Caraïbes 1712 - le forum

Forum du jeu Caraïbes 1712
 
CalendrierAccueilFAQCaraïbes 1712MembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherWiki

Partagez | 
 

 Les débuts de Latimer Bertrick dans les Indes occidentales.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Bertrick
Maître de Jeu


Messages : 2619
Date d'inscription : 10/01/2012

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Les débuts de Latimer Bertrick dans les Indes occidentales.   Dim 15 Jan 2017 - 11:05

Dans l’encadrement de la porte en effet, Philip Fulton quartier maître de notre compagnie & Jan Salomon notre chirurgien & qui marchaient à ma suite, dégainèrent derechef chacun une paire de pistolets dont ils menacèrent les jean-foutres.

Un grand escogriffe dégagea le sabre qu’il portait lame nue à la ceinture et se précipita sans cautèle sur moi avec un grognement sauvage.
La pointe de ma brette s’enfonça profondément au creux de l’épaule droite du quidam qui pâlit, lâcha sa latte & s’écroula d’un regard étonné.

Un autre bondit aussitôt armé d’un sabre à main droite et d’un coutelas de boucanier dans l’autre. Je n’eus que le temps de me fendre, le lourd sabre siffla au dessus de ma tête emportant mon chapeau. L’élan de son assaut projeta l’assaillant sur mon fer qui le perça de part en part. Avant que de s’affaisser, Il faucha de son coutelas à hauteur de ma gorge mais j’étais hors la portée de son bras pourtant fort long. Je dû m’aider de ma botte pour dégager ma lame.

Les trois derniers, dont celui qui venait de se rajuster, se regardèrent interrogatifs & chargèrent ensemble en hurlant.
Je rompis de deux pas jusqu’à buter d’un talon entre les jambes toujours ouvertes de la pucelle.
J’écartai d’une parade le coup  de sabre d’estoc du plus proche, fauchai l’air d’un revers qui lui ouvrit la gorge de dextre à senestre. Il chut.
Le suivant voulut me porter un coup de hache pour me fendre la tête par le milieu, j’eu l’heur que le précédent le gêna.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu


Messages : 2619
Date d'inscription : 10/01/2012

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Les débuts de Latimer Bertrick dans les Indes occidentales.   Mar 17 Jan 2017 - 10:52

Le lourd tranchant m’emporta l’oreille gauche, glissa jusqu’à l’épaule & fut stoppé par le baudrier de cuir supportant le fourreau de mon épée.
Le choc dévia ma lame et ma pointe plutôt que de trouver le cœur s’enfonça dans son œil droit.

Le dernier en profita pour me porter un coup de sabre sur le flanc. Sa latte frappa le coutelas que je portai à la ceinture mais m’entailla assez profondément. J’eus cependant un sursaut de force pour lui enfoncer mon fer dans les tripes avant que mes jambes ne cédassent un peu sous mon poids. Je vacillai.

Salomon se précipita pour me soutenir.

- Tu perd beaucoup de sang capitaine. Il examina les plaies, déchira ma chemise pour bander les blessures.

- Hors le fait qu’il te manquera une oreille, tu t’en tirera … si la gangrène ne s’y met pas dans les jours à venir.

- Aidez moi à rejoindre le bord. L’air y est plus pur en mer qu’à terre … Emmenez aussi la fille.

Personne ne demanda la pucelle dans sa part de butin. Les cinq étaient passés de vis à trépas et le reste de l’équipage, peut être par crainte au su de quelle manière je l’avais conquise , ne me la disputèrent point.

Je fis bien de la réclamer dans ma part de butin. Outre que je n’avais cure de piastres – j’en avais à ne savoir qu’en faire – la pucelle me veilla durant ma convalescence & s’offrit à son sauveur qui avait & de quelle belle manière, à un contre cinq, risqué pour elle sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2619
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Les débuts de Latimer Bertrick dans les Indes occidentales.   Dim 3 Sep 2017 - 12:42

Trois semaines pleines que Centaure, le brick du Diable rouge est amarré au quai de Cayes Mugeres.
Les hommes ont pour la plupart déjà depuis belle lurette dilapidé leurs parts de prises et tous ont à présent grand hâte qu’on soit enfin sous voiles.
Certains ont même gagé où vendu à vil prix leurs effets pour s’offrir encore quelque boujarons de mauvais tafia qu’on accepte encore de leur servir dans les cabarets les moins achalandés.

Le capitaine Bertrick lui, a été tout ce temps l’hôte du sieur Dumaine, un riche planteur, qui en sus du gîte, devait le régaler des mets les plus raffinés et des vins les plus fins pour s’acquitter d’une dette de jeu contractée dans une partie de tri-trac le lendemain même de l’arrivée de Bertrick dans ce port franc.

L’épouse et la fille, tombées sous le charme de cet invité picaresque, le régalaient de faveurs bien plus voluptueuses, à l’insu bien sûr l’une de l’autre, comme va s’en dire aussi, à l’insu de leur époux et père.

Les trois semaines, terme de la dette, étaient  à présent échues et Bertrick prit congé au grand dam de la gent féminine sinon de son hôte a qui l’affaire commençait à coûter fort chère - les cornes non comprises - car le capitaine mangeait et buvait comme Gargantua et Pantagruel conviés à la même table.

A peine le Diable rouge eut-il rallié son bord qu’il ordonna qu’on pris les dispositions pour l’appareillage.

Sous un ciel gris sale, et plus encore dans l’est où le noir dominait tout zébré d’éclairs et où grondait le tonnerre, Centaure tailla bientôt sa route au près bon plein, tribord amures à la plus grande satisfaction de la compagnie.

Les Isles des Deux Frères reconnues droit devant. De la grand hune, le cri de la vigie brise la torpeur de l’après midi :

- Voiles en vue ! Deux voiles par tribord arrière !

Une couple de sabliers plus tard, les coques des deux inconnus sont visibles.

- Ce sont des nôtres ! Le plus grand arbore le "Jolly Roger".

Ce sont en effet les trois mâts des capitaines  Jeremiah Breeg et Ian Muircath.

Retrouvailles joyeuses et quelques bouteilles de tafia plus tard, on décident d’un commun accord de faire route le lendemain pour aller reconnaître Les Jardins de la Reyne pour complaire à  Jeremiah qu’il avoue n’avoir jamais reconnu encore malgré le nombre d’année qu’il sévit en ces eaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les débuts de Latimer Bertrick dans les Indes occidentales.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les débuts de Latimer Bertrick dans les Indes occidentales.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Les débuts de Latimer Bertrick dans les Indes occidentales.
» Mes débuts tous récents dans le dessin.
» Retour à la mer de Latimer Bertrick.
» Mes débuts dans l'art: Chris Donner
» Mes débuts dans la programmation C/C++

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Caraïbes 1712 - le forum :: La ville haute :: Par la plume et l'épée... [RP] :: Vos histoires au détour d'un chemin-
Sauter vers: