur un pan de chemise du rouquin, l'examine un bref instant, puis s'essuie avec.


"Allez détend toi l'ami, t'as de la chance t'as une bonne bouille qui me revient, pis t'as raison, on bute pas une relation d'affaire...du moins pas tout de suite!"

Quelques ricanements se font entendre, et Vincenzo poursuit:

"Suis curieux d'entendre quelle est donc ma réputation chez les bataves, mais venons en au fait. On dirait que tu veux être le moins possible mêlé à tes petits trafics. Dis donc, on t'a jamais dit que dans la vie fallait assumer? Quand on veut passer du côté obscur, faut pas le faire à moitié. Laisse donc le demi mesure à ces frères de la côte de pacotille.
Enfin..en attendant qu'il te pousse une paire, je m'occupe de ton affaire. Hummm....bon c'est qui ce groupe? Tu paye combien? Faut les livrer où?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Thijssen



Messages : 3
Date d'inscription : 07/09/2013

MessageSujet: Re: Aux Valseuses   Mar 24 Sep 2013 - 21:17

Thijssen se décontracte, visiblement soulagé de ne pas avoir eu à ouvrir le feu. Il ouvre son sac, dépose quelques papiers devant lui, dont une carte, avant de poursuivre.

-"L'idée est simple. Mon contact est un haut placé britannique des Petites Antilles. Il veut que nous passions prendre les armes là, dans une petite crique à l'abri, près d'Antigua."

Il pointe du doigt sur l'une des cartes, un endroit assez reculé.

-"Bon, nous, enfin vous prenez les armes et vous les livrez là-bas, près de Saint Eustatius. C'est assez près, ça se fait très bien en deux ou trois journées de mer. Le hic, ce sera de ne pas vous faire voir."

Il roule la carte, la tend vers le forban.

-"Oui, la paye, j'y viens justement. J'ai eu une avance. Non, elle n'est pas sur moi, pas la peine d'y penser. Un courrier au service de mon contact va venir livrer la balance du magot à la Taverne de BlackJack Slim, à Kingston.

Ce que je propose est simple: je garde l'avance et je me prends 10 000 piastres sur les 80 000 restants. Le reste, vous le gardez. Ça s'élève à 70 000 piastres. Pas une petite affaire."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Vincenzo Doria
Quartier maître
avatar

Messages : 930
Date d'inscription : 09/01/2012
Age : 37
Localisation : A l'Ouest

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Aux Valseuses   Ven 27 Sep 2013 - 20:37

Vincenzo prend tout son temps pour peser le pour et le contre, jouant avec ses doigts un moment.

"Tabac"

Finalement ce dernier sort sa longue bouffarde, remplie avec précipitation par un mousse accourut de nulle part.
Grattant une cerilla sur Jaco qui esquisse une grimace, le pirate aspire une longue bouffée, et gratifie le plafond d'un énorme nuage.


"Quel plaisir...fumer...mmm? Bon, t'sais quoi j'srai presque tenté de te foutre à poil juste pour vérifier tes dires. Mais si j'aime bien ta trogne, t'es quand même pas mon genre."

Quelques rires se font entendre, mais Doria poursuit avec aplomb en pointant la carte:

"Je connais ce coin. Farci d'Angluches et de Bataves, mais faisable en une journée. On arrive nord est, et faudra avoir tout chargé au crépuscule...pour faire le trajet de nuit, en sloop ça va sans dire. Comme ça si faut se battre on a notre équipage de fêlés, et un faible tirant d'eau."

"Capitaine, c'est quand même périlleux...."

"Oui Jaco...mais tout à fait faisable pour un bon navigateur."

Serrant la pince du hollandais, il rajoute, l’œil malicieux:

"Ça marche l'ami...en revanche tu vas aller dire à ton contact de Kingston que je travaille pas sans une avance moi non plus, si modeste soit elle. Et sois sur d'une chose...si jamais tu me double, ou ton contact....coouuuiiic..."

Mimant un égorgement du pouce sur sa propre gorge, le Great White semble satisfait, et souffle une nouvelle bouffée, empestant l'atmosphère de sa fumée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Aux Valseuses   

Revenir en haut Aller en bas
 
Aux Valseuses
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Les Valseuses" la fin du film devenu culte, réalisé en (1974)
» Le cinéma en 1973
» Calmos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Caraïbes 1712 - le forum :: La ville haute :: Par la plume et l'épée... [RP] :: Vos histoires au détour d'un chemin-
Sauter vers: