Caraïbes 1712 - le forum

Forum du jeu Caraïbes 1712
 
CalendrierAccueilFAQCaraïbes 1712MembresGroupesS'enregistrerConnexionRechercherWiki

Partagez | 
 

 Retour à la mer de Latimer Bertrick.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
AuteurMessage
Bertrick
Maître de Jeu


Messages : 2575
Date d'inscription : 10/01/2012

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Lun 10 Mar 2014 - 19:52

Le léger roulis faisoit craquer les membrures & grincer quelques poulies dormantes du gréement.
La faible brise gonflait par rafales le grand hunier brassé en pointe & le foc en les faisant claquer.

- A tourner l’ampoulette & à sonner le quart !

Ting ting … Ting ting

- Bon quart devant ! … Bon quart derrière !

« Bois flotté » prit le morceau de craie & renseigna le renard dans l’habitacle.
Francis Reynolds arriva les yeux gonflés d’un mauvais sommeil pour prendre la relève.

- Route W.Q.S-W. Bon quart partout » lui dit Bois flotté.

- Foutue chaleur … Pas fermé l’œil.

- Je crois que j’vais m’chercher un coin pour dormir sur l’pont.

- Ben quand j’vois toute la viande répandue là, ça va être coton à trouver. Bonne nuit tout d’même compagnon.


Dernière édition par Bertrick le Dim 30 Mar 2014 - 9:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu


Messages : 2575
Date d'inscription : 10/01/2012

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Mer 12 Mar 2014 - 10:53

10 Mars 1714

Grand frais d’Ouest mer forte. Troisième jour de mer.

Red Devil serrait le vent, vergues brassées en pointes.
La côte, acquise à l'Espagne, était à peine visible sur tribord quand le lougre se trouvait au sommet de la houle.
A tout le moins depuis la dunette !

Onques ne me verra me risquer à grimper jusqu’aux vergues ! Quoique je m’y serais bien aventuré … Du moins me plait-il de le croire …. Si il y eut une hune !

Quand je suivais des yeux les mouvements extravagants décrits par la pomme du grand mât, l’idée même de grimper là haut ….

Un jour, Timothy Cradoc maître charpentier, peut-être devrais-je l'appeler « Bois flotté » comme tous à bord, m’y a invité.
Il se proposait même à guinder une chaise de calfat pour me hisser jusqu’à la grand vergue.

J’ai décliné son offre.  Quelques humeurs mauvaises me taraudaient ce jour là les tripes après un repas trop copieux.
Il n’a pas depuis, renouvelé son invite. J’attend celle-ci, je l’assure ici, avec beaucoup d’impatience, mais … Quand la mer sera plus … Plate ?


Dernière édition par Bertrick le Dim 30 Mar 2014 - 9:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2575
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Jeu 13 Mar 2014 - 13:07

Sur la dunette, Bentley, fort occupé avec l’octant, visait en direction  de la côte. Je m’enquerrais auprès de lui de notre position.

- On aperçoit là-bas, me dit-il, ce que je pense être l’embouchure de la Rivière du Saint Esprit. Las, le fort St. Joseph est invisible, masqué par la brume de terre. Sans cet amer, un doute subsiste.

- Vous sauriez alors notre position ?

- Le fort est un repère mentionné sur notre carte. Si je le voyais, j’en relèverais le gisement et de là, saurais avec précision notre position par rapport à lui. A tout le moins, ça confirmerait que c’est bien l’embouchure de cette rivière que j’ai vu.

- Est-ce à dire que hors de vue des côtes nous ne saurions où nous sommes ?

- Et bien quand à ça Docteur, nous autres marins savons depuis fort longtemps déterminer la latitude c’est à dire notre position Nord où Sud par rapport à l’équateur. Pour la longitude, notre position Est/Ouest, nous ne pouvons le faire qu’à l’estime. Tenir compte des caps suivis & pendant quelle durée, de la vitesse du navire, de sa dérive, des courants. Il y a des procédés scientifiques d’écarts d’angles entre les lunes de Jupiter mais ce sont là calculs ardus &  qui nécessitent une parfaite visibilité du ciel.



Précisions de l'auteur

( En 1707, l'amiral  Shovell, naviguant par temps de brouillard au nord des îles Scilly pensait qu'il naviguait en haute mer. La flotte s'échoua et plus de 2 000 hommes moururent. Cet accident fut à l'origine du "prix de la longitude").

En 1714 ( année où nous jouons ) le parlement anglais vote une loi, « le Longitude Act » qui offre une prime de 20000 livres sterling ( par comparaison, des millions d’euros) à qui trouvera une méthode pratique, fiable pouvant être utilisée à la mer en toute circonstance.

C’est un horloger anglais autodidacte, John Harrison qui mettra au point un chronomètre de marine dit « Garde temps » en 1734. Il l’améliorera en 1755 et touchera la prime … en 1773 !!!

Près d’un siècle plus tôt, les Provinces Unies offraient elle aussi une prime de 20000 florins pour la même raison … Mais sans succès.


Source Wikipédia

Les astronomes britanniques étaient persuadés que la solution ne pouvait se trouver que dans l'observation et la connaissance de la mécanique céleste, celle-ci étant d'une grande précision. Tous les astronomes cherchèrent longuement, en se basant sur l'observation de différents astres, des planètes et de leurs satellites, et dressèrent des tables de prévision de position de ces objets célestes. Mais ces méthodes ont toutes le même point faible pour un marin : elles réclament des conditions difficiles à réunir sur les bâtiments en haute mer. Entre les mouvements imprévisibles des bateaux, les conditions atmosphériques idéales rares et une complexité des différentes mesures et calculs, aucune ne satisfaisait donc aux conditions.

Utilisation du décalage horaire
La plus simple consiste à déterminer la différence entre l'heure (solaire) locale et l'heure (solaire) d'un méridien de référence. Seulement pour exécuter ce calcul, il faut connaître l'heure précise au méridien de référence et l'heure locale exacte.
Les problèmes étaient de deux ordres :
· Technologique : À cette époque et aujourd’hui encore, aucun chronomètre n'était capable de fonctionner correctement en mer sur une longue durée.
· Physique : Les horloges à balancier ont une période qui dépend de g (valeur de l'accélération de la pesanteur), or celle-ci n'est pas constante à la surface du globe et pire elle est variable en mer où la houle provoque des décélérations et accélérations parasites ; de plus le ressort à spirale utilisé pour les chronomètres de poche a une période dépendante de la température.
Le défi était donc de réussir à fabriquer une horloge suffisamment précise, dont la période est indépendante du lieu géographique et pouvant supporter les aléas d'un voyage sur toutes les mers du globe.


Dernière édition par Bertrick le Dim 30 Mar 2014 - 9:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2575
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Lun 17 Mar 2014 - 13:31

6 ème jour de mer.

Toujours aucune voile à l’horizon pour la plus grande désespérance de tous.
Le moral de la compagnie s’en ressent.
Le capitaine fit rassembler son état-major dans la grand chambre.
Le second & tout les maîtres y furent. J’en estois aussi, puisque chirurgien du lougre. Le quartier maître Black Peper y représentait l’équipage.

Il fut convenu d’aller établir notre croisière plus au Sud.

Bentley le pilote estima qu’il nous estoit nécessaire de quatre jours de route avec une brise si faible & bien qu’elle adonna, pour y parvenir.
Je fis, quand à moi, remarque de l’épuisement prochain des vivres fraîches & que l’eau douce allait commencer à manquer & devrait être sous peu rationnée.
Black Peper abonda dans mon sens.

Le capitaine assura que si aucune prise ne permettait de s’approvisionner en mer dans les jours à venir, nous ferions aiguade dans une crique de lui connue & qui estoit dans les parages de notre nouvel établissement.


Dernière édition par Bertrick le Dim 30 Mar 2014 - 9:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2575
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Mer 19 Mar 2014 - 22:01

Une tache blanche mordait l’horizon au Nord Ouest. A bord, tous prirent la nouvelle presque avec indifférence. Une voile soit … Mais sous le vent !

Ce pouvait être un navire marchand. La vue du lougre serrant le lit du vent pour approcher l’inciterait à virer pour se mettre à l’abri sous les canons du port le plus proche.
Ce pouvait être un corsaire – bien peu probable dans ces eaux – dans ce cas c’est lui qui laisserait porter pour donner la chasse au lougre.
Plusieurs heures passeraient avant qu’on sut. La vigie & tout ceux du gaillard arrière qui possédaient une longue vue surveillaient attentivement cette voile sur l’horizon.

La coque du navire inconnu mordit enfin sur la ligne d’horizon. Un dogre, de commerce certainement.
Un corsaire eut établi ses perroquets voir même ses bonnettes hautes & basses – la brise légère l’y aurait incité - pour courir sus à Red Devil.

- Messieurs, faisons lui accroire que nous avons essuyé récemment, un méchant « Coup de chien ».

- Reynolds faîtes mettre un semblant de désordre dans le gréement. Choquer en grand une balancine de hunier & voyez au mieux pour le reste.

- Back Peper, je ne veux plus voir sur le pont que les hommes indispensables à la manœuvre.

- Docteur Raleigh ! Voici l’eau douce & les fruits dont nous manquions … Ainsi qu’un peu de butin pour le moral de la compagnie. Ha ha ha !


Le dogre, un espagnol - le capitaine Bertrick fit hisser le pavillon de France - conserva le même cap. Pourtant, son capitaine ne manqua de distinguer nos voiles au tiers & surtout le tapecul nous désignant sans qu’il y eut l’ombre d’un doute comme un lougre, donc à tout le moins, un corsaire ! Ce qui eut dû le mettre en méfiance.

Il ne s’avisa de sa bévue que lorsqu’il vit celui qu’il prenait pour un allié, affaler le pavillon de France & hisser le redouté « Joli Rouge ».

Après quelques coups de canon de part & d’autres, d’un combat disproportionné sur le pont espagnol … Nous ne manquâmes plus ni d’eau douce ni de vivres fraîches.
Red Devil eut à déplorer sept tués parmi lesquels le bosco.
J’ai été, quand à moi, contraint d’amputer au plus vite le quartier maître. Une grappe de mitraille lui avait déchiqueté l’avant bras gauche.

Le lendemain, ce fut au tour d’un brigantin d’être amariné avec le même subterfuge. Il n’eut pas même l’heur de riposter à nos volées & tous s’en félicitèrent car il portait autant de canons que nous même.
Nous déplorâmes deux tués dans l’abordage.
Il fut décidé de faire escale dans le port le plus proche pouvant nous accueillir, pour ce que les cales de Red Devil regorgeaient de marchandises.


Dernière édition par Bertrick le Dim 30 Mar 2014 - 9:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2575
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Ven 21 Mar 2014 - 15:32

Red Devil, à l’ancre  dans la baye à moins d’une couple d’encablures de la grève, arborait depuis le lever du soleil le pavillon bleu de partance.

A chaque ampoulette d’une demi heure, Zacharie faisait tirer le canon « à blanc » pour inciter les retardataires à embarquer au plus tôt. La plus petite des deux annexes de Red Devil faisait des aller retour entre la grève et le lougre.

Il manquait encore près du tiers de l’effectif après une  nuit où j’avait été témoin de scènes de débauche à faire verdir un jésuite.
Le capitaine n'avait rien trouvé de mieux - sur sa  propre cassette - que de convier tout l’équipage pour un banquet à l’auberge « Au con d’or » !!!
Il avait aussi invité nombre de « Dames », terme bien mal adapté à la vue de ces harpies édentées aux chairs jaunes & flasques de s’être tant vautrées dans le stupre & la licence.

Le capitaine Bertrick ne craignait point les défections de dernière heure. Il avait bonne renommée parmi les Gentilshommes de fortune & il y avait eu presse pour signer la chasse-partie  du « Diable Rouge ».


19 Mars

Red Devil a appareillé avec ses soixante & dix hommes.
Légère brise de Nord, mer belle. La côte défilait lentement à moins d’un demi mille sur bâbord.
Hormis le quart , les hommes dormaient – cuvaient ? – dans l’entrepont qui exhalait des remugles à faire fuir un putois.

Les hommes émergèrent peu à peu des brumes de l’alcool. De certains émanaient encore des effluves de leurs turpitudes. J’ai dû préparer plusieurs pots de médication pour soigner ceux  qui avaient été « poivrés » par les « ambassadrices du beau sexe ».

Le temps a forci peu où prou dans la journée. La jolie brise de Nord avait refusé N.E & la mer s’estoit un peu agitée.


Dernière édition par Bertrick le Dim 30 Mar 2014 - 9:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2575
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Dim 23 Mar 2014 - 15:26

20 Mars

Bonne brise d’Ouest mer agitée.

Red Devil, avait pris mouillage dans la Baye du St. Esprit.
Un câblot, tiré depuis le sabord de la voûte d’arcasse, avait été amené à terre avec une annexe & amarré à un gros roc qui émergeait du sable sur la plage.

Ainsi embossé, le lougre avait sa batterie tribord qui battait l’ouvert de la crique.
Les hommes restés à bord, moins du tiers, vaquaient aux petits travaux de réfection & d’entretien aux ordres du nouveau bosco Lars Felsen.

Alarme !
Au dessus du cap peu élevé fermant la crique au Nord, des huniers apparurent.
Manifestement, le navire à qui ils appartenaient faisait route pour entrer.
Marchand cherchant refuge pour la nuit, où navire de combat ?

Agitation extrême à bord ! Déferler les voiles, frapper une bouée sur le câble d’ancre pour pouvoir « laisser filer par le bout », rappeler à grands cris les deux chaloupes – quarante hommes étaient à terre - mettre en batterie les canons.

Le navire qui mettait Red Devil en émoi doubla le promontoire et vira dans l’ouvert de la crique.
Un dogre, le pavillon d’Espagne claquant au vent…. Un navire de commerce !

Les espagnols découvrirent à leur tour le lougre.
Las ! Vent contraire. Qui leur interdisait de virer pour sortir de la nasse où ils venaient de se jeter.  
Force cris, jurons. Les écoutes choquées en grand. Épouvantable désordre  tant dans la voilure que parmi les hommes.
Le dogre, courant sur son erre, glissa lentement vers Red Devil. Coup de barre pour tenter d’abattre & éviter de heurter le lougre.

Quinze hommes des vingt cinq qui étaient à bord de Red Devil se tenaient derrière les trois pièces tribord.

- Feu !

Le capitaine dirigeait lui-même la batterie, Zacharie étant patron d’une des chaloupes.
La mitraille faucha le pont du dogre.

Désemparé, avec ses écoutes choquées en grand & son équipage amoindri & terrorisé, le dogre calant neuf pieds, s’échoua à la côte.

- Feu !

Deux bordées à moins de dix yards.
Le capitaine Bertrick saisit le porte-voix & hurla ;

- Holà les canots ! La Biscaye, Zacharie ! Abordez le !

Les deux annexes virèrent, les gaffes crochèrent dans les porte-haubans de l’espagnol sur les deux bords.
En beuglant, les hommes se hissèrent sur le pont.
Désarroi & panique des « Dons » pressés de face & de dos par plus fort parti qu’eux.
Aucun quartier !

Le pillage & le transbordement de la cargaison durèrent jusque tard dans la nuit. Comme il manquaient onze hommes à la compagnie, que les cales étaient quasiment pleines, nonante tonneaux de marchandises, le capitaine décida de mettre fin à la croisière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2575
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Lun 31 Mar 2014 - 16:50

26 Mars

Nous louvoyâmes au milieu d’un labyrinthe d’îlots & de bancs de sable dans des eaux peu profondes à l’Est du port une bonne partie du jour. Après cette navigation qui requiert beaucoup d’attention, Bentley fut satisfait d’avoir amené Red Devil en eaux libres sans toucher où l’échouer.

Nous mouillâmes pour la nuit à Daughtry bayou d’où le capitaine se rendit à terre, toujours accompagné de son ombre, Longue Pique.

27 Mars

Dès proton minet, le capitaine ayant rejoint, nous avons mis sous voiles. Un homme l'accompagnait.
Un certain O’Higgins. Le malheureux estoit complètement défiguré par d’horribles brûlures, l’équipage l’a immédiatement affublé du sobriquet de « le hideux ».
Il s’en est accommodé avec beaucoup d’équanimité.
Il fait office de second du bosco. Il me semble qu’une amitié le lie au capitaine & qu’elle est antérieure à l’entrée de ce dernier dans la piraterie.

Nous essuyâmes un fort coup de chien de Nordet. Deux hommes sont tombés à la mer, un autre a chuté par le grand panneau d’écoutille & s’est brisé les reins.

29 Mars

Les éléments se sont quelques peu assagis au cours de la nuit. Au lever du jour, bonne brise de N.O., mer agitée.
Un grand navire au loin à notre vent. Le capitaine donne l’ordre de laisser porter.

Au fil des heures & de la distance qui décroît, il s’avère être une grande gabare.
Un équipage de soixante hommes - alors que nous sommes à peine plus nombreux - & deux fois plus de canons, d’un calibre double !

La grande gabare serrait le vent cap à l’Est.
Fort de la supériorité de ses canons, son capitaine ne jugea pas menaçant ce lougre flibustier présomptueux. Il ne modifia pas sa route & ne se mis que mollement en état de défense.
Son état major & ses passagers se pressaient sur la dunette & le gaillard d’arrière pour voir de près la déconfiture d'un vaisseau de pirates.

Le lougre approchait par tribord avant. Il vira en une courbe élégante, longea Gabriella à moins de trente yards. Trois champignons de fumée blanche éclorent sur son flanc bâbord.  Roulement de tonnerre, la mitraille vrombissant au dessus du pont. Corps déchiquetés, panique.

Le lougre vira lof pour lof, coupa le sillage de Gabriella, remonta sur son flanc tribord & fit feu à moins de vingt yards. La mitraille faucha le gaillard d’arrière & la dunette.
Son équipage désorganisé – le capitaine était parmi les tués - ses voiles en désordre, Gabriella resta sans réagir aux trois bordées suivantes.

- Bentley amène nous contre elle. Cinq bordées dont deux de plein fouet, Zacharie a bien œuvré.  Le fruit est mûr ha ha ha !

Il l’était.
Gabriella ne comptait plus qu’une vingtaine d’hommes encore valides. Elle tomba aux mains des pirates.
Ceux-ci perdirent sept des leurs dont Lars Felsen le bosco.
La facture était somme toute légère pour une prise de cette taille. Plus de huit milles piastres de butin & cent deux tonneaux de deux milles livres de poids en marchandises.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2575
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Ven 4 Avr 2014 - 12:36

Red Devil à l’ancre à un demi mille d’une île réputée comme déserte.

A la nuit tombée, le capitaine, Longue Pique, Bois flotté, le Hideux & trois hommes ont embarqué à bord d’une des chaloupes. Elle a été pour la circonstance grée d’un mât portant une voile au tiers.
Bois flotté qui connaît bien ces eaux a affirmé au cours du déjeuner  que s’y trouvaient des tortues en quantité & qu’il se faisait fort d’en agrémenter les repas du carré pour les jours à venir.

La chaloupe est revenue tard le surlendemain. Les trois matelots  manquaient !

Le capitaine, Bois flotté & le Hideux  expliquèrent qu’ayant contournés l’île par le Nord, ils avaient abordé dans une petite anse. Les trois marins étaient restés pour surveiller le canot. Eux s’étaient enfoncés dans l’intérieur des terres où Longue Pique voulait leurs montrer quelques techniques de chasse pratiquées par son peuple.

Le lendemain, des échos de roulements de tambour les alarmèrent. Ca semblait venir de la direction de l’anse où était la chaloupe. Ils firent diligence pour revenir mais s’en trouvaient à près d’une demi journée de course.
Arrivés sur les lieux, ils aperçurent une cinquantaine de sauvages qui s’éloignaient de la côte à bord de plusieurs pirogues.

Y-ceux avaient surpris les trois marins & les avaient occis.

- Ce fut grande pitié, dit Bois flotté, quand nous découvrîmes les reliefs de l’horrible repas auquel les sauvages s’étaient livrés. Plus encore quand nous dûmes réunir les restes épars pour leur donner sépultures décentes.

Red Devil a aussitôt mis à la voile pour courir sus aux pirogues.
En vain ! Le vent refusait.


Des bribes de conversations échangées par des membres de l’équipage pendant la chasse aux pirogues, m’intriguèrent.

On avaient chargé à bord de la chaloupe, bien plus de tonnelets d’eau que nécessaire. Plusieurs paraissaient anormalement lourds.
Bois flotté avait déposé la veille, sous le banc du barreur de cette même chaloupe, un coffre vide qu’il avait fabriqué peu avant. Coffre qui – je l’ai vérifié – n’est plus dans la chaloupe !

Le capitaine aurait-il enterré un trésor ? Nos trois compagnons seraient-ils morts d’une tout autre manière que celle dont on nous a fait relation ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2575
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Lun 7 Avr 2014 - 11:50

4 Avril

Sous un ciel gris & bas, Red Devil maraudait au Sud du canal de Corientes. Basses voiles arisées, vergues de huniers amenées aux chouquets pour n’être visible que le plus tardivement possible par un autre navire.

Le lougre roulait horriblement, à faire passer les mâts par dessus bord.

Ting ting ! … Ting ting !

La demi du premier quart de jour. La Biscaye fit relever la vigie. Deux heures à scruter l’horizon émoussait la vigilance & usait l’acuité.
Vigie, dans des conditions où la pomme du grand mât décrivait des huit infernaux, devait être chose bien éprouvante. Il est vrai que les marins ont des estomacs d’acier.

Je buvais du punch dans le carré en compagnie du bosco & du canonnier.

- Je connais bien ces conditions de navigation » nous fit remarquer le Hideux. C’est chose fréquente dans le Golfe du Bénin & celui de Guinée.

- Vous avez donc navigué à la traite, O’Higgins ?

- Si fait, Docteur. J’ai fait quatre campagnes à bord de négriers hollandais.


Il narra, avec moult détails & parfois sordides anecdotes, ses voyages à la Côte des Esclaves.
Depuis les transactions avec les souverains des royaumes de Ouidah, Allada & Dahomey, principaux pourvoyeurs de ce négoce, des traversées de la mer océane, abominables pour les « passagers » mais aussi pour les hommes d'équipage, jusqu'aux enchères sur les marchés aux esclaves des colonies du Nouveaux Monde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2575
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Ven 11 Avr 2014 - 12:57

6 Avril
La bonace permet à peine au lougre d’avoir assez d’erre pour gouverner.

7 Avril
Légère brise de S.E. tournant E. mer belle.
Une corvette de guerre en vue à 3 lieues dans l’Ouest. Elle disparaît bientôt sous l'horizon.
Nous passons au large du Banco Chinchorro puis embouquons Haulover Creek où nous avons pris mouillage.

Au cours du dîner de la grand-chambre, La Bicaye fit remarquer que les hommes eussent apprécié qu’on accosta dans le port plutôt qu’en cet estuaire.

le capitaine répondit qu’il nourrissait quelque dessein, qu’il était trop tôt pour qu’il en fit état. Qu’il ne jugeait pas souhaitable, d’amener le lougre dans le port pour ce que c'était divulguer sa présence dans ces eaux.

8 Avril
Au petit jour, le canot, aux ordres du quartier maître Wood , est allé reconnaître ce havre.
Un seul bâtiment y estoit accosté. Un brigantin corsaire lequel avait dépassé ses mâts de hune & dévergué ses bas-mâts. Il n’était pas en mesure de prendre la mer de si tôt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2575
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Dim 13 Avr 2014 - 18:47

9 Avril au large de l’Isle de l’Ascension.
Un vaisseau s’est joint au nôtre. Les plus anciens de la compagnie lui ont fait une ovation. Zacharie, le maître canonnier m’a dit qu’il s’agissait du capitaine Spriggs.
Le canot a été affalé pour que notre capitaine puisse se rendre à son bord.

Après que le vaisseau du capitaine Spriggs lui eut expédié quelques bordées & nous de même, une corvette marchande a été conquise & pillée. Elle a ensuite été incendiée.
Cinq hommes de l’équipage ont été occis au cours de son abordage.

10 Avril. Escale à French Harbor.
En rade, une corvette de guerre. Elle a le Blue Peter, le pavillon de partance, en tête de mât.

La colonie a, il y a peu, été ravagé par un ouragan & panse ses plaies. Il y manque à peu près de tout. Les plantations alentours sont dévastées. La disette menace. L’équipage s’est félicité de pouvoir négocier la cargaison à un prix avantageux.

Un senau de guerre est à l’abandon. Une prise attendant un acquéreur peut-être ?
Plus loin, sur la plage jouxtant le chantier naval, deux chebecs ont été abattus en carène.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2575
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Mar 15 Avr 2014 - 16:37

11 Avril
Nous avons appareillé avant d’avoir terminé notre avitaillement.
La colonie était certes en difficulté pour satisfaire nos besoins mais surtout, le capitaine avait hâte de lever l’ancre pour rejoindre notre conserve.

Au large de l’Isle de Guanaja. Outre le vaisseau du capitaine Spriggs, se trouve la corvette que nous avons croisé à French Harbor. Le capitaine Edward la commande.

12 Avril
La corvette a poursuivi sa route sans nous attendre.

13 Avril
Nous avons croisé au Sud de la Basse de Quita Suennos une barque de pêche que nous avons arrêté pour lui acheter ses prises.
Le patron nous a informé qu’à près de huit lieues dans L’Est, deux corsaires espagnols & deux vaisseaux noirs se canonnaient avec fureur.

Aussitôt nos achats embarqués, le patron de la barque largement rémunéré pour ses renseignements, le capitaine Bertrick fait envoyer toute la toile que le lougre peut porter par ce vent, au risque de briser un espar.

14 Avril
Là-bas sur l’horizon droit devant, nous apercevons plusieurs vaisseaux environnés de fumée. Le son du canon, au gré des sautes de vent, nous parvient faiblement.

Toutes les lunettes d’approche du bord sont braquées. Le vent désagrège parfois les lourdes volutes de fumée blanche, nous découvrons une corvette & un grand chebec aux prises avec deux autres chebecs, espagnols ceux-là..

Au fil des heures, nous approchons lentement … Trop lentement car le vent refuse.
L’un des corsaires a pris la fuite lorsqu’il nous a vu faire force de voile pour nous porter sur le lieu de la bataille.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2575
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Mer 16 Avr 2014 - 21:36

Au soleil couchant, nous parvenons à portée du chebec espagnol. Ses voiles sont trouées en moult endroits.

Zacharie fait tirer deux bordées de mitraille en manière de carte de visite.
La première fauche le gaillard d’avant, la seconde ne fait qu’effleurer le pont. Le chebec est un navire bas sur l’eau & nos pièces peuvent être pointées aisément, surtout à courte distance comme c'est le cas pour un tir à mitraille.

Profitant de l’obscurité & de la fumée épaisse de la poudre, par deux fois, l’espagnol surgit de la nuit pour s’agripper & nous prendre à l’abordage. Bentley le maître de navigation,  esquive de justesse les deux tentatives.

Le capitaine Edward comprend le péril dans lequel nous sommes. Les dix pièces de 6 livres bâbord de King Georges crachent la mort à quatre reprises.

Après le grondement de tonnerre des canons de la corvette, suit le jappement aigu des trois pétoires de notre bordée tribord. Deux fois nous faisons feu. Une seule des salves porte.

Notre conserve tarde à rejoindre. Se serait-elle égarée à la défaveur de la nuit ?

King Georges fait feu de nouveau. Deux bordées. Cette fois sans succès.
Perdu pour perdu – tant qu’à être vaincu, autant essayer d’envoyer par le fond le plus petit des assaillants - le capitaine de la Sierra tente par quatre fois de nous agripper !
C'est le capitaine qui est à la barre de gouvernail, il déjoue avec maestria les intentions de l’hidalgo.
Ce dernier doit être furieux de voir ce lougre  trop agile & bien barré, échapper à toutes ses tentatives pour le prendre d'assaut.  

15 Avril
Le soleil point à l’Est. Notre conserve est en vue … Loin sous le vent !

King Georges envoie deux bordées, qui ne font qu’effleurer le pont de La Sierra.
A bord de Red Devil, Zacharie court d’une pièce à l’autre, réglant lui même la hausse.
Le deux premières bordées touchent dont une, de plein fouet. La dernière est un tir parfait !
L’équipage exulte.

King Kong, le grand chebec, à profité du désordre causé par les bordées de Red Devil pour se positionner sur l’autre bord. Il ouvre le feu. La mitraille de ses douze pièces de six fauchent le pont & le gaillard arrière espagnol. Les coques des deux vaisseaux s’entrechoquent avec fracas, les grappins fusent. L’équipage de King Kong se lance à l’abordage avec des hurlements de fauves déchaînés. Victoire !

Liesse à bord des vaisseaux de la flottille noire.
Quand à moi, je demande à passer sur le bord de King Kong pour aider mon confrère à soigner les nombreux blessés.
Nous apprenons d’un espagnol avant qu’il ne trépasse  - on l’y a quelque peu aidé - que son capitaine Miguel Angel Pascual Sanchez Gonzales Gonzales Martin alias el Rouskoff a réussi à fuir avec le canot en remorque, en sautant par la fenêtre de poupe.

Le capitaine Rotenham constitue un équipage de prise placé sous les ordres du second. Après quelques réparations indispensables dans la voilure & le gréement, La Sierra fera route pour être terrie & vendue.
A bord de chaque navire, le quartier maître distribue « la double ».

Notre conserve rejoint enfin, au grand dam du capitaine Spriggs qui arrive après que la fête fut terminée. Penaud, il se propose de faire escorte à ceux dont les équipages sont affaiblis par les pertes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2575
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Ven 18 Avr 2014 - 12:25

15 Avril, Isle de la Providence

Nous sommes ancrés dans la baie avec King Kong & un autre grand chebec ; Asturias. Ce dernier à pris la veille, un senau armé en course, vaisseau corsaire d’Espagne.

J'en suis fort marri & bon nombre à bord itou !
Nous avions, quelques jours plus tôt, aperçu ce senau. Nous dûmes le délaisser pour aller prêter main forte contre les chebecs d’Espagne.
En fait, prêter main forte concernait surtout le capitaine Spriggs, car notre lougre, s’il est redouté des navires marchands, fait fort peu impression face à deux chebecs.

Après que La Sierra fut amarinée, le susdit senau de seize pièces de canons nous a été signalé plus loin au Sud. Nous avons fait force de voiles pour lui courir sus.
Las ! Il a été pris avant que nous eussions pu rejoindre.

Un combat singulier contre un corsaire bien plus puissamment armé & avec un équipage juste supérieur eut pourtant été glorieux.
Surtout si nous en fussions sortis vainqueur !


Dernière édition par Bertrick le Mar 22 Avr 2014 - 9:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2575
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Dim 20 Avr 2014 - 12:04

19 Avril.
Au cours du canonnage du senau espagnol Thérèsa, notre dernière prise, une de nos pièces  tribord avait émis un miaulement funèbre. La pièce était débouchée.

La lumière dans la culasse avait toujours été le point faible des canons et surtout des canons en bronze. A chaque coup, la poussée des gaz chauds, la projection des grains de poudre non brûlés, érodait les bords de la lumière, l’élargissait de plus en plus jusqu’à ce que la perte de puissance fut assez grande pour réduire l’efficacité du tir. Alors la pièce avait besoin d’être rebouchée.

Il fallait introduire à force dans la lumière, par l’intérieur du tube et la pointe en avant, une douille effilée percée dans sa longueur, et munie d’un bourrelet à la base. Le trou dans la douille servait de nouvelle lumière et les explosions successives enfonçaient peu à peu le bouchon, le mettaient en place jusqu’à ce que la douille elle même commençât à s ‘éroder à son tour à s’amincir, et que le bourrelet se trouvât rogné, puis détruit. A la fin, la douille était arrachée et projetée au loin.
C’est ce qui avait du arriver. Le trou dans la culasse avait presque un pouce de large. En l’état, la portée en serait réduite de moitié.

Zacharie visita ses poches, fourrageant dans leur contenu. Il en sortit une douille en fer. Dans la petite trousse qu’il avait, il prit une petite lime, s’assit sur l’affût et se mis au travail. Un long moment plus tard, il essaya la douille puis se remit à limer. Il s’arrêta encore pour nettoyer sa lime. Enfin, satisfait il tira de sa poche un bout de ficelle, fit à l’un des bouts un nœud coulant qu’il laissa descendre dans le canon par la lumière ouverte. Prenant un crochet qui servait à retirer les disques, il l’enfonça essayant d’accrocher la ficelle. Il faisait tourner le crochet, le retirait, voyant qu’il avait raté son affaire, recommençait.

Enfin il accrocha le nœud coulant, la ficelle entra dans le trou et quand le crochet sortit, la ficelle y était suspendu. Il défit le nœud coulant, fit entrer la ficelle dans la douille, y mit une cheville qu’il tira de sa poche, laissa tomber le tout dans la gueule et par la culasse tira la ficelle à lui. Le bouchon finit par occuper le trou et par s’ajuster dans la lumière. Un aide teint la ficelle pendant qu’il introduit le refouloir précautionneusement. Il appuya sur le manche  quand il sentit qu’il était à sa place.
Un matelot apporta un marteau et se mit à taper sur le manche. A chaque coup, la douille pénétrait plus avant, soulevée à chaque fois de quelque millimètre. Enfin, elle fut coincée.
Il retira le refouloir et le crochet & d’un coup de son couteau, libéra la cheville.

- Voilà ! dit-il d’un air satisfait. Deux coup avec le tiers d’une charge normale pour tasser le bouchon et ça ira pour une centaine de coups.


Source :   "Capitaine Hornblower. Seul maître à bord" C.S. Forester (1962)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2575
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Mar 22 Avr 2014 - 10:27

21 Avril
Isle de St. André.

Nous avons déhalé la veille au soir pour mouiller dans la rade sur l’ancre tribord.
Aux aurores, Red Devil est paré pour appareiller, le câble viré, les huniers déferlés dans leurs cargues.
La Biscaye se pencha au dessus de la lisse de gaillard d’avant, à hauteur du bossoir. Le câble plongeait bien verticalement.
- L’ancre est virée à long pic Capitaine !
- Au cabestan, dérapez ! … Larguez les cargues de huniers !


Dès que l’ancre fut dérapée, le lougre se mit à culer légèrement.
- La barre au vent !
les matelots sur le gaillard bordèrent les écoutes de foc, le lougre se mit à évoluer lentement.
La Bicaye fit border les écoutes de huniers à bloc et envoya du monde à la manœuvre des bras. Les vergues pivotèrent, Red Devil cueillit la petite brise, prit un peu de bande. Les gabiers s’activèrent pour  établir les basses voiles.

Le lougre sortit de la rade, doubla le cap. La brise du large le prit avec plus de force, la gîte s’accentua.
- Nous allons virer de bord. La Biscaye, à toi la main.
Ce dernier prit le porte voix accroché à l’habitacle car la brise sifflait dans le gréement sur un octave élevé.
- Pare à virer ! … A virer !
La gîte diminua au fur et à mesure que les matelots larguaient les écoutes et les bras.
- Devant changez !
Red Devil vint dans le vent et abattit sur l’autre bord sans hésitation.
- Barre dessous ! Lança La Biscaye au timonier au moment précis où le lougre franchissait le lit du vent.
Le timonier lâcha les poignées et la roue se mit à tourner à toute vitesse en ronflant.
- Derrière changez ! ... La barre au vent !
Un groupe choqua les amures avant tandis qu’un autre halait sur les boulines.
Red Devil prit de l’erre sur ses nouvelles amures.
- Est-il sur le cul ? demanda Bertrick à l’homme de barre.
Le timonier tourna la barre de quelques degrés en surveillant la chute de grand hunier, puis serra le vent de nouveau.
- Difficile à dire Capitaine. Peut-être un tout petit peu. Tout juste besoin d’un petit peu de barre au vent.
- C’est exactement ce qu’il faut.
- Bentley ! Calcule notre route pour la Pointe de Sambalos.

Le maître de navigation quitta la dunette pour se rendre à la chambre des cartes. Il en revint un peu plus tard, un papier à la main.
Bertrick avait fait le calcul dans la nuit. Il lut, approuva.
- Bien, inscrit ça sur le renard.
Bentley se dirigea vers l'habitacle, prit la craie près du compas et nota le cap à suivre sur l'ardoise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2575
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Sam 26 Avr 2014 - 9:58

22 Avril
Grand frais de Sud, mer forte.
Quelques marchands en vue juste avant la nuit, que nous négligeons.

23 Avril
Grand frais de S.E. mer forte.
Au près serré sur tribord amures. Les huniers estoient ferlés, deux ris pris dans la misaine & la grand voile.
Non point que la forte brise impliquât de telles mesures mais nous ne souhaitâmes point courir trop de miles durant la nuit ce qui nous eussent écartés de la route commerciale & pire encore – sait-on jamais –  jeté au petit jour dans les bras d’un corsaire où d’un vaisseau royal en maraude.
En fin de nuit, le temps forcit d’avantage passant à fort coup de vent et mer grosse. Nous dûmes fermer les panneaux d’écoutilles & couvrir la claire-voie d’un prélart.
La Biscaye fit tendre une ligne de vie de l’avant à l’arrière. Le Hideux fit prendre trois ris dans les basses voiles, ce qui s’avéra insuffisant. Nous dûmes mettre à la cape.

24 Avril
Tempête de S.E. très grosse mer.
Nous mouillâmes une ancre flottante & ne conservâmes qu’un mouchoir de poche de toile sur le foc, juste de quoi maintenir Red Devil bout au vent. Le lougre roulait & tanguait à faire passer les mâts par dessus bord.
Il nous fallu en outre, guinder la brinquebale & faire pomper les hommes durant trente minute lors de chaque prise de quart afin de vider la souillarde.

25 Avril
La nuit est survenue sans que le vent ni la mer ne mollissent pour autant. Nul repos à espérer durant cette nuit.
Les éclairs nous dévoilèrent parfois plusieurs navires marchands assez proches, mais avec la fureur des éléments, nous ne tentâmes rien à leur endroit.
Au second petit quart de nuit, le vent faiblit quelque peu et adonna plein Sud. Nous remontâmes notre ancre flottante & nous approchâmes d’un grand senau ce qui nous valu quelques menus dégâts dans le gréement & dans les œuvres mortes. Le Hideux notre bosco & Bois flotté le charpentier, dirigèrent promptement les réparations idoines.
Deux heures avant l’aube, la tempête cessa. Nous étions grand frais & mer forte. Le capitaine donna des ordres pour attaquer le grand senau dès que le soleil monterait au dessus de l’horizon.
Las, ce dernier a profité des quelques heures d’obscurité restantes pour s’éloigner.
Quand le soleil monte au dessus de l’horizon, nous l’apercevons loin au Nord.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2575
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Dim 27 Avr 2014 - 9:39

26 Avril
Petite brise de N.E. mer peu agitée.
Red Devil coure par vent de travers, bâbord amures sous toute sa toile. La vigie de misaine annonce une gabare d’Espagne sous le vent à nous à une lieue.

Le capitaine Bertrick fort dépité, comme du reste toute la compagnie, d’avoir manqué le grand senau la veille, décida d’amariner cette gabare. Le tambour battit la chamade pour le branle bas. Les hommes rejoignirent leurs postes sur le pont & le gaillard d’avant, les canonniers décapelèrent les pièces, retirèrent les tapes de bouche & chargèrent les canons à mitraille.

Nous coupâmes la route de la gabare à moins d’une demi encablure devant son beaupré, virâmes pour revenir sur elle à contre bord, à moins de vingt yards.
Zacharie pointa la pièce avant tribord, fit feu. Il couru à la seconde, pointa, tira puis à la dernière. La bordée, de plein fouet, faucha le gaillard d’avant & le pont.

Red Devil vira lof pour lof, coupa le sillage de la gabare & revint sur elle sur son autre bord.
Nouvelle bordée, presque simultanée des trois pièces, qui faucha cette fois le gaillard arrière.
Quand la fumée s’effilocha, on aperçut  le capitaine espagnol étendu et qui se tordait de douleur sur sa dunette. Grand désordre à son bord.

Bentley fit carguer le grand hunier & abattit. Red Devil aborda à hauteur des portes haubans bâbord du grand mât de l’espagnol, dans le fracas de notre bout-dehors de beaupré brisé net. Les grappins volèrent & le capitaine Bertrick suivi de cinquante hommes s’élança sur le pont de la gabare.

Des coups de feu, des cliquetis d’armes, des vociférations en plusieurs langues … Les espagnols refoulés dans l’entrepont et le gaillard arrière.
Soudain, le silence … Tonitruant après la fureur du combat.
Une clameur … Victoire ! Les rares survivants de la gabare se rendaient à merci.

L’affaire avait coûté la vie à dix des nôtres.
Le butin  trouvé dans le coffre de la grand chambre s’élevait à 7500 piastres en or.
Plus de cent tonneaux de marchandises furent transbordés avec toute la hâte dont pouvait faire preuve la compagnie, fatiguée mais pleine de jubilation à l’idée des parts de prise.
Red Devil s’éloigna de quelques encablures avant que la gabare ne soit la proie des flammes.
Steroïdo, épave fumante, s’abîma dans les flots.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2575
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Dim 4 Mai 2014 - 16:42

29 Avril
L’avitaillement du lougre terminé, nous l’avons déhalé dans le chenal en attendant le jusant.

30 Avril
Nous avons remonté nos câbles & descendu le chenal  sous huniers. Viré cap Nord par très légère brise de S.E. La mer est à peine ridée.
Red Devil grand largue, bâbord amures. Le loch indique près de 6 nœuds.

1er Mai
La bonace !
Le lougre à tout juste assez d’erre pour pouvoir encore manœuvrer.
Au vent arrière impossible de lancer le loch mais le capitaine & le maître estime notre vitesse à moins de 2 nœuds.

En recevant le vent sur l’arrière, on ne ressent pas non plus le moindre souffle d’air – ce, quelque soit la force du vent puisque le navire va à la même vitesse que celui-ci - & la chaleur sur le pont est accablante. Le bosco a fait tendre un tau au dessus de la dunette pour donner un peu d’ombre.

Sur le pont & le gaillard d’avant les bâbordais qui sont de quart se pressent dans les rares coins d’ombre quand leurs tâches le leur permettent.
Pour les tribordais, dans l’entrepont, c’est l’Enfer malgré tout les panneaux ouverts & des manches à air que le voilier a confectionné avec de la toile à voile qu’il avait en rechange.
On a armé la pompe d’incendie pour arroser le pont à chaque demi quart.

Avec la tombée de la nuit, une petite brise de S.E. s’est levée rafraîchissant un peu l’air. Elle permet aux hommes dans l’entrepont de trouver enfin quelque sommeil.

2 mai
En s’élevant au dessus de l’horizon, le soleil à étouffé la brise.
Nous restons encalminé, toutes nos voiles pendants lamentablement. Nous mouillons nos basses voiles avec la pompe & faisons une noria avec des sceaux d’eau pour arroser les huniers afin de capter le moindre souffle d’air. Dur labeur pour peu d’effet !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2575
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Mer 7 Mai 2014 - 8:31

4 Mai
Un vaisseau, deux mâts grées en voiles latines, est signalé par la vigie à quatre lieues sur bâbord avant, juste comme nous laissions le Banc Neuf sur tribord arrière.
Il fut identifié quand monta à sa drisse de grand mât le pavillon de notre confrérie. C'était « Chien rouge » le capitaine Spriggs. Il est l’ami de notre capitaine & tout deux naviguent souvent de conserve.

5 mai
- Voile en vue par bâbord avant !

Une flûte de cinq cents tonneaux à deux lieues droit devant notre conserve.
Le capitaine Spriggs fit croiser ses antennes en ciseaux.
Les immenses voiles latines de part & d’autres du chebec paraissaient comme les ailes déployées d’un oiseau …. Qui nous distança rapidement.

Pendant que Chien rouge courait sus à la flûte espagnole, nous virâmes dans le lit du vent. Nous estions encore à un mille quand nous parvint le grondement du canon.
Les deux navires devant nous furent rapidement environnés par un épais nuage de fumée blanche qui les masqua à nos vues.
Une flûte légère porte douze pièces de 8 livres, notre conserve dix huit de 6 livres. Impossible de savoir qui tirait sur qui, ni quels estoient les effets des cinq bordées que nous entendîmes.

Ce n’est qu’à moins d’une demi encablure que nous découvrîmes  à travers les volutes de fumée, que c’estoit Smoking Red Dog qui faisoit parler la poudre.

Le capitaine espagnol avait sans doute sous-estimé la vitesse d’approche du chebec pirate. La première bordée de Smoking Red Dog faucha son pont avant même que ses canonniers n’eussent mis en batterie leurs pièces. L’affolement & la peur génèrent ensuite toute tentative d’organiser une défense.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2575
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Mer 7 Mai 2014 - 14:38

Le chebec de Chien rouge s’estoit écarté, mais restant toutefois juste hors de portée sur le flanc bâbord de l’espagnol, le capitaine Bertrick, pour inspirer la terreur d’une attaque sur les deux bords, donna l’ordre d’amener Red Devil sur le flanc opposé.

Bentley fit abattre. Nous longeâmes la flûte, à moins de vingt yards.
L’écoute du grand hunier fut choquée, la vergue brassée « à contre ». Red Devil perdit de l’erre & se maintint un moment à hauteur de l’espagnol.

- Feu !

La mitraille vrombit au dessus du pont, à hauteur de poitrine.

- Faites servir !

La vergue du huniers fut vivement brassée, boulines & écoutes bordées & tournées. Le lougre reprit de la vitesse & revint sur la flûte qui commençoit à le distancer.

- Feu !
l
Les canons, réglés par un Zacharie bondissant de l’un à l’autre, tirèrent en succession. La bordée toucha de plein fouet faisant grand carnage.

Red Devil abattit à nouveau. Les grappins crochèrent dans les porte-haubans de la flûte. Les coques des deux vaisseaux s’entrechoquèrent,
La Biscaye en tête, une horde vociférant se rua à l’abordage. Crépitement des pistolets & des tromblons, irrésistible poussée des assaillants, sauvage corps à corps, puis un cri puissant de La Biscaye :

- Elle est à nous !

Cinquante voix y répondirent en écho.

- Hourra ! Tue ! Tue !

Le capitaine Bertrick depuis la dunette comprit immédiatement.
Il s’empara vivement du porte-voix accroché à l’habitacle.

- Cessez le combat ! Fieffés imbéciles ! On aura besoin de bras pour transborder la cargaison !

Trop tard ! La vingtaine d’espagnols survivants estoit déjà passée de vie à trépas.

Il y eut bien de l’ouvrage avant que de pouvoir incendier la flûte. Près de cent tonneaux de marchandises à transborder.
Encore qu’il fallut se résoudre à abandonner un bon tiers de la cargaison.

Nos cales débordaient & sept des nôtres estoient occis. Après la distribution de « la double » & le partage du butin sur la tête du cabestan, Bentley & le capitaine déterminèrent le cap pour rallier le port le plus proche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2575
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Mer 14 Mai 2014 - 20:53

10 mai

Red Devil  avois mis le cap sur les Isles Des Deux Frères. Le capitaine ainsi que tous à bord estoient fort dépités. La veille, une corvette marchande qui arborait le pavillon des Provinces Unies fut aperçu sous notre vent. Nous estions à une lieue d’y-celle quand la nuit se fit. Las, elle nous a échappé à la faveur de l’obscurité.

11 mai
Bonne brise d’Est, mer agitée. Red Devil estoit au près, bâbord amures. Les Deux Frères encore visibles au loin par la hanche bâbord.
A la méridienne, la vigie annonça une terre devant, par le bossoir bâbord !
Le capitaine se rendit sur la dunette. Il observa la côte à la longue vue.
- Le Cap Négrillo ! Annonça t-il.

12 Mai
Au cours de la première moitié de la nuit, la mer & le vent ont forci. Dès lors, nous subîmes un fort coup de vent de Sud avec une  mer grosse.
Au début du second quart de nuit, un aide du maître coq est passé par dessus bord. Dans l’obscurité, avec une telle mer, rien n’a pu être tenté pour ce malheureux.

Au petit jour, le cap estoit à moins d’une lieue par le travers.
Une côte sous le vent par gros temps ! La hantise du marin car le vent & parfois des courants violents peuvent drosser le navire à la côte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2575
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Jeu 15 Mai 2014 - 15:47

13 mai
Bonne brise, mer agitée. Un mille S. de la Pointe Pédro.
Une corvette de guerre des Provinces Unies en vue plein E. à trois milles. Elle est sur un cap N. à une lieue de Port Royal.
Par petite brise d’E. mer belle, nous empannons pour l’inciter à venir combattre. Le capitaine a harangué la compagnie pour ce probable duel qui sera rude. Une corvette  porte trois fois plus de canons, d’un calibre double, que Red Devil & deux fois plus d’hommes.
Le capitaine Batave a pourtant refusé le combat. Il est entré à l’abri du port.



Red Devil estoit à l’ancre un mille à l’Ouest de Fort Charles. La chaloupe fut affalée avant la nuit & amarrée sous les portes-haubans du grand mât. Wood le quartier maître était à bord avec quatre rameurs quand le capitaine Bertrick embarqua juste comme le soleil disparaissait derrière l’horizon.

- Débordez !

Les avirons s’enfoncèrent dans l’eau & commencèrent à déhaler la chaloupe. Dès le troisième coup de pelles, ils étaient en route.
Bertrick, la main sur le timon, dirigeait l’embarcation, vérifiant fréquemment le compas qu’il avait emporté.
Les quatre avirons grinçaient dans les dames de nage, les pelles éclaboussaient parfois en entrant dans l’eau.
Le canot glissait sur l ‘eau noire de la baie. Tous à bord espéraient que les sentinelles des batteries penseraient qu’il s’agissait de pêcheurs rentrant à la nuit tombée, leur labeur accompli.
La masse sombre du rempart de Fort Charles défila sur tribord à une demi encablure. Bertrick renversa la barre pour doubler Fort Augusta dont on devinait l'imposante silhouette sur l’autre rive.

Ils étaient dans le port.
Une escadre hollandaise y était au mouillage. La chaloupe dès lors, n’était qu’une embarcation parmi d’autres circulant entre les navires de l’escadre, entre l’escadre & le port.
Bertrick identifia un vaisseau de 64, une frégate, trois corvettes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2575
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Sam 17 Mai 2014 - 10:01

Hors de question de tenter un retour au lougre à présent. Une embarcation sortant de la baie à une heure aussi inusité éveillerait les soupçons des guetteurs des batteries des deux forts. Il fallait attendre l’aube & le regain d’activité des pêcheurs, des navires de commerce interlope  & des chaloupes de l’escadre pour sortir sans attirer l’attention.

La quille crissa quand elle racla le fond sablonneux. Wood sauta du canot, de l’eau jusqu’aux mollets, l’ancre à jet dans une main. Il la ficha dans le sable vingt yards après la laisse de haute mer, & l’enfonça à coups de talon. Wood de retour, tous tirèrent l’embarcation au sec.
Bertrick avait échoué la chaloupe près d’un demi mille au delà de  Fort Augusta. Les potagers du faubourg Ouest de la ville n’étaient pas à plus de deux cents yards.



15 mai
Red Devil serrait le vent.

- Voile en vue ! Voile par le bossoir bâbord !

- Bentley donnez moi votre longue vue.


Le maître tendit l’instrument au capitaine.

- Un senau armé en course … Pavillon d’Espagne … Cap Sud Ouest. Timonier un quart sur bâbord !

Red Devil  abattit, s’établit sur un cap d’interception & courut sus au corsaire. Le Joli Rouge fut envoyé, la compagnie se prépara au combat qui serait rude, car si un senau armé en course n'avait pas beaucoup plus d’homme, il portait 16 canons !

L’espagnol refusa le combat & s’éloigna. Bertrick fit lofer en grand pour revenir sur lui. Au cours de la poursuite, nous pûmes lire son tableau de poupe ; Castilla la vieja.

C’est Smoking Red Dog notre conserve qui, avec un flair de chien (rouge) de chasse, fit force de voiles, remontant du S. & attaqua le senau corsaire. A l’issue d’une brève canonnade, le capitaine Spriggs lança son équipage à l’abordage & s’en empara. Un équipage de prise fut posé sur le senau du capitaine Sotomayor pour le terrir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2575
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Dim 18 Mai 2014 - 13:00

Le vaisseau du capitaine Spriggs naviguait en tête, trois lieues en avant de Red Devil. Un chebec d’Espagne croisait le long de la côte.

Au cri d’alarme de la vigie, le capitaine Bertrick émergea des brumes où l’avait plongé de nombreux flacons de gin. En traversant la chambre des cartes, il jeta un coup d’œil rapide sur la dernière position estimée du lougre. Il n’avait de cette côte qu’une carte assez peu précise.

Il rejoignit la dunette, salua La Biscaye. La nuit tomba brutalement comme toujours sous ces latitudes. Il donna l’ordre d’abattre sur bâbord. Son intention était d’entrer dans la baie à trois lieues au N.E.
Il pensait que le capitaine espagnol & ses vigies seraient trop occupés à observer le chebec de Spriggs pour voir le lougre y entrer. De là, Red Devil pourrait surprendre le chebec espagnol en surgissant sur ses arrières au moment de l’engagement contre Smoking Red Dog.

A peine Red Devil s’engagea dans l’ouvert de la baie qu’il comprit sa méprise.

-  Par les cornes de Belzébuth !

Il venait d’engager son navire dans la Baie de Santiago !

Un senau corsaire appareillait justement. Celui-ci laissa immédiatement porter pour courir sus au lougre pirate qui avait l’outrecuidance de venir narguer l’Espagne jusque devant l’un de ses ports.
Le senau ouvrit le feu avant même que Bertrick ne se reprit & ordonne de lofer en grand.
La volée manqua Red Devil mais le corsaire abattit pour aborder « dans la fumée ».
Les espagnol furent violemment repoussé.
Les officiers espagnols reprirent en main leurs hommes & les renvoyèrent sur le pont du lougre. Ils furent rejetés de nouveau.
Les deux corps à corps avaient coûté cher en vies humaines sur les deux vaisseaux. Le senau La Sierra coupa ses grappins & s’écarta.

Si la bordée de La Sierra n’avait fait aucun dégât, le grondement s’en était répercuté en écho.
Le chebec au large en fut alarmé. Il vira lof pour lof & entra dans la baie.
Son capitaine lança son navire à l’abordage du lougre pirate.

A bord de Red Devil, il restait moins de trente hommes valides. Cinq fois plus nombreux, les espagnols les submergèrent.
Deux gabiers et deux timoniers, présent sur la dunette eurent tout juste le temps de hâler sur la touline pour rappeler la chaloupe qui était en remorque.
Bertrick, ses officiers & les quatre marins s’y jetèrent précipitamment.
A la faveur de la nuit, ils échappèrent à la mousquetade fournie que les espagnols leur firent depuis les couronnements des deux navires.

A bord de la chaloupe, ils établirent une voile au tiers et mirent le cap sur un port où le capitaine savait pouvoir entrer.

Pour se rattraper de sa bévue, Bertrick expliqua à ses hommes qu’il n'avait en rien ignoré qu'il engageait Red Devil dans la Baie de Santiago mais qu’il avait tenté un coup d’audace en pariant qu’aucun navire dans le port ne serait prêt à appareiller.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bertrick
Maître de Jeu
avatar

Messages : 2575
Date d'inscription : 10/01/2012
Age : 67
Localisation : J'sais pas ! J'vois double sur ma boussole et j'ai vomi sur ma carte !

Infos
Nationalité: Pirate Pirate

MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   Ven 23 Mai 2014 - 13:15

18 Mai
Tout l’équipage avait rejoint le bord. Au petit jour, nous remontâmes nos ancres, cap N.O. sous huniers, voile de senau & civadière. Ayant doublé la pointe Ouest, nous virâmes dans le canal du Sud & établîmes misaine & perroquets par bonne brise de S.E. & mer agitée.

Nous fîmes route tout le jour sous différents réglages & amures. Le senau s’avérait être plus rapide & plus manœuvrant que notre précédent navire, pour la plus grande satisfaction du capitaine, du second & du maître.

Une escadre espagnole, forte cinq où six voiles, en vue sur bâbord avant.
Elle était sur un cap Nord & nous contraignit à faire S.O. pour passer sous l’horizon.
Ce cap nous amena en vue d’une autre escadre, batave celle-là, par le travers tribord & forte de six voiles dont un deux ponts. Une des corvettes de l’escadre laissa porter pour nous donner la chasse. Nous dûmes virer cap plein Sud pour la fuir. Elle avait lancé la chasse de très loin dans le Nord & la nuit en nous masquant a interrompu ses velléités à notre endroit.

Au petit jour, y-celle, ni aucun autre bâtiment de ces deux escadres, n’était en vue. Nous reprîmes notre cap initial.
Au changement de quart, un navire marchand ventru fut aperçu dans l’Est. Nous lofâmes pour le prendre en chasse. Quand la distance se réduisit assez, nous sûmes qu'il s'agissait d'une grande gabare hollandaise jaugeant dans les trois cents tonneaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Retour à la mer de Latimer Bertrick.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Retour à la mer de Latimer Bertrick.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 8Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8  Suivant
 Sujets similaires
-
» Retour à la mer de Latimer Bertrick.
» Les débuts de Latimer Bertrick dans les Indes occidentales.
» [REQUETE] Activer le retour clavier sur HTC HD2
» [AIDE] HD2 et retour sav
» [RESOLU] Echange + retour SAV Orange

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Caraïbes 1712 - le forum :: La ville haute :: Par la plume et l'épée... [RP] :: Vos histoires au fil de l'eau-
Sauter vers: