Caraïbes 1712 - le forum

Forum du jeu Caraïbes 1712
 
CalendrierAccueilFAQCaraïbes 1712MembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherWiki

Partagez | 
 

 Retour à la mer de Latimer Bertrick.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2616
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Mar 17 Sep 2013 - 6:57

Le gouverneur de La Barbade ayant ouïe-dire que j’avais une grande connaissance des « choses de la mer » & ayant pris connaissance de ma lettre de recommandation du commandant de la milice de Surinam, m’offrit le commandement d’une des trois grosses chaloupes qu’il avait nolisé pour palier au manque d’armement privé pour la course.
J’acceptai.

J’ai pris le commandement de Bluebird une chaloupe canonnière nolisée par le gouverneur.
Nous quittons La Barbade le premier jour de Septembre pour aller croiser le long des côtes de Surinam sur ordre du gouverneur.

Georgetown cinq jours plus tard.
J’ai vendu la chaloupe pour acquérir un lougre. Je dois recruter,  Red Devil peut embarquer vingt hommes de plus que Bluebird.
Je suis peu connu sur le port, à tout le moins comme capitaine. On ne me connaît que pour mes actions dans la milice. Ceux que j’enrôle sont plus forbans qu’honnêtes marins. Hormis quelques hollandais, les autres sont portugais où plus exactement brésiliens de Belém où Récife.
Je dois porter une dépêche à un agent du gouverneur à Judge's Bay à l'Est de St John's sur Antigua Island.
Nous sortons du port & embouquons la rivière Essequibo plus au Nord.


Dernière édition par Bertrick le Mar 17 Sep 2013 - 17:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2616
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Mar 17 Sep 2013 - 15:24

Cap au Nord. A quelques lieues au S.E. de San Tomas, nous laissons porter sur une chaloupe canonnière d’Espagne qui croise le long de la côte.

Saperlipopette ! Je me suis fais escroquer !

Après la première bordée chargée avec la poudre du tonnelet provenant de Bluebird, nous découvrons que tout les autres tonnelets, acheté à Georgetown, ne contiennent que de la poussière de charbon !
Nous devons fuir non sans essuyer un feu terrible de l’ennemi. Vingt cinq hommes paient de leur vie cette fourberie.*

Retour à Georgetown pour remplacer nos pertes. De nouveaux, les volontaires sont issus de la fange du port. Quelques anglais, des hollandais et même deux suédois.


* Conséquence RP du bug de l'horloge des UT les 5 & 6 septembre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2616
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Mer 18 Sep 2013 - 9:53

Avec une douzaine d’hommes, je mène, à l’insu des Bluebird’s, une expédition de nuit pour piller l’église anglicane de la colonie.
Je me serais bien, par représailles, attaqué à l’échoppe du marchand, mais elle jouxte le fort où cinquante soldats sont cantonnés.

L'expédition s'est déroulée sans que nous n’ayons été découvert. Le butin est de six milles huit cents piastres.
Le lendemain, vif émoi dans toute la colonie. Une enquête est ouverte, diligentée par le gouverneur, pour découvrir le, où les auteurs, du méfait.
Il ne va pas falloir traîner trop longtemps par ici.

Dès la nuit venue, Red Devil largue ses aussières, s’écarte doucement du wharf. Le courant de la Demerara pousse le lougre  jusqu’à l’embouchure. Les  voiles de misaine et d’artimon sont hissées dès les batteries de défenses doublées.
Petite brise d’Est & mer belle. Tribord amures sous huniers et basses voiles, Red Devil vire cap plein Nord.

Quand le soleil monte au dessus de l’horizon, la mer devient agitée. A cinq où six lieues au S.E. de Trinidad,  pas moins de quatre navires sont en vue, tous anglais. Aux plus proches, l’équipage fait moult signes d’amabilité.

Escale à Tobago. Je vend le fret et partage une petite partie du butin. Je fais déhaler Red Devil au delà du môle.
Du N.N-O nous parvient le grondement du canon. Des barres de hunes où je suis monté, j’aperçois plusieurs navires, français et anglais, qui combattent. Les Anglais entrent à l’abri du port avant que nous n’ayons remonté nos câbles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2616
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Jeu 19 Sep 2013 - 12:21

Nous levons l’ancre de nuit. Bonne brise d’Est & mer agitée, cap N.E. sous voilures aisées.
Nous relâchons pour la nuit à Saint Lawrence Bay à La Barbade.
Cap plein Nord. Un lougre Hollandais a quitté Bridgetown & fait route sur le même cap à deux où trois lieues devant nous.
Nous avons relâché à Antigua. J’ai remis la dépêche à l’agent du gouverneur de Georgetown à Judge’s Bay.


J’ai lancé une expédition contre l’église de Codrington située à quelques milles dans les terres sur l’île de Barbuda.
Trahison !
La petite garnison nous y attendait, bien retranchée. Nous avons essuyé une arquebusade fournie et avons reflué vers la côte, mais sept des nôtres l’ont payé de leur vie.
De retour à bord, il ne m’a pas été difficile de découvrir que  le second et deux anciens Bluebird’s nous avaient dénoncé aux autorités. Je les aient fait mettre aux fers puis nous avons levé l’ancre pour nous cacher à Pélican Bay.

Grand frais de N.E. & mer forte. J’ai  réuni l'équipage sur le pont pour lui faire part de mon intention de hisser le pavillon noir. Presque tous – c’est à dessein que j’avais enrôlé la lie des tavernes - ont abondé dans ce sens, quelques uns par crainte des conséquences d’un refus.

Nous avons abandonné sur un îlot les  Bluebird’s qui étaient aux fers et  ceux qui ont refusé de nous suivre, un dizaine d’hommes en tout. Sauf à la venue rapide d'un navire, ils sont condamnés car sans armes ni outils, sans vivres et surtout en l'absence de toute source.
J’ai promu Joao Pereira second & Zacharie DeGraff maître canonnier. Les deux ont quelque expérience antérieure pour remplir ces fonctions.

Vent frais d’Est, mer forte. Red Devil au grand largue tribord amures. L’équipage apprécie de n’être plus soumis à la dure discipline des navires réguliers. Les hommes chantent, dansent, jouent aux dés où aux cartes. J'ai cependant rationné le rhum.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2616
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Dim 22 Sep 2013 - 20:25

La moitié de l’équipage s’était égaillé dans les tavernes de Charlotte Amalie. Les autres, aux ordres de Joào Pereira le second, vaquaient à l’entretien du lougre & terminaient son avitaillement.
J’étais attablé sous la varangue de l’auberge «Au Gabier de Drake». Elle faisait face au quai, Red Devil y était accosté.

Une barque de pêche & un lougre avaient franchi la passe et remontaient le chenal. La barque vint accoster assez brutalement. Son patron gravit prestement les marches glissantes du quai. Il se dirigea hâtivement vers l’auberge.

- Holà ! le capitaine du lougre est là ? dit-il en désignant Red Devil.

L’aubergiste me désigna du menton sans cesser de sabler le sol de la salle principale.

- Capitaine, il y a un trois mâts au Nord Est de Vieques. Que c’est un marchand espagnol.

Je fouillais une poche de ma vareuse, en extrayais une petite poignée de piastres que je lui remis.

- Merci l’ami.

Je traversais rapidement le quai pour rejoindre mon bord.

- Vous trois ! Laissés ça et faîtes la tournées des estaminets et des bordeaux. Tout le monde à bord au plus vite. Il n’y a pas une minute à perdre !

Les hommes lâchèrent faubert et sceau pour l’un, baille à mèche & refouloir de canon pour les autres. Ils s’en furent en courant.
J’envoyais un gabier à la tour de guet pour demander qu’on tire le
canon d’alarme de quart d'heure en quart d'heure.

Nous avons filés nos câbles par le bout moins d’une heure plus tard. J’eus cependant le temps d’échanger quelques amabilités avec le capitaine Hugues de Nozeroy qui commandait La Louve, le lougre qui venait d’accoster.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2616
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Lun 23 Sep 2013 - 16:44

Nous avons contournés Vieques où nous avons trouvés notre chasse au S.O. Une corvette marchande. Nous avons laissé porter par bonne brise de Nord Est & mer agitée.

Le capitaine de la chasse manœuvra habilement pour éviter notre approche. La seconde fut plus heureuse & Zacharie, notre canonnier, a fait montre de son savoir faire. La mitraille des trois pièces bâbord faucha une bonne douzaine d’Espagnols.

Ne voulant risquer une riposte – le marchand portait plus de canons que nous – j’ai donné l’ordre à Joào  de nous amener contre son flanc tribord.  Nous l’avons agrippé.

- A l’abordage !

Il y avait bien encore trente à quarante espagnols & fort bien retranchés sur le gaillard arrière. Derrière moi, les hommes hésitèrent, commencèrent à refluer. A grands moulinets de sabre pour éviter les demi piques & espontons qui menaçaient de me percer le ventre, il me fallut reculer pas à pas et repasser sur Red Devil.  

- Bande de pleutre ! Voyez notre pavillon ! Il dit que vous êtes la terreur des mers … Et là, vous cédez devant des marins de commerce ? Morbleu ! Je tuerai de ma main ceux qui reculeront à nouveau ! Monsieur Joào vous noterez les noms de ceux qui reculent. A l’abordage ! Pas de quartier !

Dan un hurlement de rage terrifiant – & de peur pour certains - les Red Devil’s se ruèrent derrière moi sur le pont du Virgo.

Quelques minutes de mêlée confuse, acharnée. L’un des Espagnols, rare survivant de notre assaut furieux eut juste encore assez de force pour couper la drisse de pavillon. Les Red Devil’s hurlèrent à gorge déployée.

- Hourra ! Ils ont amené ! Nous sommes maître du navire !

L’affaire nous a coûté quinze des nôtres.

Pas de quartier !
Pieds & poings liés, nous avons jeté par dessus bord les survivants. Les blessés furent égorgés & les ont rejoint.
Les requins feront bombance ce jour.

Nous avons pillé & incendié Virgo. C’est notre première prise.
Le butin est assez maigre, quelques milliers de piastres, une caisse de porcelaine de chine, quelques unes d’armes à feu, pour le reste, des fruits & du cuir de havane. Nous transbordons le tout sur Red Devil.
Le pillage individuel, outre de la vaisselle, me procure quelques cartes mais surtout un bâton de Jacob dont nous manquions à bord.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2616
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Mer 25 Sep 2013 - 9:18

Retour à Saint Thomas. Juste avant de franchir la passe, le son du canon attire notre attention. Au N.E. à deux où trois lieues, un lougre est aux prises avec une chaloupe canonnière.
Nous serrons le vent pour prêter main forte au lougre pour ce que j’ai reconnu La Louve qui semble éprouver quelques difficultés.

De l’Est, une autre chaloupe canonnière louvoie pour pour prendre part au combat. Le pavillon noir flotte à son artimon. Elle arrive à portée alors que nous sommes encore à  deux milles & se place sur l’autre bord du français, fait feu puis l’aborde dans la fumée. Les forbans sont repoussés juste comme nous arrivons à une demi encablure.

J’ai fais virer Red Devil pour couper le sillage du frenchie. A trois contre un à présent, il se bat comme un beau diable. Une arquebusade de son équipage fauche quelques hommes de la chaloupe Le  Blackorps des Caribben Sharks.

Zacharie, notre maître canonnier, fait feu de nos trois pièces bâbord. La mitraille  laboure le gaillard ennemi.
Le Blackorps aborde à nouveau le français, les pirates sont encore repoussés & leur chaloupe se met à distance.
La canonnade se poursuit. Dans la fumée, les français passent à leur tour à l’abordage de La Louve. Ils sont violemment repoussés.
Les Caribben Sharks et le français ont perdu beaucoup d’hommes. Je donne l’ordre à Joao mon second de nous amener contre Neptune.
Nous l’abordons & nous en rendons maître. Ce français aura donné bien du mal. Nous inspectons le navire ….

Pas une piastre, pas la moindre cargaison !!!

Je pose une équipe de prise de quinze hommes sous les ordres de notre maître de navigation. Neptune et Red Devil entrent à Saint Thomas sans encombre.

Je récupère mon équipage de prise.
L’armateur de Charlotte Amalie rachète Neptune pour treize milles neuf cents piastres. Je remet leurs parts aux capitaines des Caribben Sharks & partage une partie de mon butin avec l’équipage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2616
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Sam 28 Sep 2013 - 13:17

Grand voile dans ses cargues, boulines & écoutes choquées d’un quart de brasse sur le tapecul et le foc, Red Devil, par très légère brise d’Est & mer à peine ridée avait à peine assez d’aire pour manœuvrer. La nuit était douce mais d’un noir d’encre du fait d’un ciel couvert.

Bertrick ronflait dans son châlit. Il s’était couché tard après une partie d’échec avec Robert Beauchêne son Maître de navigation.
Travis Wood, le Maître d’équipage qui était de quart vint le secouer.

- Désolé de vous réveiller Capitaine. La vigie croit avoir aperçu un navire droit devant.
- Je monte. Merci Monsieur Travis.


Bertrick  se rendit près du charnier, puisa l’eau avec une calebasse, s’aspergea le visage. Il se rendit sur la dunette. Travis Wood l’attendait.


- C’est Biggles la vigie Capitaine. Il croit avoir aperçu un navire par le bossoir bâbord. C’est lui qui a la vue la plus perçante de nuit et pourtant il n’est pas sûr de lui.
- Faites passer la consigne à tout les hommes de quart ; silence partout.


Bertrick se rendit sur le gaillard avant. Il scruta la mer, rien !
Soudain !….
Il tourna légèrement la tête, tendant une oreille puis l’autre.
Des grincements d’agrès étaient perceptibles.
Il  revint à l’arrière.

- Monsieur Travis ! Tout le monde sur le pont.  Dans le plus grand silence ! Il y a bien un navire droit devant & assez proche me semble-t-il. Que les gabiers se tiennent près à envoyer toute la toile.

Le second & le canonnier arrivèrent.

- Ha ! Monsieur Zacharie vous voilà. Bonjour. Faîtes armer les canons. Sans bruit, prenez votre temps rien ne presse. Il ne fera jour que dans deux heures.
- Bonjour Monsieur Joao. Préparons nous à attaquer où à nous défendre. Faîtes ouvrir les coffres d’armes.


Deux heures plus tard, le ciel se teinta de rose violacé. Un navire, cap à l’Est, se dévoila à moins d’un quart de mille.

- C’est un petit senau, à peine 80 tonneaux. Nous allons couper son sillage. Monsieur Robert, à virer dans son sillage pour nous amener contre son flanc tribord. Monsieur Zacharie, au vu de sa taille, nous ne gaspillerons pas notre poudre. Monsieur Pedro, allez chercher mon sabre et mes pistolets dans la grand chambre.

A bord du senau, tout est calme. Il semble endormi.
Red Devil coupe le sillage du senau à moins de trente yards. Son panneau de poupe peut être déchiffré : Alfreda.

Red Devil vire joliment & se range contre la hanche tribord de l’Alfreda. Les voiles basses sont carguées en un tour de main par les gabiers, les grappins volent.

- A l’abordage !

Soixante hommes se précipitent sabres hauts, en hurlant, pour moitié vers le gaillard arrière derrière le capitaine. Les autres derrière Joao s’engouffrent par le panneau d’écoutille dans l’entrepont. Des coups de feu claquent.
Les quelques hommes présent sur le pont de l’anglais meurent avant de réagir de manière ordonnée. En bas, vingt cinq sont tués alors qu’ils commençaient à peine à organiser leur retranchement.

- Il est à nous !


Si loin de toute côtes, Bertrick juge trop risqué d’y mettre un équipage de prise. D’autant qu’un navire de cette taille ne sera pas d’un grand rapport. Joao rend compte de la cargaison, bois de charpente, maïs, thé et une balle de soie de Cathay. Le tout est transbordé dans la cale de Red Devil.

- Capitaine, j’ai fais l’inventaire de la grand chambre. Le coffre ne contient qu’à peine deux milles piastres.
- Faîtes le nécessaire pour incendier l’Alfreda. Monsieur Travis, faîtes distribuer la double ! Monsieur Joao, nous allons partager le butin sur la tête du cabestan.


Les hommes avaient entendu. La journée s’annonçait joyeuse. Les six tués de la compagnie furent vite oubliés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2616
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Lun 30 Sep 2013 - 14:00

Un seul navire était accosté au wharf, celui du capitaine Bertrick.
Oh bien sûr, rien à voir avec son lougre. Celui-ci ne jaugeait que quarante tonneaux.

Après que l’Alfreda eut été incendié et le butin partagé, la compagnie avait beaucoup bu pour fêter cette prise . Beaucoup trop !

Un corsaire français s’était invité. La vigie cuvait dans la hune & n’avait pas vu le senau approcher.

Dans la grand chambre, Bertrick,  son second Joao Pereira, le maître de navigation Robert Beauchêne et Zacharie De Graff le canonnier avaient aussi beaucoup bu … Mais pas au point de rouler par terre.

Les premières bordées du français avaient sorti les quatre de leur léthargie mais l’esprit encore embrumé, ils avaient eu du mal à organiser une défense avec le peu d’hommes encore conscient.

Les canons sont restés à la serre. Quand les frenchies sont passés à l’abordage, les Red Devil’s encore conscient qui n’avaient pas été tués par la mitraille n’étaient  plus en nombre suffisant.

Bertrick et ses trois compagnons ont été peu à peu repoussé jusqu’à la grand chambre. Ils ne durent leur salut qu’en sautant par la fenêtre de poupe pour rejoindre le canot qui était en remorque.

Bertrick avait juste eu le temps d’emporter un des deux coffres de piastres. L'autre ne lui aurait pas permis de nager jusqu'au canot. Déjà, avec un seul, il ne s'en était sorti que parce qu'il avait réussi à saisir l'amarre.

Sous une petite voile à livarde, il leur fallu tout un jour pour atteindre l’entrée du canal de l’Est. Il faisait nuit lorsque l'esquif accosta le quai.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2616
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Jeu 3 Oct 2013 - 9:44

Bertrick était à terre avec son état-major. Ils dînaient à la longue table du carbet baptisé pompeusement « Taverne ».
Par manque de fréquentation du mouillage, ils en étaient les seuls clients.

Eliott O’Neil le quartier-maître était resté à bord avec trente hommes de la compagnie.
Deux canots de faux pêcheurs montaient la garde dans la Baie des Cayes, l’une à l’ouvert du canal de l’Est, l’autre à celui du Sud.

Les « Pêcheurs » du canal du Sud échouèrent leur canot sur la grève. L’un d’eux couru jusqu’au carbet.

Capitaine ! Un senau français entre à l’instant dans la baie par le canal du Sud. Qu’il a subit des dégâts on dirait.

Bertrick et les autres se lèvent précipitamment de leurs escabelles. Ils coururent aux canots & firent « force de rame » pour rejoindre le navire.


A filer les câbles par le bout ! Monsieur Mattew n’oubliez pas de frapper des bouées sur les aussières !

A déferler les huniers ! … A hisser !… A border ! ... A brasser partout !

Les vergues pivotèrent, les huniers reçurent la brise et Red Devil prit de l’aire, cap sur le senau tout en se préparant au combat.

Monsieur Robert amenez nous à portée par tribord !

Monsieur Zacharie chargez les pièces à mitraille !

Red Devil  approcha le senau. Un corsaire armé ! Un gros morceau même si il avait récemment souffert lors d’un combat.

C’est un français ! Son gréement a été offensé ! Souhaitons qu’il lui manque beaucoup de monde.

Feu !

Malgré l’obscurité, la mitraille des trois pièces tribord faucha le pont du corsaire.
La bordée suivante fut bien moins précise.

Monsieur Robert amenez nous contre lui ! Monsieur Joao nous allons aborder, parez à envoyer les grappins !

Beauchêne le maître de navigation manœuvra parfaitement. Red Devil aborda en douceur La Belle brume qui fut assujettie solidement.

A l’abordage !

… Las !
Les hommes rechignèrent. Bertrick vitupéra, tança, promis la double, un gros partage de butin. Il les renvoya à l’assaut.
Une fois … Deux fois … Rien n’y fit !
Malgré les harangues, les menaces, les hommes hésitaient à passer sur le pont du français. La rage au ventre, Bertrick dut se résoudre à abandonner. Il fit couper les grappins.
Red Devil rentra au mouillage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2616
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Mar 8 Oct 2013 - 12:48

Jolie brise de Sud Est, la mer est peu agitée.
Juste avant la tombée du jour, un beuglement de la vigie de grand hune crée l’effervescence à bord de Red Devil.

- Voile en vue ! Voile par bâbord arrière !

Bertrick arpentait la dunette. Il cessa son va et vient, ouvrit sa lunette, la cala sur le couronnement, l’ajusta.

- C’est une barque longue … A trois lieues, Cap Est.
- Monsieur Joao, la nuit sera là dans l’heure. Faisons en sorte qu’elle nous rattrape durant la nuit. A choquer les écoutes d’un quart de brasse.
- Monsieur Robert, venez un peu sur tribord …  Là, comme ça ! Si ce navire ne modifie pas sa route durant la nuit, nous devrions couper son sillage au lever du jour.
- Monsieur Zacharie, je pense que vous pourrez faire parler la poudre demain. Faîtes vérifier les canons et veillez à ce que des gargousses et des boites à mitraille soient prêtes en quantité suffisante.
- Quand à vous Monsieur Peel, je ne veux pas d’alcool pour l’équipage ce soir … Hormis la ration de vin du dîner évidemment.


Au petit jour, la chasse, un marchand anglais, était à une lieue par l’avant !

- A border partout !

La poursuite commença mais l’écart ne réduisait pas.

- Ce « Godon » est rapide bien que chargé puisqu’il est bas sur l’eau ...

Un cri de la vigie l'interrompit.

- Voile en vue ! Droit devant !

Bertrick monta jusqu’à la hune de misaine. Coque visible sur l’horizon. Un dogre ! Le capitaine revint sur la dunette.

- Nous allons abandonner l’Anglais. Il va nous obliger à une chasse trop longue. C’est un dogre qui vient droit sur nous. Ses cales sont plus importantes. Il porte aussi un équipage moindre. Monsieur Robert, amenez nous à portée.

Red Devil et la barque longue anglaise courait à moins d’un demi mille l’un derrière l’autre. Le dogre français fonçait vent arrière, droit sur eux.

- Où cet idiot de Frenchie ne voit pas nos pavillons, où bien il pense que nous attaquons le Godon & qu’ils pourra continuer sa route sans coup férir.
- Monsieur Peel, faîtes le branle bas.


Le tambour battit la chamade. Les feux de la coquerie furent noyés, les canons mis en batterie. Les coffres d’armes furent ouvert et chaque homme vint se servir à l’envie. Red Devil modifia légèrement son cap, droit sur le dogre puis lofa à un quart d’encablure devant son beaupré.

- La barre dessous ! A carguer grand voile et misaine !

Les deux navires se trouvaient à moins de vingt yards.

- Feu !

Le capitaine Français avait aussi pris ses dispositions pour le combat, il  vira, ouvrit le feu. Il rendait coup pour coup mais sa volée était plus faible. Après la troisième bordée, Bertrick amena Red Devil contre le dogre.

- Monsieur O’Neil ! Puisque ce Français nous résiste, envoyez le pavillon rouge !

Le sinistre pavillon signifiant universellement « Il ne vous sera fait aucun quartier » monta à la pomme du grand mât.

- A l’abordage !

Une arquebusade fournie des français accueillit les forbans ... Brisant leur élan.
Mattew Peel, le maître d’équipage et Bertrick réorganisèrent promptement la compagnie.

- Hardi compagnons ! Sus aux Français !

Bertrick se projeta sur le pont de l’Hélène. De toute part, l’équipage se lança à l’attaque en hurlant

- Tue ! Tue !

Une mêlée confuse, des cris, des jurons, des cliquetis d’armes, quelques coups d’escopettes, de pistolets.
Les Red Devil’s eurent raison de la résistance acharnée des Français qui savaient qu’aucun quartier ne leur serait accordé. L’Hélène, exsangue, Janz notre charpentier, coupa la drisse du pavillon du dogre qui s’affala mollement sur le pont.

Une partie de la cargaison fut transbordée avec l’aide des rares prisonniers qui furent ensuite ligotés ensemble & jetés par dessus bord.
Le dogre fut incendié. Il sombra alors que le navire forban s’éloignait. Petite prise qui faisait cependant un peu oublier le fiasco de La Belle Brume.

L’anglais, quand à lui,  était toujours  en vue à une lieue …
Ainsi qu’un senau corsaire français au S.W. attiré par le panache de fumée de l’incendie. Il faisait force de voile sur un cap d’interception.

- Monsieur Robert, cap N.E. ! Monsieur Peel, Faîtes établir toute la toile qu’on peut porter par cette brise.

La chasse dura tout le reste du jour. Le corsaire français, surtoilé, perdit son hunier d’artimon. L’écart se creusa, il abandonna.
Avec un équipage réduit d’un tiers, les hommes étaient épuisés quand Red Devil s’engagea dans la passe menant au port.

- Monsieur Joao, je crois que les hommes méritent la double.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2616
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Ven 18 Oct 2013 - 13:02

Jolie brise de Sud, mer peu agitée. La côte N.E. de l’île, lieu de notre rendez-vous, est visible sur l'horizon.
Depuis la prise de la chaloupe canonnière batave Jaaraveld au large de la Baie des Galères, la navigation a été éprouvante pour la compagnie.

Avant tout, parce qu’il ne reste que vingt cinq hommes à bord après qu’une équipe de prise ait été déposé pour terrir la chaloupe.

Ensuite, parce qu’une corvette espagnole avait tenté de prendre Red Devil après s’être, au petit jour, emparée par surprise de notre conserve Aeternam.
Nous avions habilement évité trois tentatives d’abordage. Il fallut tout le jour, faire force de voile pour éviter la capture. La chasse se poursuivit aussi le lendemain.

En vue des côtes de Saint Domingue, un corsaire anglais tentait de s’emparer d’un senau français. Il barrait, ce faisant, la route à Red Devil.
Le cotre anglais nous a aperçu, il délaisse sa proie et s'en éloigne.

Durant tout le reste du jour, nous avons craint d’avoir à subir une attaque de sa part alors que la chasse espagnole est encore en vue. Contre toute attente, le cotre fait voile, cap sur le port anglais le plus proche, la voie est donc libre !

- Sans doute, fis-je remarquer à ceux présent sur le gaillard, le français l’a assez malmené … Où, ce capitaine craint que d’autres forbans ne nous suivent.

Joao fit border « à plat » huniers et basses voiles  & Red Devil courut « grand largue, tribord amures pour semer la corvette ibérique.
Le lendemain, la corvette est noyée sous l’horizon. Red Devil mouilla ses ancres un peu plus tard à l'abri des canons du port.

. L’équipage de prise de Jaaraveld, qui avait bien terri & vendu la chaloupe canonnière, est revenu à bord.

- Il est fort dommage que cette chaloupe canonnière naviguait sur lest » fit remarquer le maître d’équipage. Les parts de prise sont assez maigre !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2616
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Mar 22 Oct 2013 - 10:35

Quelques jours plus tard, dans l’après midi, une voile me fut signalée au N.O. de l’île par un habitant. Je fis prévenir aussitôt les autres capitaines. Les équipages, prévenus par le canon d’alarme du fort, rallièrent les navires, les ordres furent donnés pour appareiller. L’une après l’autre, les barques des Jolly Roger’s larguèrent les amarres, déployèrent leurs voiles et coururent sus à l’imprudent.

A un demi mille, nous reconnûmes un senau battant pavillon de France. La capitaine Poudre était en tête. Parvenue à portée de canon, Aeternam ouvrit le feu. Résultat mitigé, une seule de ses volées causa des pertes certaines sur le français.
Celui-ci avait vu arriver les trois barques arborant le pavillon noir &  avait eut le temps de faire le branles bas. Aeternam reçu plusieurs bordées de mitraille, infligeant des pertes importantes.

Red Devil à présent à un quart d’encablure sur l’autre bord du senau.
Notre première volée ne fit que l’effleurer. Deux autres touchèrent, la suivante l’atteignit de plein fouet sous les « Hourra » des hommes de Zacharie, notre maître canonnier.

- Nous allons l’aborder. Monsieur Murdoch, amenez nous le long de son bord! Monsieur Pereira, chargez vous du gaillard avant. Je m’occupe du gaillard arrière.

Red Devil se rangea le long du senau, quelques grappins jaillirent, crochèrent, les drisses furent halées.

- A l’abordage ! Pas de quartier !

Nos deux équipes d’abordage s’élancèrent dans l’embelle du français Une mousquetade nourrie, en feux croisés depuis les gaillards, nous accueillit.
Deux des nôtres, leur élan stoppé net, basculèrent par dessus bord. Deux autres qui avaient déjà pris pieds, furent fauchés par la volée de balles. Je n’en réchappais que pour avoir glissé sur une flaque de sang et m’être étalé sur le pont.
Les hommes hésitèrent. L’équipage français était si bien retranché qu’aucun ne pouvait être offensé par nos armes blanches & que nos balles s’écrasaient sur les défenses derrière lesquelles ils s’étaient abrités.

- En arrière ! Reculez ! Retour à bord !

Les Red Devil’s refluèrent en désordre. L’un d’eux, touché entre les épaules, bascula entre les deux navires. Sa tête éclata comme un fruit trop mûr quand la houle ramena les coques l’une contre l’autre.

Quelques français sortirent pendant notre retrait. Ils parvinrent à trancher les drisses des grappins qui liaient les deux navires l’un à l’autre.

- Monsieur Murdoch, faîtes servir !

Nos vergues furent brassées, les voiles prirent le vent. Red Dévil s’éloigna du senau.

The Red Squirrel commandée par le capitaine Spriggs, prit notre place. Elle tira deux bordées, mal pointées d’ailleurs et lança ses grappins.
Habilement, le capitaine français vira pour parer l’attaque. Le capitaine Spriggs réitéra sa manœuvre. Cette fois, les deux bâtiments furent assujettis.
L’abordage, fut plus violent que celui des Red Devil’s,. Les français comprirent qu’il ne s’en sortiraient pas, ils se débandèrent et se rendirent.

Spriggs fit jeter les survivants par dessus bord après les avoir entravés deux par deux, têtes bêches & dos à dos. Les Red Squirrel's trouvèrent ça divertissant. Si l’un parvenait à garder la tête hors de l’eau, il noyait son compagnon d'infortune.

Après ce spectacle, le senau fut pillé & incendié.
L’une derrière l’autre, les barques pirates s’éloignèrent du lieu de leur méfait.

Prise modeste …
Mais les libations à terre des trois équipages ne le furent pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2616
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Sam 26 Oct 2013 - 13:55

Fort de deux barques, nous croisions dans le canal. Vers la fin du quart marquant la méridienne,  Aeternam, en tête à moins d’un quart de mille, choqua ses écoutes de basses voiles et brassa son grand hunier à contre.

- Holà en bas ! Aeternam met en panne sous grand hunier !

Bertrick ouvrit sa longue vue pour tenter d’en découvrir la raison.

- Monsieur Robert ! Amenez nous à portée de voix.

Quand Red Devil fut à moins de cinquante yards sur l’arrière de l’Aeternam, Bertrick vit Poudre dressée sur le fronteau de sa dunette lui adresser un ample coup de chapeau en salut. Elle tenait son porte voix de l’autre main. Il prit le sien.

- Holà Bertrick ! Un brigantin par tribord avant, cap N.E. à deux lieues !
- Salut Poudre ! Voilà une excellente nouvelle ! Courons lui sus !


Les deux barques établirent toute la toile possible par une allure « au près ». Plus rapide, elles gagnèrent peu à peu sur le brigantin. A un demi mille, son pavillon fut visible, un français !
Il nous avait vu mais nous n’arborions aucun pavillon. Cependant, le capitaine français voyant remonter vers lui ces deux navires inconnus, n’eut que peu de doutes sur nos intentions. Plus du tout lorsque Aeternam modifia son cap pour passer sur son flanc bâbord tandis que Red Devil se dirigeait vers celui de tribord.
Bertrick déchiffra le nom sur le tableau de poupe : l’Edelweiss.

- Hissez le pavillon !

Poudre avait lancé le même ordre. Les pavillons rouges montèrent le long des drisses jusqu’aux cornes de brigantine. Ils se déployèrent en claquant fièrement.
Aeternam remonta le brigantin et ouvrit le feu.
La riposte du français vint en écho.
Tout deux, échangèrent plusieurs volées. L’air vibrait du tonnerre des canons et l’acre et épaisse fumée environnait les navires. Sur l’autre bord,  Red Devil ouvrit à son tour le feu à plusieurs reprises.

- Monsieur Robert amenez nous contre son bord.

L’Edelweiss n’avait pas assez d’hommes pour servir ses canons sur les deux bords. Désorganisés par cette attaque en tenaille, les français ne furent pas en mesure d’éviter l’abordage. Les grappins crochèrent dans les enfléchures du mât de misaine.

- A l’abordage ! Pas de quartier !
- Tue ! Tue !
Hurlèrent les Red Devils en bondissant.

Le combat fut bref et sanglant, tout les français périrent. Cinq Red Devils payèrent de leur vie cette victoire.
Le pillage occupa les heures qui suivirent. Du bois précieux, quelques ballots de fourrures. Le coffret du capitaine contenait un peu plus de deux milles piastres.
Quand les deux barques s’éloignèrent, l’Edelweiss était entièrement embrasé.  

Isla Inagua gisait par tribord à deux lieues lorsque nous découvrîmes un petit senau courant sur le même cap que nos deux barques.
Malgré des équipages quelque peu réduits, Bertrick et Poudre convinrent de l’attaquer en usant de la même tactique utilisée la veille.
Tout deux laissèrent porter vers la chasse. La distance se réduisit et Bertrick vit à la lunette que le petit senau arborait le pavillon de France, qu’il s’agissait de l’Azur.

Aeternam portait moins d’hommes après avoir subit la canonnade lors de la précédente affaire. Red Devil se chargerait donc de l’abordage.

L’attaque en tenaille porta à nouveau ses fruits.
L’Azur fut arraisonné. Il portait une cargaison plus riche, porcelaine de chine, teinture de cochenille & minerai de fer. Comme à l’accoutumé, la prise fut incendiée après le pillage.
Il était nécessaire d’aller relâcher pour compléter les équipages, surtout sur Aeternam, et de vendre les produits de nos rapines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2616
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Jeu 31 Oct 2013 - 17:18

Bonne brise d’Est, mer agitée. J’ai fais déhaler dans la rade quelques heures avant le lever du jour. Nous avons remonté nos ancres dès l’aurore.

Le jour suivant, la vigie signale deux voiles. Un assez fort navire marchand cap au Sud & un autre plus modeste sur un cap Ouest.
De plus près, nous identifiâmes un petit senault battant pavillon anglais tandis que le plus fort s’avéra être une flûte légère espagnole.
Ce type de navire porte douze canons et plus de soixante hommes. Comme aucun autre capitaine de la confrérie n’était à nos côtés, nous décidâmes de courir sus à l’anglais.

Le capitaine du senault se laissa abuser. Sur ce cap, nous allions en direction d’un port assez proche, déjà visible sur l’horizon. Sans doute crut-il que nous étions un honnête marchand rentrant au bercail.
Quand le « Joli Rouge » monta à la drisse, il était trop tard. Notre bordée faucha les hommes qui vaquaient à la manœuvre sur son pont.
Zacharie eut le temps de faire feu à nouveau avant que l'anglais ne réagisse. Leur capitaine manœuvra alors joliment. Il parvint à éviter deux autres volées de mitraille.

Las !
Tout son monde occupé à lofer en grand pour éviter le feu de Red Devil, il ne prit pas garde Aeternam qui l'approcha sur le bord opposé. La capitaine Poudre ouvrit le feu à deux reprises et l’aborda avec détermination. L’anglais fut vite contraint d’amener. Il fut pillé et incendié. Les deux barques s’éloignèrent au plus vite du lieu de leur méfait.



Red Devil, sur tribord amures par grand frais de N.E. & mer forte. Hispaniola invisible dans l’obscurité mais tous la savaient sous le vent à moins d’une couple de lieues.
Bertrick s’extirpa de son bas- flanc, rejoignit la dunette. Jérémia Murdoch le maître d’équipage assurait le quart.

- Vous ne dormez pas capitaine ? Le coq vient de préparer du café , en voulez-vous ?

- Avec plaisir ! Où se trouve Aeternam ? Cette nuit est aussi noire que l’âme d’un moine franciscain.

- Sur bâbord à … Trois encablures environ. J’ai aperçu  la lumière de son habitacle au changement de quart.

- Pas vu les autres ?

- Non capitaine.

- Le temps va forcir avec l’aube. Nous profiterons que tout notre monde sera sur le pont au changement de quart pour parer le navire en prévision du gros temps.


Le jour paru, très sombre. Le temps forcit. Il leva une mer vraiment grosse avec un fort coup de vent de N.E. et des trombes d’eau.
Bertrick eut juste le temps, avant que tout l’horizon ne soit masqué par l’épais rideau de pluie, de voir la barque du capitaine Spriggs se joindre à eux.

- Ce sera pire encore avant d'aller mieux" dit sentencieusement Robert Beauchêne le pilote.

Les gabiers ferlèrent les huniers, amenèrent leurs vergues sur les chouquets, prirent un ris dans les basses voiles.
Jaume le quartier maître, fit mettre en place des prélarts sur les claire-voies et tendre une ligne de vie de l’avant à l’arrière.
Zacharie, le maître canonnier, fit décharger les pièces, vérifier que les tapes de bouche étaient bien en place avant de les mettre à la serre. Il fit, par prudence, doubler les bragues
Joao, le second, vérifia que tout à bord fut bien arrimé et commanda au charpentier de poser les contre hublots et les défenses de la fenêtre de poupe.
Au prix de grands efforts, Red Devil fut paré pour braver la tempête à venir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2616
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Mar 5 Nov 2013 - 9:57

Les trois barques bravèrent la tempête, taillant courageusement leur route sur le cap dont les capitaines étaient convenus.
Sur chaque navire, des hommes furent perdus, passés par dessus bord où s’étant écrasés sur le pont après avoir chuté d’une vergue.
Red Squirrel  avait subit d’avantage de pertes  que Red Devil. Parti plus tard, elle  avait affronté le « coup de chien » plus longtemps.
Des hommes manquaient surtout sur Aeternam qui avait mené un abordage juste avant que les éléments ne se déchaînent.

Les trois Jolly Roger’s accostèrent enfin le long du wharf sans avoir fait de mauvaise rencontre. Aucune nouvelle cependant des navires des capitaines Malphas et Layn. Les réparations et le recrutement allèrent bon train. Il n'y avait pas de temps à perdre.

La tempête aura duré deux jours et une nuit. Elle se calma un peu vers la fin du second jour.
Poudre et Bertrick, malgré une mer encore démontée et le vent violent, sortirent pour attaquer un brigantin, visible loin dans le N.E. Usant toujours de la même tactique, ils arraisonnèrent le marchand batave et l’incendièrent après l’avoir pillé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2616
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Ven 8 Nov 2013 - 13:35

Bertrick déambulait le long de la grève, en attendant le canot qui devait le mener à son bord. Il jaugeait du regard  les navires accostés au wharf, où à l’ancre dans la baie. Regard qui revenait cependant sans cesse sur l’un d’eux, « son » nouveau navire.

Le lougre Red Devil tirait doucement sur ses ancres à un quart d’encablure. Il ne se lassait pas d’admirer ses formes effilées, son grand mâts très haut qui pointait vers le ciel. Il avait hâte de prendre la mer pour juger de ses qualités marines et d’admirer ses gigantesques voiles au tiers  prendre le vent.
Ses peintures à peine sèches, où le rouge dominait largement – la ligne de sabords, les herpes et gambes de herpes, peintes en noir, étaient l’exception – brillaient au soleil couchant et lui donnait un air un peu maléfique.

Le repère était très fréquenté. Pas moins de onze capitaines y faisaient escale. L’animation était forte dans tout les lieux de plaisir que comptait la petite bourgade tapie au fond de la baie.

En fin de journée, Red Devil déferla ses huniers. Le quartier-maître entonna d’une voix de stentor :
- Quinze hommes sur le coffre du mort Yo ho ho ! Et un bouteille de rhum.
Les hommes scandèrent avec lui Yo ho ho ! En halant drisses et balancines. Un autre chant donna le rythme pour border écoutes et boulines enfin pour brasser les vergues. Les huniers prirent le vent dans un lourd claquement, le lougre prit de l’aire, arracha ses ancres du fond.
Au cabestan, le chant repris de plus belle. La tournevire fit rentrer les lourdes aussières qui furent lovées toutes dégoûtantes d’eau dans la soute aux câbles. les ancres furent caponnées sur les bossoirs.

Mer forte et vent frais de N.E. Bertrick fut satisfait. Le sillage à peine incurvé indiquait une légère dérive bâbord. C’était mieux que bien !
Il prit la barre, seul moyen de sentir « vivre » son navire. Le lougre était à peine mou. Avec un peu de barre sous le vent, il restait aisé à manœuvrer. Bertrick en fit la remarque au pilote et au second.
Tout trois convinrent qu’en déplaçant le chargement un peu sur l’avant lors de la prochaine escale, Red Devil deviendrait neutre, que d’ici là, on pouvait y remédier en choquant écoute et bouline de la voile de misaine sans trop perdre de vitesse.

Ce mauvais temps permit de tester de nombreux réglages de voilure, vent arrière, grand largue et vent de travers.
A 10 milles des côtes, le temps forcit encore. C’était à présent un « coup de vent » de Nord avec une mer très forte.
Les galhaubans, tendus comme cordes à piano, vibraient. Bertrick les fit choquer de quelques pouces. Il fit aussi, comme la nuit tombait, ferler les huniers, leurs vergues amenées aux chouquets. Les basses voiles furent arisées.
Le jour venu, bonne brise de N.E. mer agitée. Avec ce vent sur la hanche tribord, Bertrick fit établir toute la voilure. Spectacle magnifique !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2616
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Dim 10 Nov 2013 - 16:34

Les craquements du bois au rythme de la houle conjugués au sifflement du vent dans le gréement et au roulement feutré de la mer le long de la coque, avaient plongé Bertrick dans une douce somnolence.
On frappa.

- Entre !

Dans sa semi léthargie, il avait perçu le pas claudiquant de Gaspard le maître charpentier que tous à bord appelaient « Erminette ».

- Bonjour capitaine. Désolé de te déranger. Si c’est le cas, je peux …

- Non, non ! Je m’apprêtais justement à me rendre sur la dunette. Que ce passe t-il ?

- Ben, que avec mes aides, qu’on a sculpté une figure de proue dans des billots de bois. Tout l’équipage qu’il est dans la confidence et ... On voudrait que tu viennes dire ce que tu en penses.

- Où est-elle ?

- Qu’on vient de la monter de la cale. Qu'elle est à présent dans l’embelle. Si elle te plait, qu'on la fixera sous le beaupré à la prochaine escale.


Bertrick se rendit sur le pont. Les hommes étaient tous là avec de grands sourires barrant leurs faces burinées. Les aides du charpentier se tordaient les mains d’appréhension, leurs regards quémandaient une approbation du "Cap'taine".

Un grand buste de diable écarlate trônait au pied du grand mât. Ses yeux ourlés de noir semblaient jeter des étincelles. Ajouté  à un sourire vraiment mauvais, ce diable rouge avait l’air véritablement démoniaque.

- Splendide vraiment ! Félicitation aux artistes qui ont fait ça. Mais… Il doit peser lourd et ça va changer l’assiette du lougre une fois en place. Peut-être qu'on devrait le réduire ... juste la tête. Qu’en penses-tu Joao ?

Un grognement de réprobation générale parcourut l'assemblée.

- On a étudié ça avec La Biscaye et Esteban. Normalement, un tel poids sur l’avant devrait rendre Red Devil un peu plus ardent. Le centre de dérive sera déplacé vers l’avant et devrait se trouver à hauteur du centre de voilure. De fait, nul besoin de choquer l’écoute de misaine comme nous devons actuellement le faire où de mettre de la barre sous le vent. Pas plus que nous n’aurons à déplacer le chargement vers l’avant à la prochaine escale.

- Et bien, dans ce cas, nous ferons ainsi. J’ai hâte à présent d’être arrivé pour pouvoir le mettre en place et juger du résultat sur le comportement du lougre.

L’équipage fit une ovation et congratula Erminette et ses aides.
Même si, nombreux étaient ceux qui y avaient peu où prou participé d’une manière où d’une autre, qui en volant la peinture et les billes au chantier naval, qui en aménageant une cachette dans la cale pour y dissimuler l’œuvre en création.

- Fêtons cet événement. Joshua, fait distribuer « la double » !

La figure de proue fut mise en cale et arrimée.

Bertrick fit plus tard venir dans la grand chambre son second Joao ainsi que La Biscaye le maître d'équipage et Esteban le maître de navigation.

- Expliquez moi par le détail cette affaire de centre de dérive et centre de voilure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2616
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Jeu 21 Nov 2013 - 11:20

Le gouverneur convia en sa résidence les capitaines Spriggs et Bertrick.

- Messieurs, je vous ais mandé car je dois faire parvenir ... Il prit une dague joliment ouvragée sur son bureau, se dirigea vers une grande carte murale qui couvrait tout un mur de la pièce … Ici – il désigna une île de la pointe de la dague - un courrier de la plus extrême importance. Pour ce faire, je souhaites noliser les deux navires les plus rapides ici présents. Les lougres que vous commandez correspondent à mon dessein. Ce sont, a dire le vrai, les seuls navires présents dans la rade, ils sont donc bien les plus rapides. Ha ha ha !

- Qu’entendez-vous par nolisé Monsieur ?

- Que vos navires seront sous commission. Oh ! Bien sûr, elle ne vous protègera nullement si vous êtes arraisonné. Cela vous garantie juste qu’on vous versera vingt milles piastres à réception. Au fait, les courriers que je souhaites remettre à chacun de vous sont identiques. Deux navires différents augmenteront les chances qu’au moins l’un d’eux parvienne à son destinataire. C’est dire leur importance !
- Ho, une précision capitale ! Ces courriers doivent impérativement être remis avant le 28 de ce mois. Je vous en conjure, ne perdez pas de temps.


En sortant de la résidence où le gouverneur les avait invité à partager son dîner, Bertrick fit remarquer à son ami :
- Vingt trois jours ! C’est faisable si nous n’essuyons pas une tempête où ne faisons pas de mauvaises rencontres. Nous devrons cependant laisser passer toutes proies rencontrées. Les hommes vont en être fort mécontents.

- J’imagine déjà ça ! Va falloir les tenir.


Les deux lougres appareillèrent sans délai, cap Sud Ouest pour se dégager de la côte.
Le lendemain matin, Red Squirel fut surpris par une frégate légère espagnole au large de Saint Domingue.
Red Devil était loin sous leur vent. Impossible de venir en aide à Spriggs. D’autant que l’affaire fut brève. Deux volées de la frégate, suivies de l’abordage dans la fumée.
Toute les lorgnettes du bord restèrent braquées sur le combat jusqu’à son issue, fatale pour le lougre de Spriggs.

Red Devil poursuivit seul. Il courait cap à l’Ouest. De très nombreux navires marchands furent croisés au Sud des Cayes. Parfois jusqu’à trois visibles depuis les hunes. Aucun ne fut attaqué et les hommes affichèrent ouvertement un profond mécontentement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2616
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Ven 22 Nov 2013 - 10:57

Neuvième jour. L’aube n’allait pas tarder à poindre. Vent arrière par jolie brise, sous huniers arisés. Le capitaine fit larguer les ris mais point encore établir les perroquets pour se qu’il souhaitât que nous ne soyons point visible de trop loin quand le soleil s’élèverait sur l’horizon. Il fit grimper des vigies aux tons du mât de misaine et du grand mât.

Le ciel avait à présent une teinte rose violacée, L’horizon autour de nous s’élargit. Nous étions seuls, aucun navire ne s’était approché du notre au cours de la nuit.
Le quartier-maître Joshua, beugla dans tout l’entrepont pour faire monter l‘équipage. Red Devil devait virer tribord de quatre points sur la rose des vents.
Écoutes et boulines furent choquées, les vergues brassées, puis tout bordé à bloc. Nous étions à présent au grand largue, bâbord amures.

L’équipage semblait plus jovial que dans les jours précédents. La dernière estimation de la position laissait présager dans un avenir proche, la fin de la commission.
A peine établi sur notre nouveau cap, la vigie de grand hune signala une voile par l’arrière du travers bâbord.

Un trois mât, corvette légère semblât-il.
Elle vira, s’établit sur un cap de rencontre et hissa ses couleurs. Un français !
Le capitaine jugea opportun de s’établir sur un cap de fuite. Un combat contre plus fort que nous, qui de surcroît pouvait n’être pas seul, risquerait de faire échouer la mission par la perte du navire où le non respect des délais.

La corvette était plus rapide que notre lougre. Le capitaine fit établir toute la garde robe. C’était spectacle merveilleux de voir cette étalage de voiles, huniers, perroquets et même cacatois. Red Devil prit une gîte qui découvrit largement sa carène et rendait les déplacements sur le pont malaisés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2616
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Sam 23 Nov 2013 - 13:22

Dans la journée, un chebec, puis une corvette, se dévoilèrent droit devant, nous coupant la route.
Nous dûmes virer lof pour lof et fuir, cap sur le repère le plus proche pour tenter d’y trouver refuge.

Longue chasse, deux jours durant !
De temps à autre, les perroquets d’une des corvettes étaient visibles, preuve que la croisière française n’abandonnait pas.

Un soir, les voiles du chebec et d’une corvette étaient en vue, coques tout juste noyées sous l’horizon. Je pris alors une décision assez audacieuse.
Puisque les français ne pouvaient ignorer notre intention, je fis virer cap N.O. nous mettant juste hors de vue. Je jugeais que les français continueraient plein Est.
Dans la nuit, nous virâmes encore, cap plein Ouest.
Aucun membre de l’équipage ne dormit vraiment. Tous avaient hâte que le jour se fit pour voir si la ruse avait porté ses fruits. Beaucoup d’appréhension aussi !

Le jour est paru, aucune voile en vue. L’équipage s’envoie de grandes claques dans le dos.

- Ha ha ha ! Notre cap’tain a roulé les froggies !

Quelques heures plus tard, un cri tombe de la grand hune.

- Voile en vue !

Tous levèrent le nez, avec assez d’équanimité cependant, puisque aucune prise ne se ferait durant cette croisière. L'équipage l’avait maintenant compris.

- Par bâbord arrière à 4 lieues. Cap Ouest !

Sur l’arrière ?
Cette précision doucha l’humeur joyeuse.
J’ouvris ma longue vue et la braquais dans la direction indiquée. Je confirmais bientôt les craintes de chacun.

- Maudits froggies ! Ils n’ont pas été dupes longtemps ! C’est le chebec qui nous chassait hier.
- La Biscaye ! A envoyer tout ce que Red Devil peut porter. Joliment ! Si nécessaire, envoie aussi mes chemises et mes caleçon en cacatois volant. Ha ha ha !
- Esteban ! La barre au vent ! Cap plein Ouest !
- Joshua ! On ne garde que 2 jours de réserve d’eau douce. Fait pomper tout le reste par dessus bord.


La plaisanterie sur les chemises et les caleçons établis en cacatois volant fit rapidement le tour de l’entrepont. Le moral s’en ressentit … A la hausse !
Si le capitaine trouvait encore manière à plaisanter …. Tout espoir n’était pas perdu.

De nouveau, une longue chasse pendant tout un jour.
Un senau armé français croisait aux abords de notre destination. J’utilisais les vents au mieux . Red Devil se glissa par le S.E. entre le froggie et la côte. On entra dans le port à la tombée de la nuit, sans que le senau puisse nous couper la route.

- Pff ! Une seule bordée dans notre gréement et le chebec avait le temps de rejoindre pour sonner l’hallali. fit remarquer La Biscaye.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2616
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Ven 13 Déc 2013 - 11:28

Assis sur les cages à poules, le dos appuyé au fronteau de dunette, le quartier maître tenait la barre franche d’une main sûre. Son regard allait tour à tour du compas dans le petit habitacle devant lui, à la ralingue de chute du foc.
Le maître d’équipage, se tenait côté sous le vent de la petite dunette puisque le capitaine y était présent. Celui-ci faisait les cents pas côté au vent, place à lui dévolue quand il était là.  

Vent frais de Nord Est, mer forte. Bertrick cessa son va et vient à hauteur des haubans d’artimon. Il tira la lunette qu’il portait passé dans son ceinturon, la déplia et la braqua à tribord.
L’horizon était vide mais il savait une côte juste derrière y-celui. Il pivota pour observer sur l’avant. A quelques milles, les huniers de Red Squirel faisaient une tache blanche sur le bleu de la mer.

Les deux navires forbans s’étaient emparés, la veille, d’une corvette marchande anglaise. La nuit avait tout juste suffit pour transborder tout se qui pouvait être pillé, marchandises en cale et avitaillement.
Au matin, les quelques survivants de l’anglais, qu’on avait gardé comme main d’œuvre, furent jetés par dessus bord & la prise incendiée. On voyait encore, loin dans le sillage, une haute colonne de fumée qui s’étiolait lentement.

Bertrick reprit son va et vient, qui l’aidait à réfléchir. Au large de Île- à-vache, il avait, à la suite du capitaine Spriggs, quitté la flotte que le capitaine Doria avait rassemblé pour une grande Chasse-Partie. Cette double défection avaient provoqué la ire d’une partie des capitaines de l’escadre constituée pour cette entreprise.

Pour l’heure, les Red Devil’s  étaient plus à l’aise. Quatorze places étaient vacantes après les deux abordages sur la corvette anglaise.

Il en était de même à bord de la barque de Spriggs qui avait essuyé quelques bordées meurtrières des Godons pendant qu’elle offensait leur gréement pour les immobiliser, à tout le moins les ralentir, et permettre à Red Dévil de venir à contre bord pour s’en emparer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2616
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Mar 17 Déc 2013 - 13:11

La lumière de la grand-chambre de Red Dog découpait deux grands carrés lumineux sur la surface des eaux sombres du  port.
Bertrick et Spriggs, penchés sur la carte étalée sur la table, finissaient de préparer leur prochaine campagne.
Spriggs repoussa les deux gobelets qui empêchaient que la carte ne s’enroule, rangea celle-ci parmi d’autres dans un filet suspendu aux barrots. Il empoigna par le goulot le flacon qui trônait sur le bureau, emplit les deux timbales, en tendit une à Bertrick.

- Et maintenant, je propose un toast. Buvons à notre liberté d’action retrouvée.
- A notre chère liberté !
Beugla Bertrick.

Les deux capitaines entrechoquèrent leurs boujarons, l’œil allumé de plaisir, et les vidèrent d’un trait.

- Portons un autre toast. A Red Dog ! Ton nouveau navire.
- A Red Dog !


Ils burent aussi à la campagne qu’ils venaient de mettre au point et qu’ils espéraient fructueuse. Ils burent ensuite ... Juste pour boire et plusieurs flacons de cognac et de gin vides témoignèrent de leur capacité en ce domaine.

Bertrick quitta le senau de son ami alors que le ciel à l’Est se paraît de mauve annonçant l’aube. Il rejoignit son propre navire, accosté à l’autre bout de l’estacade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2616
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Dim 12 Jan 2014 - 11:01

- A pic !
- A virer la tournevire !
- Haute et clair !


Hissée par l’organeau jusqu’au bossoir, l’ancre fut « traversée » par son diamant jusqu’au capon.

Sous huniers, tapecul et foc, Red Devil remonta lentement le goulet poussé par la petite brise de terre. Le lougre doubla la pointe surmontée de la batterie de défense, vira à la sortie de la passe, pris une forte gîte bâbord en s’établissant sur son cap.

Vent frais d’Est, mer forte. La grand voile et la misaine furent envoyées. Le lougre prit de la vitesse faisant naître une belle vague d’étrave.
Bertrick fit un tour d’horizon avec sa lunette d’approche. La mer, tout autour, était libre.

Il rejoignit la grand chambre. Sur le petit bureau fixé à la cloison sous la fenêtre de poupe, un pli cacheté était en évidence. Le sceau n’en était pas rompu.
Un canot était venu se ranger le long du bord pour le lui remettre en main propre peu avant qu’il ne donne l’ordre de remonter les câbles.
Bertrick le décacheta avec la lame d’un petit poignard à lame damasquinée. La page était remplie d’une petite écriture fine et régulière.

La teneur du texte était de peu d’intérêt. Toutefois, une minuscule marque ; trois courts traits verticaux surmontés des trois quarts d'un cercle, placée en bas à gauche du pli indiquait qu’il y avait un autre message à l’encre sympathique entre les lignes du texte visible.
Bertrick passa le document au dessus de la flamme d’une bougie. Le cryptogramme, écrit avec du jus de citron, apparu.
Il en pris connaissance, relu une seconde fois le message puis le brûla.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2616
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: ???

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Sam 18 Jan 2014 - 11:19

Il se leva, ouvrit la porte de la grand chambre. Dos à y-celle, assis en tailleur, bras croisés sur le torse, se tenait un sauvage. Même dans cette posture, on voyait qu’il était d’une stature formidable. Debout, nul doute qu’il dû rentrer la tête dans les épaules et courber l’échine pour ne pas se cogner aux barrots du pont supérieur.
Un algonquin de Nouvelle France qui ne quittait plus Bertrick d’une semelle depuis un bon mois. Un véritable cerbère, prêt à se faire hacher sur place pour défendre le capitaine.

Bertrick lui avait sauvé la vie à Cédar Key en se jetant à l’eau pour le repêcher dans le port. L’élingue d’une futaille avait rompu au cours du chargement. La barrique avait, en roulant sur le pont, projeté par dessus bord l’indien, embauché comme manouvrier pour l’avitaillement du lougre.
Reprenant ses esprits, le peau rouge lui avait seulement dit ;

- Je te dois une vie. Moi Longue Pique. C’est ainsi qu’on m’appelle ici. Surtout vos squaws là-bas !


Il  montra la direction des bas fonds en haussant les épaules.

- Moi plus quitter toi jusqu’à t’avoir rendu une vie.

Cela faisait un mois et c’est le plus long discours que Longue Pique fit jusqu’à présent.
Bertrick n’avait fait aucune opposition quand l’indien s’était attaché à ses basques. Eut-il refusé d’ailleurs …?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retour à la mer de Latimer Bertrick.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 8Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Caraïbes 1712 - le forum :: La ville haute :: Par la plume et l'épée... [RP] :: Vos histoires au fil de l'eau-
Sauter vers: